Archives par mot-clé : Fruits de l’Eucharistie

Corpus Christi! Les fruits de notre Communion Eucharistique

Solennité du Corps et du Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ. Fête Dieu

Nous célébrons aujourd’hui la solennité du Corps et du Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ où bien, comme nous l’appelons traditionnellement aussi, « la Fête Dieu », la fête de Dieu présent dans l’Eucharistie.

Le Cénacle. Jérusalem

L’évangile nous ramène au jeudi saint de la vie de Notre Seigneur. Il envoie deux de ses disciples chercher une salle où célébrer la Pâque ; et le Seigneur fait une prophétie, montrant qu’Il a choisi d’avance le lieu où Il allait faire sa messe, instituer le sacrement de l’Eucharistie et ordonner prêtres ses apôtres : « Il vous indiquera, à l’étage, une grande pièce aménagée et prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. » La première messe de l’histoire a été célébrée dans un lieu digne, préparé pour un vrai repas « solennel ». Avec cela le Seigneur veut aussi nous dire que notre messe doit être célébrée de la même manière car l’Eucharistie est le centre et le sommet de la vie chrétienne et de tout chrétien évidement.

Nous désignons avec le nom d’Eucharistie soit parfois la sainte Messe, soit aussi généralement le Sacrement du Corps et du Sang du Seigneur. L’acte de recevoir l’Eucharistie est appelé communion, et l’action : communier, qui signifie « réaliser une union pleine et totale », unir une chose à l’autre totalement et étroitement.

Nous allons parler aujourd’hui précisément des fruits de notre communion, lorsqu’elle est faite avec les conditions nécessaires que l’Eglise nous commande pour recevoir l’Eucharistie : l’état de grâce de l’âme (absence de tout péché mortel), la conscience de ce que nous allons recevoir (le Christ qui vient dans notre âme) et un moment de jeûne, comme une préparation et par respect au don que nous allons recevoir.

L’Eucharistie reçue dignement dans notre âme produit des fruits abondants, dont nous devons toujours nous rappeler. En voici quelques-uns  (suivons les idées du père Antonio Royo Marin, dans son livre: « Teologia para seglares » ):

1) L’Eucharistie nous unit intimement au Christ et, en un certain sens, nous transforme en Lui. C’est le premier des effets et le plus immédiat car en elle nous recevons réellement et véritablement le Corps, le Sang, l’Âme et la Divinité du Christ lui-même. Comme Jésus le déclare dans l’évangile : « Je suis le pain de vie… Je suis le pain qui est descendu du ciel… Si quelqu’un mange ce pain, il vivra éternellement et le pain que je donnerai est ma chair pour la vie du monde. Vraiment, Je vous le dis, si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas de vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Ma chair est vraiment nourriture et mon sang est vraiment boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. Celui qui mange ce pain vivra éternellement » (Jean, 6, 35-58).

Les aliments corporels que nous mangeons, nous les transformons en notre propre corps ; au contraire, lorsque nous communions, c’est le Christ qui nous transforme en Lui, nous rendant de plus en plus semblables à Lui. Celui qui reçoit la communion d’une manière digne peut bien dire avec saint Paul : « c’est le Christ qui vit en moi » (Galates, 2, 20) C’est une réalité merveilleuse ! On peut en donner un exemple, bien que très imparfait : en jetant une éponge dans l’eau, on peut dire que l’éponge est dans l’eau et que l’eau est dans l’éponge.

La sainte Communion nous unit au Christ de manière très étroite et intime, par une grande charité et par un ardent amour. Après avoir été reçu par nous, « Jésus-Christ nous regarde comme une possession à Lui et prend soin de nous avec un amour tout particulier, comme quelque chose qui lui appartient et Il nous entoure d’une unique providence afin que nous puissions être et rester dignes de Lui. Il n’agit pas seulement dans notre âme, mais même dans notre propre corps et dans toute notre personne afin d’opérer notre sanctification et notre perfection ».

2) L’Eucharistie nous unit à la Sainte Trinité. C’est une conséquence nécessaire du fait que dans l’Eucharistie il y a réellement et vraiment le Christ tout entier, avec Son corps, Son âme et Sa divinité. Car les rois Divines Personnes – le Père, le Fils et le Saint-Esprit – sont absolument inséparables. Là où se trouve l’un d’eux, les deux autres doivent être nécessairement. Et bien qu’il soit vrai que l’âme en grâce est toujours un temple vivant de la Trinité, la Sainte Communion parachève ce mystère de l’habitation trinitaire (Jean 14:23; 2 Cor. 6:16). « De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi », dit Notre Seigneur (Jean 6:58).

3) L’Eucharistie augmente la grâce sanctifiante en nous donnant la grâce sacramentelle (propre à ce sacrement) qui nourrit, réconforte et vivifie notre vie surnaturelle.

4) L’Eucharistie augmente la foi, l’espérance et surtout la charité. La foi augmente par l’acte de foi que nous faisons lorsque nous recevons le Christ dans ce Sacrement. L’espérance grandit parce que l’Eucharistie est le gage et la garantie de la gloire et de la vie éternelle. Surtout, c’est la charité qui grandit selon les paroles de saint Paul : « La charité, l’amour du Christ nous saisit » (2 Co, 5, 14) puisque la communion nous unit au Christ.         « C’est la charité envers Dieu et notre prochain, une charité non seulement affective mais aussi efficace (elle nous fait vraiment aimer Dieu et notre prochain). Ainsi l’Eucharistie est un lien de charité qui unit les divers membres de toute la famille chrétienne : les pauvres et les riches, les sages et les ignorants à la même Sainte Table ; l’Eucharistie unit tous les peuples de la chrétienté ».

Enfin, la Communion augmente en nous toutes les vertus infuses (qui sont la prudence, la justice, la force et la tempérance) et les dons du Saint-Esprit (qui sont la sagesse, l’intelligence, la science, le conseil, la force, la piété et la sainte crainte de Dieu). Certes, la Sainte Communion a une efficacité sanctifiante incomparable, puisque la sainteté consiste proprement dans le développement et la croissance parfaits de la grâce et des vertus infusées dans notre âme.

5) L’Eucharistie efface les péchés véniels. La communion, étant une nourriture divine, répare les forces de l’âme perdues par les péchés véniels. La communion excite les actes de charité et la charité réelle détruit les péchés véniels qui refroidissent la charité, ainsi comme la chaleur détruit le froid. De même que la nourriture est nécessaire pour restaurer les forces du corps chaque jour, de même la communion est nécessaire pour restaurer les forces de l’âme perdues par la concupiscence à travers les péchés véniels qui diminuent la ferveur de la charité (Somme Théologique III, 79, 4).

6) L’Eucharistie pardonne indirectement la peine temporelle due pour les péchés. Autrement dit, plus nous sommes fervents, plus nous recevons le pardon de notre purgatoire. La « quantité » de la peine remise sera proportionnelle au degré de ferveur et de dévotion à recevoir l’Eucharistie.

7) L’Eucharistie préserve des futurs péchés, surtout des péchés qui nuisent à la chasteté, par la pureté et la virginité de la Chair et du Sang du Christ qui communique sa vertu, sa force à celui qui les reçoit. La communion renforce les forces de l’âme contre les mauvais penchants de la nature et nous préserve des assauts du diable en appliquant les effets de la passion du Christ, par laquelle le démon a été vaincu, selon l’enseignement de saint Thomas d’Aquin (III, 79,6 et 79.6 annonce 1). A un garçon qui avait contracté le vice d’un péché, saint Philippe Néri conseillait la communion quotidienne. Le Saint était disposé à confesser le jeune lorsque celui-ci le voulait et, par la communion quotidienne, il a obtenu d’éloigner le pauvre jeune homme de sa mauvaise habitude malhonnête.

8) L’Eucharistie est un gage (avant-goût) de gloire future. Le Christ lui-même a dit : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6 :54). Le Magistère de l’Église l’a affirmé au Concile de Trente : « Le Christ a voulu que l’Eucharistie soit le gage de notre gloire future et de notre bonheur perpétuel » (Dz. 875).

Saint Thomas d’Aquin avait résumé toutes ces grâces dans une petite prière qu’il a composée en l’honneur du saint Sacrement : 

« O banquet sacré où l’on reçoit le Christ ! On célèbre le mémorial de sa passion, l’âme est remplie de grâce et, de la gloire future, le gage nous est donné. »

Lorsque nous recevons le Christ dans l’Eucharistie, nous nous unissons spirituellement à la très Sainte Vierge Marie, car elle est présente là où se trouve son Fils. A Marie nous demandons la grâce de grandir chaque jour dans l’amour à l’Eucharistie.

P. Luis Martinez IVE.

Croire en Lui, c’est manger le Pain Vivant

Lire l’évangile du dimanche XIX  du temps ordinaire  (Jn 6, 41-51)

La lecture du sixième chapitre de l’Évangile de Jean, qui nous accompagne en ces dimanches dans la liturgie, nous a conduits à partir du miracle de la multiplication du pain et des poissons, à l’invitation que Jésus adresse à ceux qu’il avait rassasiés de rechercher une nourriture qui demeure pour la vie éternelle.

Jésus parle de lui comme du véritable pain descendu du ciel (une fois) et le pain vivant (pour deux fois), capable de maintenir en vie non pas pour un instant ou pour un bout de chemin, mais pour toujours. Il est la nourriture qui donne la vie éternelle, parce qu’Il est le Fils unique de Dieu, qui est dans le sein du Père, venu donner à l’homme la vie en plénitude, pour introduire l’homme dans la vie même de Dieu. Nous l’avons dit la semaine dernière, le Pain du Ciel, le Christ vient nourrir notre âme soit lorsque nous accueillons sa Parole, soit lorsque Le mangeons dans l’Eucharistie.

Or, cette nourriture spirituelle qui est pour nous l’Eucharistie est bien signifiée dans la première lecture de ce dimanche, où nous trouvons  le prophète Élie, fuyant l’hostilité de la reine Jézabel ; il veut mourir, parce qu’il n’a plus de force dans le désert. Mais le Seigneur envoie son ange pour le nourrir et rassasier sa soif de manière miraculeuse, « puis, fortifié par cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits ».

Comme nous le savons ; lorsque nous nous approchons de l’Eucharistie, c’est Notre Seigneur que nous recevons dans ce sacrement. Nous connaissons aussi les conditions pour Le recevoir, d’abord la pleine conscience de que nous recevons le Fils de Dieu, Dieu dans notre âme. « Nous devons nous préparer à ce moment si grand et si saint. Ainsi, S. Paul exhorte à un examen de conscience :  » Quiconque mange ce pain ou boit cette coupe du Seigneur indignement aura à répondre du Corps et du Sang du Seigneur. Que chacun donc s’éprouve soi-même et qu’il mange alors de ce pain et boive de cette coupe ; car celui qui mange et boit, mange et boit sa propre condamnation, s’il n’y discerne le Corps  » (1 Co 11, 27-29). Pour cette raison, celui qui est conscient d’un péché grave doit recevoir le sacrement de la Réconciliation avant d’accéder à la communion.

Devant la grandeur de ce sacrement, le fidèle ne peut que reprendre humblement et avec une « foi ardente » la parole du Centurion (cf. Mt 8, 8) :  » Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri « .

Nous pouvons en tirer une première conclusion : nous ne pouvons pas penser que la communion est un droit que tout chrétien possède lorsqu’il vient à la messe (« j’ai le droit de communier ») ; l’Eucharistie c’est un don de Dieu, un cadeau de sa part, mais un don qui demande une bonne disposition, une préparation.

Dans la Divine Liturgie de S. Jean Chrysostome, le rite de l’Eglise Catholique orientale, les fidèles font cette belle prière : A ta cène mystique fais-moi communier aujourd’hui, ô Fils de Dieu. Car je ne dirai pas le Secret à tes ennemis, ni ne te donnerai le baiser de Judas. Mais, comme le larron, je te crie : Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Pour se préparer convenablement à recevoir ce sacrement, les fidèles observeront aussi le jeûne prescrit dans leur Église (généralement c’est une heure avant de recevoir à l’Eucharistie  sous réserve de la santé de la personne). L’attitude corporelle (gestes, vêtement) traduira aussi le respect, la solennité, la joie de ce moment où le Christ devient notre hôte.

Quels sont les fruits et les grâces que nous recevons dans notre âme lorsque nous apprêtons à communier et nous recevons le Corps du Christ ?

D’abord, recevoir l’Eucharistie dans la communion porte comme fruit principal l’union intime au Christ Jésus. Le Seigneur dit:  » Qui mange ma Chair et boit mon Sang demeure en moi et moi en lui  » (Jn 6, 56).

