Archives par mot-clé : messe

Revenons en esprit au Cénacle !

Homélie pour le Jeudi Saint 2021

Le Pape saint Jean Paul II disait, dans une de ses dernières homélies du jeudi saint : « Ce soir nous entrons déjà dans la Pâque du Christ, qui constitue le moment de conclusion dramatique, longuement préparé et attendu, de l’existence terrestre du Verbe de Dieu. Jésus n’est pas venu parmi nous pour être servi, mais pour servir, et il assumé les drames et les espérances des hommes de tous les temps. Au Cénacle, en anticipant de façon mystique le sacrifice de la Croix, il a voulu demeurer parmi nous sous les espèces du pain et du vin et il a confié aux Apôtres et à leurs successeurs la mission et le pouvoir d’en perpétuer la mémoire vivante et efficace dans le rite eucharistique. »

En effet, toute la cène du Seigneur avec ses disciples, que nous rendons présente dans la liturgie d’aujourd’hui, est comme un grand signe de l’événement toujours actuel de la passion et de la mort de Jésus-Christ. La cène nous introduit dans la Passion.

Déjà le lavement des pieds, qui est la manifestation de la charité et de l’humilité que Jésus nous porte et veut nous enseigner pour que nous nous aimions les uns les autres, nous conduit mystiquement au Calvaire. Jésus est venu servir Dieu le Père et l’humanité d’une manière concrète, c’est-à-dire en acceptant la mort pour notre rédemption, pour payer notre dette devant Dieu.

« Au sens mystique, par ces trois aspects on peut comprendre trois choses. En premier lieu, par le fait qu’Il versa de l’eau dans un bassin est signifiée l’effusion de son sang sur la terre. En effet le sang de Jésus peut être appelé eau parce qu’il a la puissance de laver : Il nous a lavés de nos péchés par son sang (Ap. 5,1). Et de là vient qu’il sortit en même temps de son côté du sang et de l’eau, pour donner à entendre que ce sang était capable de laver les péchés. Ou bien, par l’eau, on peut comprendre la Passion du Christ ; car dans l’Écriture l’eau représente les tribulations : Viens me sauver, Seigneur, car les eaux, c’est-à-dire les tribulations, sont entrées jusque dans mon âme (Ps. 144,7). Il versa de l’eau dans un bassin, c’est-à-dire qu’il imprima dans les âmes des fidèles la mémoire de la Passion par la foi et la dévotion : Souviens-toi de ma pauvreté.

En second lieu, il commença à laver les pieds des disciples suggère l’imperfection humaine. Car les Apôtres, après le Christ, étaient les plus parfaits, et cependant ils avaient besoin d’être lavés, ayant en eux des impuretés. Cela pour nous donner à comprendre qu’aussi parfait que soit un homme, il a néanmoins besoin d’être rendu plus parfait et peut encore contracter certaines impuretés : Qui peut dire : mon cœur est pur ? (Prov. 20,9)… Mais il faut remarquer, selon Origène, qu’il commença à laver les pieds des disciples alors que sa Passion était imminente, parce que s’il les avait lavés longtemps auparavant, ils auraient été à nouveau souillés. C’est pourquoi il commença, alors que peu de temps après il allait les laver par l’eau du Saint-Esprit, c’est-à-dire après sa Passion : Vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés, dans peu de jours (Actes 1,5). Ainsi, donc, l’effusion de son sang est manifestée par le fait qu’Il versa de l’eau dans un bassin, et la purification de nos péchés par le fait qu’il commença à laver les pieds des disciples.

En troisième lieu apparaît le fait qu’il a pris sur lui nos peines ; en effet non seulement il a lavé nos taches, mais il a pris sur lui les peines qu’elles impliquaient. En effet, nos peines et nos pénitences ne suffiraient pas si elles n’étaient pas fondées sur le mérite et la puissance de la Passion du Christ. Et cela apparaît dans le fait qu’il essuya les pieds des disciples avec un linge, c’est-à-dire avec le linge de son corps : Il porta jusqu’au bout nos péchés dans son corps sur le bois (Pierre 2,24) » (St. Thomas d’Aquin, Commentaire sur l’Evangile de st. Jean).

En lavant les pieds des disciples, Jésus nous montre que sa Passion est la source de la grâce et de la vie éternelle, que par sa mort il a vaincu le diable et le péché, et que sur sa croix il nous libère du poids de nos fautes. Mais il était nécessaire que ce signe nous soit appliqué. Il est inutile d’avoir un vaccin contre une maladie si on ne l’applique pas. C’est pourquoi, dans la Cène, notre Seigneur ne nous a pas seulement donné un exemple, mais il nous a donné le moyen efficace de pouvoir vivre selon ses commandements. Car l’Eucharistie n’est pas seulement un souvenir de la mort du Christ, elle n’est pas seulement une présence mystique et spirituelle, mais un souvenir et une présence réels, c’est-à-dire effectifs, qui suspendent en quelque sorte le temps et l’espace avant la nouvelle apparition du Christ dans son état de souffrance sur tous les autels du monde. Le Cardinal Journet a dit : « A chaque fois que les paroles de la consécration sont prononcées, l’Eglise, représentée par le prêtre et les fidèles, est rendue présente au sacrifice sanglant : les deux mille ans qui nous séparent de la Croix sont abolis, nous sommes là comme l’étaient la Sainte Vierge et saint Jean. Et chaque génération peut à son tour s’engouffrer dans l’offrande éternelle du Christ, offerte pour tous les temps ».

Saint Jean Paul II disait : « Revenons en esprit au Cénacle ! Nous nous rassemblons avec foi autour de l’Autel du Seigneur, en faisant mémoire de la Dernière Cène. En répétant les gestes du Christ, nous proclamons que sa mort a racheté l’humanité du péché, et qu’elle continue à ouvrir l’espérance d’un avenir de salut pour les hommes de chaque époque.

Il revient aux prêtres de perpétuer le rite qui, sous les espèces du pain et du vin, rend présent le sacrifice du Christ dans le monde véritable, réel et substantiel, jusqu’à la fin des temps. Il revient à tous les chrétiens de devenir les serviteurs humbles et attentifs de leurs frères, afin de collaborer à leur salut. C’est la tâche de chaque croyant de proclamer à travers sa vie que le Fils de Dieu a aimé les siens jusqu’à la fin. Ce soir, notre foi se nourrit dans un silence chargé de mystère. »

Nous entrons donc, dans cette célébration, dans la considération de cet événement déterminant dans la vie de chacun d’entre nous, le plus réel, qui est la mort du Christ pour chacun d’entre nous. Que sa présence eucharistique soit la source de notre foi et notre force pour imiter chaque jour son exemple de sacrifice pour Dieu et pour les hommes, et que la Vierge Marie, la Femme eucharistique, la Femme du Calvaire, nous conduise par sa main à la Pâque éternelle du Royaume de son Fils, qui est le seul qui a des paroles de vie éternelle.

P. Juan Manuel Rossi IVE.

Pouvons-nous vivre sans la messe et sans l’Eucharistie ?

Solennité du Corps et du Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ

Dans l’année liturgique l’Eglise dédie un jour pour commémorer de manière particulière l’Eucharistie, c’est-à-dire le Mystère du Corps et du Sang de Jésus. Il est tout à fait vrai que l’’Eucharistie est célébrée à chaque fois qu’on célèbre la Sainte Messe, mais dans cette solennité on veut encore souligner l’importance qu’a pour nous tous la célébration de la Sainte Messe et la Communion Sacramentelle, ainsi que la dévotion au Saint Sacrement de l’Autel, et pour cela la liturgie prévoit, lorsque c’est possible, une procession avec le Saint Sacrement.  

Il est bon de rappeler ici ce que dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique : « La messe est à la fois et inséparablement le mémorial sacrificiel dans lequel se perpétue le sacrifice de la croix, et le banquet sacré de la communion au Corps et au Sang du Seigneur. Mais la célébration du sacrifice eucharistique est toute orientée vers l’union intime des fidèles au Christ par la communion. Communier, c’est recevoir le Christ lui-même qui s’est offert pour nous. » (C. E. C. 1382)

Mémorial Sacrificiel, la messe est bien un sacrifice où le Seigneur s’offre comme Victime encore une fois. Et la messe est aussi un Banquet Sacré, le Seigneur nous donne à manger son Corps et nous donne à boire son Sang, Il se fait nourriture pour nous.

Nous sommes conscients que pendant plus de deux mois, à cause de la situation vécue par pratiquement toute l’humanité, nous avons été privés de la participation présentielle à la messe et de la réception de l’Eucharistie, la Communion Sacramentelle.

Bien que chacun de nous ait trouvé les moyens supplémentaires pour continuer à alimenter notre vie chrétienne (comme la participation par les médias et plus important encore, la participation spirituelle, la prière assidue dans nos maisons et surtout la Communion Spirituelle qui apportent beaucoup à notre âme), nous avons ressenti le besoin de retourner à la Messe, de pouvoir communier l’Eucharistie.    

Nous pouvons dire vraiment que l’un des fruits spirituels que ce « confinement » nous a laissé est le désir de revenir à l’Eglise, de participer à la Sainte Messe et de pouvoir y communier.

Et nous devons avoir le beau souvenir de ces martyrs d’Abitène, ici en Tunisie, condamnés à mort pour se trouver réunis autour de l’Autel célébrant la messe le dimanche, ces martyrs, au moment où le juge païen voulait connaître le motif de leur réunion, ont répondu : « Sine domenico non possumus », nous ne pouvons pas vivre sans la Nourriture de dimanche.

Mais il est toujours bien de nous poser deux questions : Pourquoi nous devons venir à la messe ? Qu’est-ce qu’elle nous apporte dans notre vie spirituelle ? Pourquoi aussi nous devons recevoir l’Eucharistie Sacramentelle ? Il nous ne suffit pas de penser seulement à Jésus ?

Parce qu’il faut bien distinguer : une chose c’est le fait d’être privé de la messe et une autre, tout à fait différente, c’est le fait de ne pas vouloir assister à la messe lorsque je peux le faire.

Ou encore, une chose c’est avoir l’impossibilité de communier et autre tout à fait différente ne pas vouloir communier lorsque je pourrais tout à fait le faire[1]

Sans oublier, évidement que nous participons mieux à la messe si nous ne sommes pas des participants passifs, mais que nous soyons présents en corps et en âme au Sacrifice de l’Autel. Et encore nous ne devons jamais oublier que pour accéder à l’Eucharistie notre âme doit être libre de tout péché mortel, que nous devons être conscients de Qui l’on reçoit dans l’Eucharistie et de garder un moment de jeûne par respect au Saint Sacrement.

D’abord, nous allons décrire quelques-une des raisons que nous avons pour participer à la messe :

  • En assistant avec dévotion à la Sainte Messe, nous rendons la plus grande Gloire à Dieu et le plus grand hommage possible au Sacré-Cœur de Jésus, la messe est la meilleure des prières.
  • Au moment de notre mort, les messes auxquelles nous auront participé seront notre plus grand réconfort.
  • Chaque messe entendue avec dévotion sera un gage sûr de pardon au moment du jugement.
  • Chaque messe nous réduit la punition temporaire méritée pour nos péchés.
  • Par la sainte messe, notre Seigneur Jésus-Christ satisfait au Père pour nos nombreuses négligences et omissions.
  • Dans la messe nous sont pardonnés les péchés véniels et le démon perd des forces sur nous.  
  • Grâce à la Sainte Messe, nous pouvons aider et sauver de nombreuses âmes du purgatoire.
  • Une seule messe à laquelle nous participons avec dévotion tout au long de notre vie mortelle sera plus bénéfique que de nombreuses autres offertes après notre mort.
  • Dieu bénit de manière spéciale tous nos projets si nous les confions pendant la Sainte Messe.

Une deuxième grande question à évoquer : Que perd-on si l’on ne communie pas tout en pouvant le faire ?

Si nous abandonnons l’opportunité de recevoir la Sainte Communion, pensons un peu à ce que nous allons perdre :

1) Nous manquerons une occasion de voir personnellement Jésus auteur de la vie spirituelle et de toute sainteté.

2) Nous perdrons une augmentation spéciale de la grâce sanctifiante, qui embellit notre âme et la rend plus agréable aux yeux de Dieu.

3) Nous perdons la grâce sacramentelle qui nous rend forts en temps de tentations.

4) Nous laissons tomber la précieuse opportunité de recevoir le pardon de nos péchés véniels.

5) Nous n’aurons pas la force pour apaiser et dominer les passions.

6) Nous perdons la possibilité de recevoir la remise partielle des pénalités temporelles à causes de nos péchés au purgatoire.

7) Nous perdons les joies spirituelles que chaque communion produit habituellement.

8) Il nous manquera aussi une augmentation de gloire pour toute l’éternité.

9) Et il se peut aussi que nous risquions de perdre :

a) le contrôle de nos passions.

b) une grâce spéciale que nous demandons depuis longtemps.

c) la conversion ou le salut d’une âme.

d) le salut d’une âme d’un parent au purgatoire …

Le Seigneur nous prévient dans l’évangile de ce dimanche « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous ». Seulement par la communion à son Corps et à son Sang nous aurons vraiment la Vie.

Le curé d’Ars prêchait et même suppliait à ses fidèles de recevoir l’Eucharistie :

« Venez à la communion, venez à Jésus, venez vivre de lui, afin de vivre pour lui. »  « Quand nous avons communié, si quelqu’un nous disait : “Qu’emportez-vous dans votre maison ?”, nous pourrions répondre : “J’emporte le ciel” »

« Ne dites pas que vous n’en êtes pas digne. C’est vrai : vous n’en êtes pas digne, mais vous en avez besoin. »

Que Marie nous donne la grâce d’avoir faim et soif de l’Eucharistie.

P. Luis Martinez IVE.


[1] On peut inclure ici des conduites tout à fait erronées, comme celle qui dit « je ne veux pas communier afin de m’associer à tous ceux qui ne peuvent pas le faire! ». Nous devons penser, au contraire, que nous devons toujours communier lorsque c’est possible, précisément nous devrions le faire lorsqu’il nous est possible en l’offrant pour ceux qui sont dans l’impossibilité de le faire !