Archives par mot-clé : Croix

Saint André, apôtre

La première caractéristique qui frappe chez André est son nom: il n’est pas juif, comme on pouvait s’y attendre, mais grec, signe non négligeable d’une certaine ouverture culturelle de sa famille. Nous sommes en Galilée, où la langue et la culture grecques sont assez présentes.

« C’était pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe :  Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer et pays au-delà du Jourdain, Galilée des nations ! Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée. » (Mt 4, 15-16)

Les Evangiles synoptiques nous apportent le lien de sang entre Pierre et André, ainsi que l’appel commun qui leur est adressé par Jésus, apparaissent explicitement dans les Evangiles. On y lit: « Comme il [Jésus] marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac: c’était des pêcheurs. Jésus leur dit:  « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes » » (Mt 4, 18-19; Mc 1, 16-17)

L’Evangile de Saint Jean nous raconte que l’apôtre André était disciple de Jean Baptiste; et cela nous montre que c’était un homme qui cherchait, qui partageait l’espérance d’Israël, qui voulait connaître de plus près la parole du Seigneur, la réalité du Seigneur présent. C’était vraiment un homme de foi et d’espérance; et il entendit Jean Baptiste un jour proclamer que Jésus était l' »agneau de Dieu » (Jn 1, 36); il se mit alors en marche et, avec un autre disciple qui n’est pas nommé, il suivit Jésus, Celui qui était appelé par Jean « Agneau de Dieu ». L’évangéliste rapporte:  ils « virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là » (Jn 1, 37-39). André put donc profiter de précieux moments d’intimité avec Jésus. Le récit se poursuit par une annotation  significative:   « André,  le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples  qui avaient entendu Jean Baptiste et qui avaient suivi Jésus. Il trouve d’abord son frère Simon et lui dit:  « Nous avons trouvé le Messie (autrement dit:  le Christ) ». André amena son frère à Jésus » (Jn 1, 40-43)

C’est précisément sur cette base que la liturgie de l’Eglise byzantine l’honore par l’appellation de Protóklitos, qui signifie précisément « premier appelé ».

L’évangile de saint Jean nous rapporte encore une autre intervention de cet apôtre, le cadre est encore Jérusalem, peu avant la Passion. « Pour la fête de Pâques – raconte Jean – quelques Grecs étaient eux aussi venus dans la ville sainte, probablement des prosélytes ou des hommes craignant Dieu, venus pour adorer le Dieu d’Israël en la fête de la Pâque ». André et Philippe, les deux Apôtres aux noms grecs, servent d’interprètes et de médiateurs à ce petit groupe de Grecs auprès de Jésus. La réponse du Seigneur à leur question apparaît – comme souvent dans l’Evangile de Jean – énigmatique, mais précisément ainsi, elle se révèle riche de signification. Jésus dit aux deux disciples et, par leur intermédiaire, au monde grec :  « L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié. Amen, amen, je vous le dis:  si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit » (Jn12, 23-24). »

Dans son Martyre on voit comment ces paroles de Jésus ont été semé nous le cœur de l’apôtre et comment elles ont donné des fruits. Une tradition successive, raconte le martyre mort d’André à Patras, où il subit lui aussi le supplice de la crucifixion. Cependant, au moment suprême, de manière semblable à son frère Pierre, il demanda à être placé sur une croix différente de celle de Jésus. Dans son cas, il  s’agit d’une croix décussée, c’est-à-dire dont le croisement transversal est incliné, qui fut donc appelée « croix de saint André ». Voilà ce que l’Apôtre aurait dit à cette occasion, selon un antique récit (début du VI siècle) intitulé Passion d’André : « Je te salue, ô Croix, inaugurée au moyen du Corps du Christ et qui as été ornée de ses membres, comme par des perles précieuses. Avant que le Seigneur ne monte sur toi, tu inspirais une crainte terrestre. A présent, en revanche, dotée d’un amour céleste, tu es reçue comme un don. Les croyants savent, à ton égard, combien de joie tu possèdes, combien de présents tu prépares. Avec assurance et rempli de joie, je viens donc à toi, pour que toi aussi, tu me reçoives exultant comme le disciple de celui qui fut suspendu à toi… O croix bienheureuse, qui reçus la majesté et la beauté des membres du Seigneur!… Prends-moi et porte-moi loin des hommes et rends-moi à mon Maître, afin que par ton intermédiaire me reçoive celui qui, par toi, m’a racheté. Je te salue, ô Croix; oui, en vérité, je te salue! ».

Comme on l’aperçoit ici, il y a là une très profonde spiritualité chrétienne, qui voit dans la croix non pas tant un instrument de torture, mais plutôt le moyen incomparable d’une pleine assimilation au Rédempteur, au grain de blé tombé en terre. Nous devons en tirer une leçon très importante: nos croix acquièrent de la valeur si elles sont considérées et accueillies comme une partie de la croix du Christ, si elles sont touchées par l’éclat de sa lumière. Ce n’est que par cette Croix que nos souffrances sont aussi ennoblies et acquièrent leur sens véritable.

D’âpres de l’audience du Pape Benoit XVI du 24 juin 2006.

Cet héritage vous est réservé dans les cieux!

Lire l’évangile du dimanche XXV du temps ordinaire  (Mt 20, 1-16)

« Mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins » Nous l’avons entendu dans la première lecture, la prophétie d’Isaïe. Et c’est une aide pour commencer à méditer sur la parabole de ce dimanche.

En fait, elle a été toujours difficile à comprendre et même à prêcher, comme disait un écrivain commentateur, quand les prêtres doivent parler d’elle, il leur arrive comme les animaux sauvages, lorsqu’ils se voient entourés par les chasseurs, ils échappent par où ils peuvent.

