Ils sont assis au premier poste

Lire l’évangile du dimanche XXXI  (Mt 23, 1-12)

« Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara », ces paroles qui sont le début de l’évangile d’aujourd’hui. Si nous faisons un peu de mémoire, les dimanches précédents les textes de l’évangile nous montraient les différents pièges que les ennemis du Christ préparaient contre Lui, et auxquels le Seigneur répondait avec des enseignements sublimes (la monnaie de César, quel était le grand commandement). Mais le Seigneur ne répond plus maintenant à des questions piège, Il s’adresse plutôt à la foule et a ses disciples. Les scribes et les pharisiens n’osaient plus l’interroger et devant les questions posées par Jésus lui-même, ils ne savaient quoi répondre. « Après avoir détruit les argumentations des pharisiens avec sa Gloire et sa Sagesse, dit saint Thomas d’Aquin, maintenant Jésus les confronte d’une façon acérée et forte par rapport à leur justice et leur sainteté de vie ».

Les paroles que le Seigneur adresse étaient dures mais en même temps chargées d’un grand réalisme. Mais nous serions des véritables insensés si nous n’appliquions ce discours qu’aux pharisiens sans l’étendre dans le temps à l’Eglise vers ses membres. En fait, comme l’écrit Origène, le Seigneur ne s’adressait pas aux pharisiens, mais à la foule et à ses disciples. Et pour cela la clé d’interprétation nous devons la chercher dans la première lecture de ce jour : « Maintenant, prêtres, à vous cet avertissement ». Ainsi, il est très difficile pour un prêtre de parler à ses fidèles de ce qu’il doit lui-même accomplir ou plutôt de ce dont il doit se garder et protéger.

Saint Thomas d’Aquin, lorsqu’il fait le commentaire de cet évangile dit clairement que le Seigneur s’adresse à tous les prélats, nous savons que le mot « prélat » signifie tous ceux qui sont dans les ordres, depuis le pape jusqu’au dernier jeune qui se prépare pour devenir prêtre, ce sont eux qui en fait sont et seront les dirigeants de l’Eglise, les pasteurs.

Mais avoir un « poste » (il vaut mieux dire une « charge », parce que cela implique une grande responsabilité) dans l’Eglise fait que l’orgueil humain parfois rentre dans l’âme et devienne de la vaine gloire (une gloire qui n’a pas de sens, parce que la vraie gloire appartient à Dieu seul), Saint Jean Chrysostome disait « enlève la vaine gloire du clergé et sans travail (sans effort) tu supprimeras tous les autres vices ».

Et pour quoi le Seigneur fait-il ce discours regardant les fidèles et non pas seulement les apôtres ? Pour quoi la foule d’autres disciples devait-elle aussi écouter ses paroles ? Tout d’abord parce que le clergé sera toujours à la tête de la communauté chrétienne, le Seigneur veut donc avertir les fidèles et les prévenir pour qu’ils ne tombent pas dans ces mêmes défauts. Mais il y a une deuxième raison, pour que les fidèles prennent garde et se protègent contre les supérieurs qui tombent dans ces défauts et ces vices, ces supérieurs qui devraient avoir été des défenseurs mais qui sont devenus des motifs de scandale.

Le premier but de Jésus c’est d’instruire ses disciples par rapport aux vices de la secte des pharisiens, pour leur démontrer la malice de leur conduite, ils se sont assis sur la chaire de Moïse, mais avec l’intention d’en profiter pour leur propre gloire. Le Seigneur apprend aux disciples à leur obéir en ce qu’il faut leur obéir, mais avec prudence et discernement.

Nous devons signaler aussi qu’au début du discours l’évangéliste utilise un verbe que nous traduisons par  le mot « déclarer », mais qu’il est plus fort en grec et en latin, le verbe à l’origine veut dire que le Seigneur avait en lui la disposition de ne rien se taire et de tout dire par rapport à eux, de démasquer enfin toute la malice des pharisiens et le danger que cela impliquerait pour les disciples et pour l’Eglise dans le futur.

