Archives par mot-clé : confession

Qui tollis peccata mundi! La grâce de la confession

Homélie pour le II Dimanche du T. O. , année A (Jn 1, 29-34)

« Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » L’évangile de ce dimanche rapporte ces paroles de saint Jean Baptiste, ce sont les mêmes paroles que le prêtre reprend à chaque messe, après que les fidèles l’aient aussi chanté par trois fois.

Il est évident que saint Jean Baptiste avait des raisons pour signaler le Seigneur comme l’Agneau de Dieu. Depuis Moïse, la figure de l’agneau pascal était liée à la libération d’Egypte. Là-bas, Dieu avait épargné de la mort ceux qui avaient marqué les portes de leur maison avec le sang de cet agneau.

Depuis cet événement, l’image de l’agneau sacrifié prophétisait celle du Messie. Le Serviteur du Seigneur, le nom que les prophètes Jérémie et Isaïe donnaient au Christ, devait être conduit à la mort comme un agneau innocent : « Moi, j’étais comme un agneau docile qu’on emmène à l’abattoir…» (Jér. 11,19) ; « Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche (Is 53,7) ».

Dans le nouveau Testament, le Sacrifice Rédempteur de Jésus signifie pour l’apôtre Saint Paul, la Pâque définitive : « notre agneau pascal a été immolé : c’est le Christ » (1 Cor. 5,7).

Mais, si nous ouvrons le dernier livre de la Bible, le livre de l’Apocalypse, saint Jean, l’apôtre voit le triomphe final de Notre Seigneur comme le triomphe de l’Agneau : « j’ai vu, entre le Trône, les quatre Vivants et les Anciens, un Agneau debout, comme égorgé (référence à son sacrifice) », « j’ai vu : et j’entendis la voix d’une multitude d’anges qui entouraient le Trône, les Vivants et les Anciens ; ils étaient des myriades de myriades, par milliers de milliers. Ils disaient d’une voix forte : ‘Il est digne, l’Agneau immolé, de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et louange.’ »

Nous devons encore préciser que le verbe utilisé par saint Jean est encore plus profond que celui que nous traduisons par « enlever » « tollere » en latin ; une traduction plus approximative au sens originaire c’est : « Voici l’Agneau de Dieu, celui qui prend sur ses épaules nos péchés, assumant en lui le châtiment de ces fautes afin de les détruire, les effacer ». Le Seigneur accepte donc de les porter sur lui-même dans sa Passion pour que Dieu ne se souvienne plus de nos péchés.

A partir de cette idée, nous allons réfléchir aujourd’hui sur le sacrement du pardon des péchés par excellence, qui est la Confession, sans oublier que le Baptême aussi nous pardonne tous les péchés, et pour cela Les Pères de l’Église présentent ce sacrement comme  » la seconde planche [de salut] après le naufrage qu’est la perte de la grâce  » (Tertullien, pæn. 4, 2 ; cf. Cc. Trente : DS 1542) (CEC. 1446).

S. Ambroise parle des deux conversions en écrivant que, dans l’Église,  » il y a l’eau et les larmes : l’eau du Baptême et les larmes de la Pénitence  » (ep. 41, 12 : PL 16, 1116B).

Comme nous le savons, nous révélons dans le sacrement de la confession nos propres péchés et pas ceux des autres (comme cela arrive parfois avec les gens qui ne comprennent pas le véritable but de la confession…). Et c’est avec raison qu’on la nomme « accusation », parce que nous ne devons point confesser nos péchés, comme pour en faire parade, à l’exemple de ceux « qui se réjouissent quand ils ont fait le mal », ne pas en faire un récit, comme s’il s’agissait d’amuser des auditeurs oisifs ; il faut en revanche énumérer les péchés avec l’intention de nous avouer coupables, et le désir de les venger sur nous-mêmes par la Pénitence. Si nous confessons nos péchés, c’est pour en obtenir le pardon.

Selon les paroles de Saint Augustin : « La Confession, c’est la révélation d’une maladie cachée, avec l’espoir d’en obtenir la guérison. »

La Confession a été instituée par Notre Seigneur Jésus-Christ (qui a bien fait toutes choses, et uniquement pour notre salut), elle est un effet de sa bonté et de sa miséricorde infinie envers nous. Il l’a fait le jour de sa Résurrection : ses Apôtres étaient réunis dans un même lieu (le Cénacle), Il souffla sur eux, en disant: « Recevez le Saint-Esprit, à qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus» (Jn. 20,23). 

Le ministre de la confession est le prêtre. Mais si Notre Seigneur a donné aux prêtres le pouvoir de retenir et de remettre les péchés, Il les a évidemment aussi établis juges en cette matière ; alors, pour juger il faut connaître la cause, et pour cette raison les prêtres doivent connaître les péchés de ceux qui se confessent.

Au moment du miracle de la résurrection de son ami, Lazare, le Seigneur avait chargé ceux qui étaient là, ses disciples, de le dégager des liens qui le tenaient enseveli, cette image est reprise par Saint Augustin qui explique ce passage en disant:  « Maintenant, les prêtres peuvent eux-mêmes être encore plus utiles et remettre beaucoup plus aux pénitents dont ils pardonnent les péchés dans la Confession ; car en donnant à ses Apôtres le soin de délier Lazare qu’Il venait de ressusciter, Jésus-Christ montrait par-là que les prêtres ont reçu le pouvoir de délier. » C’est encore pour nous apprendre la même vérité que le Sauveur ayant guéri les dix lépreux sur le chemin, leur ordonna « d’aller se faire voir aux Prêtres » et de se soumettre à leur décision. A travers ces images donc, nous arrivons à comprendre la fonction des prêtres dans ce sacrement et le besoin que nous avons de leur déclarer nos péchés.

Beaucoup de gens ignorent vraiment le bien de la Confession, avançant précisément le fait déclarer les péchés devant un homme et argumentant parfois qu’ils préfèrent le faire devant Dieu même. Nous savons qu’il est impossible de porter un jugement équitable, et de respecter les véritables règles de la justice en punissant le crime dans une cause qui n’est point suffisamment instruite, et que l’on ne connaît point à fond (comment donner une sentence sur une cause qu’on ne connaît pas ?), il s’ensuit donc que les pénitents sont obligés de révéler aux prêtres, par la Confession, tous leurs péchés les uns après les autres.

Saint Augustin comprenait admirablement cette vérité, lorsqu’il s’écriait : « non, que personne ne se dise : Je fais en secret pénitence devant le Seigneur, et Dieu de qui vient le pardon connaît bien ce que j’éprouve au fond du cœur. Car alors le Seigneur aurait dit sans raison (aux apôtres) : ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel ; sans raison aussi les clefs auraient été confiées à l’Eglise de Dieu ».

« Lequel des deux, dit à son tour saint Ambroise, honore Dieu davantage, celui qui obéit à ses Commandements, ou celui qui y résiste ? Dieu nous a ordonné d’obéir à ses ministres, et lorsque nous leur obéissons, c’est Dieu seul que nous honorons. ».

Et saint Jérôme :  » Si le malade rougit de découvrir sa plaie au médecin, la médecine ne soigne pas ce qu’elle ignore  » (S. Jérôme, Eccl. 10, 11 : PL 23, 1096)

Le sacrement de la confession est un grand bien pour notre salut éternel. En effet, le Catéchisme de l’Eglise Catholique enseigne que  » Toute l’efficacité de la Pénitence consiste à nous rétablir dans la grâce de Dieu et à nous unir à Lui dans une souveraine amitié  » (Catech. R. 2, 5, 18). Le but et l’effet de ce sacrement sont donc la réconciliation avec Dieu. Chez ceux qui reçoivent le sacrement de Pénitence avec un cœur contrit et dans une disposition religieuse,  » il est suivi de la paix et de la tranquillité de la conscience, qu’accompagne une forte consolation spirituelle  » (Cc. Trente : DS 1674). En effet, le sacrement de la réconciliation avec Dieu apporte une véritable  » résurrection spirituelle « , une restitution de la dignité et des biens de la vie des enfants de Dieu dont le plus précieux est l’amitié de Dieu (Lc 15, 32).

Il faut rappeler que la réconciliation avec Dieu a comme conséquence, pour ainsi dire, d’autres réconciliations qui porteront remède à d’autres ruptures produites par le péché : le pénitent pardonné se réconcilie avec lui-même dans la profondeur de son être, où il récupère sa propre vérité intérieure ; il se réconcilie avec les frères que de quelque manière il a offensé et blessé ; il se réconcilie avec l’Église ; il se réconcilie avec la création toute entière (RP 31).

Celui qui confesse ses péchés agit déjà avec Dieu. « Dieu accuse tes péchés ; si tu les accuses toi aussi, tu te joins à Dieu. L’homme et le pécheur sont pour ainsi dire deux réalités : quand tu entends parler de l’homme, c’est Dieu qui l’a fait ; quand tu entends parler du pécheur, c’est l’homme lui-même qui l’a fait. Détruis ce que tu as fais pour que Dieu sauve ce qu’il a fait… Quand tu commences à détester ce que tu as fait, c’est alors que tes œuvres bonnes commencent parce que tu accuses tes œuvres mauvaises. Le commencement des œuvres bonnes, c’est la confession des œuvres mauvaises. Tu fais la vérité et tu viens à la Lumière (S. Augustin, ev. Jo. 12, 13).

Demandons la grâce d’aimer le sacrement de la confession car le Christ a porté sur lui le poids de nos péchés. Que la Reine de la Miséricorde nous obtienne cette grâce.

P. Luis Martinez IVE.

Il accueille les pécheurs!

Homélie pour le Dimanche XXIV, année C (Lc 15, 1-32)

Chaque lecture de ce dimanche est un chant à la miséricorde de Dieu envers l’humanité tout entière. Le sommet est évidement l’évangile avec ces trois histoires appelées précisément paraboles de la Miséricorde.

Comme une introduction aux trois paraboles, saint Luc nous dit que les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter et que « les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui » , le bon accueil et le fait de manger avec ces pécheurs.

Ce qui pour les pharisiens était quelque chose de méprisable : accueillir les pécheurs  doit être pourtant une grande joie pour nous ; heureusement que Jésus accueille les pécheurs. Comme disait un saint Chilien, saint Alberto Hurtado : « ces paroles sont comme le distinctif exclusif de notre Seigneur, on pourrait les écrire au pied de la croix ou bien sur la porte du tabernacle ».

Les deux premières paraboles sont assez similaires dans leurs structures. La première est adressée aux hommes, aux interlocuteurs du Seigneur : « Si l’un de vous a cent brebis ». Avoir cent brebis à l’époque du Seigneur signifiait une grande richesse, ce berger de la parabole était donc riche. Les gens pouvaient se poser la question : « pour quoi  se soucier d’une seule, alors qu’Il abandonne les autres ? » Et voilà la logique de Dieu, chaque brebis compte pour Lui, Dieu ne regarde pas la masse, Dieu regarde chaque être humain ; Il est capable, seulement Lui de s’occuper de chacun de nous, comme si nous étions uniques, comme si les autres ne comptaient pas ; l’amour de Dieu est un amour personnel.

Dans la deuxième parabole, le scénario change. A côté de l’homme, apparaît dans l’histoire une femme, à côté de celui qui est riche on voit celle qui est pauvre. C’est comme si le Seigneur donnait le témoignage de deux personnes totalement différentes ; ce qu’Il a dit dans la première parabole, le Seigneur le confirme dans la deuxième. Celui qui répète par deux fois les mêmes principes ou les mêmes détails, même si l’histoire change un peu, veut graver plus profondément l’enseignement dans les cœurs de ceux qui l’écoutent et les pousser à réfléchir.

Posséder dix drachmes ou dix pièces de monnaies ne constituait pas une grande richesse, comme on a dit la femme était pauvre. Il est probable qu’en perdre une signifiait un vrai souci. Mais, une autre interprétation nous dit que les femmes recevaient le jour de leur mariage comme une sorte de foulard décoré avec ces pièces d’argent, qu’elles gardaient comme le beau et grand souvenir de ce moment, et pour cela on voit chez la femme de cette histoire la préoccupation qu’elle avait de retrouver la pièce perdue et sa joie de l’avoir retrouvée. Il est beau d’imaginer qu’en racontant cette parabole si familiale et domestique, le Seigneur avait le souvenir de sa Mère, la sainte Vierge Marie dans sa pauvre maison de Nazareth.

Nous avons déjà médité la troisième parabole cette année pendant le temps de carême, la parabole du Fils Prodigue ou celle que l’on devrait appeler plutôt du Père Miséricordieux.

Les deux premières paraboles, celle de la brebis et celle de la monnaie soulignent l’initiative de Dieu envers les pécheurs ; c’est Dieu celui qui va à la recherche du pécheur et l’homme ne peut revenir à Dieu que par une grâce venant de Dieu. La troisième parabole montrera ce qui arrive à celui qui s’égare, quelles sont les conséquences du fait d’être loin de Dieu, c’est-à-dire ce que fait le péché dans nos cœurs. Dans les deux premiers cas ce qui était perdu c’était un animal et un objet, dans la troisième parabole c’est le fils qui s’en va. En effet, dans la troisième parabole, le Seigneur veut montrer ce qu’est la conversion.

Les trois paraboles se concluent comme avec une ritournelle, un refrain d’un psaume :  j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue ! J’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue ! Mon fils était perdu, et il est retrouvé ! Et le Seigneur le dit de lui-même dans une autre occasion : « le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu ». 

La Miséricorde de Dieu demande en effet la conversion de l’homme et cela, il est nécessaire de bien le comprendre. Car Dieu fait miséricorde lorsque l’homme reconnaît qu’il a péché, dans la parabole du Fils prodigue on le voit clairement lorsqu’il dit : « Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi ».

Précisément, notre monde d’aujourd’hui pense que la liberté signifie faire ce que l’on veut, tout est permis et l’homme perd finalement la conscience d’avoir fait du mal, d’avoir péché contre Dieu et contre lui-même.

Saint Jean Paul II disait : « la liberté est un don de Dieu, mais la liberté a un prix et l’homme doit se demander toujours s’il a conservé sa dignité dans la liberté. La liberté ne signifie pas le caprice, l’homme ne peut pas faire tout ce qu’il peut, tout ce qu’il veut ou tout ce qui lui plaît. Il n’y a pas de liberté sans limites, l’homme est responsable devant lui-même, devant les autres hommes et devant Dieu ».

L’homme sans responsabilité tombe dans les plaisirs de cette vie et comme le fils prodigue, tombera finalement dans la servitude, perdant sa famille, sa patrie et sa liberté.

Le péché signifie le mépris de l’homme, le péché contredit son authentique dignité : « Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs ».

Mais la parabole ne permet pas que nous restions avec la triste situation de l’homme déchu avec toute la misère que cela implique. Les paroles « Je me lèverai, j’irai vers mon père » nous permettent d’apercevoir dans le cœur de ce fils le désir du bien et la lumière de l’espérance.

« Je me lèverai, j’irai vers mon père », mais en même temps, il a eu la claire conscience que, pour retourner avec le Père, il devait reconnaître sa faute : « et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. »

Comme le dit toujours le pape Jean Paul II : « Se convertir veut dire se réconcilier, et la réconciliation se réalise uniquement lorsque nous reconnaissons nos propres péchés. Reconnaître les péchés signifie donner témoignage de cette vérité : que Dieu est Père, un Père qui pardonne ».

« Méditez sur tout ce qui fait partie de ce chemin, disait encore le grand saint pape : examinez votre conscience – le repentir accompagné du ferme propos de changer – la confession et la pénitence. Renouvelez en vous la valeur de ce sacrement, la confession, appelé aussi « sacrement de la réconciliation ». »

L’apôtre Saint Paul a vécu intimement la Miséricorde de Dieu, lui aussi était un véritable fils prodigue. Mais comme un chant d’action de grâce, il se donne en exemple de Miséricorde dans la deuxième lecture d’aujourd’hui : « moi qui étais autrefois blasphémateur, persécuteur, violent et Il m’a été fait miséricorde. »

« Le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ; et moi, je suis le premier des pécheurs. Mais s’il m’a été fait miséricorde… pour donner un exemple à ceux qui devaient croire en lui. »

Demandons la grâce de renoncer au péché et de retrouver toujours ce Père qui nous attend pour nous pardonner. Cette grâce nous la demandons à la très Sainte Vierge Marie.

P. Luis Martinez IVE.