Archives par mot-clé : institut du verbe incarne

NOTRE DAME DE LUJAN et L’ÉVANGÉLISATION de la culture

« Toutes les générations me diront bienheureuse », c’est la prophétie de Marie qui s’étend non seulement dans le temps mais aussi dans toute la surface de la terre.

Notre amour pour notre Dame de Lujan n’a rien d’un sentiment nationaliste. C’est à cause du rôle qu’elle a exercé dans notre famille religieuse, un rôle très important depuis même ses origines. Comme notre fondateur l’a dit lui-même, il priait (lorsqu’il était séminariste) la Vierge dans son sanctuaire de Lujan demandant la grâce de pouvoir accompagner et guider beaucoup de vocations au sacerdoce et à la vie religieuse.

Mais la Providence a voulu nous donner aussi en la Vierge de Lujan, un modèle pour ce qui constitue la finalité de notre famille religieuse, c’est-à-dire l’évangélisation de la Culture. Depuis la fondation de son sanctuaire, sa dévotion a attiré beaucoup de cultures et de races, s’unifiant dans une seule fin, la Gloire de Dieu.

Juste comme quelques exemples, la Vierge de Lujan est une petite statue de l’Immaculée Conception, haute de 58 cm. Elle a été faite au Brésil, d’où elle venait pour être vénérée dans une région du Nord de l’Argentine, mais elle a voulu rester par miracle dans cet endroit appelé Lujan. Celui qui a découvert que cela était la volonté de la Sainte Vierge, c’était un petit africain, Manuel, qui venait avec la caravane. Il était né au Sénégal, attrapé par les portugais et vendu comme esclave au Brésil où il avait reçu la foi et le baptême, il était au service d’un commerçant portugais, qui, à la vue du miracle, décida de lui donner la liberté et qu’il devienne le serviteur de la Vierge de Lujan. Ce miracle s’est fait en 1630, comme nous pouvons remarquer c’est le moment où l’œuvre l’évangélisation par l’Eglise et l’Espagne est dans toute sa force dans le continent américain. Avec des petits signes mais clairs, Dieu voulait montrer que l’amour de sa Mère ne fait pas exclusion de nation.

Avec le temps la dévotion s’est propagée et le sanctuaire fut confié à l’attention des pères Lazaristes, une communauté de pères français. Et nous avons là, l’histoire d’un grand apôtre, le P. Salvaire, suite à un vœu qu’il avait fait, il décide de construire une grande Basilique, de style gothique, similaire à celles d’Europe, avec la finalité d’accueillir beaucoup de pèlerins mais surtout pour pouvoir promouvoir dans les cœurs à travers cette merveille de l’architecture, l’amour à la très Sainte Vierge. Et nous voyons encore une fois, comment l’homme peut se servir de sa culture pour l’honneur et la gloire de Dieu.

Si nous disons que notre finalité dans l’Eglise est celle d’évangéliser les cultures, nous devons suivre donc ce que l’Eglise a accompli dans son œuvre deux fois millénaire. Elle est bien décrite par le Concile Vatican II : « Son activité fait que tout ce qu’il y a de germe de bien dans le cœur et la pensée des hommes ou de leurs rites propres et leur culture ; mais de le guérir, l’élever, l’achever pour la gloire de Dieu, la confusion du démon et le bonheur de l’homme. ».

Mais, aujourd’hui on pourrait se demander : l’Eglise a déjà accompli sa mission d’Evangélisation, faire connaître le Christ, proclamer l’Evangile c’est du passé. Ce serait vraiment une pensée profondément inexacte ! Beaucoup de cultures ignorent le Christ et l’Evangile qui rend libre, ignorent la Vérité qui rend libre ; beaucoup de cultures ont besoin de redécouvrir l’évangile parce qu’il est devenu malheureusement étranger.

Comment le faire ? Nous avons toujours l’exemple de Marie. Nous savons que l’Evangile peut être proclamé par les paroles et par les œuvres. Evangéliser c’est tout effort que l’Eglise fait pour que la lumière de l’Evangile commence à pénétrer dans la vie des hommes.

Ainsi comme la Vierge Marie est devenue une partie de la culture dans les différentes nations, elle la première à accomplir l’œuvre de l’Eglise : « Par les richesses d’en haut, elle féconde comme de l’intérieur les qualités spirituelles et les dons propres à chaque peuple et à chaque âge, elle les fortifie, les parfait et les restaure dans le Christ »  (Gaudium et Spes 58)

Nous l’avons écouté dans l’évangile de ce jour, dans ce moment suprême de la Croix, Jésus la proclame Mère de toute âme chrétienne, et le disciple doit l’accueillir chez lui, accueillir comme partie de sa famille.

