Archives par mot-clé : humilité

N’ayons pas peur de multiplier les Noël!

Sermon pour le jour de Noël.

Dans le sens le plus théologique, la solennité de Noël nous invite à méditer sur l’apparition dans le monde du mystère du Verbe incarné. Dans son Incarnation, Dieu a voulu prendre la forma servi, la forme du serviteur, comme le dit saint Paul, il a voulu nous ressembler en tout sauf en ce qui concerne le péché, il a voulu assumer nos faiblesses et nos fragilités. Et ce mystère de l’humanisation du Verbe, mystère insondable, pour la première fois, aujourd’hui, est manifesté au monde de manière visible, pour ceux qui sont là pour le contempler : la Vierge, Saint Joseph, les bergers, puis les mages, les anges, et toute la création.

Avec la manifestation du mystère du Verbe incarné, la nouveauté de l’Évangile commence à se manifester en même temps. Le Christ prêche dès sa naissance avec une puissance qui contraste avec sa complexion de nouveau-né. Et il prêche ce qu’il réalisera plus tard dans sa vie et sa mort. Le Christ nous enseigne dès sa naissance qu’il est venu pour renouveler les choses, toutes les choses, pour leur donner un sens nouveau, différent et contraire au sens que leur donnent le monde et le péché. Charles de Foucauld aimait à rappeler comment le Christ a déjà choisi la dernière place depuis sa naissance, et ne la cède à personne. Ce premier choix de la pauvreté, du rejet, de l’obscurité, du froid, du besoin, est la dernière place. En la choisissant, le Christ commence à renverser les valeurs du monde, et nous montre que celui qui veut le suivre doit valoriser toutes les choses, matérielles et spirituelles, d’une manière nouvelle, qui est fondée sur la croix.

En fait, nous pouvons nous arrêter et penser au paradoxe de la présence de Dieu dans une crèche, dans une grotte pour animaux. Personne n’aurait pu imaginer que le Dieu fait homme apparaisse en un tel lieu pour la première fois. Pas même ceux qui l’ont vu. Notre Dame et Saint Joseph ont cherché un meilleur endroit. Les bergers et les mages sont arrivés, étonnés d’avoir entendu une grande nouvelle, mais sans découvrir toute la profondeur de ce qu’ils allaient voir. Aucun d’entre eux, en fait, n’aurait pu deviner que Dieu serait dans une crèche. Et Dieu renverse ces critères.

Et ce qui s’est passé alors se produit encore, et très souvent. Dieu apparaît là où personne ne l’attend. Cela peut nous arriver, par exemple, dans les épreuves que nous devons traverser, dans les situations difficiles de la vie. Cela nous arrive quand nous sommes méprisés pour le nom du Christ, quand nous sommes oubliés, quand nous sommes humiliés, laissés de côté. Qui peut imaginer que Dieu est là dans de telles situations ? Et pourtant, il est là. Dieu attend dans ces moments-là notre abandon, notre confiance et notre sacrifice.

Cela peut aussi se produire dans notre vie fraternelle, dans notre relation avec notre prochain. Quand une personne est difficile à vivre, quand elle nous scandalise, ou même quand elle nous fait du mal… qui peut imaginer que Dieu est là ? Et pourtant, il est là. Il attend notre aide, il attend notre pardon, il attend la diffusion de notre joie et l’exemple de nos bonnes actions.

Cela peut nous arriver dans la vie spirituelle. Dans ces moments où notre âme semble à bout de force, où nous nous trouvons incapables de respecter les commandements, où nous retombons toujours dans les mêmes fautes, où nous ne savons pas bien prier, nous donner vraiment à Dieu, où les tentations nous assaillent, et où Dieu semble disparaître, comme s’il nous laissait seuls pour lutter. Personne ne peut imaginer que Dieu est là. Et pourtant il est là, il attend notre fidélité, et non seulement il l’attend, mais il la travaille en nous si nous faisons l’effort de reconnaître son action.

Nous pouvons même l’appliquer à la vie sociale du monde dans lequel nous vivons. Il semble parfois qu’il n’y ait pas de place pour Dieu dans la société d’aujourd’hui. En cette période de déchristianisation, aucun des critères communément admis n’est basé sur le surnaturel. Nous pouvons parfois rencontrer des scandales, même parmi les membres les plus importants de l’Église. Et nous pouvons penser qu’il n’y a plus de place pour Dieu. Et pourtant, Dieu est toujours là. Silencieux, caché, toujours le maître de tous les cœurs. Dieu attend notre témoignage, notre chant et notre culte.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous pouvons réécouter le conseil donné par saint Étienne Harding, l’un des fondateurs des cisterciens, à ses moines : « Soyez toujours attentifs au Christ ». Rechercher sa présence, découvrir son intelligence, sa bonté, sa puissance, dans chacune des choses qui nous arrivent, adverses ou prospères, car tout arrive pour le bien de ceux qui l’aiment. Et de savoir comment voir la réalité selon la crèche. Savoir voir Dieu là où personne ne l’attend, parce que de cette façon nous pouvons aussi l’amener au seul endroit où il n’est pas, c’est-à-dire dans l’âme des pécheurs. N’ayons pas peur de multiplier les Noël, en étant forts, en étant persévérants, en savant pardonner, en savant faire le bien, en nous sacrifiant pour faire la volonté de Dieu.

Que la Vierge Marie, qui, comme nous l’enseigne saint Jean de la Croix, a contemplé avec stupeur un admirable troc : que Dieu pleure pour que l’homme se réjouisse ; que la Vierge Marie nous donne de vivre toute notre vie face au Christ, face à son berceau et face à sa croix.

P. Juan Manuel Rossi IVE.

Celui qui veut être le premier sera l’esclave de tous! – Comment acquérir la vertu de l’humilité ?

Homélie pour le Dimanche XXIX du temps ordinaire, année B (Mc 10, 35-45).

L’évangile de ce dimanche est issu du chapitre 10 de saint Marc, et précédé par une nouvelle annonce de la passion, de la mort et la résurrection du Seigneur, il s’agit de la troisième. Comme nous l’avons déjà vu les autres dimanches, Jésus se dirige vers Jérusalem, c’est son dernier voyage et il va vers sa passion et sa mort.

« Les disciples étaient en route pour monter à Jérusalem ; Jésus marchait devant eux ; ils étaient saisis de frayeur, et ceux qui suivaient étaient aussi dans la crainte. Prenant de nouveau les Douze auprès de lui, il se mit à leur dire ce qui allait lui arriver : « Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort, ils le livreront aux nations païennes, qui se moqueront de lui, cracheront sur lui, le flagelleront et le tueront, et trois jours après, il ressuscitera. ». Et c’est là que commence le passage que nous avons proclamé il y a quelques instants.

Dans cette troisième annonce, il est exprimé avec une plus grande clarté que Jésus marche et qu’il s’agit d’une ascension à Jérusalem (« pour monter à Jérusalem ») ; l’évangéliste veut décrire le désir, la fermeté et l’amour de Jésus dans sa décision d’affronter le destin de la croix qui l’attend, qui s’exprime dans le fait de marcher devant le groupe et dans la réaction de ses disciples, surpris et effrayés.

C’est alors que les apôtres frères Jacques et Jean viennent demander au Seigneur un poste dans la Gloire, peut être veulent-ils échapper à la pensée de la croix, en proposant au Seigneur un autre sujet de discussion; mais une fois émise la réponse du Seigneur, la proposition des frères sera l’origine d’une dispute entre les apôtres, encore une fois sur la primauté : qui doit commander dans l’église, qui est le premier, le plus grand parmi eux. C’est ce qui est arrivé aussi dans la deuxième annonce (Mc 9, 30-37),

Et Jésus donnera une fois de plus le principe essentiel : toute mission, même celle de gouverner dans l’Eglise est toujours un service. Vérité qu’Il va très bien représenter lors de la dernière cène avec le lavement de pieds : « Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres » (Jn. 13,13-14).   

Dans sa réponse -et on peut le dire aussi, dans cette troisième annonce de sa passion- Jésus utilise le terme « esclave » (doûlos en grec) : « Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous » ; et Jésus est en train de s’adresser à tous ses disciples. Le terme « serviteur » est le terme dominant, il est utilisé trois fois dans les annonces de sa passion (Mc 9,35 ; 10,43,45), voire pour désigner la mission du Fils de l’homme. Le passage à « esclave », qui désigne la personne qui n’est pas libre mais soumise à la volonté de son propriétaire, peut indiquer le fait que, pour ceux qui veulent suivre Jésus, le service est une attitude obligatoire. Le service, de manière nécessaire et inévitable, fait partie de la suite de ce Fils de l’homme qui est venu et que Dieu a envoyé « pour servir ». Celui qui veut suivre Jésus, être en communion avec Lui, doit servir.

Dans son commentaire à l’évangile de ce dimanche, saint Jean Chrysostome dit : « une chose répréhensible est de vouloir se considérer placé sur tout le monde ; mais c’est une chose trop glorieuse le fait de tolérer un autre être sur nous. Ainsi, nous devons réprimer en nous à la fois l’ambition qui nous pousse à nous élever, ainsi que l’envie et la jalousie, qui nous obligent à vouloir que les autres diminuent. Les princes du monde dominent les autres, leur imposent des charges et les utilisent à leur profit, jusqu’à la mort. Les guides de l’Église, par contre, sont constitués pour servir ceux qui leur sont inférieurs, et leur administrer tout ce qu’ils ont reçu du Christ, laissant de côté leurs propres utilités et cherchant celles des autres, n’évitant pas de mourir pour le salut des inférieurs. Pour cette raison, vouloir les postes les plus élevés dans l’Église n’est ni juste ni utile. Aucun homme en raison ne se soumet volontairement à la servitude et au danger de rendre compte de l’Église entière ». Autrement dit, dans l’Eglise personne ne doit chercher un poste d’honneur, si Dieu l’appelle à cela, il doit savoir que c’est un service et qu’il devra répondre pour l’Eglise au jour du jugement.

Alors, Jésus nous demande à tous de devenir serviteurs, de grandir dans l’humilité qui est la meilleure manière de l’imiter : « devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur» (Mt 11,29).

Comment acquérir la vertu de l’humilité ?

Tout d’abord, pour atteindre l’humilité, nous devons faire un travail sur le plan de la connaissance. Car l’humilité jaillit d’une lumière divine sur l’âme , il serait inutile de prétendre l’acquérir par nos propres efforts.

L’humilité est, comme le dit sainte Thérèse d’Avila, la « vérité » : la vérité sur nous-mêmes et sur notre réalité devant Dieu. Saint Augustin demandait : Noverim me, noverim Te : que je me connaisse, Seigneur, et que je te connaisse ! De la même manière, on lit que saint François a dit : « Qui es-tu et qui suis-je ? Ce sont des expressions de ceux qui ont compris le besoin d’être humble. Ceux qui ne sont pas convaincus de la nécessité et de l’importance de l’humilité n’aspirent pas à l’humilité.

En effet, les saints se sont humiliés jusqu’aux entrailles de la terre ; plus ils connaissaient Dieu, plus ils se voyaient pauvres et pleins de défauts.

« As-tu quelque chose sans l’avoir reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi te vanter comme si tu ne l’avais pas reçu ? » (1Co 4, 7). Ce que nous avons, nous l’avons reçu de Dieu… et Dieu peut nous le reprendre à tout moment. Et malheur à celui qui s’approprie de son don comme s’il lui appartenait de droit, car il va le perdre avant les autres !

« Dieu est haut, dit saint Augustin : si tu t’élèves, il s’enfuit et se cache de toi ; si tu t’humilies, il revient à toi »

Pour acquérir l’humilité il faut prier, méditer et s’examiner. Comme toutes les autres vertus, il faut la demander à Dieu et la demander tous les jours (…)

Deuxièmement, nous devons méditer fréquemment sur la vertu d’humilité et ses moyens pour combattre l’orgueil, surtout ceux qui nous sont facilités par l’exemple et les paroles de Notre-Seigneur et des saints.

Troisièmement, s’examiner : « Quand vous ne savez pas quoi faire à l’examen de conscience particulier, vous ne vous tromperez jamais si vous le faites sur l’humilité ou sur l’orgueil. Et nous devons y aller à fond lorsque nous nous examinons. Ne nous contentons pas de dire « je suis orgueilleux » et nous arrêter là. Examinez-vous et voyez si, par exemple, lorsque vous entendez quelqu’un faire l’éloge d’une autre personne, vous ne ressentez pas un peu d’envie, ou encore si vous évitez les humbles travaux… » (Bienheureux Joseph Allamano)

Nous devons atteindre l’humilité par les actes :

1er Détester le vice de l’orgueil.

2e Ne pas se vanter du bien que l’on fait ; il est vrai que Dieu nous utilise souvent pour faire un grand bien, mais c’est lui qui le fait ! « Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis », dit saint Paul (1Co 15,10).

3e Se méfier de soi « Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme » (Jr 17, 5).

« Sans moi, vous ne pouvez rien faire », dit Saint Jean (15,5). « Rien », dit Augustin ; « Pas un peu, mais rien. » D’un autre côté, que de grandes choses peuvent faire les humbles! « Rien n’est difficile pour les humbles », dit saint Léon le Grand.

4e Vivre l’humilité sans y penser. « Une vertu qui se savoure, c’est à peine une vertu. La beauté des roses, c’est qu’étant si belles, elles ne savent pas qu’elles le sont » (Peman, poète espagnol).

5e La Pratiquer en paroles, en actes et en gestes ; Saint Thomas dit que les actes extérieurs naissent de la disposition intérieure à l’humilité qui s’exprime dans « les paroles, les actes et les gestes »

6e Accepter les humiliations… et même les rechercher !

« L’humiliation, dit saint Bernard lui-même, est le chemin de l’humilité. Et il exhorte : « Si vous voulez l’humilité, ne vous éloignez pas du chemin de l’humiliation. Celui qui évite les petites humiliations, n’aime ni n’a l’humilité. Il est vrai que ces choses extérieures ne suffisent pas et ce seront de l’hypocrisie si elles ne sont pas accompagnées de l’intérieur, mais l’intérieur ne suffit pas non plus »

Demandons la grâce à la très sainte Vierge Marie, de grandir chaque jour dans cette sublime vertu, l’humilité.

P. Luis Martinez IVE.