Archives par mot-clé : Neuvaine

Neuvième JOUR DE LA NEUVAINE – 24 DÉCEMBRE.

Méditation

Le Christ a franchi la porte virginale, la porte pleine de grâce ; le Roi a passé, et cette porte demeure fermée à jamais, comme elle le fut toujours. Le Fils du Dieu suprême est sorti du sanctuaire de la Vierge ; Il est l’Époux, le Rédempteur, le Fondateur, le Géant de son Église. Gloire et joie de sa Mère, Espoir immense des croyants, en épuisant le noir breuvage de la mort, Il guérira nos crimes.

Il est cette Pierre détachée de la montagne qui couvre de Grâce le monde entier ; cette Pierre que la main de l’homme n’a pas taillée, qu’avaient annoncée les anciens Prophètes. Le Verbe fait chair à la parole de l’Ange, naissant vierge, s’est élancé de la retraite sacrée d’un Sein virginal. Les Cieux ont versé leur Rosée, les nuées ont répandu le Juste ; la terre altérée, enfantant son Salut, a reçu Celui qui est son Seigneur. Ô merveilleuse Conception ! Elle a produit le Christ ; et la Vierge dans l’enfantement, est demeurée Vierge après l’enfantement.

Que toute âme tressaille de joie ; le Rédempteur des nations, le Seigneur du monde, est venu racheter ceux qu’Il a formés. Le Créateur de la race humaine, Celui que l’univers ne saurait contenir, Mère sainte, Il s’est renfermé dans Vos entrailles. Celui que le Dieu Père a engendré Dieu avant tous les temps, la virginité d’une Mère féconde L’a mis au jour dans le temps. Il ôtera tous les péchés, Il apportera les Trésors de la Grâce ; par Lui la Lumière recevra son accroissement, l’empire des ténèbres sera ruiné.

Saint Ambroise. Hymne sur la Nativité.

PRIÈRE POUR TOUS LES JOURS DE LA NEUVAINE

Ô Enfant, Toi qui as voulu avoir pour berceau une mangeoire; ô Créateur de l’univers, Toi qui t’es dépouillé de ta gloire divine; ô notre Rédempteur, Toi qui as offert en sacrifice ton corps sans défense pour le salut de l’humanité !

Que la splendeur de ta naissance illumine la nuit du monde. Que la puissance de ton message d’amour détruise les assauts orgueilleux du malin. Puisse le don de ta vie nous faire comprendre toujours davantage le prix de la vie de chaque être humain.

Trop de sang coule encore sur la terre ! Trop de violence et de conflits troublent les relations sereines entre les nations !

Tu viens nous apporter la paix. Tu es notre paix ! Toi seul peux faire de nous « un peuple purifié » qui t’appartienne pour toujours, un peuple « ardent à faire le bien » (Tt 2,14).

Un enfant nous est né, un Fils nous est donné ! Quel mystère insondable recouvre l’humilité de cet Enfant ! Nous voudrions presque le toucher; nous voudrions l’embrasser.

Toi, Marie, qui veilles sur ton Fils tout-puissant, donne-nous tes yeux pour le contempler avec foi; donne-nous ton cœur pour l’adorer avec amour. Dans sa simplicité, l’Enfant de Bethléem nous enseigne à redécouvrir le sens véritable de notre existence; il nous apprend à « vivre dans le monde présent en hommes raisonnables, justes et religieux«  (Tt 2,12).

Ô Sainte Nuit, tant attendue, toi qui as uni Dieu et l’homme pour toujours ! Tu rallumes en nous l’espérance. Tu nous remplis d’étonnement émerveillé. Tu nous assures le triomphe de l’amour sur la haine, de la vie sur la mort.

C’est pourquoi nous demeurons dans l’émerveillement et nous prions.

Dans le silence lumineux de ton Noël, Toi, l’Emmanuel, tu continues à nous parler. Et nous, nous sommes prêts à t’écouter. Amen !

(Prière composée par saint Jean Paul II)

Huitième JOUR DE LA NEUVAINE – 23 DÉCEMBRE.

Méditation

Le Christ naît ; rendez Gloire. Le Christ descend des Cieux ; marchez au-devant de Lui. Le Christ est sur la terre ; hommes, élevez-vous. Toute la terre, chantez au Seigneur ! et pour réunir tout dans une seule parole : « Que les Cieux se réjouissent, et que la terre tressaille, pour Celui qui est, tout à la fois, du Ciel et de la terre ».

Le Christ revêt notre chair, soyez émus de crainte et d’allégresse : de crainte, à cause du péché ; d’allégresse, à cause de l’espérance. Le Christ naît d’une Vierge : femmes, honorez la virginité, afin de devenir mères du Christ. « Qui n’adorerait Celui qui était dès le commencement ? Qui ne louerait et ne célébrerait Celui qui vient de naître ? Voici que les ténèbres se dissipent ; la Lumière est créée ; l’Égypte demeure sous les ombres, et Israël est éclairé par la colonne lumineuse. Le peuple, qui était assis dans les ténèbres de l’ignorance, aperçoit la lueur d’une science profonde.

Les choses anciennes ont fini ; tout est devenu nouveau. La lettre fuit, l’esprit triomphe ; les ombres sont passées, la Vérité fait son entrée. Le moment est venu de peupler le monde céleste : le Christ commande ; gardons-nous de résister. Toutes les nations, battez des mains : car un petit Enfant nous est né, un Fils nous a été donné. La marque de sa principauté est sur Son épaule : car la Croix sera le moyen de Son élévation ; son nom est l’Ange du grand conseil, c’est-à-dire du conseil paternel. Que Jean s’écrie : « Préparez la voie du Seigneur ! »

Pour moi, je veux faire retentir aussi la puissance d’un si grand Jour : « Celui qui est sans chair s’incarne ; le Verbe prend un corps ; l’Invisible se montre aux yeux, l’Impalpable se laisse toucher ; Celui qui ne connaît pas le temps prend un commencement ; le Fils de Dieu est fait fils de l’homme. Jésus-Christ était hier ; Il est aujourd’hui ; Il sera à jamais. Que le Juif s’en offense ; que le Grec s’en moque ; que la langue de l’hérétique s’agite dans sa bouche impure. Ils croiront quand ils Le verront, ce Fils de Dieu, monter au Ciel ; et si encore à ce moment ils s’y refusent, ils croiront bien, alors qu’Il en descendra, et paraîtra sur son tribunal de Juge.

Saint Grégoire de Naziance – Discours 38, pour Noël.

PRIÈRE POUR TOUS LES JOURS DE LA NEUVAINE

Ô Enfant, Toi qui as voulu avoir pour berceau une mangeoire; ô Créateur de l’univers, Toi qui t’es dépouillé de ta gloire divine; ô notre Rédempteur, Toi qui as offert en sacrifice ton corps sans défense pour le salut de l’humanité !

Que la splendeur de ta naissance illumine la nuit du monde. Que la puissance de ton message d’amour détruise les assauts orgueilleux du malin. Puisse le don de ta vie nous faire comprendre toujours davantage le prix de la vie de chaque être humain.

Trop de sang coule encore sur la terre ! Trop de violence et de conflits troublent les relations sereines entre les nations !

Tu viens nous apporter la paix. Tu es notre paix ! Toi seul peux faire de nous « un peuple purifié » qui t’appartienne pour toujours, un peuple « ardent à faire le bien » (Tt 2,14).

Un enfant nous est né, un Fils nous est donné ! Quel mystère insondable recouvre l’humilité de cet Enfant ! Nous voudrions presque le toucher; nous voudrions l’embrasser.

Toi, Marie, qui veilles sur ton Fils tout-puissant, donne-nous tes yeux pour le contempler avec foi; donne-nous ton cœur pour l’adorer avec amour. Dans sa simplicité, l’Enfant de Bethléem nous enseigne à redécouvrir le sens véritable de notre existence; il nous apprend à « vivre dans le monde présent en hommes raisonnables, justes et religieux«  (Tt 2,12).

Ô Sainte Nuit, tant attendue, toi qui as uni Dieu et l’homme pour toujours ! Tu rallumes en nous l’espérance. Tu nous remplis d’étonnement émerveillé. Tu nous assures le triomphe de l’amour sur la haine, de la vie sur la mort.

C’est pourquoi nous demeurons dans l’émerveillement et nous prions.

Dans le silence lumineux de ton Noël, Toi, l’Emmanuel, tu continues à nous parler. Et nous, nous sommes prêts à t’écouter. Amen !

(Prière composée par saint Jean Paul II)