Il accueille les pécheurs!

Homélie pour le Dimanche XXIV, année C (Lc 15, 1-32)

Chaque lecture de ce dimanche est un chant à la miséricorde de Dieu envers l’humanité tout entière. Le sommet est évidement l’évangile avec ces trois histoires appelées précisément paraboles de la Miséricorde.

Comme une introduction aux trois paraboles, saint Luc nous dit que les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter et que « les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui » , le bon accueil et le fait de manger avec ces pécheurs.

Ce qui pour les pharisiens était quelque chose de méprisable : accueillir les pécheurs  doit être pourtant une grande joie pour nous ; heureusement que Jésus accueille les pécheurs. Comme disait un saint Chilien, saint Alberto Hurtado : « ces paroles sont comme le distinctif exclusif de notre Seigneur, on pourrait les écrire au pied de la croix ou bien sur la porte du tabernacle ».

Les deux premières paraboles sont assez similaires dans leurs structures. La première est adressée aux hommes, aux interlocuteurs du Seigneur : « Si l’un de vous a cent brebis ». Avoir cent brebis à l’époque du Seigneur signifiait une grande richesse, ce berger de la parabole était donc riche. Les gens pouvaient se poser la question : « pour quoi  se soucier d’une seule, alors qu’Il abandonne les autres ? » Et voilà la logique de Dieu, chaque brebis compte pour Lui, Dieu ne regarde pas la masse, Dieu regarde chaque être humain ; Il est capable, seulement Lui de s’occuper de chacun de nous, comme si nous étions uniques, comme si les autres ne comptaient pas ; l’amour de Dieu est un amour personnel.

Dans la deuxième parabole, le scénario change. A côté de l’homme, apparaît dans l’histoire une femme, à côté de celui qui est riche on voit celle qui est pauvre. C’est comme si le Seigneur donnait le témoignage de deux personnes totalement différentes ; ce qu’Il a dit dans la première parabole, le Seigneur le confirme dans la deuxième. Celui qui répète par deux fois les mêmes principes ou les mêmes détails, même si l’histoire change un peu, veut graver plus profondément l’enseignement dans les cœurs de ceux qui l’écoutent et les pousser à réfléchir.

Posséder dix drachmes ou dix pièces de monnaies ne constituait pas une grande richesse, comme on a dit la femme était pauvre. Il est probable qu’en perdre une signifiait un vrai souci. Mais, une autre interprétation nous dit que les femmes recevaient le jour de leur mariage comme une sorte de foulard décoré avec ces pièces d’argent, qu’elles gardaient comme le beau et grand souvenir de ce moment, et pour cela on voit chez la femme de cette histoire la préoccupation qu’elle avait de retrouver la pièce perdue et sa joie de l’avoir retrouvée. Il est beau d’imaginer qu’en racontant cette parabole si familiale et domestique, le Seigneur avait le souvenir de sa Mère, la sainte Vierge Marie dans sa pauvre maison de Nazareth.

Nous avons déjà médité la troisième parabole cette année pendant le temps de carême, la parabole du Fils Prodigue ou celle que l’on devrait appeler plutôt du Père Miséricordieux.

Les deux premières paraboles, celle de la brebis et celle de la monnaie soulignent l’initiative de Dieu envers les pécheurs ; c’est Dieu celui qui va à la recherche du pécheur et l’homme ne peut revenir à Dieu que par une grâce venant de Dieu. La troisième parabole montrera ce qui arrive à celui qui s’égare, quelles sont les conséquences du fait d’être loin de Dieu, c’est-à-dire ce que fait le péché dans nos cœurs. Dans les deux premiers cas ce qui était perdu c’était un animal et un objet, dans la troisième parabole c’est le fils qui s’en va. En effet, dans la troisième parabole, le Seigneur veut montrer ce qu’est la conversion.

Les trois paraboles se concluent comme avec une ritournelle, un refrain d’un psaume :  j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue ! J’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue ! Mon fils était perdu, et il est retrouvé ! Et le Seigneur le dit de lui-même dans une autre occasion : « le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu ». 

La Miséricorde de Dieu demande en effet la conversion de l’homme et cela, il est nécessaire de bien le comprendre. Car Dieu fait miséricorde lorsque l’homme reconnaît qu’il a péché, dans la parabole du Fils prodigue on le voit clairement lorsqu’il dit : « Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi ».

Précisément, notre monde d’aujourd’hui pense que la liberté signifie faire ce que l’on veut, tout est permis et l’homme perd finalement la conscience d’avoir fait du mal, d’avoir péché contre Dieu et contre lui-même.

Saint Jean Paul II disait : « la liberté est un don de Dieu, mais la liberté a un prix et l’homme doit se demander toujours s’il a conservé sa dignité dans la liberté. La liberté ne signifie pas le caprice, l’homme ne peut pas faire tout ce qu’il peut, tout ce qu’il veut ou tout ce qui lui plaît. Il n’y a pas de liberté sans limites, l’homme est responsable devant lui-même, devant les autres hommes et devant Dieu ».

L’homme sans responsabilité tombe dans les plaisirs de cette vie et comme le fils prodigue, tombera finalement dans la servitude, perdant sa famille, sa patrie et sa liberté.

Le péché signifie le mépris de l’homme, le péché contredit son authentique dignité : « Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs ».

Mais la parabole ne permet pas que nous restions avec la triste situation de l’homme déchu avec toute la misère que cela implique. Les paroles « Je me lèverai, j’irai vers mon père » nous permettent d’apercevoir dans le cœur de ce fils le désir du bien et la lumière de l’espérance.

« Je me lèverai, j’irai vers mon père », mais en même temps, il a eu la claire conscience que, pour retourner avec le Père, il devait reconnaître sa faute : « et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. »

Comme le dit toujours le pape Jean Paul II : « Se convertir veut dire se réconcilier, et la réconciliation se réalise uniquement lorsque nous reconnaissons nos propres péchés. Reconnaître les péchés signifie donner témoignage de cette vérité : que Dieu est Père, un Père qui pardonne ».

« Méditez sur tout ce qui fait partie de ce chemin, disait encore le grand saint pape : examinez votre conscience – le repentir accompagné du ferme propos de changer – la confession et la pénitence. Renouvelez en vous la valeur de ce sacrement, la confession, appelé aussi « sacrement de la réconciliation ». »

L’apôtre Saint Paul a vécu intimement la Miséricorde de Dieu, lui aussi était un véritable fils prodigue. Mais comme un chant d’action de grâce, il se donne en exemple de Miséricorde dans la deuxième lecture d’aujourd’hui : « moi qui étais autrefois blasphémateur, persécuteur, violent et Il m’a été fait miséricorde. »

« Le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ; et moi, je suis le premier des pécheurs. Mais s’il m’a été fait miséricorde… pour donner un exemple à ceux qui devaient croire en lui. »

Demandons la grâce de renoncer au péché et de retrouver toujours ce Père qui nous attend pour nous pardonner. Cette grâce nous la demandons à la très Sainte Vierge Marie.

P. Luis Martinez IVE.

« Si vous voulez parvenir à posséder le Christ, ne le cherchez jamais sans la croix  » Saint Jean de lA Croix

Homélie pour le dimanche XXIII, année C (Lc 14, 25-33)

Quel homme peut découvrir les intentions de Dieu ? Qui peut comprendre les volontés du Seigneur ? C’est la question posée par l’auteur du livre de la Sagesse dans la première lecture de ce dimanche. L’auteur sacré montre après quel est le chemin par lequel Dieu peut révéler ses volontés : qui aurait connu ta volonté si tu n’avais pas donné la Sagesse et envoyé d’en haut ton Esprit Saint ?  Cette lecture est notre guide pour la méditation de l’évangile de ce dimanche.

La Sagesse de Dieu avec majuscule s’est révélée en Jésus- Christ, le Christ Jésus est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification, rédemption (1 Co. 1,30).

L’évangile de ce dimanche commence en disant que les foules faisaient route avec le Seigneur et que, à un moment donné, Il se retourne vers elles. Peut-être que ces gens le suivaient à cause des miracles, des signes qu’Il avait faits. Le Seigneur veut leur déclarer quelles sont les conditions nécessaires pour devenir ses véritables disciples, et comme nous le constatons, le chemin vers la croix se fait encore plus exigent. C’est que notre Seigneur demande maintenant l’authenticité du disciple.

Si le Seigneur est notre sagesse, Il est devenu aussi la mesure de tout ce qui conforme notre vie. Jésus-Christ est donc le centre de l’existence, de la vie de tout chrétien. Cela est reflété dans les trois idées principales de l’évangile :

  1. Le Seigneur est au-dessus des êtres qui nous sont les plus chers.
  2. Il faut que nous soyons disposés à voir nos croix à la lumière de la Croix du Christ.
  3. Il est nécessaire d’avoir du réalisme dans la vie de tout chrétien.

Si ces trois idées ne sont pas claires dans notre tête, nous ne pouvons pas nous considérer des vrais chrétiens, parce qu’on n’est pas de vrais disciples. Et pour cela, le Seigneur nous impose l’exigence de la réflexion, de la profonde considération dans notre vie.

Comme on peut voir dans l’évangile, le passage est suivi de deux petites paraboles, celle de la tour à bâtir et celle du roi qui se prépare pour une bataille. Dans ces deux histoires l’enseignement est surtout axé sur la magnitude du chemin commencé.

En effet, ce que nous devons saisir de ces deux paraboles c’est que les hommes de ce monde font plus attention à leurs projets pour cette vie, ils réfléchissent beaucoup plus et gardent une grande prudence humaine (et nous aussi d’ailleurs) que lorsqu’ils réfléchissent aux exigences de la vie chrétienne, ou de la vie spirituelle. Comme le Seigneur dit aussi dans l’évangile : « les fils de ce monde sont plus habiles que les fils de la lumière », et nous-mêmes, nous agissons beaucoup plus comme fils de ce monde (dont la pensée est mise dans les affaires d’ici-bas) que comme enfants de la lumière. 

Le vrai disciple de Jésus est celui qui considère les exigences et qui suit son Maître, convaincu que ce chemin implique le renoncement, le détachement et la croix.

En fait, pour devenir ses disciples, le Christ nous demande d’être prêts à renoncer aux choses que nous sont les plus chères à nous, Il nous demande d’avoir la disposition de cœur de renoncer à tout pour Lui.

Comme on a déjà dit (plus haut) Jésus demande trois choses pour devenir son disciple :

  1. Se détacher des êtres chers et de soi-même.
  2. Charger sa propre croix et le suivre.
  3. Le parfait détachement de tout ce qu’on possède.

D’abord, on doit renoncer aux nôtres lorsqu’ils s’opposent ou constituent un obstacle en quelque sorte pour pouvoir suivre et imiter Notre Seigneur, c’est-à-dire pour accomplir la volonté de Dieu (« Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, etc… »).  

Et de cela, Il nous a donné lui-même l’exemple ; lorsqu’Il avait 12 ans, Jésus enfant dit à sa Mère qu’Il devait s’occuper des choses de son Père. L’évangile nous dit que Jésus avait aussi corrigé saint Pierre lorsque celui-ci a voulu l’éloigner du chemin de la croix, Jésus n’hésite pas à donner le nom de Satan à celui qui est son disciple et ami.

L’amour pour le Christ n’exclut pas les autres amours mais les ordonne ; et si un amour de ce monde s’oppose à Sa volonté, il est évident que cet amour n’est pas voulu par Dieu, qu’il n’est pas un amour béni et saint.

Nous devons renoncer à nous-mêmes et à ce qui nous fait plaisir lorsque cela est en contradiction avec l’évangile. Le monde « se colle » comme la poussière aux pieds, ses maximes envahissent très facilement nos pensées, mais tout ce qui est mondain doit disparaître si nous voulons devenir ses vrais disciples.

Le Christ nous demande de renoncer de cœur à tout ce qui nous appartient. Avoir des biens, mais sans leur attacher le cœur , que notre âme ne soit pas dominée par les biens de ce monde afin d’obéir plus facilement à Jésus. L’évangile nous montre le triste exemple de ce jeune riche, qui n’a pas accepté de suivre le Christ à cause de ses richesses. Mais, nous ne devons pas penser que ce sont seulement les grandes richesses qui peuvent nous faire obstacle dans l’imitation du Seigneur ; il peut y avoir de petites choses qui nous empêchent de le suivre, saint Jean de la croix disait que « pour fin que soit le fil, l’oiseau y demeurera attaché comme à la grosse corde, tant qu’il ne le brisera pas pour voler ».

Et finalement, comme nous l’avons dit : il faut aussi que nous soyons disposés à voir nos croix à la lumière de la Croix du Christ. Savoir nous charger de notre croix, parce qu’elle est une participation à celle du Christ, avec nos croix Jésus nous associe à la sienne et à son œuvre de Rédemption.

La tentation d’abandonner la croix, de pouvoir nous en débarrasser est toujours présente en nous. Mais celui qui se rebelle contre sa croix risque de vivre une vie triste, et de trouver une croix plus lourde que celle qu’il a refusée, la croix que lui-même a fabriquée en laissant de côté celle que Dieu lui donne.

Par contre, le chrétien qui accepte la croix que Dieu lui envoie dans sa providence, y trouve la vraie joie dans le service de Jésus, il est joyeux de suivre le Christ, d’être pleinement son disciple.

Il n’existe pas un christianisme authentique, sans contempler la croix, sans les épreuves nécessaires de ce monde, ce sont de menteurs ceux qui prêchent que la véritable vie est sans souffrance, avec tous les bonheurs de ce monde. Écoutons encore saint Jean de la Croix qui nous parle : « S’il venait un temps où quelqu’un — prélat ou non — voulût vous persuader de suivre une doctrine de facilité et de plus grand soulagement n’y croyez pas, ni ne l’embrassez pas, la confirmât-il par des miracles… Si vous voulez parvenir à posséder le Christ, ne le cherchez jamais sans la croix ».

« Celui qui ne cherche pas la croix de Jésus, ne cherche pas vraiment non plus la gloire de Jésus. »

Nous sommes les disciples du Seigneur par vocation, alors : le suivons-nous par intérêt ? Acceptons-nous tout ce qu’Il demande dans l’évangile ? Car les conditions sont très claires dans l’évangile de ce dimanche.

Le Christ n’est pas venu pour nous faire la vie facile, Il est venu pour faire de nous de saints. Mais, il est évident que dans cette mission, Il ne nous laisse pas seuls, Il vient avec le secours de sa grâce.

Nous concluons avec une pensée de saint Louis Marie Grignion de Montfort aux amis de la Croix : «  Je crois qu’une personne qui veut être dévote et vivre pieusement en Jésus-Christ, et par conséquent souffrir persécution et porter tous les jours sa croix, ne portera jamais de grandes croix, ou ne les portera pas joyeusement ni jusqu’à la fin sans une tendre dévotion à la Sainte Vierge ».

P. Luis Martinez. IVE.