LES ÉTAPES DE LA VIE DE CHARLES DE FOUCAULD XXV

ERMITE AU HOGGAR

Dès que la décision est prise, Charles de Foucauld se révèle colonisateur, il voudrait attirer et établir au Hoggar, — la liste est curieuse, et un économiste l’aurait peut-être moins bien faite, – un pépiniériste, un puisatier, un médecin, quelques femmes sachant tisser la laine, le coton et le poil de chameau ; puis un ou deux marchands de cotonnades, de quincaillerie, de sucre et de sel, mais de braves gens « qui nous fassent bénir et non maudire ».

Le seul défaut de Tamanrasset, pour l’ermite, c’est l’absence de tout prêtre dans le voisinage, ou simplement à distance raisonnable. « Il me faut, à vitesse moyenne, soixante jours pour arriver à Beni-Ounif, seul point où je puis commodément trouver un prêtre. Je ne crois pas que le précepte (de la confession) oblige dans de telles conditions. Malgré ma misère, je vis tranquille et en grande paix. »

Frère Charles, ainsi qu’il l’a fait à Beni-Abbès, commence par bâtir à Tamanrasset une « maison », ou pour mieux dire une sorte de couloir de 6 mètres de long sur 1 m. 75 de large, servant de chapelle et de sacristie. Lui, il aura d’abord une hutte de roseaux, pour travailler et dormir, à quelque distance ; puis il allongera le couloir, et séparera, par un rideau, la chapelle de la bibliothèque et de la chambre. Il célèbre la première messe au Hoggar le 7 septembre 1905. Il compte demeurer là jusqu’à l’automne de 1906, partir alors pour Beni-Abbès, où il passera l’automne et l’hiver, puis revenir à Tamanrasset au commencement de l’été 1907. Il se partagera ainsi entre les deux ermitages. Il sera le migrateur, le moine aux deux huttes, l’ami de deux peuples délaissés.

De la porte de sa cabane, il découvre le haut plateau de Tamanrasset à 1.494 mètres d’altitude, coupé par le lit sec d’un fleuve. Dans la dépression des terres, quelques essais de culture primitifs. Tout autour, un terrain ondulé, caillouteux, où pousse tous les dix mètres, une touffe d’herbes dures. La teinte fanée de leur feuillage ne repose pas la vue et n’a pas de joie en elle. La beauté de la vallée lui vient de son cadre de montagnes, car au nord, à 4 ou 5 kilomètres de l’ermitage, se lève le massif de la Koudia, dominé par le pic Ilaman, haut de 3.000 mètres et par des montagnes rocheuses, entassées, nues, que le soleil colore, et surtout vers le soir, de teintes de pourpre ardente ou de pourpre violette. A l’est c’est la petite chaîne de l’Hageran, A l’Ouest, les vallonnements par où s’engage la piste d’In-Salah.

A l’ombre d’un éthel isolé, sorte de tamaris énorme et rond, le Père de Foucauld a établi son ermitage. Aux environs, d’autres huttes de roseaux, où vivent des harratin. Dans l’étendue errent des pasteurs Touaregs, que l’été chassera jusque dans la région soudanaise. Des caravanes passent, se rendant avec des moutons et des chèvres vers les marchés de Tidikelt ou de Rhât, ou de Rhadamès, d’où ils rapporteront des cotonnades, des dattes, du miel.

« Le Père de Foucauld »

René BAZIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.