Ainsi, la Vierge avec son cœur de Mère doit conduire tous les disciples vers le Père, pour qu’ils deviennent des véritables enfants de Dieu, elle devient aussi le chemin de la grâce, des enfants qui s’approchent d’elle pour revenir à Dieu, pour devenir des hommes nouveaux dans le Christ ; mais elle nous prépare aussi pour être des instruments de l’Evangile et collaborateurs de Dieu, d’œuvre de salut.

Marie nous apprend aussi que l’évangélisation de la culture ne se fait pas seulement avec des grands gestes mais aussi des petits.

Comme disait le Pape Saint Jean Paul II :«l’histoire de l’Eglise est également de façon inséparable l’histoire de la culture et de l’art. Des œuvres telles que la Summa theologiae de saint Thomas d’Aquin, la Divine Comédie, la Cathédrale de Chartres, la Chapelle Sixtine, ou les cantates de Jean-Sébastien Bach constituent à leur façon des synthèses incomparables entre foi chrétienne et expression humaine. Mais si ces œuvres sont, pour ainsi dire, le sommet de cette synthèse entre foi et culture, la rencontre entre foi et culture se réalise de façon quotidienne dans la vie et dans le travail de tous les baptisés, dans l’œuvre d’art cachée qu’est l’histoire d’amour de chacun avec le Dieu vivant et avec nos frères, dans la joie et dans les difficultés de suivre Jésus Christ dans l’existence quotidienne ».  

« L’amour, écrivait aussi Saint Jean Paul II, est comme une grande force cachée au cœur des cultures, pour les aider à dépasser leur irrémédiable finitude, en s’ouvrant vers Celui qui en est la Source et le Terme, et leur donner, quand elles s’ouvrent à la grâce, un surcroît de plénitude ».

Notre Dame est allée dans le monde entier, en entrant dans le cœur de chaque culture, elle devenue un chemin sûr pour que les hommes de toute race, langue, peuple et nation découvrent par elle l’Auteur de la Grâce, l’unique Rédempteur de notre humanité.

P. Luis Martinez IVE.

La Grâce Fondationelle

Le 3 mai, nous célébrons le jour où notre fondateur a reçu l’appel de Dieu pour fonder l’Institut du Verbe Incarné.

Avec ces mots, le P. Carlos Miguel Buela, notre fondateur racontait ce qui s’est passé ce 3 mai 1981:

« Le dimanche 3 mai 1981, alors que je confessais dans l’ancienne chapelle de la paroisse Notre-Dame du Rosaire à « Villa Progreso » (Buenos Aires), je pense qu’avant la messe de 11 heures, devant le grand nombre de pénitents que je devais écouter en quelques minutes, une pensée m’est venue, que j’ai immédiatement rejetée comme distrayante, sur la nécessité d’avoir des communautés sacerdotales dans les paroisses. Après avoir déjeuné et fait la sieste chez mes parents, je suis retourné à la paroisse et étant dans la maison paroissiale, il était entre 17h et 18h environ, une idée m’est venue que je devrais fonder une congrégation religieuse avec une telle certitude que je n’ai jamais douté ou n’ai pas pu douter que Dieu était Celui qui voulait cela. J’ai aussi discerné et examiné pour analyser s’il y avait une cause antérieure qui pourrait être à l’origine de cette pensée et je ne l’ai pas trouvée. Ensuite, j’ai parlé par téléphone avec le père Carlos Lojoya[1] lui racontant ce qui m’était arrivé. Le lendemain, le père Lojoya, -que je connaissais depuis que j’avais 6 ans et nous étions des amis depuis mes 9 ans, il m’a appris comment servir la messe quand j’étais enfant de chœur-, il m’a demandé par téléphone si je savais quel jour nous étions hier. « Oui, je lui ai dit, le dimanche 3 mai ». « Mais quelle fête ? » « Je ne me souviens pas, » répondis-je. « La fête du Christ de la Quebrada! »[2] ajouta- t-il. Cette heureuse coïncidence nous a rendus encore plus heureux, car nous étions très dévoués au Saint Christ et nous y avions prêché de nombreux Exercices Spirituels avec beaucoup de fruits de vocations sacerdotales et religieuses, et nous avions aussi prêché plusieurs neuvaines pour les fêtes patronales ».


[1] Le P. Carlos Lojoya était un prêtre diocésain, ami de notre famille religieuse en ses origines. Il est décédé le 6 décembre 1990.

[2] Sanctuaire situé dans la province de San Luis, en Argentine.