Archives par mot-clé : Acceptation de la souffrance

« Il vous a laissé un modèle afin que vous suiviez ses traces » – Nos souffrances

Lire l’évangile du quatrième dimanche de Carême (Jn 3, 14-21)

Nous nous approchons des fêtes de Pâques et la liturgie nous propose déjà le mystère de la croix dévoilé par le Seigneur à partir d’une image de l’Ancien Testament. Le peuple d’Israël après sa sortie d’Egypte, lorsqu’il marchait dans le désert, ayant été attaqué par des serpents à cause de son infidélité, Dieu avait donné l’ordre de fabriquer un serpent en bronze et « Moïse, dit le livre des Nombres, le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie ». Le Seigneur prend cette image pour Lui : l’homme contaminé par le péché doit désormais regarder Celui qui comme dit saint Paul, s’est fait péché pour nous. C’est-à-dire que le Christ a pris sur Lui toutes les conséquences de nos péchés (sauf le péché lui-même) pour que lorsque nous nous tournerons vers sa croix, grâce à son Sacrifice nous retrouvions la vie divine, perdue à cause de nos infidélités.

Mais nous allons méditer aujourd’hui une réalité qui garde un lien très profond avec la croix de Notre Seigneur et c’est notre souffrance, la douleur dans nos vies. Tous les hommes sont touchés dans ce monde par la douleur et la souffrance, quelqu’un a écrit une fois : « De même que dans la mer immense il n’y a pas une seule goutte d’eau qui ne soit pas amère, de même parmi les hommes il n’y en a pas un seul qui soit exempt de crainte et de la douleur ».

Le secret à nous, les chrétiens c’est la foi dont nous acceptons de vivre la souffrance comme une participation à l’acte de Rédemption du Seigneur, nos souffrances sont unies à l’Acte Suprême de notre Rédempteur et par là, elles deviennent rédemptrices, une douleur qui sauve.

Pour les incroyants, la souffrance n’a aucun sens, nous avons l’exemple de trois penseurs athées : Heine disait « vivre c’est souffrir, le monde entier n’est qu’un hôpital et son médecin c’est la mort » ; Voltaire : « je ne sais pas ce qu’est la vie éternelle, mais je sais bien que la vie présente est une mauvaise plaisanterie », Lenau : « Le plus heureux c’est celui qui a fermé ses yeux de l’enfance »

Notre foi chrétienne nous invite à voir la douleur non comme un malheur incompréhensible, mais au contraire comme une vocation qui doit nous conduire au Ciel, saint Pierre nous dit parlant des souffrances de ce monde: « C’est bien à cela que vous avez été appelés, car c’est pour vous que le Christ, lui aussi, a souffert ; il vous a laissé un modèle afin que vous suiviez ses traces » (Pierre 1,21).

C’est un des défis donc de tout chrétien, que d’accepter la souffrance comme une façon de participer à la Passion de Notre Seigneur. Les paroles de Jésus sont très claires, son vrai disciple est celui qui prend la croix de chaque jour et Le suit, Mt. 10,38 « Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. »

Ce sont les saints qui ont vraiment saisi la profondeur et la grandeur de cette réalité, ainsi Saint Ambroise définissait la douleur comme « une couronne », Saint Jean Chrysostome «  la meilleur école philosophique », Saint François d’Assise : « ma sœur » et saint Camille de Lélis : «  la miséricorde de Dieu »

Mais nous savons que Notre Seigneur nous apprend à porter les souffrances, non avec des belles paroles tirées de son imagination, mais qu’au contraire, Il a souffert le premier pour nous.

Alors, il est intéressant de relire ce passage de l’évangile de saint Luc ( 18,31-33) : «  Prenant auprès de lui les Douze, il leur dit: ‘ Voici que nous montons à Jérusalem et que va s’accomplir pour le Fils de l’homme tout ce qui a été écrit par les prophètes. 32 En effet, il sera livré aux Gentils, sera bafoué, sera outragé, et sera couvert de crachats ; et, après l’avoir flagellé, on le fera mourir, et il ressuscitera le troisième jour’. Et eux ne comprirent rien à cela ; c’était pour eux un langage caché et ils ne savaient pas ce qui (leur) était dit.

Pour beaucoup d’homme et de chrétiens, la souffrance reste toujours un langage caché, difficile à comprendre. Nous pouvons pourtant avec la grâce de Dieu comprendre un peu, accepter et accueillir la souffrance dans nos vies, bien que sa réalité touche toujours le mystère.

Parce que la souffrance poursuit une finalité dans les desseins de Dieu. On peut dire qu’elle est :

Une parole de salutation que Dieu nous adresse : mon enfant, je veux déposer au plus profond de ton âme une vie plus précieuse.

Un avertissement : mon enfant, tu suis un chemin tortueux, retourne vers Moi !

Une parole de miséricorde : mon enfant, fais pénitence ici-bas pour ne pas être obligé de faire pénitence dans l’autre vie.

  Une parole de salutation que Dieu m’adresse

Le livre de Sirac nous dit : « Mon fils, si tu entreprends de servir le Seigneur, prépare ton âme à l’épreuve. Rends droit ton cœur et sois constant et ne te précipite pas au temps du malheur. Attache-toi à Dieu et ne t’en sépare pas, afin que tu grandisses à ta fin. Tout ce qui vient sur toi, accepte-le, et, dans les vicissitudes de ton humiliation, sois patient. Car l’or s’éprouve dans le feu, et les hommes agréables à Dieu dans le creuset de l’humiliation ». (Sir. 2,1-5)

Ecoutons les sages paroles écrite il y a déjà longtemps, il y a plus de 4 siècles par un cardinal de l’Eglise :

« Savez-vous, demandait-il, comment les médecins procèdent avec les malades ? Celui dont ils veulent conserver la vie, ils le torturent par le fer et le feu, la faim et la soif ; ils comptent ses os, ils taillent dans ses membres, ils lui imposent des breuvages amers, ils agissent envers le malade comme s’ils avaient conclu avec lui un contrat à charge de le supplicier. Mais quand ils voient que la maladie est plus forte que la nature et qu’il n’y a pas de guérison à espérer, ils n’ennuient plus le malade, ils ne lui interdissent plus ses mets préféré, ils lui donnent tout ce qu’il veut n’ayant plus d’espoir de le guérir. Il est curieux que personne s’étonne de voir le médecin soigner avec le fer et le feu, la faim et la soif, tandis que beaucoup s’étonnent, s’indignent de ce que Dieu ici-bas, brûle et mutile les justes pour les sauver et les garder pour l’éternité. »

Un autre fruit c’est que notre cœur se remplit de tendresse avec la souffrance, nous sommes plus inclinés à vivre la miséricorde envers les autres.

Mais, lorsque nous arrivons à un degré plus haut de sainteté nous découvrons que notre souffrance devient une vocation pour servir Dieu et l’Eglise.

Une parole d’avertissement 

A quoi sert la souffrance ? Elle est très utile lorsque son glaive tranchant nous dépouille de l’enveloppe périssable des choses de ce monde.  « Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu’ils se détournent du mal et croient en toi, Seigneur (Sagesse 12,1).

C’est comme la lampe du tabernacle, on ne l’aperçoit pas lorsqu’il y a d’autres lumières, mais elle brille lorsque tout est sombre dans l’Eglise, c’est la foi.

Nous avons l’exemple de Sainte Marguerite de Cortone, elle perdit sa mère à l’âge de 8 ans et dès lors la pauvre fille grandit dans la frivolité. Elle tomba si bas qu’elle quitta la maison paternelle en compagnie d’un jeune homme et se livra à une vie de désordres.    Pendant dix ans elle marcha vers sa perte. Un jour le petit chien, qui avait l’habitude d’accompagner le jeune homme rentra à la maison en jappant et hurlant, il saisit la robe de Marguerite et la tira en gémissant… Finalement il s’arrêta devant un cadavre ensanglanté et commençant à se décomposer, c’était le corps de son amant tué depuis trois jours… cet instant arracha la malheureuse au bourbier et pendant 23 ans elle s’enferma dans une étroite cellule par une rigoureuse pénitence elle s’éleva jusqu’au sommet de la sainteté. Ce grand malheur la sauva de la condamnation.

Comme dit le Seigneur (Jn. 15,2) « Tout sarment qui, en moi, ne porte pas de fruit, il le coupe; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il en porte davantage ». 

Une parole de miséricorde 

Dans la Providence, la douleur sert de pénitence pour les péchés de ma vie passée.

Job. 5,17-18 Heureux l’homme que Dieu châtie ! Ne méprise donc pas la correction du Tout-Puissant. Car il fait la blessure, et il la bande; il frappe, et sa main guérit.

Mais, nous sommes pécheurs et nous devons nous rappeler la phrase de bon larron sur la croix :  » Tu n’as pas même la crainte de Dieu, toi qui subis la même condamnation ! Pour nous, c’est justice, car nous recevons ce que méritent les choses que nous avons faites ; mais lui n’a rien fait de mal. «  (Lc. 23 ,41).

Jésus nous a appris avec sa souffrance à regarder avec un cœur plein d’espoir le sens caché de notre douleur dans les desseins divins. Il nous a appris, en étant le premier à souffrir.

« Vous qui pleurez, venez à ce Dieu, car il pleure.
Vous qui souffrez, venez à lui, car il guérit.
Vous qui tremblez, venez à lui, car il sourit.
Vous qui passez, venez à lui, car il demeure. ».  Victor Hugo

Il y a une grande vérité exprimée par saint Pierre dans sa première lettre (4,13) : « Dans la mesure où vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d’être dans la joie et l’allégresse quand sa gloire se révélera ».  Demandons cette grâce à Notre Dame des Douleurs.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

Saisi de compassion, Jésus le toucha

Lire l’évangile du VI dimanche du temps ordinaire (Mc. 1,40-45)

« Si tu le veux, tu peux me purifier. », nous écoutons des lèvres du lépreux cette supplication pleine de foi. Et le Seigneur « saisi de compassion nous dit saint Marc, étend la main, le touche et lui dit : « Je le veux, sois purifié. »

La lèpre était une maladie incurable par la médicine du temps du Seigneur et d’ailleurs elle l’a été jusqu’à 20ème siècle. Une personne atteinte de lèpre devenait un mort en vie, quelqu’un qu’on devait en plus éloigner à cause du danger qu’il représentait pour la société dû au risque de la contagion. Et pour cela la première lecture nous décrit les normes de prévention pour éviter que cette maladie ne se répande au sein de la communauté, le malade devait habiter hors du camp, rappelons-nous que la lecture parle du peuple d’Israël qui marche à travers le désert.

Pour une personne qui souffrait de cette maladie, il ne lui restait donc qu’à guérir naturellement (c’était l’unique maladie qui ne prévoyait pas de traitement pour guérir, selon le talmud), ou à mourir dans la misère extrême, loin de tout réconfort humain.

Alors, dans la demande que fait le lépreux dans l’évangile de ce dimanche, on voit d’abord comme on a dit la confiance ou plutôt la foi dans le Christ, mais aussi l’humilité « si tu veux ». Le Seigneur fait aussi un geste qui a dû surprendre les apôtres et les gens qui Le voyaient, du fait qu’Il s’approche pour toucher le lépreux (selon la loi on devait s’éloigner des gens atteints de cette maladie). Les pères de l’Eglise ont vu dans ce geste du Seigneur une image de l’incarnation du Christ, Dieu qui touche l’humanité malade de la lèpre du péché pour la guérir. Si le fait de le voir s’approcher et toucher le lépreux avait bouleversé les esprits de ceux qui étaient avec Jésus à ce moment-là, beaucoup plus frappant aura  été de voir que  désormais l’aspect du malade devenait normal.

Le Seigneur a fait beaucoup de miracles pendant sa vie dans ce monde, certains sont racontés avec détails dans les évangiles, d’autres sont seulement cités par les évangélistes. On peut affirmer que la finalité des miracles dans la vie de Jésus et des saints, c’est de disposer ou de fortifier la foi de ceux qui connaissent ou participent de ces miracles. Un miracle doit normalement avoir comme conséquence une conversion et une vie plus proche de Dieu. Parmi les miracles de l’Evangile, il y en a que le Seigneur fait sur des choses matérielles, par exemple la multiplication des pains et des poissons ; d’autres sur la nature, par exemple en apaisant la mer ; il y en a un certain nombre qu’Il fait directement sur les personnes, Il leur rend la santé ou bien la vie.

L’évangile de ce dimanche nous dit aussi que le Seigneur était saisi par la pitié, cela montre en plus de la finalité de la conversion, un amour pour celui qui reçoit le miracle.

Alors, nous pouvons nous poser cette question : pour quoi si le Seigneur avait pitié des malades et Il en a guéri beaucoup dans sa vie, n’a-t-il pas donc supprimé définitivement la souffrance de ce monde ? Pour quoi n’a-t-il pas transmis le pouvoir de guérir à ses apôtres et successeurs ? Pourquoi les souffrances, les maladies et la mort ont-elles  continué à exister dans le monde après la Résurrection du Christ ? Pour quoi Notre Seigneur n’a-t-il pas eu pitié de nous comme Il l’a eu envers ce lépreux ?

D’abord, nous devons dire que la première explication logique de l’existence de la souffrance les chrétiens la trouvent dans la Genèse, au moment où l’homme a commis le péché originel, et où il reçoit une punition de la part de Dieu à cause de sa rébellion. Mais cette punition n’est pas destinée à faire seulement souffrir l’homme, dans la souffrance que Dieu impose à toute l’humanité nous trouvons l’évidence – que Dieu ne veut pas que l’homme crût que c’est dans cette vie terrestre qu’il atteint la perfection de la joie. L’homme a besoin de se souvenir que Dieu existe et qu’il doit s’approcher toujours de Dieu.

En effet, lorsque nous souffrons mais avec la foi, nous découvrons peu à peu la raison de la souffrance et sa finalité (qu’est-ce que Dieu cherche avec elle dans ma vie ?) ; nous devenons conscients- qu’après le péché, l’homme ne peut plus marcher avec Dieu et progresser dans la sainteté sans souffrir. Il nous suffit de quelques jours sans croix (sans avoir ni soucis ni  souffrance), pour tomber dans la plus grande superficialité et lassitude spirituelle : L’homme comblé ne dure pas : il ressemble au bétail qu’on abat (Ps. 48,13). « Dieu, disait Lewis un fameux écrivain anglais, il nous parle par la conscience et Il nous crie à travers nos douleurs. Il utilise la douleur comme un mégaphone pour réveiller un monde de sourds. »

On comprend ainsi pour quoi, pour les saints, la souffrance cesse d’être un problème pour devenir une grâce, comme le dit saint Paul (Philp. 1,29) : « Dieu pour le Christ, vous a fait la grâce non seulement de croire en lui mais aussi de souffrir pour lui. » En effet pour certains saints, les douleurs et les souffrances ont été une vocation, un appel de Dieu et une mission. Notre Dame de Lourdes,que nous célébrons aujourd’hui avait dit à sainte Bernadette : « je ne te promets pas la félicité ici sur la terre, mais au Ciel ». Et La Vierge Marie aussi à Fatima invitait les trois petits bergers à embrasser la croix : « Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ? – Oui, nous le voulons. –Vous aurez alors beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. »

Saint Jean Paul II au moment de l’attentat contre sa vie

Beaucoup de sectes tentent aujourd’hui de convaincre les chrétiens que la souffrance peut et doit être totalement enlevée de la vie des hommes. Mais contre cela, il y a une grande vérité, et la voici, exprimée par le Pape Saint Jean Paul II : « Le Christ ne cachait pas à ceux qui l’écoutaient la nécessité de la souffrance » ; d’abord au début de son ministère, Il proclame les béatitudes et elles s’adressent à ceux qui sont vraiment éprouvés par – différentes souffrances. « Très clairement, il disait: « Si quelqu’un veut venir à ma suite…, qu’il se charge de sa croix chaque jour », et à ses disciples il posait des exigences de nature morale, dont la réalisation est possible seulement à condition de « se renier soi-même ». La route qui conduit au Royaume des cieux est   « étroite et resserrée » et le Christ l’oppose à la route « large et spacieuse » qui, elle, « mène à la perdition ». (Salvifici doloris 25) »

En définitive c’est la croix qui donne une lumière totalement nouvelle à ce mystère de la souffrance, lui donnant un nouveau sens dans le plan de Dieu sur l’humanité. Selon les paroles du pape Benoît XVI : « Ce n’est pas le fait d’esquiver la souffrance, de fuir devant la douleur, qui guérit l’homme, mais la capacité d’accepter les tribulations et de mûrir par elles, d’y trouver un sens par l’union au Christ, qui a souffert avec un amour infini » (Enc. Spe salvi, 37).

Pour conclure et en revenir à l’évangile, chez le Seigneur qui touche le lépreux et le guérit, nous trouvons un grand enseignement. La mission de l’Eglise c’est la continuation de l’œuvre du Christ, elle s’approche de ceux qui souffrent pour les aider, les réconforter et guérir ; ce témoignage fait que les hommes connaissent Dieu et grandissent dans la foi, à travers ce témoignage, les hommes glorifient Dieu.

Souvenons nous que la souffrance est un grand moyen de salut, elle a un pouvoir extraordinaire d’intercession devant Dieu, la douleur est à la fois un sacrifice et une prière, qui, unie à la Croix du Christ produit des fruits en abondance et fait descendre du Ciel beaucoup de grâces.

Saint Jean Paul II exhortait dans sa lettre : « Et nous demandons à vous tous qui souffrez de nous aider. A vous précisément qui êtes faibles, nous demandons de devenir une source de force pour l’Eglise et pour l’humanité. Dans le terrible combat entre les forces du bien et du mal dont le monde contemporain nous offre le spectacle, que votre souffrance unie à la Croix du Christ soit victorieuse! »

Que Notre Dame de Lourdes nous protège.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné