Archives par mot-clé : Bienheureux Charles de Foucauld

Charles de Foucauld : le désir d’aller jusqu’au bout dans l’amour et dans le don

Homélie pour la fête du Bx. Charles de Foucauld

Le siècle dernier nous a laissé des grandes images parmi les saints de l’Eglise, ceux dont la renommée a dépassé les frontières de l’Eglise, saint Jean Paul II, la mère Térésa, et d’autres saints plutôt très connus au sein de l’Eglise, comme le padre Pio par exemple.

C’est  peut-être à cause leur proximité avec nous temporellement ; mais il est tout à fait vrai que ces saints et tant d’autres dans ce dernier siècle dont nous ne pouvons oublier l’immense foule des martyrs, nous ont enrichi avec leur témoignage de vie dans un monde hostile et contraire à Dieu et à la foi, contraire à l’évangile.

Alors, nous devons dire que Dieu, de qui dépend finalement l’histoire du monde et l’histoire de chacun de nous, dans son dessein providentiel a voulu faire de la vie du bienheureux Charles de Foucauld une sorte de parabole vivante, une image de ce que Dieu veut de ce monde d’aujourd’hui, ou bien peut-on dire, de ce que Dieu peut faire.  Lorsque nous sommes éprouvés dans notre foi, contemplant une réalité difficile dans le monde et dans l’Eglise même, Dieu nous présente aujourd’hui la vie de Charles de Foucauld, qui est comme un écho aussi de cette phrase du Seigneur vainqueur de l’Apocalypse : « Voici que je fais toutes choses nouvelles. » 

D’une enfance pleine de foi, il est passé à l’incrédulité et à la vie loin de Dieu, mais c’est ce même Dieu (auquel Charles ne croyait plus) qui l’a fait revenir à Lui et l’a transformé non seulement dans un bon et fervent chrétien, mais aussi dans un grand missionnaire et apôtre, avec le désir qu’il a eu jusqu’à sa mort d’aller annoncer le Christ à ceux qui sont les plus éloignés, les plus délaissés.

Dans son Election de la retraite d’ordination sacerdotale, il répète plusieurs fois : «porter le feu sur la terre » et «sauver ce qui était perdu»; à la fin de ces deux parties qui conforment son choix « Quelle est la preuve que ces deux élections expriment la volonté de Dieu? Ces deux paroles de Jésus: « Suis moi » et « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, ne convie ni tes amis, ni tes parents, ni tes riches voisins, quand tu offres un festin, invite au contraire des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles. Toutes ses paroles que le bx. Charles entend de la bouche de Jésus deviennent des mots d’action, c’est le Maître qui convoque le disciple qui veut l’aimer, l’imiter et l’obéir. Mais toute cette indigence que Charles est appelé à guérir est tout d’abord spirituelle, il s’agit de ceux qui souffrent la méconnaissance du Christ, de la Vérité tout Entière et de l’évangile.

Son but apostolique n’exclut personne, et il fixe dès le début, depuis son ordination sacerdotale et la décision d’aller vers le Sahara, ce qui est l’essentiel dans sa mission comme prêtre ; comme Charles le décrivait dans ses écrits et ses lettres :   

« Le but est de donner les secours spirituels à nos soldats, d’empêcher que leurs âmes ne se perdent faute des derniers sacrements, et surtout, de sanctifier les populations infidèles en portant au milieu d’elles Jésus présent dans le Très Saint Sacrement, comme Marie sanctifia la maison de Jean Baptiste en y portant Jésus ».  

«Il faut entrer en rapport avec eux (les peuples autochtones) et préparer les voies, se faire connaître et aimer d’eux à force de charité, de douceur et de patience, et surtout obtenir les grâces de l’Esprit-Saint pour ces frères infortunés, par la Sainte Eucharistie et la vertu.»

Mais comment était Charles avant de commencer sa mission ? On peut dire que son portrait de saint était déjà défini au moment de devenir prêtre, un esprit bien formé par la docilité à l’Esprit Saint et le travail dur de la vertu.

Mgr Bonnet qui résidait quelques jours à Notre-Dame des Neiges rédige le 5 septembre 1901 sur papier à en-tête de l’abbaye une lettre pour Mgr Livinhac, il s’agit d’une lettre de présentation du Bienheureux : «Je recommande à votre bienveillance d’accepter  cet humble et saint prêtre ; l’Abbe de Foucauld est un ancien et brillant officier qui a brisé sa carrière pour se donner plus complétement à Dieu dans le sacerdoce. Je l’ai fait ordonner prêtre… Si une vocation trop vieille et trop pressante ne l’appelait pas à se dévouer à la conversion des musulmans, je suis heureux de lui donner un emploi dans mon ministère. Il a acquis la réputation d’un saint. Tout cela vous dira Monseigneur, en quelle profonde estime je tiens ce prêtre qui vient à vous et combien je vous serais obligé de l’accueillir avec une grande bonté ».

D’autre part, son aspect physique nous parle aussi de son humilité et simplicité, car son apparence de religieux cachait beaucoup sa forte personnalité. Le général de Susbielle qui l’a vu arriver à Taghit fera de lui ce portrait : « Son costume monacal, avec sa soutane blanche, un cœur surmonté d’une croix en laine rouge sur la poitrine, serrée à la taille par une ceinture de cuir à laquelle pendait un rosaire, ses pieds nus dans des sandales et un capuchon de laine blanche rabattu sur la tête, n’avait certes rien de la tenue habituelle d’un cavalier; mais son aisance, sa position à cheval dénotaient du premier coup l’ancien officier de cavalerie. Il était petit, brun, portant un petit collier de barbe (peut-être n’était-il pas rasé de frais) et avait des yeux noirs extrêmement brillants et intelligents, respirant une grande bonté, quelquefois un peu de malice. »

Son évolution depuis la grâce de la conversion se devine dans cet autre portrait tracé par l’abbé Huvelin, témoin principal et, pour une part, artisan de cette histoire humaine et spirituelle, recommandant ainsi son dirigé le 25 août 1901 à Mgr Bazin: « Il se recommande de lui-même. Vous verrez en lui le dévouement héroïque, l’endurance sans limite, la vocation d’agir sur le monde musulman, le zèle humble et patient, l’obéissance dans le zèle et l’enthousiasme qu’il possède, l’esprit de pénitence sans aucune pensée de blâme et de sévérité contre qui ce soit. Au milieu même de son enthousiasme et de ses élans, prudent et sachant attendre, se réfugiant dans la prière quand l’action lui était interdite.[…] C’est ici un simple portrait que je vous envoie, non flatté, mais ressemblant. » Et le 1er septembre 1901, à Mgr Guérin, l’abbé Huvelin écrivait encore au sujet du Bienheureux Charles : «Ce que je puis dire à Votre Grandeur est bon en tous points: beaucoup d’enthousiasme, mais de la sagesse; beaucoup de zèle, mais beaucoup d’obéissance: l’amour de la vie dure avec un minimum de soulagement, mais de la discrétion; l’amour de la mortification lui est un besoin que lui fait l’amour de Dieu.[…] Sa vocation l’a toujours attiré vers le monde musulman. J’ai vu venir cette vocation. En mon âme et conscience, je crois qu’elle vient de Dieu… Amour du silence, de l’action obscure, vous trouverez cela chez lui. Rien de bizarre ni d’extraordinaire, mais force irrésistible qui pousse, mais instrument dur pour un rude labeur, voilà ce que Votre Grandeur trouvera chez M. de Foucauld… Fermeté, désir d’aller jusqu’au bout dans l’amour et dans le don, d’en tirer toutes les conséquences, jamais de découragement, jamais, un peu d’âpreté, autrefois, mais qui s’est tant adoucie ».

Comme on peut découvrir, ces vertus apparemment antinomiques, en notre Seigneur ont su devenir complémentaires ; si cela s’est réalisé de manière admirable en Jésus-Christ, c’est aussi tout à fait possible chez les saints qui ne cherchent qu’imiter leur maître.

Que le bienheureux Charles de Foucauld nous donne la grâce de rechercher la sainteté avec ardeur comme lui, suivant son exemple. Comme disait son directeur spirituel : Rien de bizarre ni d’extraordinaire, mais force irrésistible qui pousse, instrument dur pour un rude labeur… Fermeté, désir d’aller jusqu’au bout dans l’amour et dans le don.

Que la Sainte Vierge Marie, Mère de saints et que le bx. Charles invoquait avec tendresse, nous obtienne cette grâce.

P. Luis Martinez IVE.

01/12 Mémoire liturgique du Bienheureux Charles de Foucauld

Textes pour Messe

Antienne d’ouverture: Ps 95,3-4

Proclamez aux nations le salut de Dieu 
et ses merveilles à tous les peuples, 
il est grand le Seigneur, grande est sa gloire.

Oraison :

Dieu notre Père, tu as appelé le Bienheureux Charles à vivre de ton amour dans l’intimité de ton Fils, Jésus de Nazareth. Accorde nous de trouver dans l’Evangile, le fondement d’une vie chrétienne de plus en plus rayonnante, et dans l’Eucharistie, la source d’une fraternité universelle… Par Jésus Christ…

Prière sur les offrandes:

Regarde, Seigneur tout puissant, le sacrifice que nous offrons en la fête du bienheureux Charles, et donne nous d’exprimer dans notre vie les mystères de la passion du Sauveur que nous célébrons dans ces rites sacrés. Par Jésus.

Antienne de la Communion :

Jn 15, 4-5 Le Seigneur nous dit : « Demeurez en moi comme moi en vous, Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruits ». 

Lectures

 Lecture du livre de la Sagesse (11,23 – 12,2)

Seigneur, tu as pitié de tous les hommes, parce que tu peux tout. Tu fermes les yeux sur leurs péchés, pour qu’ils se convertissent. Tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes œuvres ; car tu n’aurais pas créé un être en ayant de la haine envers lui. Et comment aurait-il subsisté, si tu ne l’avais pas voulu ? Comment aurait-il conservé l’existence, si tu ne l’y avais pas appelé ? Mais tu épargnes tous les êtres, parce qu’ils sont à toi, Maître qui aimes la vie, toi dont le souffle impérissable anime tous les êtres. Ainsi tu reprends progressivement les coupables et tu les avertis, leur rappelant en quoi ils pèchent, afin qu’ils renoncent au mal et qu’ils croient en toi, Seigneur.

Parole du Seigneur.

PSAUME (39, 2.4b, 7-8a, 8b-9 et 10)

R Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté.

D’un grand espoir j’espérais le Seigneur :

il s’est penché vers moi pour entendre mon cri.

Dans ma bouche il a mis un chant nouveau,

une louange à notre Dieu.

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,

tu as ouvert mes oreilles ;

tu ne demandais ni holocauste ni victime,

 alors j’ai dit : « Voici, je viens.

Dans le livre, est écrit pour moi

ce que tu veux que je fasse.

Mon Dieu, voilà ce que j’aime :

ta loi me tient aux entrailles.

J’annonce la justice

dans la grande assemblée ;

vois, je ne retiens pas mes lèvres,

Seigneur, tu le sais.

Acclamation de l’Evangile:

Je vous appelle amis parce que tout ce que j’ai entendu auprès de mon Père, je vous l’ai fait connaître. (Jn 15,15) 

De l’évangile selon saint Jean (15,9-17)

Avant de passer de ce monde à son Père, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurez dans mon amour; comme moi, j’ai gardé fidèlement les commandements de mon Père. et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie. Mon commandement, le voici : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs. car le serviteur ignore ce que veut faire son maître ; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis. Je vous ai mis à cette place afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera. Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. »

Acclamons la Parole de Dieu