Archives par mot-clé : Bienheureux Charles de Foucauld

« Donnez, et l’on vous donnera »

Aumône 1Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde. Le mot de miséricorde est doux, mes frères. Si le mot est doux, combien plus la chose ? Et alors que tous les hommes veulent l’obtenir, ce qui est malheureux, c’est que tous ne font pas ce qu’il faut pour mériter de la recevoir. Tous veulent recevoir la miséricorde, mais il y en a peu qui veulent la donner.

Et toi, de quel front oses-tu demander ce que tu négliges de donner ? Il doit commencer par faire miséricorde en ce monde, celui qui souhaite la recevoir dans le ciel. Aussi, frères très chers, puisque nous voulons tous la miséricorde, prenons-la comme protectrice en ce monde, pour qu’elle nous délivre dans le monde à venir. Il y a en effet une miséricorde dans le ciel, à laquelle on parvient par les miséricordes terrestres. L’Ecriture le dit bien : Seigneur, ta miséricorde est dans le ciel.

Il y a donc une miséricorde sur la terre et une autre dans le ciel, c’est-à-dire l’une, humaine et l’autre, divine. Comment définir la miséricorde humaine ? C’est que tu prennes garde aux misères des pauvres. Comment définir la miséricorde divine ? Sans aucun doute, c’est qu’elle accorde le pardon des péchés. Tout ce que la miséricorde humaine dépense dans le voyage, la miséricorde divine le rend dans la patrie. Car c’est Dieu qui, en ce monde, souffre du froid et de la faim en tous les pauvres, comme il l’a dit lui-même : Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait. Dieu qui, du haut du ciel, veut donner, sur la terre veut recevoir.

Quelle sorte de gens sommes-nous donc, nous qui voulons recevoir lorsque Dieu donne ; et lorsqu’il demande, nous ne voulons pas donner ? Quand le pauvre a faim, c’est le Christ qui est dans l’indigence, comme il le dit lui-même : J’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger. Ne méprise donc pas la misère des pauvres, si tu veux espérer avec confiance le pardon de tes péchés. Le Christ a faim maintenant, mes frères, lui-même a voulu avoir faim et soif dans la personne de tous les pauvres; et ce qu’il reçoit sur la terre, il le rend dans le ciel.

Je vousAumone le demande, mes frères, que voulez-vous, que cherchez-vous quand vous venez à l’église ? Quoi donc, sinon la miséricorde ? Donnez celle de la terre, et vous recevrez celle du ciel. Le pauvre te demande, et tu demandes à Dieu: il demande une bouchée de pain, et toi, la vie éternelle. Donne au mendiant pour mériter que le Christ te donne ; écoute-le qui dit : Donnez, et il vous sera donné. Je ne sais de quel front tu veux recevoir ce que tu ne veux pas donner. Et c’est pourquoi, lorsque vous venez à l’église, faites l’aumône aux pauvres, selon vos ressources.

Homélie de saint Césaire d’Arles sur la miséricorde

Source: AELF

BIENHEUREUX CHARLES DE FOUCAULD

Le 1er décembre, l’Eglise célèbre le Bienheureux Charles de Foucauld, patron de notre monastère en Tunisie.

Bx Charles de FoucauldDES MEDITATIONS DU BIENHEUREUX CHARLES DE FOUCAULD

(La bonté de Dieu, méditation 234)

Le Seigneur nous aide dans le moment présent

« Quand on vous traduira en jugement, ne cherchez pas d’avance ce que vous répondrez… l’Esprit-Saint, Lui-même parlera par votre bouche. » (Mc. 12,32 – 13,11).

Que vous êtes bon, mon Dieu ! Vous qui en tout instant, en toutes circonstances de leur vie, donnez toujours à Vos serviteurs tout ce qui leur faut pour accomplir pleinement la mission que Vous leur donnez.

[…] Dieu nous donnera à toute heure ce qu’il faut pour remplir toute mission qu’Il lui plaira de nous donner… Il nous le donnera surnaturellement, sans nulle préparation de notre part, si cela Lui plaît, comme Il le fit pour ses grands apôtres Pierre et Paul, mes Pères bien-aimés, dont c’est aujourd’hui la fête (saint Paul n’apprit l’Evangile d’aucun homme : lorsque Jésus voulut le lui faire prêcher, Il le lui révéla… Que ne révèle-t-il pas soit à Pierre, soit à Paul !… Il éclaire toute âme comme Il veut, quand Il veut, aussi rapidement, aussi complètement, aussi définitivement qu’il veut)…

Ou bien Il nous le donnera en nous faisant coopérer par notre travail à Sa grâce, et alors Lui-même nous dira à quel moment précis, de quelle manière précise, il faut accomplir ces travaux préparatoires… C’est à Lui à nous y appeler à l’heure où il veut que nous nous y livrions, comme c’est à Lui à nous donner telle ou telle mission à l’heure où il veut que nous l’entreprenions… Nous n’avons qu’à obéir à tout instant, en faisant à tout instant ce qu’il commande dans l’instant présent…

Qu’est-ce qu’il nous commande dans le moment présent ? – « Qui vous écoute, m’écoute », c’est notre directeur spirituel, représentant de Dieu à notre égard, qui nous le dira à tout instant : lorsque, pour quelque raison indépendante de notre volonté, nous ne pouvons avoir, bien que nous fassions tous nos efforts pour cela, la réponse de notre directeur, l’Esprit-Saint, voyant notre soumission et notre bonne volonté, ne nous laissera pas offenser Dieu, et nous guidera, jusqu’à ce que nous puissions avoir l’avis de notre directeur, par d’autres moyens (soit par les évènements, soit par l’Evangile, soit par la raison éclairée par la foi, soit par les nombreux moyens qu’Il a à sa disposition)…

Dieu notre Père, tu as appelé le Bienheureux Charles de Foucauld à vivre de ton amour dans l’intimité de ton Fils, Jésus de Nazareth. Accorde-nous de trouver dans l’Evangile, le fondement d’une vie chrétienne de plus en plus rayonnante, et dans l’Eucharistie, la source d’une fraternité universelle.

Plus d’information sur la vie du Bx. Charles de Foucauld:
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/csaints/documents/rc_con_csaints_doc_20051113_beatificazioni_fr.html
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20051113_de-foucauld_fr.html