Le péché est l’ennemi numéro un de notre vie spirituelle

Le péché est l’ennemi numéro un de notre vie spirituelle

ComLe fils Prodigueme nous savons, « le péché est la transgression volontaire de la loi divine» et est composé de trois parties :

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, un lépreux vint auprès de Jésus ;il le supplia et, tombant à ses genoux, lui dit :
« Si tu le veux, tu peux me purifier. »
Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit :
« Je le veux, sois purifié. »
À l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié.
Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt en lui disant :
« Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. »
Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais restait à l’écart, dans des endroits déserts.
De partout cependant on venait à lui.

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Pretre en confessantLa liturgie aujourd’hui nous présente la réalité du péché. L’image qu’elle utilise est la lèpre.

« Un lépreux vint auprès de Jésus »

Le péché.

  1. Qu’est que c’est le péché.

Le péché est l’ennemi numéro un de notre vie spirituelle

Comme nous savons, « le péché est la transgression volontaire de la loi divine» et est composé de trois parties :

La matière interdite : Cela veut dire quelque chose contre la loi naturelle, contre notre prochain ou bien contre Dieu, pour dire une seule phrase, faire n’importe quelle chose contre les commandements de Dieu.

Pour faire un péché est nécessaire la matière interdite (voler, dire de mensonge, blesser quelqu’un), ou bien penser que quelque chose qui est interdit et le faire.

L’avertissement : L’avertissement a deux parties la conscience psychologique, et la conscience morale, c’est-à-dire la connaissance de la loi divine.

D’abord la conscience psychologique : est la conscience de ce que nous sommes entrain de faire. Pour cela si nous ne sommes pas conscients, nous ne péchons pas, par exemple quand nous sommes endormis. Mais parfois nous ne sommes pas conscients par une faute que nous avons fait avons. Par exemple ceux qui prennent de l’alcool avant de conduire, et aussi il y a de personne que volontairement cherche de ne pas avoir une conscience claire, par exemple, ceux qui prennent de la drogue pour voler.

L’avertissement est aussi savoir que ce que je fais, ou ce que je ferai est interdit. Pour cela il y a des personnes qui font des actes mauvais mais par ignorance, ils ne pèchent pas. Par exemple, la messe le dimanche  est une obligation des chrétiens… Par fois on parle avec quelqu’un « si cela est un péché » oui mais je ne savais pas… etc. Mais il y a des autre actes que même si personne nous a dit que telle chose est un péché, nous savons qui sont mauvais, par exemple… tuer, dire de mensonge, voler, tout ceux qui fait parti de la loi naturelle, etc.

Consentement : Que la volonté (librement) accepte, ce qui nous est proposé, ou bien qui accepte de faire quelque chose. Il y a de péché que nous faisons simplement par le désir de faire une chose mauvaise. Par exemple une personne qui veut, qui a le désir de tuer une autre. Et aprêtre en confessantussi Mt Ce que dit le Christ dans l’évangile de Saint Mt 5, 27 moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.

  1. La différence entre le péché mortel et le péché véniel.

Même si le péché est toujours la lèpre de l’âme, il faut faire une distinction, entre le péché mortel et le péché véniel.

Le péché véniel : est comme la maladie de l’âme, l’âme devient lourde. (Des petits mensonges, de manque de charité, des paroles blessantes, des petites vols, manque de générosité, des omissions, la prière qui est nécessaire, etc.) Le péché véniel affaiblit aussi notre âme, pour nous faire tomber dans le péché mortel. Le péché véniel est comme trébucher, nous avons été proche de tombé.

Le péché mortel est la mort de la vie spirituelle en nous ; est l’expulsion de Dieu de notre âme, notre corps qui est temple de Dieu, devient une maison de trafic. «Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. Jn 2. Après un péché mortel, nous ne pouvons pas communier, le prêtre ne peut pas célébrer la messe, ou bien si célèbre la messe commet un péché mortel, comme le fidele qui communier en état de péché mortel. Après un péché mortel, nous risquons d’être condamnés.

Saint Paul est très clair 1 cor 6, 9 ss : Ne savez-vous pas que ceux qui commettent l’injustice ne recevront pas le royaume de Dieu en héritage ? Ne vous y trompez pas : les débauchés, les idolâtres, les adultères, les dépravés et 10 les voleurs et les profiteurs, les ivrognes, les diffamateurs, ne recevront pas le royaume de Dieu en héritage.

 

  1. Le péché est une réalité mauvaise en soit même.

Nous devons voir comment le péché est vraiment une lèpre, comme dit l’écriture, la bible.

  • La mort d’une personne innocente : Toutes les conséquences, pour la personne qui a été tué, pour sa famille, pour la personne qui a tué, pour sa famille, etc.
  • La guerre, par exemple en Ukraine, en Afrique, au moyen orienté. Les petites guerres chez nous, entre les frères et sœurs, entre les époux.
  • Les vols, les injustices: la faim dans le monde, les famines dans le monde.
  • Les péchés contre la chasteté. Par la destruction d’une famille, la profanation de notre corps, l’utilisation d’une personne comme objet.

Les pécheurs sont beaucoup. Nous sommes pécheur, mais il y a des pécheurs qui vivent habituellement en péché mortel, et malheureusement, ils sont nombreux, ils sont toujours la préoccupations de ce monde, noyé pour les affaires, toujours à la recherche du plaisirs, sans avoir aucune préoccupation de la vie éternelle, et souvent  ceux type des pécheurs finissent leurs vie, en faisant une confession que Dieu seul connait si elle a été bien faite, et souvent ceux type des pécheurs partent de cette vie, avec l’unique douleur de laisser les plaisir de ce monde.

  1. La mission du Christ

Mais nous ne pouvons pas finir cette homélie, comme ça, si nous parlons de la lèpre, il faut parler de ce qui guérit la lèpre, si nous parlons de nos misères il faut parler de celui qui est la miséricorde, si nous parlons de nos péchés, nous devons parler de notre Rédempteur.

Il faut relire l’évangile d’aujourd’hui : un lépreux vint auprès de Jésus ; il le supplia et, tombant à ses genoux, lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier. »

Un lépreux, un pécheur, un misérable, un d’entre nous, vous, moi-même.

Qu’est ce que lui demande? La purification. « Si tu le veux, tu peux me purifier. »

Quelle est la réponse de Jésus Christ ? « Je le veux, sois purifié. »

Christ, la miséricorde incarné, vient pour nous guérir. Qu’attendons-nous alors?

 

(D’après A. Royo Marin « Théologie de la perfection Chrétienne »)

Que ton nom soit sanctifié

 Basilique Notre DameLa première demande nous fait prier le Père céleste que son nom soit manifesté en nous et proclamé par nous.

  •  Le nom de Dieu est, tout d’abord, admirable, parce qu’en toutes créatures il opère des œuvres merveilleuses. C’est pourquoi le Seigneur déclare dans l’Evangile (Mc 16, 17) : En mon nom, ils expulseront les démons, ils parleront des langues nouvelles, et s’ils boivent quelque poison mortel, il ne leur fera aucun mal.
  •  En deuxième lieu, le nom de Dieu est digne d’amour. Il n’est sous le ciel, dit saint Pierre (Act 4, 12), aucun autre nom, parmi ceux qui ont été donnés aux hommes, qui puisse nous sauver.
  •  En troisième lieu, le nom de Dieu est vénérable. L’Apôtre affirme en effet (Phil 2, 10) :Qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur la terre et dans les enfers.
  •  En quatrième lieu, le nom de Dieu est ineffable, en ce sens qu’aucune langue n’est capable d’en exprimer toute la richesse.

On tente cependant de le faire à l’aide des créatures. Ainsi on a donné à Dieu le nom de rocher, en raison de sa fermeté. Et notons que si le Seigneur donna à Simon, futur fondement de l’Eglise, le nom de Pierre (Mc 3, 16), c’est précisément parce que sa foi en la divinité de Jésus (cf. Mt 16, 18) devait le faire participer à sa divine fermeté.

On désigne Dieu par le nom de feu, en raison de sa vertu purificatrice ; de même en effet que le feu purifie les métaux, Dieu purifie le cœur des pécheurs. C’est pourquoi il est dit dans le Deutéronome (4, 24) : Votre Dieu est un feu consumant.

On appelle encore Dieu : lumière, à cause de la faculté qu’il possède d’illuminer ; comme la lumière en effet éclaire les ténèbres, ainsi Dieu illumine les ténèbres de l’esprit. Aussi le Psalmiste dans sa prière dit au Seigneur (Ps. 17, 29) : Mon Dieu, illuminez mes ténèbres.

 Nous demandons donc que ce nom de Dieu soit manifesté, qu’il soit connu et tenu pour saint.

Le mot Saint a trois significations.

Saint, d’abord, veut dire ferme, solide, inébranlable. Ainsi tous les Bienheureux qui habitent le ciel sont appelés saints, parce qu’ils sont, par la félicité éternelle, rendus inébranlables. En ce sens, il n’y a pas en ce monde de saints ; les hommes en effet y sont continuellement mobiles.

Saint, en deuxième lieu, signifie ce qui n’est pas terrestre. C’est pourquoi les saints, qui vivent dans le ciel, n’ont aucune affection pour les choses terrestres. Je considère tout comme des ordures, disait saint Paul (Phil 3, 8), afin de gagner le Christ.

Enfin, troisièmement, saint signifie « teint de sang ». Aussi les saints qui sont dans le ciel sont appelés saints, parce qu’ils sont teints de sang, suivant ces paroles de l’Apocalypse (7, 14) :Ceux-là qui sont revêtus de robes blanches sont ceux qui viennent de la grande tribulation et qui ont lavé leurs vêtements dans le sang de [‘Agneau. De ces bienheureux il est dit également (Apoc 1, 5) : Jésus, qui nous a aimés, nous a lavés de nos péchés par son sang.

Saint Thomas d’Aquin
Commentaire au Notre Père

Nous sommes loin de penser que nos prières puissent ajouter quelque chose à la sainteté de Dieu : nous demandons seulement   que son nom soit sanctifié en nous. Qui pourrait rendre plus saint celui  de qui découle toute sainteté ? Mais comme Il nous a dit : Soyez saints parce que je suis saint (Lc 20,7), nous lui demandons chaque jour de persévérer dans cette sainteté que nous avons reçue par le baptême. Nous avons besoin de nous sanctifier sans cesse pour nous purifier de nos fautes que nous commettons tous les jours. Nous prions afin que cette sainteté demeure toujours en nous. Et comme notre juge suprême recommande au malade guéri et justifié  par lui de ne plus retomber dans le péché de peur qu’il ne lui arrive quelque chose de pire, nous prions Dieu nuit et jour de nous conserver la sainteté et la vie que nous tenons de son infinie bonté.

Saint Cyprien de Carthage