Cinquième jour de la Neuvaine en l’honneur du bienheureux Charles de Foucauld

Prière initiale pour chaque jour

Seigneur Dieu tout-puissant, source et sommet de toute sainteté au ciel et sur la terre, nous vous glorifions et vous remercions pour le don de vos saints, ceux qui ne mettent rien avant votre amour et votre volonté. Par leur exemple, Vous nous poussez à une conversion renouvelée, et par leur intercession, Vous nous donnez toutes les grâces dont nous avons besoin pour notre combat spirituel. Nous voulons particulièrement, en ces jours, vous louer et vous reconnaître pour l’œuvre que Vous avez accomplie en votre serviteur, notre patron, le bienheureux Charles de Foucauld ; et nous nous proposons de le faire pendant les neuf jours qui précèdent sa commémoration, en rappelant quelques-unes de ses vertus les plus importantes, pour glorifier votre œuvre sanctifiante, et pour en faire un stimulant et un encouragement sur le chemin de nos âmes vers Vous.

Que la Vierge Mère nous guide et nous aide, en rendant nos efforts fructueux en votre présence. Amen.

Evocation des vertus du Bienheureux Charles de Foucauld

5ème jour- 26 novembre

La pénitence

La pénitence, vertu aujourd’hui très oubliée et même méprisée, reste l’une des vertus les plus caractéristiques des âmes saintes. Et encore plus aujourd’hui que par le passé. Elle consiste en l’effort que nous faisons pour nous détacher de tout ce qui n’est pas Dieu et sa volonté, y compris de nombreuses choses qui sont bonnes. Le chrétien pénitent ne cherche pas le confort et l’aisance dans les choses, dans les relations humaines, dans la prière, dans le travail qu’il doit accomplir dans son corps et dans son âme ; au contraire, il incline à la rudesse en tout, selon ce que Dieu lui montre, à l’exemple du Christ, qui nous a dit : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive » (Lc 9,23). La vie du bienheureux Charles de Foucauld montre combien ces paroles du Christ avaient pénétré profondément son âme. Dès sa conversion, il a voulu vivre uniquement pour Dieu, et il n’a pas eu peur de faire tous les renoncements qu’il croyait que Dieu lui demandait. L’un des plus grands d’entre eux a été de quitter sa famille et ses amis en France pour entrer au monastère trappiste d’Akbès, ce qu’il a appelé « le plus grand sacrifice ». La manière dont il explique ce sacrifice fait pour le nom du Christ, permet de comprendre la détermination de toute sa vie : « j’aime Notre-Seigneur Jésus-Christ, bien que d’un cœur qui voudrait aimer plus et mieux ; mais enfin je L’aime, et je ne puis supporter de mener une vie autre que la Sienne, une vie douce et honorée quand la Sienne a été la plus dure et la plus dédaignée qui fût jamais, je ne veux pas traverser la vie en première classe pendant que Celui que j’aime l’a traversée dans la dernière »[1].

Seigneur notre Dieu, par l’intercession du bienheureux Charles de Foucauld et de notre Sainte Mère, nous vous demandons de savoir comment vous offrir, avec un cœur libre et joyeux, le sacrifice de notre vie, en donnant toujours la priorité à votre divine Volonté, afin de vous glorifier le plus possible et de vous servir dans toutes nos actions.

Par le Christ notre Seigneur.

Amen.

LITANIES AU BIENHEUREUX CHARLES DE FOUCAULD


[1] Lettre à Henri Duveyrier, 24 avril 1890.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.