Tous les articles par Moines du Verbe Incarné

LES ÉTAPES DE LA VIE DE CHARLES DE FOUCAULD XXI

Vers le milieu de l’année 1903, l’ermite forme le vœu de pénétrer jusqu’aux régions plus méridionales habitées par les Touareg, peuple de race berbère, intelligent et fier, beaucoup moins fanatique que l’Arabe. Il écrit le 24 juin à Mgr Guérin pour lui demander la permission d’aller s’installer chez eux, en attendant qu’il puisse y installer des prêtres.

« J’y prierai, j’y étudierai la langue et traduirai le Saint Evangile;… tous les ans je remonterai vers le Nord me confesser. Chemin faisant, j’administrerai les sacrements dans tous les postes… Je réserve l’autorisation de l’abbé Huvelin… J’écris au commandant Laperrine, lui demandant de m’autoriser à exécuter ce projet. »

Comme on le voit, l’imagination ardente de Charles de Foucauld rêve, demande, prépare de grands desseins mais, attentif à chaque plainte, et aussi à chaque nouvelle par où s’exprime le monde où il vit, il est toujours prêt à répondre et à se considérer comme en service commandé. L’été de 1903 lui offre, soudainement, l’occasion de porter les secours de la religion a des Français en péril de mort. Il est le seul prêtre dans ces régions immenses ; nos postes n’ont pas d’aumônier ; les âmes ont été négligées, bien qu’on attende d’elles la plus haute vertu d’obéissance et de sacrifice. Il n’a pas un instant d’hésitation : il part ; il remplit un des grands offices pour lesquels il s’est avancé dans le Sahara. Voici les faits.

Les attaques de convois ou de postes se multipliaient ; l’agitation pouvait, d’un moment à l’autre, tourner à la révolte. Le 16 juillet, 200 Berâbers attaquaient, à 3 heures du matin, 50 tirailleurs algériens de la compagnie d’Adrar, qui étaient obligés de battre en retraite. Neuf jours après le chef du bureau arabe de Beni-Abbès surprenait les Berâbers au puits de Bou-Kheïla, leur tuait 30 hommes et mettait les autres en fuite.

Taghit

Bientôt des entreprises plus importantes allaient être tentées contre nous. Charles de Foucauld est informé de ces rumeurs qui courent le désert. Le prêtre et l’ancien officier, tout lui-même s’émeut. Il y aura des morts et des blessés. Sûrement le devoir est là. Il écrit le 12 août au capitaine de Susbielle, commandant le bureau arabe de Taghit, que cet officier fait mettre en état de défense, à la nouvelle plus précise qu’une harka de 9.000 personnes va tomber sur la Zousfana.

La bataille se livre, du 17 au 20 août. Taghit se défend victorieusement. La harka, décimée, lève le camp le 21. Elle a 1 200 hommes hors de combat. « C’est le plus beau fait d’armes de l’Algérie depuis quarante ans, » dit Charles de Foucauld dans une lettre à sa famille.

Mais le regret le tourmente de n’avoir pas été là. Lui, l’aumônier du Sahara, il n’a pu consoler, absoudre, bénir les mourants et les blessés. N’avait-il pas demandé à partir ? Sans doute, mais il faut qu’il s’entraîne à la fatigue physique, qu’il puisse se passer d’escorte.

Alors, comme le 2 septembre un convoi est attaqué par une centaine de pilleurs embusqués, comme le combat a coûté 49 blessés du côté français, Frère Charles court au bureau des affaires indigènes ; il renouvelle sa demande. Cette fois elle est accueillie. L’aumônier du Sahara peut se rendre auprès des blessés. On lui donne un burnous, des éperons ; un des mokhazenis lui prête un cheval. A la dernière minute, un des assistants essaye de s’opposer à une aventure qu’il estime insensée :

– Comment permettre au Père de partir sans escorte ? Il sera tué en route.

– Je passerai, dit le Père simplement.

– Il passera, en effet, laissez-le aller, réplique le capitaine du bureau arabe, qui survient à ce moment ; il ne peut pas vous dire cela, mais lui, il peut traverser sans arme tout le pays soulevé ; personne ne portera la main sur lui : il est sacré.

A 10 heures, Frère Charles est en selle et part avec le courrier. On fait, à marches forcées, les 120 kilomètres qui séparent Béni-Abbés de Taghit, et le Père de Foucauld commence auprès des blessés sa mission d’ami et de prêtre. Un officier du poste, un témoin du séjour de près d’un mois qu’il passa dans la redoute, m’a dit :

« Je crois pouvoir affirmer que les 49 blessés, chacun en son temps, reçurent la Communion des mains du Père de Foucauld. »

Il revint à Beni-Abbès le 30 septembre 1903, et là, se mettant en retraite, il se demande où est le devoir :

« J’ai une grosse incertitude, écrit-il à l’abbé Huvelin, au sujet du voyage que j’avais projeté dans le Sud, dans ces oasis du Touat, Tidikelt, qui sont absolument sans prêtre, où nos soldats n’ont jamais la messe, où les musulmans ne voient jamais un ministre de Jésus… Je sais d’avance que Mgr Guérin me laisse libre, c’est donc à vous que je demande conseil…

« Je passerais dans l’Extrême-Sud deux, ou trois ou quatre mois… on m’invite, on m’attend… Je frissonne – j’en ai honte – à la pensée de quitter Beni-Abbès, le calme au pied de l’autel, et de me jeter dans les voyages, pour lesquels j’ai maintenant une horreur excessive… La raison montre aussi bien des inconvénients : laisser vide le tabernacle de Beni-Abbès, m’éloigner d’ici où peut-être il y aura des combats… Un convoi part pour le Sud le 10 janvier. Faut-il le prendre, ou ne pas partir du tout ? Je vous supplie de m’écrire une ligne à ce sujet. Je vous obéirai. »

Le 10 janvier 1904 passa. La réponse de l’abbé Huvelin ne vint pas. Le 13, un convoi escorté par 50 hommes de troupe devait partir pour le Touat et le Tidikelt. Le Père de Foucauld se décide, se joint au convoi et se dirige vers ces inconnus, les Touareg de l’Ahaggar, qui vont avoir désormais la plus large part de son amitié et de son apostolat, et chez lesquels sera consommé, un jour, son sacrifice.

« Le Père de Foucauld »

René BAZIN

« Il resta quarante jours, tenté par Satan » – Comment combattre les tentations?

Lire l’évangile du premier dimanche de Carême (Mc. 1,12-15)

Nous sommes déjà dans le temps de Carême, imitant Notre Seigneur qui, comme le dit aujourd’hui l’évangile, resta quarante jours dans le désert en jeûne (symbole pour nous de la pénitence).

L’évangéliste saint Marc ne décrit pas les trois tentations comme le font saint Matthieu et saint Luc, mais on découvre dans la description qu’il fait de ce mystère, un grand enseignement pour nous: l’évangile nous dit qu’après- son baptême, l’Esprit Saint « pousse » le Seigneur vers le désert, vers la pénitence et aussi vers les tentations. C’est-à-dire que dans le dessein divin, Dieu veut ce temps de pénitence pour son Fils et permet les épreuves que le démon lui infligera.

On peut donc appliquer les paroles de saint Pierre dans sa lettre (1 Pierre 2, 21) : C’est pour vous que le Christ, lui aussi, a souffert ; il vous a laissé un modèle afin que vous suiviez ses traces.

La vie de tout homme et de tout chrétien est soumise à des tentations et des épreuves. Nous suivons ses traces : si Notre Seigneur est passé par là, nous aussi. Le chrétien, étant le bon soldat du Christ, doit livrer le bon combat. Saint Augustin enseignait : « la vie des saints consista dans cette lutte constante et dans cette guerre tu devras lutter, toi aussi jusqu’à la mort »

Nous allons parler de comment donc résister  aux tentations et comment réagir dans les épreuves. Et vous avez peut-être remarqué qu’on utilise deux mots : tentation et épreuve.

En effet, dans la langue grecque, il y a un unique mot « peirazein » qui veut dire tout d’abord éprouver, et dans un sens plus élargi tenter, c’est le mot qu’utilise l’évangéliste ici.

D’abord, à plusieurs reprises dans le langage de la bible Dieu éprouve l’homme. Cela nous pouvons le constater dans nos vies, Dieu nous envoie des épreuves, ou plutôt, le permet. Elles consisteront par exemple dans des maladies, pauvretés, soucis, déceptions, Dieu les permet mais Il donne sa grâce pour que cette difficulté soit l’occasion de grandir spirituellement, car tout contribue pour le bien de ceux qui aiment Dieu (Rm. 8,28). De cette manière, dans une épreuve par exemple une maladie la personne grandit en patience et dans la vertu de l’espérance, avec la grâce de Dieu, beaucoup plus qu’elle ne le ferait en dix années de bonne santé.  L’apôtre saint Jaques nous enseigne (Jacques 1, 2-3) : « Considérez comme une joie extrême, mes frères, de buter sur toute sorte d’épreuves. Vous le savez, une telle vérification de votre foi produit l’endurance ».

Mais, Dieu éprouve vers le bien, jamais vers le mal (Jacques 1,13): « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : « Ma tentation vient de Dieu. » Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne ».

Nous avons d’autre part, « les tentations ». Les tentations proprement dites sont des suggestions qui nous poussent vers le mal, elles sont aussi permises par Dieu mais elles procèdent du Démon, du monde et de la propre chair (chair dans le sens biblique, désigne la nature humaine affectée par le péché et penchée vers le mal).

Nous pouvons donner donc quelques conseils pour découvrir et vaincre les tentations.

D’abord l’attitude du chrétien fasse aux tentations, la façon de se conduire. Avant tout, c’est la confiance dans la grâce de Dieu : « Je peux tout en celui qui me donne la force » (Philip. 4,13). Et dans le psaume du bon berger (22,4) l’on dit : « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi ».

Saint Augustin nous apprend dans son commentaire aux psaumes : « Le diable est enchaîné pour qu’il ne fasse pas tout le mal qu’il pourrait, tout ce qu’il désire faire. Dieu lui permet de tenter seulement dans la mesure où cela soit profitable pour nous (In Psalmos 63,1) ».

Nous avons besoin aussi de l’humilité, car Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce (Jacques 4,6). D’abord pour ne pas nous fier à nos propres forces : celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber (1 Corinth. 10,12). Nous avons parfois la tentation de penser que le fait de vaincre c’est le résultat exclusif de notre travail, on oublie facilement que c’est Dieu qui donne la grâce. L’humilité manque aussi lorsque nous nous exposons à des occasions de péché et finissons par tomber en lui, la bible dit aussi que celui qui aime le danger finira par y tomber.

Quelles sont les principales armes du chrétien pour vaincre les tentations ?

Ce sont celles que le Seigneur a utilisées et enseignées : la prière et le jeûne Mc 9,29 (c’est-à-dire les sacrifices), la Parole de Dieu (Mt 4,1-11). Il a dit aussi de veiller et prier pour ne pas tomber dans la tentation, cela nous conduit à faire régulièrement un examen de conscience, pour découvrir nos points faibles dans la vie spirituelle, pour voir par quel côté le diable tente de nous faire tomber : « Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. » (Mt 26,41).

Nous avons aussi certaines tactiques pour vaincre les assauts du démon :

  • Il nous faut combattre la tentation depuis le premier moment où nous avons détecté sa présence, éteindre l’étincelle avant que le feu ne se propage, ne pas faire comme Eve qui est entrée en dialogue avec le démon au paradis.
  • Etre disposé à vaincre même en payant un grand prix et même si cela nous cause une douleur sensible, parce que parfois pour vaincre il nous faut des mesures radicales : couper avec la personne qui nous conduit au péché, changer de domicile, de travail, renoncer à certains poste ; « aux grands maux les grands remèdes ».
  • Ne pas se plaindre pour ce à quoi nous avons renoncé : « Et ces bagatelles de bagatelles, ces vanités de vanités, mes anciennes maîtresses, me tiraient par ma robe de chair, et me disaient tout bas : Est-ce que tu nous renvoies ? Quoi ! dès ce moment, nous ne serons plus avec toi, pour jamais ? Et, dès ce moment, ceci, cela, ne te sera plus permis, et pour jamais ?» (Confessions VIII, 11,26). 
  • Se laisser guider par quelqu’un qui puisse nous aider (les conseils d’un prêtre ou de notre directeur spirituel).
  • Ne pas céder dans la volonté par des tels arguments : « tout le monde le fait », « je ne peux pas vaincre ce genre de tentation ». Ni dans notre intelligence, par exemple déguisant les péchés en quelque chose de bon : « Malheureux, ces gens qui déclarent bien ce qui est mal, et mal ce qui est bien, qui font des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres, qui rendent amer ce qui est doux et doux ce qui est amer ! » (Is. 5,20).

Quels biens pouvons-nous obtenir de tentations ?

  • Avant tout, elles nous aident à nous connaître, à connaître notre point faible dans notre vie spirituelle : par quel côté le diable essaie-t’il de nous attaquer ?
  • Elles nous aident aussi à avoir la lassitude des choses de ce monde.
  • Les souffrances qu’elles infligent nous aident à expier nos péchés, car toute souffrance vient pour expier les péchés de la vie passée.
  • Elles font grandir nos mérites.
  • Les tentations nous apprennent à être humbles.
  • Elles nous enseignent aussi à être vigilants, car la tentation ne nous avertit pas toujours de quand elle arrive ni de la force avec laquelle elle va nous attaquer.
  • Etre tentés dans nos vies nous aide à être plus miséricordieux et compatissants avec ceux qui sont aussi tentés.

Un docteur de l’Eglise, saint Jean d’Avila, écrivait une fois une lettre à une dirigée spirituelle, en proie des grandes tentations, et le saint utilisait cette belle image, avec laquelle nous allons conclure aujourd’hui :

 « Si vous avez vu, ma sœur, un potier mettre le feu à son four, et avez pris garde de l’épaisse fumée qui en sort et de l’ardeur du feu qui est au-dedans, qui est une image de l’enfer, auriez-vous pu croire que les vases que l’on y avait mis ne seraient mis en cendre, ou au moins noirci comme la poix ? Toutefois après que la furie de cet embrasement est passée et qu’on les en retire, ils sont durs comme des pierres, blancs comme la neige et dignes d’être servis sur la table d’un prince. Or, saint Paul nous compare à des vases de terre et avec raison puisque nous sommes si délicats que nous en voulons rien souffrir. Il faut que vous passiez par le feu de la tribulation pour acquérir la fermeté dont vous avez besoin. Souffrez donc avec patience et confiance [vous qui êtes dans le four de la tribulation]. Prenez donc bien garde que votre vase ne se trouve pas cassé au sortir de ce feu. Ceux qui se cassent dans ce four ce sont ceux qui perdent la patience. Ne désistez pas, même si c’est le démon qui remue le feu, en totale confiance en Dieu ».

Que la Vierge Marie nous rende forts dans la lutte contre le démon.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné