« Je ne vous laisserai pas orphelins »

Solennité de l’Ascension du Seigneur

Nous célébrons aujourd’hui le mystère de l’Ascension. Comme on l’a écouté dans la première lecture d’après les Actes des Apôtres, quarante jours après la Résurrection, le Seigneur et ses disciples se rendent au mont des Oliviers, c’est là qu’Il monte au Ciel. Saint Ignace de Loyola, lorsqu’il est allé en pèlerinage à Terre Sainte, a pu vénérer parmi les « reliques » la pierre où le Seigneur avait laissé les marques de ses pieds avant de monter au Ciel. Malheureusement, une partie de cette pierre a été enlevée  de ce lieu saint.

En effet, la tradition du mont des Oliviers comme lieu de l’Ascension remonte à très tôt dans le Christianisme , sainte Hélène a fait bâtir sur la colline une basilique laissant son centre ouvert au Ciel pour bien montrer le chemin du Seigneur et pour aider à la médiation de ce grand mystère, selon ce que saint Jérôme nous transmet . Détruite par les perses, la basilique a été rebâtie par Saint Modeste (c’est le septième siècle). Les récits des pèlerins racontent que la nuit de l’ Ascension toute cette colline se remplissait de lumière, parce que les chrétiens venaient nombreux pour célébrer cette fête ; en fait, la colline a pris le nom de « Viri Galilée », ce sont les premier mots adressés par les anges aux disciples quand ils restent les yeux fixés au Ciel. Avec l’invasion des musulmans (Onzième siècle), la basilique de l’Ascension sera encore détruite et à sa place sera construite une mosquée.

Nous avons fait un peu d’histoire, surtout pour voir la dévotion des chrétiens au long des siècles, non seulement pour ce lieu physique, mais aussi et surtout pour le mystère qu’il commémore. L’Ascension est une des plus grandes fêtes de l’Eglise.

Non loin de cette basilique, il y aussi une autre Eglise, celle de Betphagé, elle rappelle le lieu où le Seigneur monte sur l’âne pour descendre vers Jérusalem, ce que nous avons célébré le dimanche de Rameaux ; on peut donc dire que c’est dans cette colline que le Seigneur a commencé sa Passion et sa Pâque, son passage de ce monde au Père, passage qu’Il finit avec son départ glorieux vers le Père.

Le livre des actes des apôtres nous transmet aussi les paroles des anges (les hommes vêtus en blanc), lorsque les disciples voyaient leur maître s’éloigner d’eux : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? ».

Nous pouvons nous adresser à nous-mêmes cette question, bien qu’elle soit dirigée directement à ceux qui se trouvaient à ce moment-là. Elle n’est pas du tout un reproche, mais elle nous invite plutôt à la réflexion. En fait, cette question se réfère à deux attitudes liées aux deux réalités dans lesquelles est inscrite la vie de l’homme: la réalité terrestre et la réalité céleste.

La première : pourquoi restez-vous là ?, en d’autres mots, qu’est-ce que vous faites là ?   C’est parce que Dieu nous a créés, nous a mis comme le couronnement de son œuvre, Il nous a créés à son image et ressemblance et nous a tout donné, principalement le don d’être ses enfants et de la vie pour toujours. Infidèles à son dessein de salut par le péché, nous nous sommes éloignés de Lui, mais Il est entré dans notre histoire nous donnant son Fils en réconciliation.

« Nous sommes sur terre », c’est dans ce monde que l’homme progresse et fait du bien mais aussi qu’il fait le mal. Comme l’écrit le pape Benoît : Nous faisons ici l’expérience de la fatigue des voyageurs affrontant les hésitations, les tensions, les incertitudes, mais également avec la profonde conscience que, tôt ou tard, ce chemin arrivera à son terme.  Et c’est alors que naît la réflexion :   tout est là ? La terre sur laquelle « nous nous trouvons » est-elle notre destin définitif ?

C’est à ce moment que nous devons nous poser la deuxième partie de la question : pourquoi nous continuons à regarder vers le ciel ? ». Nous ne savons pas si les disciples se rendirent compte à ce moment du fait que, précisément devant eux, était en train de s’ouvrir un horizon magnifique, infini, le point d’arrivée définitif du pèlerinage terrestre de l’homme. Peut-être, ils ne le comprirent que le jour de la Pentecôte, illuminés par l’Esprit Saint.

Pour nous, cependant, cet événement est plus facile à saisir. Nous sommes appelés, tout en restant sur terre, à fixer le ciel, à tourner notre attention, notre pensée, notre cœur vers l’ineffable mystère de Dieu. Nous sommes appelés à regarder dans la direction de la réalité divine, vers laquelle l’homme est orienté dès sa création. C’est là qu’est contenu le sens définitif de notre vie.

Le mystère de l’Ascension nous enseigne que l’homme est appelé au Ciel, à vivre avec Dieu. A travers ce mystère, le Christ nous a montré le chemin et Il s’est fait le pont placé par Dieu entre Lui et nous, Jésus est pontife pour intercéder pour nous : Le Christ, nous dit la lettre aux hébreux (9,11-13), est venu comme grand pontife des biens à venir. Il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant, non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux, mais son propre sang. De cette manière, il a obtenu une libération définitive. Le Seigneur est désormais notre intercesseur au Ciel, c’est là qu’Il est entré aussi avec ses plaies de la Passion, pour montrer constamment à son Père nous dit saint Thomas – en suppliant pour nous, quel genre de mort il avait subi pour l’humanité.

L’Ascension nous dit encore (une autre belle application du pape Benoît XVI) qu’en Jésus Christ, notre humanité est portée à la hauteur de Dieu ; ainsi, chaque fois que nous prions, la terre rejoint le Ciel. Et de même qu’en brûlant, la fumée de l’encens s’élève vers le Ciel, ainsi, lorsque que nous élevons avec confiance notre prière en Jésus Christ, celle-ci traverse les cieux et arrive à Dieu lui-même et est écoutée et exaucée par Lui. Dans ce grand ouvrage de saint Jean de la Croix appelé La montée du Carmel, nous lisons que « le meilleur moyen de voir se réaliser les désirs de notre cœur, est de mettre toute la force de notre prière en ce qui plaît le plus à Dieu. Lui, alors, ne nous donnera pas seulement ce que nous lui demandons, c’est-à-dire le salut, mais aussi ce qui, selon Lui, nous convient et qu’il juge bon pour nous, même si nous ne lui demandons pas » (Livre III, chap. 44, 2, Rome 1991, 335).

Le Seigneur ne s’évade pas de notre condition humaine ; au contraire comme Il nous l’a promis dans l’évangile, Jésus sera là tous les jours, tous les jours avec nous.

Cette promesse est le fondement de notre consolation sur la terre, de notre espérance du Ciel, de notre force dans les combats de l’Eglise. Pour quoi le Christ reste-il ? Il reste pour nous consoler de son absence. Il ne nous abandonne pas : Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi (Jn. 14,18-19). Il demeure pour nous donner la force en la mission commandée : conquérir tout le monde pour Lui, tout en sachant que cela implique les persécutions, la croix et la mort. Il reste avec nous pour que nous agissions dans notre vie avec la conscience du regard vigilant du Seigneur, notre mission n’est pas à nous, mais plutôt à Lui, nous sommes ses instruments. Mais nous ne ferions rien sans son soutien, sans la force qu’Il nous donne.

Dans la vie de sainte Catherine de Sienne, on raconte qu’après avoir affronté de grandes tribulations dans sa vie, elle reçoit une visite du Seigneur, à qui la sainte dirige le doux reproche de l’avoir laissée seule au moment des difficultés, comme réponse le Seigneur lui dit : « j’étais plus près de toi que je ne le suis maintenant ».

Avec l’Ascension le Seigneur a accompli sa grande mission et Il nous invite à Le suivre, même si la vie sur cette terre nous est parfois dure, elle passe et nous devons penser que dans le Ciel rien ne fera sombrer la joie de contempler Dieu : par un travail facile Il nous donne une joie immense ; par un combat rapide, une couronne éternelle, par une brève marche un repos infini. Des siècles sans fin dépendent de ces moments de nos vies, il faut donc travailler pour suivre le Christ au Ciel !

Que la Vierge Marie nous donne cette grâce.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

 

« Je mettrai en vous mon esprit »

Lire l’évangile du sixième dimanche du temps de Pâques  (Jn 14, 15-21)

Ce dimanche nous revivons avec l’évangile un moment de la dernière cène, d’après l’évangile de saint Jean. Saint Jean, qui connaissait probablement les autres évangiles écrits avant le sien, ne nous transmet pas les paroles de la consécration comme font les autres trois évangélistes, mais, il écrit le sermon du Seigneur lors du dernier repas avant sa passion.

Le diner de Pâques qui a précédé la Passion c’est le moment où le Seigneur va partager des choses sublimes avec ses disciples. Nous savons que les personnes qui sont proches de la mort font dans les derniers instants de leur vie les plus grandes révélations comme le Seigneur les a faites dans ce sermon ; et c’est à ce moment aussi que beaucoup donnent leurs biens, le plus précieux en héritage, c’est à la dernière cène que Jésus a donné l’Eucharistie à son Eglise.

Quelle est la raison pour laquelle la liturgie nous fait revenir à ce moment avant la Passion dans le temps de Pâques ?  C’est parce que l’Eglise veut nous préparer pour une grande solennité, la Venue de l’Esprit Saint, la Pentecôte avec un passage où le Seigneur parle de la Troisième Personne de la Trinité.

Le Seigneur appellera l’Esprit Saint comme l’autre Défenseur (« qui sera pour toujours avec vous ») : c’est l’Esprit de Vérité.

Le Seigneur fait trois révélations importantes pour notre foi : la première c’est le don de l’Esprit Saint ; la deuxième c’est la présence de Jésus Lui-même  pour toujours, et nous savons qu’Il est toujours présent dans ce monde, substantiellement présent dans le saint Sacrement de l’Autel et spirituellement présent par la foi et l’amour dans le cœur de ses fidèles ; cela fait aussi relation à la troisième grande révélation, l’amour du Père : « Celui qui m’aime sera aimé de mon Père », c’est-à-dire qu’il y aura une communion profonde, une union d’amour.

Mais ces révélations se font avec des conditions, peut-on dire « enchainées » : Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur. Le véritable amour de Dieu est celui qui s’exprime à travers les œuvres, lors que nous vivons la loi de Dieu. Il n’est pas possible d’aimer Dieu sans accomplir les commandements (il n’est pas possible d’aimer Dieu et d’être d’accord avec l’avortement, l’euthanasie, et les péchés contre la nature de l’homme et de la femme). Saint Jean le dira aussi dans sa première lettre : Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui  (1 Jn. 3,24).

Jésus nous dit aussi que l’Esprit Saint est l’Esprit de vérité, parce qu’Il nous fait voir la réalité telle qu’elle est. Le monde est incapable de le recevoir ; monde veut signifier ici les hommes qui sont loin de Dieu. Parce que le monde ne le voit pas et ne le connaît pas, ceux qui vivent loin de Dieu sont incapables de regarder vers les choses de Dieu (les choses spirituelles sont incompréhensibles pour eux).

Le monde ne peut pas connaître non plus l’Esprit Saint, comme dit saint Paul (1Co 2,14) : « L’homme avec ses seules forces ne peut pas saisir ce qui vient de l’Esprit de Dieu », pour pouvoir le faire il lui faut la foi. Celui qui a langue infectée ne peut pas goûter la saveur des aliments à cause de cela, de la même façon, une âme infectée par la corruption de ce monde n’arrive pas à goûter la douceur des choses du Ciel. On entend souvent des gens qui proposent vivre une vie spirituelle sans renoncer au péché, sans renoncer à l’esprit de ce monde qui ne fait que nous éloigner de Dieu, chose qui est évidement incohérente et impossible.

Le Seigneur nous promet aussi un autre « défenseur ». Un autre, parce que le premier défenseur est le Christ même . Défenseur c’est le mot choisi pour traduire le mot en grec « Paraclétos », de là nous avons un autre nom de l’Esprit Saint : « Paraclet » qui signifie littéralement « celui qui est appelé pour être à côté, pour soutenir, un appui, un support, une aide, celui qui donne consolation » et pour cela on traduit parfois ce mot par« avocat ». Ce nom nous montre une double réalité de l’Esprit de Dieu révélée par Jésus : la première c’est que pour que ce Défenseur vienne il faut tout d’abord que nous l’invoquions, et la deuxième c’est que nous avons besoin à chaque moment de cet Esprit. Sans Dieu nous ne pouvons arriver au Ciel, personne avec ses seules forces et mérites ne peut gagner le Ciel ; c’est l’Esprit Saint qui nous aide, qui nous soutient dans la vie spirituelle, qui nous fait grandir en sainteté.

Demandons-nous : « combien de fois par jour invoquons-nous son aide ? » Nous Lui demandons souvent de nous illuminer ? Toute pensée sainte vient de Lui, saint Paul dit que personne n’est capable de dire : « Jésus est Seigneur » sinon dans l’Esprit Saint (1 Co. 12,3), on peut dire donc que chaque prière c’est grâce à l’Esprit Saint. L’Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables (nous dit encore saint Paul dans la lettre aux Romains 8,26)

Mais, ils sont très abondants les effets que l’Esprit Saint peut produire en nous, saint Thomas en énumère 5 principaux :

  • Premièrement, il nous purifie du péché. Comme lorsque nous chantons : Il renouvelle la face de la terre, Il le fait aussi avec nos cœurs. Saint Pierre écrit seulement l’amour couvre la multitude des péchés (I Pierre 4, 8), c’est plus évident encore quand nous disons que l’Esprit Saint c’est l’Amour de Dieu.
  • L’Esprit-Saint illumine aussi notre intelligence, parce que tout ce que nous savons, en effet, nous l’avons appris de l’Esprit-Saint, selon cette parole de Jésus : l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit (Jn. 14, 26).
  • Le troisième fruit c’est que le Saint-Esprit nous aide et nous oblige en quelque sorte à garder les commandements. Personne ne pourrait garder les commandements de Dieu, s’il n’aimait pas Dieu (nous l’avons écouté dans l’évangile) et c’est le Saint-Esprit celui qui nous fait aimer Dieu, c’est pourquoi Il nous aide. Le prophète Ezéchiel (36, 26) avait prophétisé : j’ôterai de votre chair le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair et je mettrai au dedans de vous mon Esprit, et je vous ferai marcher selon mes préceptes, et vous observerez mes lois et vous les pratiquerez.
  • En quatrième lieu, l’Esprit-Saint affermit notre espérance de la vie éternelle, car il est comme le gage, l’assurance de son héritage. La raison c’est que pour entrer dans la vie éternelle nous devons ressembler au Christ (devenir d’autres Christs), et cela ne se fait que par la possession de l’Esprit de Dieu.
  • Cinquième fruit c’est que le Saint-Esprit nous conseille dans nos doutes et nous apprend quelle est la volonté de Dieu. Comme dit le Seigneur dans le livre de l’Apocalypse : Qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Eglises. (Apoc. 2, 7).

Beaucoup de chrétiens pensent aujourd’hui que l’Esprit Saint se manifeste seulement avec des signes extraordinaires, il est vrai qu’au commencement de l’Eglise, Il agissait ainsi et cela avait une raison : c’était pour montrer la Gloire de Dieu et disposer les cœurs pour que les infidèles reçoivent le don de la foi en Jésus-Christ ; c’était le même cas pour les grands missionnaires et évangélisateurs de tous les continents, lorsqu’ils faisaient des grands miracles.

Mais la mission de sanctification dans nos cœurs même si nous ne pouvons pas la voir est un fait extraordinaire, pensons que Saint Augustin disait que la conversion d’une personne est une œuvre plus grande que la création du ciel et de la terre, une chose pareille sera de grandir dans la grâce, de devenir semblables au Christ.

Pour finir écoutons ce que le saint Curé d’Ars prêchait à ses fidèles, il nous le dit aussi à nous aujourd’hui : « Sans le Saint-Esprit, nous sommes comme une pierre du chemin. Prenez dans une main une éponge imbibée d’eau et dans l’autre un petit caillou ; pressez-les également ; il ne sortira rien du caillou, et de l’éponge vous ferez sortir l’eau en abondance. L’éponge, c’est l’âme remplie du Saint-Esprit, et le caillou, c’est le cœur froid et dur où le Saint-Esprit n’habite pas ».

Demandons la grâce de la docilité à l’Esprit Saint et ses inspirations. Nous demandons la grâce à celle qui est son Épouse Fidèle, la très sainte Vierge Marie.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné