Archives par mot-clé : vocation

Il y a VINGT ANS

Il y a 20 ans j’entrais au Petit Séminaire

Le 13 mars 1999 je suis entre au Petit Séminaire « saint Jean, Apôtre » (Argentine) , il y a déjà 20 ans et cela fait 10 ans que je suis missionnaire aux pays arabes. Je pense que je ne peux pas laisser passer cet anniversaire sans exprimer ma reconnaissance à Dieu et à beaucoup de personnes qui m’ont aidé et m’aident encore, malgré mes faiblesses, a m’approcher plus près du Christ .

Par la providence de Dieu j ai vécu dans plusieurs maisons de notre Institut : au petit séminaire, au noviciat au Chili, au grand séminaire et dans les foyers de Charité de San Rafael, au monastère d’Argentine, en Alexandrie et en d’autres pays au Moyen Orient, et finalement en Tunisie.

Je souhaiterais remarquer quatre faits qui m’ont marqué de façon particulière dans tous ces lieux et moments.

  1.  L’autorisation de mes parents pour entrer au séminaire

J’avais demandé l’autorisation d’entrer au séminaire à l’âge de 10 ans et demi mais à cause de mon âge et, je crois, à cause des réactions de mon tempérament « pas trop travaillé », mes parents doutaient de la possibilité de non adaptation. Mais Dieu fait toutes choses avec poids et mesure.

Il était midi en septembre à la Rioja (Argentine), ma maman avait appris une triste nouvelle, une de celles dans lesquelles le monde laisse voir sa banalité. Très rapidement, sans que nous ses enfants nous ayons pu la connaître, elle la transmit a mon papa qui venait de rentrer du travail. Lui, soulevant ses lunettes de soleil, dit « le monde est pourri ». Par ces choses de Dieu, j’entre à ce moment en scène et m’approche d’eux. Alors, mon père posa sa main droite sur mon épaule et me dit  « Si tu termines le cours d’orgue à la fin de cette année, je te laisserai entrer au séminaire », et tout à fait spontanément je répondis que « oui ».

  • Le jour où je vis clairement ma vocation.

 Évidemment de cette façon je ne pouvais pas entrer au séminaire. Il y avait trois ans que j’avais demande à y entrer et comme nous le savons, le temps refroidit les décisions. Pour cette raison je décidai de faire les exercices spirituels qui cette année-là commençaient le 26 décembre.

La mémoire me trahit et je ne sais plus si ce fut le 28 ou le 29 que nous avions vu dans la conférence les règles pour choisir l’état de vie. A la suite de cela je suis allé derrière la maison Saint Judas et Saint Matthieu, au séminaire ……il y avait un poteau de rail qui improvisait -peut-être pour quelques décennies- un petit pont sur lequel je me suis assis et me demandais quelle serait ma vocation ……. les idées allaient et venaient …. ceci se prolongea durant plusieurs minutes … je me disais : « on peut aller au ciel par deux chemins, mais moi… que dois je faire ? » …. D’une façon très simple et claire je vis que « je devais consacrer ma vie pour vivre au mieux les commandements » …… cette pensée m’emplit de joie et de paix. En silence, je me suis redressé comme en disant : « Eureka » et je suis parti vers la maison Saint Judas ….

  1. Premier jour au petit séminaire

Les cours commençaient le lundi 15 mars  et donc je devais être au plus tard le 13 au petit séminaire. C’était samedi, il était presque trois heures de l après midi, je pris mon oreiller et divers autres choses …. il y avait ma tante, ma maman et mes deux plus grands frères …. Les séminaristes mineurs jouaient au football et après avoir laisse mes affaires dans le dortoir qu’on appelait « le bateau » nous allâmes jouer avec eux… Puis cela, il y a eu le temps de douche , chapelet , adoration… et la pizza !! . Comme c’était le premier jour, je n’ai pas fait attention a  premier, second,  troisième tour pour se servir de la pizza  ….. A chaque fois donc que le plateau remplis de pizzas passait,  je prenais une part. ….. Parfaite adaptation !!!

  • Première messe en Alexandrie, Egypte

J’étais ordonné prêtre depuis trois mois lorsque j’arrivais au Caire à 10 heures du soir. Entre une chose et autre nous sommes arrives en Alexandrie, le lendemain, 14 mars 2009 à trois heures du matin. Après un repos bien mérité, le soir nous avons célébré la messe. Pendant que je me revêtais pour la messe je pensais à ce que nous avions souvent écouté au petit et au grand séminaire : tous les sacrifices qui se réalisent pour que le Christ, présent dans l’Eucharistie, arrive une fois de plus en terre de mission.

D’une certaine façon une Sainte Messe justifie tous les efforts et tous les sacrifices et la Sainte Messe est le principe d’une grande œuvre qui ne s’achève que dans l’éternité.

Je veux brièvement remercier le Père Buela , notre bien-aimé fondateur et beaucoup de personnes laïcs, religieux et prêtres, qui m’ont aidé dans ma formation et dans mon ministère sacerdotal, Mais aussi ceux qui travaillent pour les vocations . Dieu seul peut récompenser comme il se doit pareils efforts magnanimes.

P. Andrés Nowakoswski

« et laissant tout » tout !

Lire l’évangile du dimanche V du temps ordinaire C (Lc. 5,1-11)

Si nous faisons un peu de mémoire, l’évangile de la semaine dernière nous avait décrit la réaction des compatriotes de Jésus, ils n’ont pas voulu croire à sa prédication, ils l’ont chassé de la synagogue et voulu le faire mourir.

Mais tous les autres chemins étaient ouverts pour le Seigneur, là où la synagogue fermait ses portes, Il allait prêcher aux gens au bord d’un lac, en plein air et, comme nous dit l’évangile d’aujourd’hui, « la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu ».

C’est le matin, probablement de bonne heure, comme si l’évangile nous faisait apercevoir même la fraîcheur matinale du rivage. Simon, qui avait eu une mauvaise nuit de travail, se trouve là avec ses associés, car une des deux barques lui appartenait, et ils lavaient leurs filets. Le Seigneur lui demande sa barque pour faire d’elle sa chaire de prédication.

Simon connaissait déjà Notre Seigneur, il était parmi les premiers disciples. Il avait déjà été témoin de quelques miracles de Notre Seigneur, dont la guérison de sa belle mère et Jésus avait même été son hôte chez lui à Capharnaüm. Simon connaît Jésus et le pouvoir de sa Parole et son pouvoir de guérir.

C’est pour cela que Jésus, après avoir donné congé à la foule, s’adresse à lui et commande, lui « donne l’ordre » de s’éloigner encore plus loin de la côte, « d’avancer au large et de jeter leurs filets pour la pêche ».

Les filets utilisés par les pêcheurs de la mer de Galilée (ou Génésareth, comme dit l’évangile) étaient un système à trois filets, chacun mesurant entre 400 et 500 mètres, c’étaient donc des grands filets et on les jetait à une bonne profondeur. Pour ce faire, on avait besoin d’au moins 4 hommes.

Il était humainement difficile de ramasser des poissons le matin, car c’est la nuit le temps propice pour la pêche comme industrie.

Mais l’élection de Simon et sa vocation exigent la foi, même si cela n’est pas encore compréhensible ou qu’on le considère comme impossible, Simon le fera. Il s’agit d’avoir la foi, comme la foi d’Abraham qui a cru, dit saint Paul,  espérant contre toute espérance (Rom. 4,18).

« Sur ta parole, je vais jeter les filets » et cette foi de Pierre sera largement récompensée. 

Il est intéressant de considérer ici, que Simon n’avait exigé aucun signe du Seigneur auparavant ; il n’a pas demandé un miracle, mais il en reçoit un qui s’adapte à sa vie, à sa situation, à son intelligence et à sa future vocation.

Un commentateur de cet évangile nous explique bien cet aspect : Disons, par exemple, qu’on trouve quelqu’un qui est un grand scientifique ou un philosophe, un grand médecin. Son épouse ne s’étonnera pas des grandes connaissances de son mari ; mais si un jour, son mari arrive à lui montrer qu’il est encore meilleur cuisinier qu’elle, cela peut faire qu’elle sera désormais pleine d’admiration pour lui et étonnée de ses qualités qu’elle ignorait.

Et c’est un peu le cas de Simon fils de Jean, et notre exemple est faible, car il en est resté effrayé  comme jamais dans sa vie et il a ressenti sa petitesse devant la divinité de Jésus, comme nous le montre, son cri : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. »

Il y a un sentiment profond et primordial dans l’être humain qui fait que devant l’infini, devant le divin, l’homme reste troublé et effrayé. C’est un peu ce qui arrive dans le cœur d’une personne qui contemple la création depuis le sommet d’une montagne, l’agitation de la mer en tempête.

Saint Pierre voit en Jésus une épiphanie de Dieu. Et cette manifestation suscite en lui la conscience de condition de pécheur, son indignité, la crainte devant Dieu, de Dieu saint. Comme la vision du prophète Isaïe : « Malheur à moi ! je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures : et mes yeux ont vu le Roi, le Seigneur de l’univers ! » (Is 6, 3-8)

Il est intéressant encore de voir que dans tout ce passage, apparaît six fois le nom de Simon, mais une seule fois , suivi de l’autre nom donné par Jésus : Simon Pierre. C’est au moment de l’acte de foi de Pierre et de sa sincère humilité ; « Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : ‘Éloigne-toi de moi’ ».  Comme si l’évangéliste, saint Luc, anticipait déjà la profession de foi que Pierre fera après et la promesse de Jésus : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise » (Mt. 16,18).

Jésus apaise le grand effroi qui avait envahi Pierre et lui donne une mission. C’est un moment semblable à celui où l’Ange avait annoncé à Marie qu’elle serait la mère du Messie : « À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu » (Lc. 1,29).

La crainte et la révérence de Dieu Saint est donc le fondement et la base de toute vocation, en elle et par la vocation (l’appel à quelqu’un) Dieu veut se montrer Saint et Grand.

Saint Pierre qui avait ramassé des poissons jusqu’à maintenant désormais le fera avec des hommes pour le Royaume de Dieu. 

L’évangéliste nous transmet aussi  qu’avant la pêche, Pierre s’adresse à Jésus avec le titre de « epystata », « rabbi », maître. Mais au retour, à genou il ne désigne plus Jésus comme rabbi, il lui donne le nom de Seigneur : Kyrie, c’est l’expression propre de la divinité.

Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, Pierre n’embrasse pas avec effusion le Seigneur en voyant le résultat et la réussite de son travail, l’attitude est toute contraire. Il ne veut pas le retenir comme une garantie de succès, de triomphe, parce qu’il connaît sa condition devant Dieu.

 Lorsque l’homme connaît vraiment Dieu, et connaît aussi sa condition de pécheur, il en est très conscient ; et lorsqu’il connaît vraiment Dieu, l’homme peut se connaître comme il est, il devient authentique. C’est la grâce de la conversion, sans la conversion l’homme ne peut pas vraiment s’approcher de Jésus et de son évangile. Chesterton disait : « On reconnaît le saint en ce qu’il se sait pécheur ». Nous l’appelons la juste crainte de Dieu : « La sagesse commence avec la crainte du Seigneur ! » (Proverbes 1,7)

Mais, seule la grâce de Dieu peut faire de ce pécheur un apôtre, un prophète : « L’un des séraphins vola vers moi tenant un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel. Il l’approcha de ma bouche et dit : ‘Ceci a touché tes lèvres, et maintenant ta faute est enlevée, ton péché est pardonné’. »

Saint Pierre et ses compagnons de travail ont été vaincus par la grâce et Dieu en fera désormais des instruments de son œuvre. Les appels de Dieu seront toujours identiques dans l’histoire, ils demanderont beaucoup, ils impliqueront des grands renoncements, beaucoup disent que c’est comme sauter dans le vide. Mais soyons surs, que Dieu est là pour nous prendre par main, parce qu’Il a déjà préparé son plan.

Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout (tout ! non seulement les poissons), ils suivirent le Christ. 

Demandons à Marie la grâce d’être fidèles aux appels de Dieu.

P. Luis Martinez

Institut du Verbe Incarné