Tous les articles par Moines du Verbe Incarné

Litanies de Saint Jean Paul II

Seigneur, prends pitié de nous.

Christ, prends pitié de nous.

Seigneur, prends pitié de nous.

Dieu le Père du Ciel, prends pitié de nous,

Dieu le Fils, Rédempteur du monde, prends pitié de nous,

Dieu le Saint-Esprit, prends pitié de nous,

Sainte-Trinité, un seul Dieu, prends pitié de nous,

 

Sainte-Marie, Mère de Dieu.                                         priez pour nous.

Saint Jean-Paul II,                                                     priez pour nous.

Saint Jean-Paul II, parfait disciple du Christ.

Saint Jean-Paul II, généreusement doué des Dons de l’Esprit Saint.

Saint Jean-Paul II, grand apôtre de la Miséricorde Divine.

Saint Jean-Paul II, fidèle fils de Marie.

Saint Jean-Paul II, entièrement dévoué à la Mère de Dieu.

Saint Jean-Paul II, Prédicateur persévérant de l’Évangile.

Saint Jean-Paul II, Pape pèlerin.

Saint Jean-Paul II, Pape du Millénaire.

Saint Jean-Paul II, modèle d’abnégation.

Saint Jean-Paul II, modèle des Prêtres.

Saint Jean-Paul II, puisant la force de l’Eucharistie.

Saint Jean-Paul II, infatigable homme de prière.

Saint Jean-Paul II, amoureux du Rosaire.

Saint Jean-Paul II, force de ceux qui doutent de leur Foi.

Saint Jean-Paul II, désireux d’unir tous ceux qui croient dans le Christ.

Saint Jean-Paul II, vous qui convertissiez les pécheurs.

Saint Jean-Paul II, défenseur de la dignité de chaque personne.

Saint Jean-Paul II, défenseur de la vie de la conception jusqu’à la mort naturelle.

Saint Jean-Paul II, ami des enfants.

Saint Jean-Paul II, guide de la jeunesse.

Saint Jean-Paul II, intercédant pour les familles.

Saint Jean-Paul II, réconfortant ceux qui souffrent.

Saint Jean-Paul II, supportant courageusement votre douleur.

Saint Jean-Paul II, semeur de la joie divine.

Saint Jean-Paul II, grand intercesseur pour la paix.

Saint Jean-Paul II, fierté de la nation polonaise.

Saint Jean-Paul II, éclat de la Sainte Eglise.

 

Saint Jean-Paul II, puissions-nous être de fidèles imitateurs du Christ, nous vous en prions.

Saint Jean-Paul II, puissions-nous être forts de la Puissance de l’Esprit Saint.

Saint Jean-Paul II, puissions-nous avoir confiance en la Mère de Dieu.

Saint Jean-Paul II, puissions-nous grandir dans notre Foi, notre Espérance et notre Charité.

Saint Jean-Paul II, puissions-nous vivre en paix dans nos familles.

Saint Jean-Paul II, puissions-nous savoir comment pardonner.

Saint Jean-Paul II, puissions-nous savoir comment supporter la souffrance.

Saint Jean-Paul II, puissions-nous ne pas succomber à la culture de la mort.

Saint Jean-Paul II, puissions-nous ne pas avoir peur et lutter courageusement contre les diverses tentations.

Saint Jean-Paul II, puissiez-vous intercéder pour nous obtenir la Grâce d’une mort heureuse.

 

Agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde, pardonne-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde, exauce-nous, Seigneur,

Agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde, prends pitié de nous.

 

Saint Jean-Paul II, priez pour nous,

Afin que nous devenions dignes des promesses du Christ.

Prions

Dieu, riche en miséricorde, toi qui as appelé le Saint Pape Jean-Paul II à guider ton Eglise répandue dans le monde entier; forts de son enseignement, accorde-nous d’ouvrir nos cœurs avec confiance à la grâce salvifique du Christ, unique Rédempteur de l’homme. Lui qui règne avec Toi et le Saint Esprit, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles.

 

MARTYROLOGE DU 21 AU 31 OCTOBRE

Le 21 octobre

  1. À Nicomédie en Bithynie, l’an 303, les saints Dasius, Zotique et Caïus. Au service de Dioclétien, accusés à tort de l’incendie du palais impérial, ils furent livrés au supplice et jetés à la mer avec des roches attachées au cou.
    2. À Cologne, commémoraison des saintes vierges qui achevèrent leur vie par le martyre, vers le IVe siècle. Par la suite, une basilique fut construite à cet endroit, portant le nom de la jeune Ursule, vierge innocente, considérée comme la première du groupe.
    3. À Chypre, vers 371, saint Hilarion, abbé. Marchant sur les traces de saint Antoine, il mena d’abord près de Gaza une vie solitaire, puis fut, dans cette île, le fondateur et le modèle de la vie érémitique.
    4. Commémoraison de saint Malchus, moine, dont saint Jérôme a raconté la vie ascétique et illustre qu’il mena à Maronie, près d’Antioche de Syrie, au IVe siècle.
    5. À Bordeaux, au Ve siècle, saint Séverin, évêque, que l’évêque saint Amand reçut avec honneur, venant des régions d’Orient, et qu’il voulut comme successeur.
    6. À Laon, après 458, sainte Céline, mère des saints évêques Prince de Soissons et Remi de Reims.
    7. À Lyon, commémoraison de saint Viatre, lecteur, qui fut le disciple et le ministre de l’évêque saint Just, qu’il suivit dans sa solitude en Égypte et dans sa mort, après 451.
    8*. Près de Trèves en Germanie, au VIIe siècle, saint Wendel, ermite.
    9*. À Marseille, vers 782, saint Mauront, évêque, qui fut aussi abbé du monastère de Saint-Victor.
    10*. À Cortone en Toscane, l’an 1445, le bienheureux Pierre Capucci, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, que la méditation de la mort dirigea vers les réalités d’en-haut, et qui avertit les fidèles, par une prédication opportune, de ne pas tomber dans la mort éternelle.
    11. À Séoul en Corée, l’an 1839, saint Pierre Yu Tae-ch’ ol, martyr. Fils de saint Augustin Yo Chin-gil, incarcéré à l’âge de treize ans, il exhorta ses compagnons de prison à supporter les tortures, et lui-même, frappé d’une centaine de coups de verge, puis étranglé, acheva ainsi son martyre.
    12*. À Balencito, près de Medellin en Colombie, l’an 1949, sainte Louise de Sainte-Catherine de Sienne (Marie-Louise de Jésus Montoya y Upegui), vierge, qui s’employa avec zèle à gagner à Dieu, en leur annonçant l’Évangile, les peuples indigènes encore ignorants de la foi chrétienne, et fonda la Congrégation des Sœurs missionnaires de Marie Immaculée et de Sainte Catherine de Sienne. (canonisée le 12 mai 2013 par le pape François)

Le 22 octobre

  1. Commémoraison de saint Marc, évêque de Jérusalem au IIe siècle. Il fut le premier d’origine païenne à recevoir la direction de l’Église de la Cité sainte que la terreur avait dispersée et qu’il commença à regrouper par sa foi et son zèle.
    2. À Hiéropolis en Phrygie, au IIIe siècle, saint Abercius, évêque. Disciple du Christ bon Pasteur, la foi le conduisit dans diverses régions et le nourrit d’une nourriture mystique.
    3. À Andrinople en Thrace, l’an 303, les saints martyrs Philippe, évêque d’Héraclée, et Hermès, diacre. Le premier, au début de la persécution de Dioclétien, reçut du gouverneur Justin l’ordre de fermer l’église et de lui présenter tous les vases et les livres saints. Il lui répondit qu’il ne convenait pas à l’évêque de les donner, ni au gouverneur de les recevoir. Il fut alors incarcéré et flagellé avec son diacre, puis tous deux furent brûlés vifs.
    4. À Rouen, au IVe siècle, saint Mallon, évêque, qui annonça, croit-on, la foi chrétienne dans cette ville et y établit son siège épiscopal.
    5*. Sur le territoire de Besançon, au IVe siècle, la passion de saint Vallier, diacre de l’Église de Langres, tué par des païens.
    6*. Dans la région de Châlons-en-Champagne, vers 584, la passion de saint Louvent, abbé de Saint-Privat près de Mende, qui flétrit, dans ses prédications, les scandales de la cour d’Austrasie, subit injustement beaucoup de sévices de la part du comte de la cité, Innocent, et fut finalement décapité.
    7*. À Auch en Aquitaine, au VIIe siècle, saint Léotade, évêque.
    8*. Au monastère de Bercetto en Lombardie, vers 720, saint Modéran, abbé, qui fut auparavant évêque de Rennes, et s’illustra par son amour de la solitude et sa dévotion pour les lieux saints.
    9*. Sur le territoire de Nantes, en 845, saint Benoît, qui vécut en solitaire à Massérac.
    10. À Huesca en Aragon, l’an 851, les saintes Nunilon et Alodie, vierges et martyres. Nées d’un père musulman, mais élevées par leur mère dans la foi chrétienne, elles refusèrent d’abandonner la foi du Christ et, après une longue captivité, en vertu d’un édit de l’émir de Cordoue, Abd-ar- Rhaman II, elles furent tuées d’un coup de sabre.
    11. À Fiesole en Toscane, vers 875, saint Donat Scot, évêque, d’une grande érudition et piété. Venu d’Irlande, en route vers Rome, il fut donné, par indication divine, au peuple de cette cité comme un excellent pasteur.
    **.        Saint Jean-Paul II Pape Polonais (263 ème) de 1978 à 2005, apôtre de la miséricorde, et initiateur des journées mondiales des jeunes béatifié le 1er mai 2011 et canonisé le 27 avril 2014.

Le 23 octobre

  1. Mémoire de saint Jean de Capistran, prêtre de l’Ordre des Mineurs, qui travailla à rétablir dans son Ordre la discipline régulière et à affermir la foi et les mœurs catholiques à travers l’Europe. Par la ferveur de ses prédications et de ses prières, il encouragea le peuple des fidèles et contribua à la défense de la liberté des chrétiens. Épuisé de fatigue, il mourut en 1456 au couvent d’Ujlak, sur la rive du Danube, alors dans le royaume de Hongrie.
    2. Près de Cadix en Espagne Bétique, au début du IVe siècle, les saints Servand et Germain, martyrs dans la persécution de Dioclétien.
    3. En Perse, l’an 344, les saints martyrs Jean, évêque d’Arbel, et Jacques, prêtre, qui, sous le roi Sapor II, furent jetés en prison et, au bout d’un an, sur l’ordre du roi, furent soumis à la question et décapités.
    4. À Antioche de Syrie, vers 362, saint Théodoret, prêtre et martyr, qui fut, dit-on, arrêté par l’impie Julien, comte d’Orient et, comme il persistait à confesser le Christ, fut conduit au martyre.
    5. À Cologne en Germanie, commémoraison de saint Séverin, évêque, vers l’an 400, estimé pour toutes ses vertus.
    6*. Commémoraison de saint Séverin Boèce, martyr en 524 ou 525. Célèbre par sa science et ses écrits, il fut détenu en prison, où il écrivit son traité “Sur la consolation de la philosophie” et servit Dieu avec droiture jusqu’à la mort que lui infligea le roi Théodoric, à Ticinum [Pavie] en Ligurie.
    7*. À Syracuse en Sicile, vers 609, saint Jean, évêque, dont le pape saint Grégoire le Grand a loué les mœurs, la justice, la sagesse, le conseil avisé et le souci des biens de l’Église.
    8 À Rouen, vers 644, saint Romain, évêque, qui détruisit les sanctuaires des païens, encore très fréquentés dans la cité, éleva les bons à un état meilleur et s’efforça de détourner les mauvais de leurs mauvaises actions.
    9. Au pays d’Herbauges sur le territoire du Poitou, au IXe siècle, saint Benoît, prêtre.
    10. À Constantinople, en 877, saint Ignace, évêque, qui subit de multiples affronts et fut envoyé en exil par l’empereur Bardas, à qui il reprochait d’avoir répudié son épouse, mais le pape saint Nicolas Ier lui fit restituer son siège et il s’endormit enfin dans la paix.
    11*. À Romsey en Angleterre, vers 960, sainte Éthelflède (Elflède), qui fut consacrée à Dieu dès l’enfance dans le monastère construit par son père Ethelwold et, devenue abbesse, elle le dirigea parfaitement jusqu’à la vieillesse.
    12*. À Compugliano en Toscane, l’an 1134, saint Allucio, homme vraiment pacifique, directeur d’un hospice pour les pauvres et les pèlerins, et libérateur des captifs.
    13*. À Mantoue en Lombardie, l’an 1249, le bienheureux Jean le Bon, ermite. Dans sa jeunesse, il quitta sa mère et parcourut diverses régions d’Italie en exerçant le métier de jongleur et de bateleur, mais atteint d’une maladie grave à l’âge de quarante ans, il promit à Dieu d’abandonner le monde pour se donner entièrement au Christ et à l’Église et il fonda une Congrégation sous la Règle de saint Augustin.
    14*. À Milan en 1506, le bienheureux Jean-Ange Porro, prêtre de l’Ordre des Servites de Marie. Prieur du couvent de la ville, il se tenait, tous les jours de fête, à la porte de l’église ou parcourait les bourgs pour rassembler les enfants et leur enseigner la doctrine chrétienne.
    15*. À York en Angleterre, l’an 1680, le bienheureux Thomas Thwing, prêtre et martyr. Sous le roi Charles II et sur son ordre, accusé faussement de trahison, il fut pendu et démembré, obtenant ainsi la palme du martyre.
    16*. À Valenciennes, en 1794, la bienheureuse Marie-Clotilde de Saint-François-Borgia (Clotilde-Josèphe Paillot) et cinq compagnes, vierges et martyres. Moniales, elles furent, sous la Révolution française, condamnées à mort en haine de la foi et, à l’admiration du peuple, montèrent à l’échafaud avec joie.
    17. À Tho-Duc en Annam, en 1833, saint Paul Tong Viet Buong, martyr. Capitaine de la garde de l’empereur Minh Mang, il devint chrétien et décida de se joindre aux prêtres des Missions étrangères de Paris comme soldat du Christ. Il fut dégradé et condamné à la décapitation.
    18*. À Reims, en 1890, le bienheureux Arnold (Julien-Nicolas Rèche), frère des Écoles chrétiennes. Docile en tout à l’Esprit Saint, il s’occupa des jeunes avec le plus grand soin, toujours assidu à son rôle de maître d’école et à la prière.
    19*. En Espagne dans la persécution menée contre l’Église au cours de la guerre civile, les bienheureux martyrs Ildefonse Garcia et Justinien Cuesta, prêtres, ainsi que Euphrase de Celis, Honorin Carracedo, Thomas Cuartero et son frère Joseph, religieux passionistes, fusillés à Manzanares en Nouvelle Castille
    20*. En Espagne, dans la région de Valence, le bienheureux Léonard Olivera Buera, prêtre, à El Saler
    21*. En Espagne, les bienheureux Ambroise Léon (Pierre Lorente Vicente), Florent-Martin (Alvare Ibañez Lazaro) et Honorat (André Zorraquino Herrero) frères des Écoles chrétiennes, à Benmaclet.

Le 24 octobre

  1. Mémoire de saint Antoine-Marie Claret, évêque. Après son ordination presbytérale, il parcourut pendant plusieurs années la Catalogne, en prêchant au peuple, et fonda la Société des Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de Marie. Devenu évêque de Santiago de Cuba, il se soucia plus que tout du salut des âmes. Revenu en Espagne, il eut beaucoup à souffrir pour l’Église et finit ses jours en exil chez les moines cisterciens de Fontfroide près de Narbonne, en 1870.
    2. À Hiérapolis en Phrygie, les saints Cyriaque et Claudien, martyrs.
    3. À Constantinople, en 446, saint Proclus, évêque, qui proclama avec force la bienheureuse Marie Mère de Dieu et qui rendit à la cité, par une translation solennelle, le corps de saint Jean Chrysostome qui était mort en exil.
    4. À Negran en Arabie, l’an 523, la passion de saint Arétas, prince de la cité, et de ses compagnons au nombre de trois cent quarante, au temps de l’empereur Justin, sous Du Nuwas ou Dun’ an, roi des Homérites.
    5*. En Touraine, l’an 576, saint Sénoch, prêtre, qui établit un monastère dans des ruines antiques et fut assidu aux veilles, à la prière et à la charité envers les esclaves.
    6*. Au monastère de Vertou au pays de Retz près de Nantes, au VIe siècle, saint Martin, diacre et abbé, que saint Félix, évêque de Nantes, envoya pour convertir les païens du pays.
    7. À Tongres dans le Brabant, vers 590, la passion de saint Ebrégise, évêque de Cologne et martyr. Alors qu’il s’acquittait avec soin de son office de pasteur, en route vers Poitiers, il tomba sous les coups de brigands.
    8. En Bretagne, vers 605, saint Magloire. Disciple de saint Iltud, il accompagna, dit-on, son parent saint Samson en Armorique, lui succéda comme évêque-abbé à Dol et termina sa vie dans la solitude de l’île de Sercq.
    9*. À Coutances à la fin du VIIe siècle, saint Fromond, évêque, qui fonda à Ham un couvent de moniales et exerça son ministère pastoral dans l’amour de Dieu.
    10. À Hué en Annam, l’an 1860, saint Joseph Lê Dang Thi, martyr. Officier dans l’armée, il fut détenu en prison, sous l’empereur Tu Duc, parce que chrétien, témoigna, parmi ses co-détenus, de sa foi, dont il ne s’écarta jamais, et fut enfin étranglé.
    11*. À Côme en Lombardie l’an 1915, saint Louis Guanella, prêtre, qui fonda la Congrégation des Serviteurs de la Charité et celle des Filles de la Providence, pour subvenir aux besoins des miséreux et des affligés et les faire parvenir au salut. (canonisé le 23 octobre 2011 par Benoit XVI)
    12*. À Ronco sur l’Adige, sur le territoire de Vérone, en 1916, le bienheureux Joseph Baldo, prêtre. Curé de la paroisse, il fonda la Congrégation des Humbles Filles de Saint-Joseph pour aider les vieillards et les malades et pour éduquer les enfants et les jeunes.

Le 25 octobre

  1. À Rome, au cimetière de Trason sur la nouvelle voie Salarienne, vers 253, les saints Chrysanthe et Darie, martyrs, dont le pape saint Damase a fait l’éloge.
    2. À Soissons, les saints Crépin et Crépinien, martyrs.
    3. À Florence en Toscane, saint Miniat, martyr.
    4. À Périgueux, vers le IVe siècle, saint Front, le premier, croit-on, à annoncer l’Évangile dans cette cité.
    5. À Constantinople, vers 351, les saints Martyrius, sous-diacre, et Marcien, chantre, mis à mort par les ariens sous l’empereur Constance.
    6. À Brescia en Vénétie, vers 410, saint Gaudence, évêque. Ordonné par saint Ambroise, remarquable par sa doctrine et ses vertus parmi les évêques de son temps, il enseigna son peuple par sa parole et ses écrits et construisit une basilique qu’il appela l’Assemblée des Saints.
    7. Sur le territoire des Gabales, après 535, saint Hilaire, évêque de Mende.
    8*. Au pays de Ségovie en Espagne, vers 715, les saints Frutos, Valentin et Engrace, frères et sœur, qui menèrent la vie érémitique dans une grotte sauvage, en Vieille Castille. Valentin et Engracia furent tués par les Maures, Frutos échappa au massacre et continua sa vie solitaire.
    9*. Aux Cinq Églises (Pecs) en Hongrie, l’an 1070, saint Maur, évêque, qui fut moine à Saint-Martin de Pannonhalma et remarqué pour son observance scrupuleuse par le roi saint Étienne, qui le jugea digne de l’épiscopat.
    10*. À Vich en Catalogne, l’an 1243, saint Bernard Calvo, évêque. Après avoir quitté son office de juge, il devint moine puis abbé chez les Cisterciens ; ensuite, élu au siège de Vich, il promut avec force la saine doctrine.
    11*. À Borgo San Antonio dans le Piémont, en 1492, le trépas du bienheureux Thaddée Machar, évêque de Cork et de Cloyne en Irlande, qui se retira après avoir subi la haine des grands et, tandis qu’il se rendait à Rome, émigra au ciel.
    12*. En Espagne, dans la persécution menée contre l’Église au cours de la guerre civile, en 1936, les bienheureux martyrs Récarède Centelles Abad, de la Fraternité des prêtres ouvriers diocésains, tué à la porte du cimetière de Nules près de Tortose, en Catalogne
    13*. En Espagne, à Alzira dans la région de Valence, la bienheureuse Marie-Thérèse Ferragud Roig, âgée de 83 ans, et ses quatre filles.

Le 26 octobre

  1. À Nicomédie en Bithynie, vers 250, les saints Lucien et Marcien, martyrs, qui furent, dit-on, jetés au feu, sous l’empereur Dèce et sur l’ordre du proconsul Sabin.
    2. Commémoraison de saint Rogatien, prêtre de Carthage, à qui, lors de la persécution de Dèce, saint Cyprien confia l’administration de son Église, et qui souffrit, ainsi que saint Félicissime, des épreuves et des emprisonnements pour le nom du Christ.
    3*. À Strasbourg, au VIe siècle, saint Amand, qui fut, croit-on, le premier évêque de la cité.
    4. À Narbonne, vers 461, saint Rustique, évêque. Il pensait déposer sa charge et mener sa vie dans le silence, mais le pape saint Léon le Grand le rappela à la sainte persévérance et, ainsi réconforté, il demeura fidèle jusqu’à la fin dans le travail qu’il avait entrepris.
    5*. À Angoulême, commémoraison de saint Aptone, évêque, vers 562.
    6*. À Lastingham en Angleterre, l’an 664, saint Cedde. Frère de saint Chad, il fut élevé à Lindisfarne par saint Aidan ; ordonné par saint Finan, évêque des Saxons de l’est, il veilla à poser chez eux les fondements de l’Église.
    7*. À Hexham également en Angleterre, vers 686, saint Eata, évêque. Formé, lui aussi, par saint Aidan, c’était un homme d’une grande douceur et simplicité, qui dirigea plusieurs monastères et Églises et, revenu à Hexham, à la fois abbé et évêque, ne renonça jamais à sa manière de vivre ascétique.
    8*. À Metz, en 741, saint Sigebaud, évêque, fondateur de plusieurs monastères.
    9*. Au monastère d’Hersfeld en Germanie, vers 786, la mise au tombeau de saint Witta ou Albin, premier évêque de Burhbourg. Anglais de naissance, il fut appelé avec d’autres par saint Boniface et envoyé en Hesse, pour y répandre la semence de la parole de Dieu.
    10*. En Écosse, vers 1022, saint Béan, premier évêque de Morthlac.
    11. À Pavie en Lombardie, l’an 1229, saint Foulques, évêque, d’origine écossaise, homme pacifique, dévoué avec le plus grand soin à l’action pastorale et à la charité.
    12*. À Reggio en Émilie, l’an 1484, le bienheureux Damien Furcheri, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, excellent prédicateur de l’Évangile.
    13*. À Ravello, près d’Amalfi en Campanie, l’an 1711, le bienheureux Bonaventure de Potenza, prêtre franciscain conventuel, qui brilla par son obéissance et sa charité envers tous.
    **.        A Rome, en 1913, la bienheureuse Céline Chludzinska v. Borzecka, fondatrice des sœurs de la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ. (Béatifiée le 27 octobre par Benoît XVI)

Le 27 octobre

  1. À Rome, en 108, saint Évariste, pape, qui dirigea l’Église romaine, le quatrième après saint Pierre, sous l’empereur Trajan.
    2. Près de Smyrne en Asie, vers 170-180, la passion de saint Thraséas, évêque d’Euménie en Phrygie et martyr.
    3*. En Auvergne vers 460, saint Namace, évêque de Clermont, qui construisit l’église cathédrale.
    4. À Naples, au Ve siècle, la mise au tombeau de saint Gaudiosus, évêque africain, qui vint, dit-on, en Campanie depuis Abitina, à cause de la persécution des Vandales et acheva saintement sa vie dans un monastère.
    5*. Dans l’île d’Iona en Écosse, vers 563, saint Odran, moine, breton de naissance, qui fut un des disciples de saint Colomba.
    6*. À Vicence en Vénétie, commémoraison du bienheureux Barthélemy de Brégance, évêque, de l’Ordre des Prêcheurs, qui établit dans cette cité la Milice de Jésus Christ pour la protection de la foi catholique et la liberté de l’Église et mourut en 1270.
    7*. À Paterna dans la région de Valence en Espagne, l’an 1936, le bienheureux Sauveur Mollar Ventura, religieux franciscain et martyr, qui, au temps de la guerre civile, fut victime de la persécution déchaînée contre l’Église.

Le 28 octobre

  1. Fête des saints Simon et Jude, Apôtres. Le premier était surnommé le Zélote ; le second, fils de Jacques, appelé aussi Thaddée, interrogea le Seigneur à la dernière Cène sur sa manifestation et Jésus lui répondit : “Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui”.
    2. À Mayence en Gaule Belgique, vers 300, saint Ferrutius, qui, dit-on, quitta l’armée pour servir le Christ avec plus de liberté et d’aptitude et mourut martyr.
    3. À Côme en Gaule Cisalpine, saint Fidèle, martyr.
    4. À Avila en Espagne, vers 305, la passion des saints martyrs Vincent, Sabine et Christète, qui, venant d’Evora pour se réfugier dans cette ville, furent mis à mort avec cruauté.
    5*. À Tiers en Auvergne, vers le IVe siècle, saint Genès, qui aurait quitté ce monde par le martyre, encore revêtu des vêtements blancs du baptême.
    6. À Amiens, vers 625, saint Saulve, évêque, consacré dès sa jeunesse à l’étude des réalités divines et doté d’une grande pureté de vie.
    7. À Meaux, vers 670, saint Faron, évêque. D’abord familier du roi, il fut amené par sa sœur, sainte Fare, au service de Dieu, persuada son épouse de prendre le voile des religieuses pour que lui-même soit accepté dans le clergé et, appelé au gouvernement pastoral du diocèse, enrichit son Église par de très larges donations de biens, érigea des paroisses et favorisa les monastères.
    8*. À Annecy, commémoraison de saint Germain, abbé, qui fonda et dirigea au XIe siècle le prieuré de Talloires et se fit remarquer par son amour de la solitude.
    9. Dans la province chinoise de Fujian, en 1748, les saints martyrs François Serrano, évêque, Joachim Royo, Jean Alcober et François Diaz del Rinco, prêtres, tous dominicains, qui confirmèrent la même foi par le même martyre.
    10. À Cho-Ra au Tonkin, en 1798, saint Jean Dat, prêtre et martyr, décapité pour le Christ.
    11. À Ejutla au Mexique, en 1927, saint Rodrigue Aguilar, prêtre et martyr, qui, durant la persécution contre l’Église, continua son ministère en cachette, fut découvert sur dénonciation et pendu à un arbre par une escouade de soldats.
    12*. Dans la région de Valence en Espagne, l’an 1936, les bienheureux martyrs Sauveur-Damien Enguis Garès, père de famille, et Joseph Ruiz Bruixola, prêtre, mis à mort l’un à Alzira, l’autre à Gilet, dans la persécution qui accompagna la guerre civile.

Le 29 octobre

  1. À Carthage, saint Félicien, martyr, vers le IIIe siècle.
    2. Commémoraison de saint Narcisse, évêque de Jérusalem, dont il faut louer la sainteté, l’endurance et la foi. Il fut d’accord avec le pape saint Victor sur le temps de la célébration de la Pâque chrétienne, affirmant que le mystère de la Résurrection du Seigneur ne devait être célébré un autre jour que le dimanche et s’en alla avec bonheur auprès du Seigneur à l’âge de cent treize ans.
    3. À Verceil en Ligurie, après 397, saint Honorat, évêque. Disciple de saint Eusèbe dans sa communauté de clercs et son compagnon en prison, il fut à la tête de cette Église le second après son maître, il enseigna son peuple dans la vraie foi et mérita de donner le viatique à saint Ambroise mourant.
    4. À Sidon en Phénicie, au début du IVe siècle, saint Zénobe, prêtre. Quand sévit cruellement la persécution de Dioclétien, il exhorta les autres au martyre, dont il fut lui-même couronné.
    5. À Édesse en Syrie, l’an 366, saint Abraham, anachorète, dont saint Éphrem a rapporté les actions.
    6. Sur le territoire de Vienne en Gaule, vers 575, saint Théodore, abbé. Disciple de saint Césaire d’Arles, il fonda des cellules pour les moines, fut établi par l’évêque comme intercesseur auprès de Dieu et prêtre chargé de la pénitence pour tout le peuple de la cité.
    7*. À Killmaduagh en Irlande, vers 632, saint Colman, évêque. Moine ordonné évêque malgré lui, il vécut avec un seul disciple de légumes et d’eau, puis fonda un monastère à Killmaduagh, qui le vénère comme son premier évêque.
    8*. Dans le Cambrésis, au VIIIe siècle, saint Dodon, abbé, qui gouverna le monastère de Waller en Fagne, auquel il fit don de ses biens, mais se retira bientôt dans un ermitage.
    9*. À Secondigliano près de Naples, en 1860, le saint Gaétan Errico, prêtre, qui favorisa de tout son pouvoir les retraites spirituelles et l’adoration eucharistique pour gagner les âmes au Christ, et qui fonda dans ce but la Congrégation des Missionnaires des Saints Cœurs de Jésus et Marie. (canonisé le 12 octobre 2008 par Benoît XVI)

Le 30 octobre

  1. À Syracuse en Sicile, peut-être au IIe siècle saint Marcien, vénéré comme le premier évêque de la cité.
    2. Commémoraison de saint Sérapion, évêque d’Antioche, qui s’illustra par son érudition et sa doctrine, et laissa à sa mort, vers 211, une renommée de sainteté non moins éclatante.
    3. À Alexandrie, au IIIe siècle, sainte Eutropie, martyre, qui, ayant refusé de renier le Christ, fut torturée atrocement jusqu’à rendre l’âme.
    4. À Tanger en Maurétanie, l’an 298, la passion de saint Marcel le centurion. Le jour anniversaire de l’empereur, alors que tous sacrifiaient, il jeta devant les enseignes son ceinturon militaire, ses armes et sa vie même, en déclarant qu’il était chrétien et qu’il ne lui était plus possible d’obéir comme il convient au serment des soldats, mais à Jésus Christ seul ; aussi acheva-t-il son martyre par la décapitation.
    5. À León en Espagne, vers 303, les saints martyrs Claude, Luperque et Victorius, mis à mort pour le nom du Christ dans la persécution de Dioclétien.
    6. À Cumes en Campanie, l’an 303, saint Maxime, martyr.
    7. À Capoue, également en Campanie, vers 540, saint Germain, évêque, dont le pape saint Grégoire le Grand a parlé dans ses écrits.
    8. À Potenza en Lucanie, l’an 1112, saint Gérard, évêque.
    9*. À Cividale dans le Frioul, en 1292, la bienheureuse Bienvenue Boiani, vierge, sœur de la Pénitence de Saint-Dominique, qui se donna tout entière à la prière et aux austérités.
    10*. À Winchester en Angleterre, l’an 1583, le bienheureux Jean Slade, martyr. Parce qu’il avait refusé de reconnaître la suprématie de la reine Élisabeth Ière dans le domaine spirituel, il fut pendu au gibet et affreusement démembré.
    11*. À Limerick en Irlande, l’an 1651, la passion du bienheureux Térence-Albert O’Brien, évêque et martyr, de l’Ordre des Prêcheurs. À la tête de l’Église de Hemly, il se dépensa pour soigner les gens atteints de la peste, mais, arrêté par des soldats, sous le régime du Protecteur Cromwell, il fut conduit au gibet en haine du sacerdoce et de la foi catholique.
    12*. À Acri en Calabre, l’an 1799, le bienheureux Ange, prêtre capucin, qui parcourut infatigablement le royaume de Naples en prêchant la parole de Dieu dans un langage accessible aux gens simples.
    13*. À Angers, en 1793, le bienheureux Jean-Michel Langevin, prêtre et martyr. Alors que la terreur régnait en France, sous la Révolution, il fut guillotiné à cause de son sacerdoce, premier d’une troupe d’une centaine d’hommes et de femmes qui demeurèrent unanimes dans la foi du Christ et témoignèrent fermement et sans peur jusqu’à la mort.
    14*. Au camp de travail de Dolinka près de Karaganda dans le Kazakhstan, en 1963, le bienheureux Alexis Zaryckyj, prêtre de Lwow et martyr, qui fut déporté, sous le régime soviétique athée, et mourut pour la foi.

Le 31 octobre

  1. A Alexandrie, en Egypte saint Epimachii Pelusiotae, martyr
    2. Dans le Vermandois, en Gaule Belgique, vers la fin du IIIe siècle, saint Quentin, martyr, qui était de l’Ordre sacerdotal et fut mis à mort pour le Christ sous l’empereur Maximien.
    3*. Près de Fosses dans le Brabant, vers 655, saint Feuillen, prêtre et abbé. D’origine irlandaise, frère et compagnon de saint Fursy, et toujours fidèle aux formes de vie monastique de son pays, il établit à Fosses et à Nivelles, un monastère double, l’un pour les hommes, l’autre pour les femmes et, en allant de l’un à l’autre, il fut assassiné par des brigands
    4. À Milan, vers 661, saint Antonin, évêque, qui travailla assidûment pour éteindre, parmi les Lombards, l’hérésie arienne.
    5. À Ratisbonne en Bavière, l’an 994, saint Wolfgang, évêque. Après avoir exercé les fonctions de maître d’école et fait profession monastique, il fut élevé à l’épiscopat, restaura la discipline du clergé et mourut humblement en visitant le territoire de Pupping.
    6*. À Cahors, en 1272 le bienheureux Christophe de Romagnola, prêtre de l’Ordre des Mineurs, qui fut envoyé là par saint François et mourut centenaire après avoir beaucoup travaillé pour le salut des âmes.
    7*. À Riéti en Sabine, l’an 1447, le bienheureux Thomas Bellaci de Florence, religieux de l’Ordre des Mineurs, qui, parti en Terre Sainte et en Éthiopie, subit pour le Christ, de la part des infidèles, la captivité et d’autres épreuves, enfin de retour dans sa patrie, il mourut en paix.
    8*. À Yoghal en Irlande, l’an 1602, le bienheureux Dominique Collins, religieux jésuite et martyr. Détenu longtemps, interrogé de manière pressante et soumis à la torture, il confessa fermement la foi catholique, ce qui le conduisit à achever son martyre par la pendaison.
    9. À Palma de Majorque, en 1617, saint Alphonse Rodriguez. Ayant perdu son épouse, ses enfants et toute sa fortune, il fut accepté comme religieux dans la Compagnie de Jésus et s’acquitta pendant de nombreuses années de la fonction de portier au Collège de la ville avec une humilité, une obéissance et une constance admirables comme une forme de mortification.
    10*. À Piotrkow Kujawski en Pologne, l’an 1939, le bienheureux Léon Nowakowski, prêtre de Wroclawek et martyr. Pendant l’occupation du pays par le régime nazi, parce qu’il défendait la foi avec fermeté, il fut arrêté le 24 octobre et fusillé une semaine après, avec sept autres prêtres.
    **        En Espagne, en 1998, la bienheureuse Marie de l’immaculée de la Croix (María Isabel Salvat y Romero) religieuse espagnole et supérieure générale de la Congrégation des sœurs de la Compagnie de la Croix. (béatifiée le 18 septembre par Benoît XVI)

V/ Précieuse aux yeux du Seigneur.

R/ Est la mort de Ses saints.

Oraison

Que sainte Marie et tous les saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions secours et salut de Celui qui vit et règne pour les siècles des siècles. Amen

Source: www.societaslaudis.org