Un commentateur a dit que le pharisaïsme est entré après dans l’Eglise chez beaucoup de ses membres au long de l’histoire, c’est comme le vice de la véritable religion toujours prêt à envahir l’âme de ses membres. En fait, il disait aussi que selon les évangiles le pharisaïsme descend en 7 degrés vers le mal : le premier, la religion devient extérieure et ostentatoire ; le second, elle tombe dans la routine et se fait comme un office (sans vie) ; le troisième la religion devient un business (dont le but c’est l’argent) ; le quatrième, elle se transforme en un moyen pour avoir le pouvoir et de l’influence pour dominer les autres ; le cinquième, automatiquement les pharisiens commencent à détester ceux qui sont des religieux authentiques ; le sixième, c’est la persécution contre ceux qui vivent bien la religion et finalement en septième, c’est le sacrilège et l’homicide (déicide dans le cas de Jésus).

Revenant à l’évangile, saint Thomas explique que si les pharisiens prêchaient et sans rien dire d’autre, ce serait une chose. Mais ils ne s’arrêtent pas à cela, ils imposent aux autres de dures charges qu’ils ne peuvent pas porter, ce qui est un manque de discernement, car ils écrasent les faibles. Et de plus ils abusent des autres car comme dit l’évangile « ils imposaient » marquant l’abus qu’ils faisaient sur les fidèles.

Cette vaine gloire des pharisiens que nous avons énoncée plus haut peut consister toujours selon Saint Thomas en trois notions: la première c’est la primauté sur les autres, la deuxième de se faire donner de la révérence et la troisième, l’excellence du nom, la renommée (laus nominis). L’on cherche soit l’une des trois soit les trois ensembles.

Le Seigneur dit en effet qu’ils aiment les places d’honneur dans les dîners, aimer dans le sens de s’attacher, et cela on peut l’appliquer au fait de s’accrocher à l’autorité. Il ne fait pas trop référence à l’endroit physique, parce qu’il y a ceux qui sont aux premiers postes mais qui se considèrent les derniers dans le cœur. Mais il existe aussi à l’inverse, ceux qui se mettent avec les gestes ou la prédication à la dernière place pour faire de la démagogie, et pour que les gens disent « regarde, qu’il est humble cet évêque ou ce prêtre », dans le cœur continue saint Thomas, ils sont assis au premier poste.

D’autres cherchent, la primauté dans les lieux sacrés, l’Eglise ; pour pouvoir faire passer la doctrine qu’ils aiment, nous pouvons dire qu’ils sèment l’idéologie  et pas la bonne semence de l’Evangile.

Lorsqu’il dit aussi qu’ils veulent se faire appeler Rabbi, il peut signifier qu’ils veulent se procurer la renommée, une excellence du nom, étant toujours un geste de vanité.

Mais nous devons dire également que le mal peut venir des guides de l’Eglise, lorsqu’ils utilisent l’autorité pour semer l’erreur dans le cœur des gens. Aujourd’hui nous écoutons avec une grande douleur beaucoup de voix qui parlent de l’évolution des dogmes, de la mise à jour l’évangile, d’en finir avec la pensée de l’Eglise du Moyen-Âge ; l’objectif en fin de compte étant d’enlever de l’Eglise l’esprit de l’Evangile, chose impossible, mais qui fait beaucoup de mal à un grand nombre de chrétiens.

Pour ces mauvais pasteurs, on peut appliquer la phrase de la première lecture du prophète Malachie : Vous vous êtes écartés de la route, vous avez fait de la Loi une occasion de chute pour la multitude, vous avez détruit mon alliance. À mon tour je vous ai méprisés, abaissés devant tout le peuple, puisque vous n’avez pas gardé mes chemins, mais agi avec partialité dans l’application de la Loi.

Pour conclure, nous devons savoir que le pouvoir spirituel donné par Dieu aux évêques et aux prêtres est tellement grand que la tentation de la recherche de la gloire est aussi grande et toujours présente. Ce pouvoir consiste essentiellement en la conversion du pain et du vin dans le Corps et le Sang de Notre Seigneur, à pardonner les péchés et conférer la grâce à travers les autres sacrements. Saint Joseph Cafasso disait qu’il suffit qu’un prêtre fasse un tiers de ce qu’il doit faire pour les gens le considèrent comme un saint.

Nous devons donc prier pour que tous les prélats accomplissent de la meilleure manière leur vocation d’abord pour leur bien et pour le bien de tous les fidèles. En plus, sachons discerner, accomplissons la loi de Dieu et n’imitons pas les mauvais exemples ; ne nous habituons pas non plus au mal, à le regarder sans rien faire et vivons le mieux que possible notre foi.

Cette grâce nous la demandons à la très Sainte Vierge Marie.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

 

Les saints ont pris les paroles de Jésus au sérieux

Solennité de tous les saints

Il est toujours bien de savoir les origines de chaque fête chrétienne, ce n’est pas pour alimenter notre curiosité, mais plutôt pour grandir dans notre foi. Il y avait à Rome dans les temps du paganisme, un temple appelé Panthéon, dédié à tous les dieux. Trois siècles après que Rome soit devenue chrétienne, le pape Boniface, dans l’année 605, a demandé à l’empereur romain Phocas de transformer ce temple et d’en faire une Eglise, dédiée à la « Sainte Vierge Marie et tous les martyrs ». La consécration se fait donc le 13 mai, et c’est devenu la date pour fêter d’abord les martyrs inconnus et après tous les saints ensembles. Mais l’histoire nous dit qu’à cette fête se rendait une multitude des gens dans les premiers années et que le manque de vivres ne permettait pas de la célébrer. Un autre pape, du nom de Grégoire IV, établit donc de la transférer aux calendes (1er) de novembre, alors que la moisson et les vendanges étaient terminées et il décida qu’on célébrerait en ce jour, dans l’univers entier, une fête solennelle en l’honneur de tous les saints. Ce fut ainsi qu’un temple bâti pour toutes les idoles fut dédié à tous les saints, et que l’on adresse de pieuses louanges à la multitude des saints dans un lieu où l’on adorait une multitude d’idoles.

Pour nous cette fête et la commémoration des défunts nous aident à célébrer ce que nous professons dans le Credo : « Je crois à la communion des saints ».

Qu’est-ce que cela veut dire la « communion des saints » ? La communion des saints est précisément l’Église. C’est-à-dire, tous les membres de l’Eglise, ceux qui sont désormais au Ciel, ceux qui purifient leurs péchés au purgatoire pour entrer au Ciel, et ceux qui vivent la grâce de Dieu ici sur la terre.

« Nous croyons, nous dit le Catéchisme, à la communion de tous les fidèles du Christ, de ceux qui sont pèlerins sur la terre, des défunts qui achèvent leur purification, des bienheureux du ciel, tous ensemble formant une seule Église, et nous croyons que dans cette communion l’amour miséricordieux de Dieu et de ses Saints est toujours à l’écoute de nos prières ».

D’abord nous célébrons les habitants du Ciel à qui nous demandons constamment leur intercession. « Étant en effet plus intimement liés avec le Christ, les habitants du ciel contribuent à affermir plus solidement l’Église en sainteté (…). Ils ne cessent d’intercéder pour nous auprès du Père ». Il est vrai que l’Eglise nous met un grand nombre de Saints pour que nous les suivions comme des modèles dans notre vie, ils intercèdent aussi pour nous au ciel, mais il y a aussi tous ces Saints inconnus, parce qu’à la fin tout homme et femme qui est au ciel a le droit d’être appelé saint ou sainte. Et le fait le plus important est qu’ils prient pour nous, ils intercèdent pour nous, pensons aux membres de nos familles déjà partis, s’ils sont au Ciel, ils intercèdent pour nous.

La communion des saints fait aussi référence aux âmes bénies du purgatoire, bénies parce que Dieu a eu miséricorde de leurs péchés, comme nous espérons qu’Il fasse miséricorde des nôtres. Et c’est la communion avec les défunts. « L’Église a entouré de beaucoup de piété la mémoire des défunts dès les premiers temps du christianisme en offrant aussi pour eux ses suffrages ; car ‘la pensée de prier pour les morts, afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés, est une pensée sainte et pieuse’ (2 M 12, 45)  » (LG 50). Notre prière pour eux peut non seulement les aider mais aussi rendre efficace leur intercession en notre faveur (lorsqu’ils seront au Ciel, ils nous rendront ce que nous avons fait pour eux).

Si nous revenons aux trois lectures que nous avons proclamées dans cette solennité, nous devons voir deux aspects importants pour notre vie spirituelle.

Le premier c’est l’invitation à l’espérance ; à nous réjouir parce que Dieu nous a promis que nos noms seront inscrits dans le Ciel : « Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau. » On peut se poser cette question : quel est le chrétien dont la foi ne soit pas éprouvée dans ce monde ? Si nous restons fermes à la foi de l’Eglise nous sommes aussi éprouvés. Saint Jean nous dit aussi : Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu. Mais, ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est.

Mais si Saint Jean nous fait grandir dans l’espérance soit dans l’Apocalypses soit dans sa lettre ; dans l’Evangile, le Seigneur avec ses béatitudes nous montre quel est le chemin à parcourir.

Comme disait le Pape Benoît dans une homélie : « Les Béatitudes nous montrent la physionomie spirituelle de Jésus, et expriment ainsi son mystère, le mystère de Mort et de Résurrection, de Passion, et de joie de la Résurrection. Ce mystère, qui est le mystère de la véritable Béatitude, nous invite à suivre Jésus et, ainsi, à nous acheminer vers elle ».

Et c’est pour cela que les béatitudes ont du sens seulement pour ceux qui espèrent, ceux qui désirent la vie éternelle. Pour ceux qui sont né de la chair, pour ceux qui sont attachés aux plaisirs de ce monde, les paroles de Jésus sont absurdes, incompréhensibles.

Le Seigneur proclame « bienheureux » et, nous pourrions dire, Il « canonise » tout d’abord ceux qui ont une âme de pauvres, c’est-à-dire ceux qui ont le cœur libre de tout préjugé et conditionnement, et qui sont donc totalement ouverts à la volonté divine. L’adhésion totale et confiante à Dieu suppose le dépouillement et un détachement de soi-même.

Bienheureux les affligés ! C’est non seulement la béatitude de ceux qui souffrent pour les nombreuses difficultés liées à la condition humaine mortelle, mais également de ceux qui acceptent avec courage les souffrances dérivant de la profession sincère de la morale évangélique. 

Bienheureux les cœurs purs ! Ceux qui sont proclamés bienheureux sont ceux qui ne se contentent pas de pureté extérieure ou rituelle, mais qui recherchent la rectitude intérieure absolue qui laisse dehors tout mensonge ou duplicité, qui n’ont pas le cœur double.

Bienheureux les affamés et assoiffés de la justice ! La pensée de Jésus dépasse la justice humaine et va vers une justice plus grande encore qui se trouve dans la recherche de la volonté salvatrice de Dieu, le juste dans la bible est tout d’abord le saint.  Jésus dit:  « C’est en faisant la volonté de mon Père qu’on entrera dans le Royaume des cieux » (cf. Mt 7, 21).

Bienheureux les miséricordieux ! Bienheureux sont ceux qui vainquent la dureté de cœur et l’indifférence, pour reconnaître de façon concrète la primauté de l’amour plein de compassion, à l’exemple du bon Samaritain et, en dernière analyse, du Père « riche de miséricorde » (Ep 2, 4).

Bienheureux les artisans de paix ! La paix, le résumé de tous les biens messianiques, est une tâche exigeante. Quelle est la paix que le Seigneur nous demande ? C’est la paix inspirée dans sa loi, dans son amour, le monde d’aujourd’hui veut avoir une paix mais sans Dieu, lorsque c’est avec Dieu nous parvenons à la véritable paix.

Les saints ont pris ces paroles de Jésus au sérieux. Ils ont cru que le « bonheur » leur serait donné du fait qu’ils traduisaient ces béatitudes dans leur existence. Malgré les épreuves, les périodes sombres, les difficultés, les échecs, ils ont goûté ici-bas la joie profonde de la communion avec le Christ. Ils n’avaient rien de différent avec nous, mais ils savaient que suivre le Christ implique de vivre les béatitudes d’une façon concrète et pas poétique et superficielle.

La Vierge Marie a vécu d’avance toutes ces béatitudes, elle les a toutes concentrées en une seule : la béatitude qui résume toutes les autres : »Bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur » (Lc 1, 45).

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné