Archives par mot-clé : Exaltation de la sainte Croix

Le Verbe s’est fait chair afin d’aller à la Croix

La Croix de Matara

La Croix de Matara est une croix taillée en bois par un membre de la tribu indienne de Matara en Argentine, évangélisée au XVIème siècle.

Les mystères fondamentaux de notre foi se trouvent taillés sur la croix : La création, symbolisée par le soleil et la lune ; la naissance du Christ, symbolisé par l’étoile de Bethléem ; les instruments de la Passion du Christ et la Crucifixion ; l’Eucharistie ; la Sainte Vierge Marie, présentée comme une reine espagnole ; et les flammes du purgatoire.  C’est une des plus vielles croix d’Argentine et y manifeste l’évangélisation du Nouveau Monde.

Les Servantes du Seigneur et de la Vierge de Matara

Le 19 Mars 1988, lors de la fête de Saint Joseph, le Père Carlos Buela, fondateur de l’Institut du Verbe Incarné, fonda l’Institut des Servantes du Seigneur et de la Vierge de Matara à Saint Rafael en Argentine avec le “seul désir de donner à Jésus Christ des épouses selon son cœur“.

Les Servantes du Seigneur et de la Vierge de Matara portent cette croix parce que c’est un symbole de l’évangélisation de la culture et la manifestation de leur consécration totale au Christ Crucifié : « je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus Christ, ce Messie crucifié » (1 Co 2, 2).  Au pied de cette croix se trouve la première servante du Seigneur, la très Sainte Vierge Marie. Ainsi, elles ne trouvent pas simplement sur cette croix la raison d’être des sœurs, mais également la place, la fonction et la mission des « servantes » qui suivent l’exemple de la Vierge.  Pour cela, leur Institut prend son nom de la Croix de Matará.

Le Père Buela dit: « De cette manière, la branche féminine de notre famille religieuse complète fortement ce que nous désirions en donnant à la branche masculine le nom de Verbe Incarné, car l’Incarnation a été rédemptrice et la Rédemption a été possible grâce à l’Incarnation. Le Verbe s’est fait chair afin d’aller à la croix, et la croix n’est possible que parce que le Christ s’est fait chair.

La croix, où nous trouvons le Seigneur et la Vierge de Matará, établit un magnifique programme de vie. Afin d’accomplir ce programme, tout ceux qui se glorifient dans l’exercice de ce nom auront à faire des efforts, aidés par la grâce de Dieu, qui ne manque jamais à ceux qui font ce qu’ils doivent.

Il faut un engagement renouvelé de tous et de chacun des membres de notre famille religieuse pour incarner les idéaux élevés exprimées sur cette Croix aux nouvelles générations à travers tous les temps, afin que l’Évangile de Jésus-Christ résonne dans tous les coins de la terre : “Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile” (Mc 16,15) ».

Voici une description des symboles présents dans cette croix et leur probable signification.

  1. Année de sa création : 1594
  2. Quelques lettres qui composent le nom du lieu : Matara
  3. Alpha
  4. Omega
  5. Le soleil
  6. La lune
  7. Une étoile (celle de Bethlehem)
  8. Notre Seigneur Jésus-Christ, sa tête est couronnée et entourée d’une auréole.
  9. Un calice et une hostie d’où sortent deux rayons ou bien traversés par deux épis.
  10. Un coq qui rappelle le reniement de saint Pierre à la Passion.
  11. Les fouets de la flagellation.
  12. Les dés dont les soldats ont tiré au sort les vêtements de Jésus.
  13. Une croix grecque.
  14. Le marteau utilisé pour enfoncer les clous dans el Corps du Seigneur.
  15. Les clous.
  16. La Très Sainte Vierge habillée comme une reine, portant un sceptre.
  17. La lance.
  18. L’escalier utilisé pour faire descendre le Corps du Seigneur après sa mort.
  19. Quatre flammes représentant le purgatoire.
  20. Un homme habillé comme chef de tribu qui tient ses bras croisés, dans le purgatoire il demande l’intercession de Marie et le salut de son âme à travers la Passion de Notre Seigneur.

Hymne à la Croix – Père Buela

Fête de la Croix Glorieuse – 14 septembre

La croix est un miracle. Elle est un mystère. croix_institut_du_verbe_incarneElle est un abri. Elle est la sagesse. Elle n’est pas inaccessible. Elle n’est pas ennuyeuse. Elle n’est pas asservie. Elle n’a pas été anodine.

La Croix est clairvoyante. Elle est libératrice. Elle est plénitude. Elle est avant-goût du ciel. Elle est le paradis sur terre. Elle n’est pas une réduction de l’Incarnation ; mais sa plus pleine acceptation, c’est aller jusqu’au plus profond de l’être et des choses.

La Croix est le plus beau cadeau de Dieu, mais elle est une pierre d’achoppement pour beaucoup. C’est l’indicateur pour «voyageurs libre » mais elle est caustique pour les mondains. C’est elle qui fait diriger l’histoire, mais c’est scandale pour ceux qui ne croient pas. Elle est la maxime aventure, même si pour beaucoup elle soit le plus grand inconfort.

La croix divise et unit, abaisse et élève, donne mort et donne vie, écrase et embrasse, obscurcit et illumine, condamne et sauve. La croix fait cela selon la disposition du cœur humain vers elle : « Si vous cherchez à la vider (cf. 1 Cor. 1,17 ; Philip. 3,18) ou si vous cherchez à la compléter (cf. Col. 1,24 ; 2 Cor. 11,30)».

croix_ii_institut_du_verbe_incarneLa Croix est réalité et symbole. Elle est centrifuge- elle se verse vers dehors-, et elle est centripète -dans son centre il y a fusion et une contradiction-, elle est cloué à la terre et au même temps se dirige au ciel. Elle peut toujours étendre ses quatre bras sans pourtant modifier sa structure. Elle s’élargit sans changer, ouvre ses bras aux quatre vents.

La Croix est littérale et paradoxale. Elle a du bois vivant. Elle est le point d’appui et trampoline. Elle est la clé qui ouvre la porte de notre cœur. Elle est le sceptre du royaume de la sainteté. Elle est le signe des prédestinés. Elle est l’unique chemin de vie. Elle est le sommet des sommets. Elle est une aspiration persévérante et inflexible. C’est un cri. On l’apprend seulement à l’école de Jésus-Christ.

croix_de_matara_institut_du_verbe_incarne
La Croix de Matara est la croix « devise » portée par les soeurs de la famille religieuse du Verbe Incarné

La Croix est la chaire, est l’autel et la palestre. C’est l’amour enhardi jusqu’à la fin. Elle est la totale disponibilité à tout ce que Dieu veut. Elle est la source. Elle est le char de combat. Elle est la grandeur de l’âme. Elle est fixée pendant que le monde se meut. Elle fait des rois à ceux qui ont été régénérés dans le Christ. Elle est l’étendard royal. Tout est en Elle.

La Croix nous cloue au cœur de Celui qui a été cloué en elle. Elle est la gloire des âmes saintes, elle est la livrée des âmes nobles qui hors d’elle ne veulent rien savoir d’autre. S’il y avait eu quelque chose de meilleur et de plus utile pour le salut des hommes que porter la croix, le Christ l’aurait enseigné par la parole et par l’exemple. Mais il dit : … « prend ta croix » … (Mt. 16,24) .

croix_iii_institut_du_verbe_incarne
Chemin de Croix à Lourdes. Le Seigneur salue la Croix avant de la porter vers le Calvaire.

La croix change les épines en roses. Qui possède la science et la joie de la Croix sait qu’il faut mourir pour vivre, enterrer pour ressusciter, souffrir pour se réjouir, perdre la vie pour la retrouver, s’humilier lui-même pour être élevé. Il sait que le plus faible est fort (cfr. 2 Cor 12,9–10) ; que les peu nombreux sont beaucoup ; les fous, sages ; les pauvres, riches ; obéissants, libres ; les serviteurs, rois. Qu’il faut combattre pour se reposer, être violent avec soi-même pour être pacifique, tout abandonner pour posséder, être taillé pour porter des fruits, être méprisé pour être honoré. Que beaucoup sont peu nombreux ; les fous, sages ; les riches, pauvres ; les libres, esclaves ; les rois, serviteurs ; qu’il faut mépriser le monde pour gagner le Créateur du monde, se nier soi-même pour s’affermir en Dieu, se sacrifier pour réussir.Sur la Croix, Dieu a renversé le sens de beaucoup de choses.

En elle, nous apprenons à adorer le  » Verbe Eternel Incarné  » qui est dans les croix de nos églises, de nos cimetières, à la tête de nos lits. En Elle, nous apprenons à « à suivre de plus près et à imiter plus fidèlement Notre-Seigneur, nouvellement incarné  » (Saint Ignace. Exercices Spirituels [109])

Celui qui aime la Croix témoigne d’elle jusqu’au martyr et sait que, selon les sages paroles des Pères de l’Église : «Celui qui ne confesse pas le témoignage de la Croix procède du diable  » ( Saint Polycarpe ) (cf. Jn. 6,68).

P. Carlos Buela IVE.

Fondateur de l’Institut du Verbe Incarné.