Archives de catégorie : Saints

Je choisis de régner avec Toi dans la gloire

Réflexion du père Brochero sur la “Méditation de Deux Etendards”, des exercices spirituels de Saint Ignace de Loyola

« Mon Jésus, je n’ose pas poser mes yeux sur l’étendard de la croix, car en elle je vois que je ne t’ai jamais suivi, que je ne t’ai jamais accompagné dans les combats, que toute ma vie, exceptés les quelques jours d’innocence, j’ai combattu sous le drapeau de Lucifer ; parce que Tu es humble, et que je suis orgueilleux et ambitieux ; Toi obéissant et moi indocile et capricieux ; Toi pauvre, moi avide de richesses ; Tu luttes pour le salut des âmes, et je passe ma vie dans l’oisiveté, sans avoir sauvé une âme, mais en ayant plutôt perdu beaucoup à cause de mes scandales ; Tu as jeûné dans le désert, et ayant soif sur la croix, bu du fiel et du vinaigre, et je suis plein d’appétits sensuels, et je ne cherche que les délices, et je me livre à la gourmandise ; Tu étais en prière, et moi en dissipation ; Tu es doux, et je suis dur avec les pauvres, impatient avec les éprouvés et âpre avec tout le monde ; Tu condamnes le monde et ses maximes, et moi, j’y suis soumis et accablé par les idées à la mode ; Tu as été insulté, craché, giflé et blessé, et je vis dans l’abondance, plein de réconfort et toujours avide de délices ; Tu as été accusé et n’as pas ouvert la bouche pour te plaindre de tant de calomnies et de faux  témoignages, de tant d’affronts et de tant de mépris, et je ne puis subir la moindre insulte sans me plaindre très vivement, et parfois me venger, ou sans désirer de me venger.

Je préfère souffrir avec Toi que jouir avec le monde. Je choisis de m’enrôler parmi tes soldats les plus courageux et de m’armer du puissant bouclier de ta grâce, pour remporter la victoire non seulement sur les ennemis, mais sur moi-même et régner avec Toi dans la gloire »

Oh, mon capitaine Jésus, maintenant je vois clairement que je n’ai pas combattu sous la bannière de ta croix, mais sous la bannière de Lucifer. Je mérite que Tu me tournes le dos et me jettes hors de ton service ; mais ta Bonté veut vaincre mon ingratitude et me rappeler, comme Tu le fais maintenant ; me voici prêt à suivre tes ordres et à militer sous ta croix.

Extrait du livre “Sígueme ” du p. Marcelo Lattanzio IVE.

Saint José Gabriel del Rosario Brochero
Prêtre argentin 

José Gabriel del Rosario, surnommé Cura Gaucho, naît le 16 mars 1840 à Carreta Quemada, près de Santa Rosa de Río Primero, Córdoba (Argentine) ; il est le quatrième enfant, dans une famille de dix enfants, de Ignacio Brochero et Petrona Dávila.

Le 05 mars 1856, il entre au Séminaire de Córdoba Nuestra Señora de Loreto et en 1858 à l’Université nationale de San Carlos, où il rencontre le futur président d’Argentine, Miguel Ángel Juárez Celman, avec lequel il liera une amitié très forte.

Le 04 novembre 1866 est ordonné prêtre, par Mgr Vicente Ramírez de Arellano ; le 10 décembre, de la même année, célèbre sa première messe dans la chapelle du séminaire Nuestra Señora de Loreto.

À partir de l’année suivante, le Cura Gaucho s’occupe des malades et des mourants ayants contractés le choléra, qui fit des ravages dans la ville de Córdoba.

En décembre 1869, José Gabriel Brochero prend en charge la paroisse de San Alberto, dont le chef-lieu était San Pedro. Cette paroisse immense (4.336 km2) comptait un peu plus de 10.000 habitants dispersés dans les montagnes de Sierras Grandes, à plus de 2000 m d’altitude, sans routes et sans écoles. Les paroissiens vivaient dans une grande misère morale et matérielle. Dans son zèle apostolique, Brochero, sans se décourager, il consacre dès lors toute sa vie non seulement à l’annonce de l’Évangile, mais aussi à l’éducation et au soutien des habitants.

En 1875, avec l’aide de ses fidèles, il commença à construire le centre de retraites de Villa del Transito (localité qui porte aujourd’hui son nom). Ce centre fut inauguré en 1877 et accueillit parfois plus de 700 personnes. Durant tout le ministère paroissial du Cura Gaucho, ce furent plus de 40.000 retraitants qu’y séjournèrent. Brochero construisit aussi une maison pour les religieuses, une école de filles et une résidence pour les prêtres.

Quelques jours après sa mort, le journal catholique de Córdoba écrivait: « Chacun sait que le curé Brochero a contracté la maladie dont il est mort parce qu’il visitait longuement et allait jusqu’à embrasser un lépreux abandonné. » En raison de sa maladie, Brochero avait quitté la paroisse et vécu quelques années avec ses sœurs dans leur village natal. Mais, répondant à l’appel de ses anciens fidèles, il retourna à Villa del Transito, où il mourut lépreux et aveugle le 26 janvier 1914.Dans la tombe, son corps est resté intact.

Son Procès en Béatification a été ouvert en 1968. Il a été déclaré Vénérable par le Saint Jean-Paul II en 2004 ; le 20 décembre 2012, le Pape Benoît XVI a signé le Décret de Béatification.

José Gabriel del Rosario Brochero a été proclamé bienheureux le 14 septembre 2013 à Villa Cura Brochero, près de Córdoba (Argentine). La cérémonie a été présidée par le card. Angelo Amato S.D.B., Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, au nom du Pape François qui, après l’angélus du dimanche 15 septembre 2013, place Saint-Pierre, a évoqué la béatification de José Gabriel Brochero : 

« Chers frères et sœurs,
Hier, en Argentine, José Gabriel Brochero, prêtre du diocèse de Córdoba, né en 1840 et mort en 1914, a été proclamé bienheureux. Poussé par l’amour du Christ, il s’est dédié entièrement à son troupeau, pour amener chacun dans le Royaume de Dieu, avec une immense miséricorde et zèle pour les âmes. Il était proche des gens et cherchait à conduire un grand nombre de personnes aux exercices spirituels. Il parcourait des kilomètres et des kilomètres, il chevauchait les montagnes, sur sa mule qui était surnommée « Laideron », car elle n’était pas belle. Il se déplaçait aussi sous la pluie, il était courageux ! Mais vous aussi, sous cette pluie, vous êtes ici, vous êtes courageux, Bravo ! À la fin, ce bienheureux était aveugle et lépreux, mais plein de joie, la joie du bon Pasteur, la joie du Pasteur miséricordieux !

Je désire m’unir à la joie de l’Église en Argentine pour la béatification de ce pasteur exemplaire, qui a voyagé sans relâche sur sa mule sur les chemins de sa paroisse, cherchant, maison après maison, les gens qui lui avaient été confiés pour les emmener à Dieu. Prions le Christ, par l’intercession du nouveau bienheureux, que se multiplient les prêtres qui, en imitant le père Brochero, mettent leur vie au service de l’évangélisation, à genoux devant le crucifix, comme témoin de l’amour et de la miséricorde de Dieu partout. »

http://levangileauquotidien.org

Il a été canonisé par le pape François, le 16 octobre 2016.

La falsification de la figure de saint François d’Assise – Pie XI

Le pape Pie XI dans l’encyclique RITE EXPIATIS du 30 avril 1926 à l’occasion du septième centenaire de la mort de saint François.

Le Pape dit dans l’encyclique :

“Les uns se plaisent à considérer l’aptitude naturelle de son esprit à traduire les émotions de l’âme sous une forme poétique, et cet hymne, le plus ancien monument de la langue naissante de sa patrie, fait les délices des savants modernes ; d’autres admirent en lui l’amant de la nature, et non pas seulement l’homme délicieusement ému devant la majesté des objets inanimés, l’éclat des astres, les charmes des montagnes et des vallées de l’Ombrie, les beautés des animaux, mais celui dont la voix – tel Adam innocent dans le paradis terrestre – se faisait obéir des animaux, auxquels il se sentait lié par une sorte de fraternité,; d’autres louent en lui le patriote, car notre Italie, son heureuse et glorieuse mère, a joui, plus qu’aucune autre nation, de ses nombreux bienfaits ; d’autres enfin goûtent plus spécialement l’amour singulier qui le mettait en communion avec le genre humain tout entier.

Ces divers traits sont exacts, mais ce sont les moindres : il faut même les bien entendre. Quiconque leur accorde trop d’importance ou n’y voit qu’un motif d’excuser sa mollesse, d’étayer les inventions de son esprit, de flatter ses goûts, celui-là défigure le véritable saint François.

C’est, en effet, dans la totalité des vertus héroïques que nous avons esquissées, dans l’austérité de sa vie et sa prédication de la pénitence, dans son effort multiple et laborieux pour réformer la société, que saint François se montre tout entier, et non pas tant pour être admiré que pour être imité du peuple chrétien ; lui, le héraut du grand Roi, il n’avait d’autre but que de communiquer aux hommes la sainteté évangélique et l’amour de la croix ; il se souciait fort peu d’en faire des amis des fleurs, des oiseaux, des agneaux, des poissons ou des lièvres.”