Le premier élément à remarquer c’est que cette parabole est introduite et elle finit avec presque la même phrase : la première ne vient pas insérée dans le passage évangélique qu’on a lu ce dimanche (Mt. 19,30) : Beaucoup de premiers seront derniers, beaucoup de derniers seront premiers, le chapitre 20, d’où est pris le texte de ce dimanche, commence   « En effet, le royaume des Cieux est comparable au maître. Et la parabole finit avec cette phrase identique : Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers ». On peut dire que toute la parabole vient donc comme enfermée par le même enseignement.

Qu’est-ce que le Seigneur veut dire avec cela ? Il veut dire que le Royaume des Cieux, les choses de Dieu sont assez différentes que celles de l’homme, la façon dont l’homme interprète parfois les choses, surtout lorsque nous voudrions comprendre les choses de Dieu avec nos catégories et notre intelligence, mais le Seigneur nous dit : Mes pensées ne sont pas vos pensées.

On peut dire donc que les projets de Dieu sont tellement différents qu’ils sont pratiquement à l’inverse des projets des hommes : mes chemins ne sont pas vos chemins.

Et pour cela les dernières paroles du patron de la parabole méritent une explication, c’est la réponse à celui qui reproche son attitude:

On commence par les dernières paroles :

Vas-tu regarder avec un œil mauvais parce que moi, je suis bon ? Un premier aspect à souligner c’est que le mot en grec fait référence à un œil « tordu », à la place de mauvais ; c’est-à-dire un œil qui est incapable de voir les choses comme elles sont en réalité. Cela veut dire : tu ne peux pas voir comment (la manière dont) je suis bon.

N’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mon bien ? A la place de penser qu’il est injuste selon notre justice humaine, il faut plutôt penser que sa justice dépasse largement notre justice.

Je veux donner à ce dernier une pièce d’argent comme à toi : alors cette pièce d’argent ce sont les biens « ordinaires » de ce monde. Dieu donne à tous pareil, Il ne fait pas de différence.

Mais il faut que ceux qui travaillent sachent que même s’ils sont les derniers, ils seront les premiers, parce que les « injustices » de la Providence sont finalement apparentes dans ce monde ; l’autre vie est là pour tout équilibrer. Face à l’éternité, le temps de ce monde n’est rien.  Mais l’autre vie est déjà commencée, l’Eternité est greffée dans le temps, et cela nous l’appelons « la vie de la grâce et de la foi». Elle nous donne de façon presque visible la possibilité de voir que les derniers commencent à devenirs les premiers, comme une douce consolation, une assurance et une tranquillité de pouvoir nous réjouir des créatures de ce monde d’une joie pure et sainte et qu’elles nous aident aussi pour nous élever vers le Ciel.

C’est la grande vérité que nous apprend aussi Saint Pierre apôtre (1 Pierre 1,3-7) : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne connaîtra ni corruption, ni souillure, ni flétrissure. Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi, pour un salut prêt à se révéler dans les derniers temps. Aussi vous exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ; elles vérifieront la valeur de votre foi qui a bien plus de prix que l’or. »

Alors, comment concilier la vérité de la Providence de Dieu avec celle de l’existence du mal dans ce monde ? Pour un grand nombre de personnes, cela est une grande difficulté, qui devient même radicale, lorsqu’ils arrivent à accuser Dieu du mal et de la souffrance, jusqu’à nier parfois l’existence de Dieu.

Sans la foi, on ne pourrait jamais donner une véritable réponse. Encore plus, on ne pourrait jamais accepter l’existence du mal dans nos vies sans croire d’abord dans le mystère pascal de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il le confirme de sa propre vie (dans sa pauvreté, son humiliation, la fatigue et sa souffrance), encore plus, Il prend sur lui la souffrance « multiforme » de l’existence de l’homme dans ce monde.

Alors, c’est par notre foi en Jésus-Christ nourrie dans la prière, que peu à peu et graduellement nous découvrons le vrai sens de la souffrance que chacun expérimente dans sa propre vie.

Il s’agit d’une découverte qui dépend seulement de cette parole révélée par Dieu et de la Parole de la Croix du Christ, comme dit saint Paul (Cfr. 1 Cor 1, 18), du Christ qui est le pouvoir et la sagesse de Dieu.

Si nous découvrons à travers la foi ce pouvoir et cette sagesse, nous nous retrouvons donc sur les chemins de la Providence. C’est là que prennent sens les paroles du Psaume  22 : Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal,  car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure.

La Providence se révèle donc comme le chemin que Dieu fait à côté de chacun de nous, Dieu marche avec nous les chemins de nos vies.

De façon belle et synthétique le Concile Vatican II a proclamé cela dans la constitution « Gaudium et Spes » (22): C’est donc par le Christ et dans le Christ que s’éclaire l’énigme de la douleur et de la mort qui, hors de son Évangile, nous écrase. Impossible de découvrir le sens de la souffrance, de la douleur sans la foi en Jésus-Christ, impossible de donner une réponse sans contempler d’abord le mystère de la Passion et de la Croix et sa Résurrection.

C’est dans la résurrection de Jésus, que nous comprenons la vie nouvelle, le Royaume de Cieux qui nous attend après cette vie, la vie de ce monde n’est qu’une préparation pour celle qui viendra, là où nous verrons clairement les pourquoi de Dieu, ce que parfois dans ce monde nous est impossible d’arriver à comprendre avec notre seule intelligence. Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face (1 Co 13,12).

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné