Archives par mot-clé : eucharistie

Revenons en esprit au Cénacle !

Homélie pour le Jeudi Saint 2021

Le Pape saint Jean Paul II disait, dans une de ses dernières homélies du jeudi saint : « Ce soir nous entrons déjà dans la Pâque du Christ, qui constitue le moment de conclusion dramatique, longuement préparé et attendu, de l’existence terrestre du Verbe de Dieu. Jésus n’est pas venu parmi nous pour être servi, mais pour servir, et il assumé les drames et les espérances des hommes de tous les temps. Au Cénacle, en anticipant de façon mystique le sacrifice de la Croix, il a voulu demeurer parmi nous sous les espèces du pain et du vin et il a confié aux Apôtres et à leurs successeurs la mission et le pouvoir d’en perpétuer la mémoire vivante et efficace dans le rite eucharistique. »

En effet, toute la cène du Seigneur avec ses disciples, que nous rendons présente dans la liturgie d’aujourd’hui, est comme un grand signe de l’événement toujours actuel de la passion et de la mort de Jésus-Christ. La cène nous introduit dans la Passion.

Déjà le lavement des pieds, qui est la manifestation de la charité et de l’humilité que Jésus nous porte et veut nous enseigner pour que nous nous aimions les uns les autres, nous conduit mystiquement au Calvaire. Jésus est venu servir Dieu le Père et l’humanité d’une manière concrète, c’est-à-dire en acceptant la mort pour notre rédemption, pour payer notre dette devant Dieu.

« Au sens mystique, par ces trois aspects on peut comprendre trois choses. En premier lieu, par le fait qu’Il versa de l’eau dans un bassin est signifiée l’effusion de son sang sur la terre. En effet le sang de Jésus peut être appelé eau parce qu’il a la puissance de laver : Il nous a lavés de nos péchés par son sang (Ap. 5,1). Et de là vient qu’il sortit en même temps de son côté du sang et de l’eau, pour donner à entendre que ce sang était capable de laver les péchés. Ou bien, par l’eau, on peut comprendre la Passion du Christ ; car dans l’Écriture l’eau représente les tribulations : Viens me sauver, Seigneur, car les eaux, c’est-à-dire les tribulations, sont entrées jusque dans mon âme (Ps. 144,7). Il versa de l’eau dans un bassin, c’est-à-dire qu’il imprima dans les âmes des fidèles la mémoire de la Passion par la foi et la dévotion : Souviens-toi de ma pauvreté.

En second lieu, il commença à laver les pieds des disciples suggère l’imperfection humaine. Car les Apôtres, après le Christ, étaient les plus parfaits, et cependant ils avaient besoin d’être lavés, ayant en eux des impuretés. Cela pour nous donner à comprendre qu’aussi parfait que soit un homme, il a néanmoins besoin d’être rendu plus parfait et peut encore contracter certaines impuretés : Qui peut dire : mon cœur est pur ? (Prov. 20,9)… Mais il faut remarquer, selon Origène, qu’il commença à laver les pieds des disciples alors que sa Passion était imminente, parce que s’il les avait lavés longtemps auparavant, ils auraient été à nouveau souillés. C’est pourquoi il commença, alors que peu de temps après il allait les laver par l’eau du Saint-Esprit, c’est-à-dire après sa Passion : Vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés, dans peu de jours (Actes 1,5). Ainsi, donc, l’effusion de son sang est manifestée par le fait qu’Il versa de l’eau dans un bassin, et la purification de nos péchés par le fait qu’il commença à laver les pieds des disciples.

En troisième lieu apparaît le fait qu’il a pris sur lui nos peines ; en effet non seulement il a lavé nos taches, mais il a pris sur lui les peines qu’elles impliquaient. En effet, nos peines et nos pénitences ne suffiraient pas si elles n’étaient pas fondées sur le mérite et la puissance de la Passion du Christ. Et cela apparaît dans le fait qu’il essuya les pieds des disciples avec un linge, c’est-à-dire avec le linge de son corps : Il porta jusqu’au bout nos péchés dans son corps sur le bois (Pierre 2,24) » (St. Thomas d’Aquin, Commentaire sur l’Evangile de st. Jean).

En lavant les pieds des disciples, Jésus nous montre que sa Passion est la source de la grâce et de la vie éternelle, que par sa mort il a vaincu le diable et le péché, et que sur sa croix il nous libère du poids de nos fautes. Mais il était nécessaire que ce signe nous soit appliqué. Il est inutile d’avoir un vaccin contre une maladie si on ne l’applique pas. C’est pourquoi, dans la Cène, notre Seigneur ne nous a pas seulement donné un exemple, mais il nous a donné le moyen efficace de pouvoir vivre selon ses commandements. Car l’Eucharistie n’est pas seulement un souvenir de la mort du Christ, elle n’est pas seulement une présence mystique et spirituelle, mais un souvenir et une présence réels, c’est-à-dire effectifs, qui suspendent en quelque sorte le temps et l’espace avant la nouvelle apparition du Christ dans son état de souffrance sur tous les autels du monde. Le Cardinal Journet a dit : « A chaque fois que les paroles de la consécration sont prononcées, l’Eglise, représentée par le prêtre et les fidèles, est rendue présente au sacrifice sanglant : les deux mille ans qui nous séparent de la Croix sont abolis, nous sommes là comme l’étaient la Sainte Vierge et saint Jean. Et chaque génération peut à son tour s’engouffrer dans l’offrande éternelle du Christ, offerte pour tous les temps ».

Saint Jean Paul II disait : « Revenons en esprit au Cénacle ! Nous nous rassemblons avec foi autour de l’Autel du Seigneur, en faisant mémoire de la Dernière Cène. En répétant les gestes du Christ, nous proclamons que sa mort a racheté l’humanité du péché, et qu’elle continue à ouvrir l’espérance d’un avenir de salut pour les hommes de chaque époque.

Il revient aux prêtres de perpétuer le rite qui, sous les espèces du pain et du vin, rend présent le sacrifice du Christ dans le monde véritable, réel et substantiel, jusqu’à la fin des temps. Il revient à tous les chrétiens de devenir les serviteurs humbles et attentifs de leurs frères, afin de collaborer à leur salut. C’est la tâche de chaque croyant de proclamer à travers sa vie que le Fils de Dieu a aimé les siens jusqu’à la fin. Ce soir, notre foi se nourrit dans un silence chargé de mystère. »

Nous entrons donc, dans cette célébration, dans la considération de cet événement déterminant dans la vie de chacun d’entre nous, le plus réel, qui est la mort du Christ pour chacun d’entre nous. Que sa présence eucharistique soit la source de notre foi et notre force pour imiter chaque jour son exemple de sacrifice pour Dieu et pour les hommes, et que la Vierge Marie, la Femme eucharistique, la Femme du Calvaire, nous conduise par sa main à la Pâque éternelle du Royaume de son Fils, qui est le seul qui a des paroles de vie éternelle.

P. Juan Manuel Rossi IVE.

« Je suis né pour toi! »

Noël: Messe de l’Aurore

L’Eglise nous invite à revivre encore une fois le mystère de Noël au travers des lectures choisies pour le jour de cette solennité.

L’évangile nous dit qu’il y avait le jour de la Naissance de Jésus, proche du lieu où est né le Christ des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. C’est précisément parce qu’ils trouvaient dans ce petit coin de Judée des bons pâturages ; l’évangile nous dit aussi qu’ils vivaient dehors, hors du village de Bethlehem. Il s’agissait de bergers nomades, qui attendaient là-bas le temps des pluies, le printemps pour se déplacer vers d’autres endroits. Ils habitaient dans des tentes ou se réfugiaient dans les grottes naturelles des collines comme nous le montre la piété chrétienne appuyée sur la tradition. Le texte en grec dit en effet « qu’ils campaient », tout en gardant les troupeaux des voleurs et des bêtes sauvages, pendant la nuit très probablement.

L’histoire nous révèle que les bergers n’étaient pas trop estimés par les autres habitants de la Terre Sainte, on les considérait eux-mêmes comme des voleurs, les pharisiens avaient interdit de leur acheter de la laine et du lait, craignant qu’ils ne fussent le fruit de leurs vols. En général, eu égard à cette renommée, peut-être gratuite, ils étaient devenus des gens méprisés.

Mais, ces bergers de l’évangile ne sont pas loin de Dieu dans leurs cœurs ; nous le savons, Dieu établit son amitié et se révèle seulement aux cœurs qui sont ouverts à l’amour et au bien. Ils faisaient partie de ces pauvres dont l’âme est simple ; Jésus bénira au moment de sa prédication les âmes semblables, parce que pour eux est réservé le mystère de Dieu : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits » Lc. 10,21. Ces bergers représentent les pauvres en général, auxquels Dieu garde sa prédilection. Posons-nous cette question : notre cœur est-il vraiment pauvre, est-il vraiment humble pour contempler l’enfant Jésus dans sa crèche ?

Comme de nos jours, beaucoup d’hommes et femmes ignoraient ce qui se passait dans cette nuit de Bethlehem. Après Marie et Joseph, la nouvelle de la Naissance de Jésus est communiquée tout d’abord à ce groupe de bergers.

Alors, ces bergers ne prennent pas beaucoup de temps pour aller voir ce que l’Ange leur annonce : « Ils se hâtèrent d’y aller, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire » dit la suite de l’évangile de cette nuit. Quels sont les chrétiens d’aujourd’hui qui se hâtent vraiment pour les choses de Dieu ?

S’il y a quelque chose qui vaut vraiment la peine de se presser à sa recherche, semble-nous dire l’évangéliste de façon tacite, ce sont les choses de Dieu.

Le signe est en définitif une reconnaissance, une description qu’ils pouvaient constater au simple regard. Mais, le signe n’est pas une vision extraordinaire, il se produit dans l’humilité. Ils découvrirent la pauvreté d’un Dieu qui veut que les hommes et les femmes de tous les temps regardent au cœur. Les bergers découvrent que ce que l’Ange leur avait annoncé était vrai. Ils rendent gloire à Dieu et retournent à leur vie pleins de joie, d’une joie spirituelle de ce qu’ils avaient vu et entendu.

Mais, dans ce mystère de Noël, on retrouve cette analogie entre Noël et l’Eucharistie dans le même texte de l’Évangile avec les paroles de l’ange aux bergers : « C’est le signe pour vous : vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche. Le signe de la reconnaissance de Dieu fait homme est composé de réalités absolument simples et pauvres. De la même manière, l’Eucharistie, présence vraie, réelle et substantielle de Dieu fait homme, se produit dans la pauvreté des accidents eucharistiques du pain et du vin. Ainsi, « pour les bergers, le grand « signe » n’était qu’un pauvre enfant couché dans une crèche, bien qu’en sa mémoire ils aient glorifié et loué Dieu pour ce qu’ils avaient vu. Avec le regard de la foi, nous devons percevoir le Christ lui-même, né aujourd’hui, sous les signes du pain et du vin.

Saint Augustin a interprété le sens de la crèche avec un raisonnement qui au premier abord semble presque impertinent, mais qui, lorsqu’on y regarde de plus près, contient au contraire une vérité profonde. « La mangeoire est l’endroit où les animaux trouvent leur nourriture ». Cependant, Celui que l’on voit maintenant dans la crèche s’est indiqué comme le vrai pain descendu du ciel, comme la vraie nourriture dont l’homme a besoin pour être une personne humaine. C’est la nourriture qui donne à l’homme la vraie vie, la vie éternelle. La crèche devient ainsi une référence à la table de Dieu, à laquelle l’homme est invité à recevoir le Pain de Dieu. Dans la pauvreté de la naissance de Jésus se dessine la grande réalité dans laquelle la rédemption des hommes s’accomplit d’une manière mystérieuse : l’Eucharistie. Cette image est encore plus forte lorsqu’on comprend que Bethlehem veut dire en hébreux « Maison de Pain ».

Ce que Jésus fera après dans sa Passion, s’offrir pour le salut du monde, ce qu’Il fait chaque jour lorsqu’Il s’offre dans l’Eucharistie pour nous faire devenir lui, pour nous transformer en Lui, Il le fait maintenant dans sa crèche, il s’offre.

C’est encore Saint Jean Chrysostome, qui nous exhorte à recevoir le Christ:

« Il s’offre à nous pour tout. Et alors il nous dit: « Si tu veux t’embellir, prends ma beauté. Si tu veux combattre, mes armes. Si tu veux t’habiller, mes vêtements. Si tu veux te nourrir, ma table. Si tu as besoin de marcher, prend mon chemin. Si tu veux hériter, mon héritage. Si tu veux entrer dans la patrie éternelle, je suis l’architecte de cette ville …

Et je ne te demande aucun paiement pour ce que je te donne, mais je veux moi-même être ton débiteur, du seul fait que tu veux recevoir tout ce qui est à moi. Je suis pour toi père, frère, époux ; Je suis la maison, la nourriture, les vêtements, racine, fondation, tout ce que tu veux, c’est moi; ne sois pas dans le besoin et qu’il te manque de quelque chose, je te servirai même, car je suis venu « pour servir et non pour être servi » (Mt 20, 28). Je suis ami, frère, sœur, mère; Je suis tout pour toi et je ne veux que l’intimité avec toi. Je suis pauvre pour toi, mendiant pour toi, crucifié pour toi, enseveli pour toi. Au ciel, je suis pour toi devant Dieu le Père; et sur terre je suis l’envoyé pour toi. Tu es tout pour moi, frère et cohéritier, ami et membre. Que veux-tu de plus? Pourquoi rejettes-tu celui qui t’aime et travailles-tu plutôt pour le monde, jetant tout dans l’oreille d’un sourd? » (Homélie 76 sur Evangile).

P. Luis Martinez IVE.