Ce que l’aliment matériel produit dans notre vie corporelle, la communion le réalise de façon admirable dans notre vie spirituelle. La communion à la Chair du Christ ressuscité,  » vivifiée par l’Esprit Saint et vivifiante « , conserve, accroît et renouvelle la vie de grâce reçue au Baptême. Cette croissance de la vie chrétienne a besoin d’être nourrie par la communion eucharistique, elle est le pain de notre pèlerinage, jusqu’au moment de la mort, où il nous sera donné comme viatique, comme l’aliment du passage entre cette vie et l’autre.

La communion nous sépare aussi du péché. C’est pourquoi l’Eucharistie nous unit au Christ en nous purifiant en même temps des péchés véniels commis ; et nous préserve aussi des péchés futurs. Elle est comme notre remède qui nous fortifie et nous préserve de tomber dans la maladie du péché. Plus nous participons à la vie du Christ et plus nous progressons dans son amitié, plus il nous est difficile de rompre avec Lui par le péché mortel.

Rappelons-nous encore que l’Eucharistie n’est pas ordonnée au pardon des péchés mortels. Ceci est propre au sacrement de la Réconciliation. Le propre de l’Eucharistie est d’être le sacrement de ceux qui sont dans la pleine communion de l’Église.

Comme la nourriture corporelle sert à restaurer la perte des forces, l’Eucharistie fortifie la charité qui, dans la vie quotidienne, tend à s’affaiblir. En se donnant à nous, le Christ ravive notre amour et nous rend capables de rompre les attachements désordonnés aux créatures et de nous enraciner en Lui : Ayant reçu le don de l’amour, mourons au péché et vivons pour Dieu (S. Fulgence de Ruspe, Fab. 28, 16-19 : CCL 19A, 813-814 : LH, sem. 28, lundi, off. lect.).

La communion au Corps et Sang du Christ fait aussi l’unité du Corps mystique : l’Eucharistie fait l’Église. Ceux qui reçoivent l’Eucharistie sont unis plus étroitement au Christ. Par là même, le Christ les unit à tous les fidèles en un seul corps : l’Église. La communion renouvelle, fortifie, approfondit cette incorporation à l’Église déjà réalisée par le Baptême. Puisqu’il n’y a qu’un pain, à nous tous nous ne formons qu’un corps, car tous nous avons part à ce pain unique  » (1 Co 10, 16-17) :

L’Eucharistie nous engage aussi envers les pauvres : Pour recevoir dans la vérité le Corps et le Sang du Christ livrés pour nous, nous devons reconnaître le Christ dans les plus pauvres, Ses frères (cf. Mt 25, 40)

Disons enfin que communier c’est recevoir Dieu. C’est-à-dire recevoir le pouvoir de nous sanctifier et la  force, la paix et la consolation, la foi, l’espérance et la charité. Communier c’est devenir semblable au Christ, imitant ses vertus et reproduisant sa vie en nous. Communier signifie se revêtir de la force de Dieu contre les vices et les démons. La communion au Corps et Sang du Christ nous aide à soumettre peu à peu le corps à l’âme et à être libre de l’esclavage des vices.

Ecoutons ce beau commentaire de Saint Augustin à l’évangile d’aujourd’hui : « Les juifs qui protestaient contre Jésus étaient loin de s’occuper du pain du ciel, et ils ne savaient pas en avoir faim. Par faiblesse, leur cœur ne pouvait ni demander ni recevoir aucune nourriture… Car, ce pain de l’homme intérieur exige de l’appétit » (26, 1).

Nous devons nous demander si nous ressentons réellement cette faim, la faim de la Parole de Dieu, faim de l’Eucharistie. Seul celui qui est attiré par Dieu le Père, qui l’écoute et qui se laisse instruire par Lui peut croire en Jésus, le rencontrer et se nourrir de Lui et trouver ainsi la vraie vie, la voie de la vie, la justice, la vérité, l’amour. Saint Augustin ajoute : « Le Seigneur… s’est présenté à nous comme le pain descendu du ciel, et nous a exhortés à croire en lui. Croire en lui, c’est manger le pain vivant. Celui qui croit, mange : il se nourrit invisiblement, parce qu’il renaît d’une manière invisible [à une vie plus profonde, plus vraie] ; c’est intérieurement un homme nouveau ». Demandons aujourd’hui cette grâce.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné