Archives par mot-clé : Passion

« Vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins »

Lire l’évangile du dimanche XXV (Mc. 9,30-27)

Notre Seigneur traverse la Galilée, même si l’évangile ne le mentionne pas, Jésus marche vers Jérusalem, c’est le dernier voyage avant sa Passion.

Le Seigneur ne voulait pas qu’on le sache, « car » dit l’évangile, il enseignait ses disciples, il leur annonçait ce qui allait venir, la passion, sa mort et la Résurrection.

En Galilée le Christ avait fait beaucoup de prodiges, maintenant il passe sans qu’on L’aperçoive, parce que rien ne doit empêcher sa marche vers la Passion.

La description est tragique, le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes, ils le tueront. Mais on voit aussi un avertissement à celui qui avait déjà décidé de Le livrer, c’est peut être un dernier appel à la repentance de Judas Iscariote, le verbe est au présent « il est livré », cela indique un fait accompli au moins une décision déjà prise, résolue dans le cœur du traître.

Ainsi les disciples ne comprenaient pas, mais ils avaient peur aussi de poser des questions. C’est peut-être la peur d’en savoir un peu plus. Cela nous arrive à nous aussi par rapport à certaines vérités chrétiennes, nous avons du mal à les accepter : la croix, le renoncement, le sacrifice, l’abnégation, nous préférons un christianisme sans trop de croix, le côté facile. Le fait d’écouter parler de la souffrance et de la mort avait tellement choqué les apôtres qu’ils ont oublié que le Seigneur annonçait en même temps sa résurrection.

Mais l’évangile de ce dimanche contient aussi un autre moment au delà du chemin, c’est à Capharnaüm où le Seigneur va découvrir les pensées et la raison de la discussion entre les apôtres sur la primauté alors qu’ils étaient en chemin. C’est là, où le Seigneur révèle aussi le secret de l’autorité dans l’Eglise : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »

Ecoutons l’explication de saint Jérôme : « Remarquez que c’est en marchant, que les disciples se disputent sur la question de prééminence, et que Jésus s’assoit pour leur enseigner l’humilité. Le travail et la fatigue sont le partage de ceux qui commandent, tandis que le repos est celui des humbles. »

Et le Seigneur leur met sous les yeux mêmes un modèle d’humilité et de simplicité ; car l’enfant ne connaît ni la jalousie, ni la vaine gloire, il est pur de toute ambition. Et il ne leur dit pas seulement : une grande récompense vous est réservée si vous devenez semblables à cet enfant, mais il ajoute, si vous honorez, pour l’amour de moi, quiconque ressemblera un enfant.

C’est précisément avec d’autres mots, l’avertissement que fait l’apôtre Saint Jacques dans la deuxième lecture (Jc 3, 16 – 4, 3) , où il met les premiers chrétiens en garde de tomber dans cette ambition composée de jalousies et de rivalités. La cause qu’il en donne en est la convoitise de choses de ce monde, soit l’honneur soit les plaisirs qui font descendre l’esprit jusqu’à empêcher le fait de prier comme il faut et de recevoir l’aide de Dieu : « Vous n’obtenez rien parce que vous ne demandez pas (demander avec un esprit humble et bon) ;  vous demandez, mais vous ne recevez rien ; en effet, vos demandes sont mauvaises, puisque c’est pour tout dépenser en plaisirs ».

Par deux fois, Saint Jacques relève l’esprit de jalousie et ses conséquences : la jalousie et les rivalités mènent au désordre, et quelques versets après : vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins, alors vous entrez en conflit et vous faites la guerre.

Généralement nous donnons le nom de jalousie au fait d’avoir envie des biens du prochain, soit de désirer pour nous son honneur (l’estime des autres, le poste qu’il occupe), soit aussi la jalousie de choses matérielles qu’il possède. Le mot « Jalousie » est une forme dérivée du mot « zèle », mais un zèle qui est évidement mauvais.

L’envie est un vice capital (un des péchés capitaux). Elle désigne la tristesse éprouvée devant le bien d’autrui et le désir immodéré de se l’approprier, même si nous voudrions l’obtenir de façon injuste. Quand elle souhaite un mal grave au prochain, c’est un péché mortel.  (cf. Cat. de l’Eglise Catholique nn. 2538-2540)

Il faut bien remarquer qu’il s’agit d’une tristesse qu’on ressent à cause d’un bien du prochain et qu’à l’inverse, on se réjouit lorsque notre prochain perd ce bien, perd la joie qu’il possède.

Nous ne pouvons pas appeler péché de jalousie le fait de nous réjouir lorsqu’un ennemi qui nous persécute et veut nous faire du mal, tombe parce qu’il ne pourra pas arriver à ce mauvais projet contre nous et que nous estimons que sa chute permettra à certains de se relever, ou bien lorsque nous craignons que son succès ne soit pour beaucoup  et pour nous-mêmes le signal d’une injuste oppression.

Ce n’est pas jalousie non plus le fait de désirer certains biens des autres, lorsque ces biens sont spirituels (les vertus, par exemple ; la sainteté) : Si ce zèle se rapporte à des biens honnêtes il est digne de louange ; S. Paul écrit (1 Co 14, 1) : « Ayez de l’émulation pour les dons spirituels », cela veut dire : imitez les bons et ce qui a du bon chez les autres.

Pour cela, nous devons limiter la jalousie ou l’envie aux choses matérielles et aux honneurs dans ce monde, et à cette tristesse de ce que l’honneur ou l’estime des autres  qui comblent cette personne assombrissent les nôtres.

Saint Augustin voyait dans l’envie  » le péché diabolique par excellence  » (catech. 4, 8). En effet le livre de la Sagesse nous dit que « c’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde » (2,24)

 » De l’envie naissent la haine, la médisance, la calomnie, la joie causée par le malheur du prochain et le déplaisir causé par sa prospérité  » (S. Grégoire le Grand, mor. 31, 45 : PL 76, 621).

 La jalousie ou l’envie est une tristesse non à cause d’un mal (une maladie, un accident, une souffrance) mais à cause d’un bien, que je ne possède pas, qui me manque et dont je n’accepte pas que l’autre le possède.

Le problème essentiel de l’envie consister à regarder le bien de l’autre avec un mauvais regard, en  effet envie vient du mot latin « invidia », qui signifie « regarder avec des mauvais yeux, un regard tordu », voir négativement ce qu’on doit regarder avec joie. La jalousie est parfois représentée comme une personne au regard colérique et maigre, parce qu’elle mord mais elle ne mange pas.

L’envie peut avoir des conséquences violentes et graves, dans la bible nous en trouvons beaucoup de cas, par envie lorsque Caïn tue son frère Abel, quand Joseph fut vendu comme esclave par ses propres frères, ou Saül qui avait essayé de donner la mort à David tout comme  les scribes et pharisiens étaient aussi jaloux de Notre Seigneur parce que le peuple le tenait pour un prophète.

Comment combattre les tentations de jalousie qui arrivent parfois chez nous ?

Evidement que nous devons nous réjouir pour le bien d’autrui et certaine dispositions nous aident à cela :

  • Le fait de nous accepter nous-mêmes, avec nos défauts et nos qualités, d’accepter et d’aimer aussi les valeurs et les réussites des autres.
  • Eviter nous comparer avec d’autres personnes, mais rechercher la sainte émulation, c’est-à-dire chercher à imiter les vertus et la recherche de la sainteté.
  • Fomenter la vertu de la magnanimité et la grandeur d’esprit, faire de grandes choses pour Dieu et lutter contre le complexe d’infériorité.
  • Se savoir « aimé de Dieu », ayant conscience de que chaque être humain est aimé de Dieu, l’homme seule créature sur terre que Dieu a aimé pour elle-même.
  • Travailler dans l’humilité, comme le Seigneur nous l’enseigne dans l’évangile de ce dimanche.

Que la très Sainte Vierge Marie nous donne ces grâces.

P. Luis Martinez V. E.

Il beau sur la Croix, beau dans le tombeau, beau dans le ciel!

Le bon Pasteur

Lire l’évangile du quatrième dimanche du temps pascal  (Jn 10, 11-18)

Ce dimanche est appelé le « dimanche du bon Pasteur », c’est une célébration qui remonte aux premiers temps de l’Eglise, dans ce dimanche aussi l’Eglise toute entière célèbre la journée mondiale de prière pour les vocations au sacerdoce et à la vie consacrée ; dans ce jour aussi le pape accomplit une belle tradition plus récente, celle d’ordonner les prêtres et les diacres pour le diocèse de Rome.

La liturgie de la parole nous propose donc à la méditation cette belle parabole du bon Pasteur, ce vrai berger, ces deux mots, « bon et vrai » traduisent le mot grec Kalos (beau). On peut traduire cet adjectif « Kalos » comme le meilleur entre tous ; ou bien, comme quelqu’un a dit, c’est le pasteur qui est plein de vertus, amabilité, volonté pour aider ; patience soit dans les faiblesses des autres, soit aussi dans les offenses qu’il reçoit ; celui avec qui tout le monde veut être ami, il a une beauté qui attire, c’est tout cela que ce mot Kalos veut signifier. C’est comme dans plusieurs langues latines nous trouvons l’expression « c’est une belle personne », qui n’est pas dit de la beauté extérieure.

Cette parabole est l’unique dans tout l’évangile où Jésus joue le rôle de protagoniste « Moi, je suis le bon Pasteur ».

Pourquoi le Seigneur veut-il s’appliquer cette qualité ? Le Seigneur donne la raison dans les paroles qui suivent : « le bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis », on peut comprendre que ce berger est beau parce qu’Il donne sa vie pour les brebis, Il est beau lorsqu’Il offre sa vie pour elles.

Le pape saint Jean Paul II le dit avec des paroles très éloquentes dans l’encyclique qu’Il a dédiée aux consacrés, Vita Consecrata :

 « Celui qui paraît aux yeux des hommes dans sa mort, défiguré et sans beauté, au point d’amener les spectateurs à se voiler le visage (cf. Is 53, 2-3), manifeste pleinement sur la Croix la beauté et la puissance de l’amour de Dieu. Saint Augustin le célèbre ainsi : ‘Il est beau, le Verbe auprès de Dieu […]. Il est beau dans le ciel, beau sur la terre […] ; beau dans ses miracles, beau dans le supplice ; beau quand il appelle à la vie et beau quand il ne s’inquiète pas de la mort […] ; beau sur la Croix, beau dans le tombeau, beau dans le ciel […]. Que la faiblesse de la chair ne détourne pas vos yeux de la splendeur de sa beauté !’ » (VC 24)

Il est intéressant de voir aussi que l’adjectif « bon » existe aussi dans la langue grecque, le mot est « agathós ». Mais le Christ a voulu employer l’autre adjectif, Kalos et l’Esprit Saint a voulu qu’il reste dans l’évangile et cela a évidemment une raison. C’est parce que cela veut signaler la caractéristique propre de ce Pasteur qui est Notre Seigneur : sa beauté, sans la séparer de la bonté.     

Les mauvais…

Mais la parabole ne finit pas avec la déclaration de Jésus et son titre de bon pasteur. Juste après, le Seigneur décrit un autre genre de berger, un mercenaire, qui travaille non pour faire du bien aux brebis, non pour l’amour des brebis, sinon pour le salaire qu’il aperçoit.  C’est la raison pour laquelle il ne s’intéresse pas aux brebis et comme dit le Seigneur : « les brebis ne comptent pas vraiment pour lui ».

Depuis longtemps, les prophètes de l’Ancien Testament avaient dénoncé au nom du Seigneur que les rois et chefs religieux étaient devenus des mercenaires envers le peuple, le troupeau d’Israël, comme nous lisons dans Ezéquiel (34,2-5): « Fils d’homme, prophétise contre les bergers d’Israël, prophétise. Tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Quel malheur pour les bergers d’Israël qui sont bergers pour eux-mêmes ! N’est-ce pas pour les brebis qu’ils sont bergers ? Vous, au contraire, vous buvez leur lait, vous vous êtes habillés avec leur laine, vous égorgez les brebis grasses, vous n’êtes pas bergers pour le troupeau… Vous n’avez pas ramené la brebis égarée, cherché celle qui était perdue. Mais vous les avez gouvernées avec violence et dureté.

En effet, le métier du berger et de berger salarié ont existé dans le temps de Jésus et dans toute l’histoire.  Mais, il faut dire que pour être un véritable berger en Israël, il fallait naître comme tel. C’est-à-dire, dès qu’un enfant avait l’âge de pouvoir sortir avec les brebis, il commençait à le faire et cela devenait sa vie, sa vocation. C’est lui-même qui allait défendre son troupeau de tout danger, par exemple le roi David avait dit à Saül que lui, lorsqu’il était berger dans son enfance, avait protégé son troupeau des ours et des loups ; même les bergers risquaient leur vie, pensons parfois les assauts des bédouins.

Mais, il y avait aussi les gens qui s’employaient pour l’argent, pour eux donc les brebis ne comptaient pas trop. C’est à eux que le Seigneur donne le nom de mercenaires.

Mais l’image que fait le Seigneur dans cette parabole va plus loin de ce berger qui est Lui-même et ces mercenaires, on pourrait dire que ce sont les chefs religieux d’Israël. Le Seigneur parle au futur, Il parle de l’Eglise, les brebis écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.

Et donc, comme nous constatons malheureusement, dans le troupeau de l’Eglise parfois on trouve des mercenaires, qui sont prêts par fois à abandonner les brebis et s’enfuir, qui veulent s’habiller de leur laine (ils recherchent les biens que les brebis peuvent leur donner). Mais aussi ils arrivent parfois à tuer et faire disperser ce troupeau, et là nous pouvons dire qu’un mauvais berger tue une brebis lorsqu’avec sa conduite, il lui fait du mal la faisant mourir à la vie de la grâce, l’éloignant du troupeau.

Il y a aussi des mercenaires qui maltraitent le troupeau ; un prêtre disait, faisant l’explication de l’évangile de la brebis perdue : « aujourd’hui il semble que ce n’est pas une, ce sont les quatre-vingt-dix-neuf autres brebis qui se sont égarées, mais celle qui est restée fidèle, on lui donne la bastonnade. Mais vous les avez gouvernées avec violence et dureté.

Et cela fait un grand scandale que parmi les guides de l’Eglise, il y ait des pasteurs qui tachent son visage avec leurs fautes, car beaucoup de chrétiens s’éloignent de Dieu et de la vie de la grâce.

Mais il faut savoir que le Seigneur a appelé tous les pasteurs à Le suivre, pour L’imiter et pour être saints, mais certains L’ont malheureusement abandonné, comme parmi ses 12 plus proches, l’un d’eux allait le trahir. Mais le Seigneur ne l’avait pas appelé pour faire le traitre, mais au contraire, pour qu’il soit comme tous les autres. Le Christ lui avait donné à ces douze apôtres le pouvoir de faire des miracles, de guérir, et pourtant avec son libre arbitre, Judas s’est éloigné du Seigneur.

Pensons un peu, qu’est-ce que l’Eglise dans l’année trente-trois a fait après cette trahison ? Elle l’a assumée, elle ne l’a pas cachée, mais loin de se concentrer sur cela, elle a une autre attitude. Elle avait reconnu qu’on ne peut pas juger une réalité pour ceux qui ne la vivent pas, sinon pour ceux qui la vivent en plénitude.  A la place de se centrer sur celui qui avait trahi le Seigneur, l’Eglise a concentré son regard et ses forces sur les 11 apôtres, qui nous ont transmis la foi, grâce à leur travail apostolique et à leur vie, c’est par eux que nous sommes catholiques.

Aujourd’hui nous devons avoir la même résolution que l’Eglise des premiers temps, nous sommes conscients qu’il y a des gens qui ont mal agi et qui ont causé beaucoup de scandales dans le monde. Mais portons notre regard sur ceux qui ont persévéré dans la fidélité à l’Evangile, et qui offrent leur vie pour l’amour du Christ et pour l’Eglise (beaucoup de fois avec le martyre), ils sont beaucoup plus que les autres. Les médias ne vont pas faire attention aux fidèles, au contraire, ils vont insister sur ceux qui ont trahi la foi, c’est avec cela qu’ils peuvent vendre encore plus, mais ils font beaucoup de mal.

Saint François de Sales a dédié presque toute sa vie à faire revenir les catholiques devenus protestants. Beaucoup à cause des mauvais exemples des consacrés. Saint François disait : Ceux qui ont fait ce type de scandale sont coupables de meurtre spirituel car ils sont assassiné la foi des gens. Mais je viens vous éviter un mal encore plus grand. Ceux qui se laissent entrainer par les scandales, ceux qui s’éloignent de Dieu pour cela, ils sont coupables aussi, mais d’un suicide spirituel.

Ils se séparent de ce qui peut donner la vie éternelle, comme sont les sacrements, spécialement l’Eucharistie.

Quelle doit être la véritable réponse des chrétiens, de chacun de nous envers les scandales qui se produisent malheureusement ? C’est simplement la sainteté des tous les chrétiens. Si je m’applique à vivre la sainteté dans ma vie, cela conduira à que d’autres membres de l’Eglise vivent plus saintement leur vie. Et avec cela la prière pour ceux qui sont les guides de notre Eglise et pour les vocations, pour que Dieu inspire des véritables héros de la fois, prêtres, religieuses qui puissent donner la beauté au visage de l’Eglise, que l’Eglise soit belle à travers leur vie et leurs apostolats.

On peut dire : « être chrétien est difficile en nos jours, nos temps sont difficiles pour être un vrai catholique, un bon prêtre ». Mais nous devons dire que c’est un temps magnifique pour être un bon chrétien, un bon prêtre. Parce que celui qui est vraiment fidèle, accomplit et vit en lui une des béatitudes : Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

Le Seigneur nous dit à tous : Que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux.

Prions pour que nous soyons tous fidèles à la vocation de la sainteté, que nous soyons fidèles à la foi des apôtres que si bellement a professée saint Pierre dans la première lecture : Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle. En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »

Que la Vierge Marie protège et fasse grandir les vocations à la vie consacrée.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné