NEUVAINE AU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS

NEUVIEME JOUR

Prions le Cœur de notre Seigneur Jésus Christ qui a consacré le monde par son amour.

Père des miséricordes, Tu as envoyé ton Fils dans le monde pour le sauver et tu l’as établi Chef de la création. Fais que le feu de l’amour qui brûle dans son Cœur s’étende au monde entier et ainsi le consume à la louange de ta gloire. Nous te le demandons par Jésus-Christ, ton Fils, qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, un seul Dieu, pour les siècles des siècles.

De la première épître de Saint Jean 4, 7-16 :

Voici à quoi se reconnaît l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés. Mes bien-aimés, puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour atteint en nous sa perfection. Nous reconnaissons que nous demeurons en lui, et lui en nous, à ce qu’il nous donne part à son Esprit. Et nous qui avons vu, nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde. Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu.

MEDITATION : LES PROMESSES DU SACRE-CŒUR

 7. « Les âmes tièdes deviendront ferventes. »

Le Saint-Esprit exprime un profond dégoût pour une âme tiède : « Je connais tes actions : je sais que tu n’es ni froid ni brûlant, – mieux voudrait que tu sois ou froid ou brûlant. Aussi, puisque tu es tiède – ni brûlant ni froid – je vais te vomir de ma bouche. » (Ap 3, 15- 16). Le remède à la tiédeur est la dévotion au Sacré-Cœur, qui est venu « pour apporter le feu sur la terre », c’est-à-dire pour inspirer aux froids et tièdes un nouvel amour et une nouvelle crainte de Dieu.

8. « Les âmes ferventes s’élèveront à une grande perfection. »

Cette dévotion a pour fruit particulier de nous transformer en une grande ressemblance avec Notre-Seigneur. Par la dévotion à l’amour du Sacré-Cœur, l’on fera place à un zèle ardent pour égaler nos intérêts à ceux de Jésus. Elle allume dans nos cœurs le feu de l’amour divin qui, comme le dit saint Paul : « est le lien de la perfection ». (Col 3, 14)

9. « Je bénirai même les maisons où l’image de mon Cœur sera exposée et honorée ».

Les images religieuses sont une source puissante et attrayante d’inspiration. Dans le Sacré-Cœur, nous pouvons lire l’amour infini de Jésus envers nous dans sa passion et sa mort : il nous montre son Cœur, blessé et ouvert par la lance, tout resplendissant comme un four brûlant d’amour, dont les flammes apparaîtront du côté le plus élevé. Il est entouré d’épines, le coup angoissant de l’amour ignoré. Que cela nous incitera toujours à des actes d’amour et de générosité.

10. « Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis. »

La conversion d’un pécheur arrive parfois par des grâces extraordinaires. Dieu ne va jamais forcer la libre volonté d’un être humain, mais il peut accorder des grâces par lesquelles il pousse le pécheur à vaincre l’attitude rebelle manifestée par les âmes des pécheurs les plus endurcis. Cela c’est donc ce qui se passe dans le cas des prêtres animés d’une grande dévotion au Sacré Cœur.

11. « Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Cœur, et il n’en sera jamais effacé. »

Ces paroles impliquent une amitié forte et fidèle du Christ lui-même avec les promoteurs de la dévotion, et nous présente le « Livre de la Vie » de saint Jean : « Jamais je n’effacerai son nom du livre de la vie » (Ap 3, 5).

12. « Je te promets, dans l’excès de la miséricorde de mon Cœur, que mon amour tout puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu’ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir les sacrements, et que mon Cœur se rendra leur asile assuré à cette heure dernière. »

Cette promesse contient une grande récompense : le ciel éternel ! Il est donné comme la récompense d’une série d’actes répétés jusqu’à la fin : « Celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé. » (Mt 10, 22)

« La persévérance finale c’est un don gratuit de la bonté de Dieu, et non peut être mérité comme un droit acquis par tout acte individuel que nous puissions faire. » (Concile de Trente)

LITANIES

Seigneur, prends pitié.

Oh Christ, prends pitié.

Seigneur, prends pitié

O Dieu, notre Père des cieux, PRENDS PITIE DE NOUS

O Dieu, Fils Rédempteur du monde, PRENDS PITIE DE NOUS

O Dieu, Esprit Saint, PRENDS PITIE DE NOUS

O Dieu, unique Trinité Sainte, PRENDS PITIE DE NOUS

Cœur du Christ, Fils du Père éternel, NOUS T’ADORONS

Cœur du Christ, Fils du Père éternel, NOUS T’ADORONS

Cœur du Christ formé par le Saint Esprit dans le sein de la Vierge Marie,

Cœur du Christ, uni substantiellement au Verbe de Dieu,

Cœur du Christ, Temple saint de Dieu,

Cœur du Christ, Tabernacle du Très-Haut,

Cœur du Christ, en qui réside la plénitude de la divinité,

JESUS, DOUX ET HUMBLE DE CŒUR, RENDS NOTRE CŒUR SEMBLABLE AU TIEN.

Prière finale :

Seigneur Jésus, Tu as dit que lorsque Tu serais élevé sur la croix, Tu attirerais tous les hommes à toi. Nous t’en prions, hâte le jour où tous les hommes seront attirés vers ton Cœur ouvert pour y trouver tous les trésors de ton amour et une demeure sûre, maintenant et toujours. Toi qui vis et qui règnes pour les siècles des siècles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.