Archives par mot-clé : formation chrétienne

« Laissez les enfants venir à Moi »

La famille: la première école de vie chrétienne

Lire l’évangile du dimanche XXVII du temps ordinaire (Mc. 10,2-16)

Le Seigneur dans l’évangile de ce dimanche nous rappelle que le sacrement du mariage est une institution divine, c’est Dieu qui l’a créé et l’homme ne pourra jamais le défaire sans contredire la loi de Dieu, car c’est elle qui fait de l’homme et la femme au moment du mariage, une seule chair. Cette expression sémitique qui veut dire « une seule chose », qu’on ne peut diviser sans blesser la nature que Dieu lui a donnée. On peut faire une analogie avec notre corps, nous disons que notre cœur fait partie de nous, il forme un tout avec notre corps, et nous ne pouvons donc dire que notre corps possède un cœur dont il pourrait se débarrasser sans souffrir aucun mal.

L’union du mariage constitue une famille, dont les fruits de l’amour sont les enfants. Rappelons-nous que dans l’évangile d’aujourd’hui il y a une deuxième partie : les enfants qui viennent vers Jésus, « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas » dit le Seigneur. Précisément la mission d’une famille, surtout des parents c’est de conduire leurs enfants vers Dieu.

Cette mission de conduire les enfants vers Dieu est seulement possible si les parents veillent sur la formation humaine et chrétienne des enfants que Dieu leur a donnés et confiés. Sachant qu’ils en rendront comptent à Dieu au jour de Jugement.

Le Catéchisme de l’Eglise Catholique nous apprend que dans nos jours et dans ce monde souvent étranger et même hostile à la foi, les familles croyantes sont de première importance, comme foyers de foi vivante et rayonnante. C’est au sein de la famille que les parents sont  » par la parole et par l’exemple … pour leurs enfants les premiers hérauts de la foi, au service de la vocation propre de chacun et tout spécialement de la vocation sacrée « . Le foyer est ainsi la première école de vie chrétienne et  » une école d’enrichissement humain «  (GS 52, § 1). C’est ici que l’on apprend l’endurance et la joie du travail, l’amour fraternel, le pardon généreux, même réitéré, et surtout le culte divin par la prière et l’offrande de sa vie. (C. E. C. 1656)

Les parents sont donc les premiers responsables de l’éducation de leurs enfants. Les parents enseigneront aux enfants à subordonner  » les dimensions physiques et instinctives aux dimensions intérieures et spirituelles  » (CA 36). C’est une grave responsabilité pour les parents de donner de bons exemples à leurs enfants. Aux parents aussi la charge de les guider et de les corriger : «  Qui aime son fils lui donne souvent le fouet, pour qu’il fasse, plus tard, sa joie. Qui élève bien son fils en retirera des satisfactions (Si 30, 1-2) ». « Et vous, pères, n’irritez pas vos enfants, élevez-les au contraire en les corrigeant et avertissant selon le Seigneur » (Ep 6, 4).

Alors, le pouvoir civil doit considérer comme un devoir grave de  » reconnaître et de protéger la vraie nature du mariage et de la famille, de défendre la moralité publique et de favoriser la prospérité des foyers  » (GS 52, § 2). Cela  veut dire que l’autorité publique ne peut pas remplacer la famille, si elle est bien constituée, ni remplacer la fonction des parents, sauf dans le cas où le bien des enfants le requiert.

Le Catéchisme nous dit aussi  que les premiers responsables de l’éducation des enfants ce sont leurs parents et qu’ils ont le droit de choisir pour eux une école qui corresponde à leur propres convictions. Ce droit est fondamental. Les parents ont, autant que possible, le devoir de choisir les écoles qui les assisteront au mieux dans leur tâche d’éducateurs chrétiens (cf. GE 6). Les pouvoirs publics ont le devoir de garantir ce droit des parents et d’assurer les conditions réelles de son exercice.

La mission des parents

La mission des parents n’est pas du tout facile. Elle a des caractéristiques qui semblent opposées : savoir comprendre mais aussi exiger ; respecter la liberté des enfants tout en les guidant et corrigeant ; les aider dans les tâches sans leur éviter l’effort éducatif et la satisfaction de les avoir accomplies.

Les parents chrétiens doivent savoir demander et exiger plus. On ne peut pas se contenter d’éviter le pire, le mal ; ils devraient les éduquer dans les valeurs de la personne, qui sont sublimées par la foi, l’espérance et la charité : la liberté, la responsabilité, la maternité et paternité, le service, le travail, la solidarité, la honnêteté, la joie de se savoir enfants de Dieu, etc.

Cela implique de dédier du temps pour les enfants, d’être avec eux, de connaître leurs défauts et leurs vertus et de les aimer sincèrement.

Une anecdote raconte qu’un couple un peu fatigué de la conduite de son enfant cherchait un cadeau pour lui dans un magasin de jouets. Ils cherchaient quelque chose pour l’amuser, le maintenir dans le calme et surtout un jouet qui lui enlève la sensation de solitude. La dame qui gérait le magasin  leur répond avec un très bon sens: « je suis désolée, mais dans ce magasin on ne vend pas des parents… ».

Si l’amour a engendré l’enfant, cet amour doit l’accompagner au long de sa vie.

L’amour se montre aussi par l’exemple, qui est le meilleur éducateur. Les paroles s’envolent, mais l’exemple demeure, illumine la conduite et surtout entraîne à imiter.

Il est vrai que les parents doivent savoir récompenser les enfants mais le fait de donner trop de gratifications peut en revanche produire un effet de déception lorsque celles-là viendraient à manquer. L’enfant serait tenté de prendre ce manque pour une punition. L’enfant doit comprendre que la meilleure récompense c’est le fait de savoir que son devoir a été réalisé devant Dieu.

Nous devons nous rappeler cette loi basique : éduquer ne signifie pas faire que l’autre se trouve toujours content et satisfait d’avoir rassasié tous ses caprices et désirs. « Éduquer » veut dire conduire en dehors de lui-même, cela signifie un effort des parents et de l’enfant pour faire sortir de lui toute la richesse qu’il contient, et qui fera de lui une bonne personne, en plus de le rendre joyeux.

Un grand défi aujourd’hui pour les responsables de l’éducation des petits c’est évidement la formation de la conscience. Le monde sans Dieu fabrique actuellement des idéaux qui n’aident pas, qui sont par contre mauvais pour le développement de la personne et incapables de donner la joie. La solution ne consiste pas dans un régime de police, composé de contrôle et des châtiments. Il faut qu’ils arrivent à concevoir en eux des critères corrects, distinguer eux même le bon du mauvais, le bien du mal.

Nous devons montrer la beauté et l’humanité de la vertu, découvrir la beauté réelle qui existe dans l’accomplissement du bien. Il faut que l’enfant apprenne à se poser des questions sur la moralité de ses actes, la finalité qu’il cherche soit lorsqu’il commet une faute soit aussi lorsqu’il agit par vertu.

Nous formons aussi la conscience de quelqu’un lorsque nous exprimons devant lui la bonté ou la malice des événements dont nous avons eu connaissance. Nous formons aussi l’esprit de l’enfant en montrant la décision que nous aurions prise à la place de lui et expliquant la raison : « moi, à ta place, je ferais cela ou cela ».

L’éducation de la conscience marche ensemble avec la formation de la liberté. Qui est celui qui est authentiquement libre ? Celui qui, une fois qu’il a connu la bonté d’un acte l’accomplit, parce qu’il veut le faire, par amour du bien.  Cas contraire, l’homme perd sa liberté. Par exemple, quelqu’un peut dire qu’il peut s’enlever la vie parce qu’il est libre, mais personne ne dirait que le suicide va l’améliorer comme personne, ni que le suicide le rendra plus libre dans cette vie…

Tout ce que l’on vient de dire serait impossible à réaliser sans l’aide nécessaire de Dieu, nous sommes des collaborateurs de Dieu dans le développement d’une personne.  Un enfant n’est pas « propriété » de ses parents, il appartient en définitive à Dieu.

Nous n’avons pas le droit de le faire à notre image et ressemblance. Notre tâche consiste à le faire à l’image et à la ressemblance de Dieu.

Prions pour ne pas empêcher les enfants de venir à Dieu, prions la très Sainte Vierge Marie de former les enfants à l’image de Jésus, son Fils.

P. Luis Martinez, IVE.

Monastère « Bx. Charles de Foucauld »

« La vraie foi est celle qui se traduit et se prouve par les œuvres »

Lire l’évangile du Deuxième dimanche de Pâques (Jn 20, 19-31)

« Rendez grâce au Seigneur, car il est bon, car éternel est son amour ! » (Ps 118, 1), avec le refrain du psaume d’aujourd’hui, le pape Saint Jean Paul II commençait son homélie de canonisation de sainte Faustine Kowalska, le 30 avril de l’année 2000, et il le disait en latin, parce qu’en latin le refrain dit « car éternelle est sa Miséricorde ». C’est à partir de cette date que le deuxième dimanche de Pâques a reçu le titre de Dimanche de la Divine Miséricorde, comme le Seigneur l’avait demandé à Sainte Faustine dans une des révélations.

 « Ma Fille, dis que je suis l’Amour et la Miséricorde en personne », demandera Jésus à Sœur Faustine (Journal, 374) et dans une autre vision, le Seigneur lui a dit : « L’humanité n’aura de paix que lorsqu’elle s’adressera avec confiance à la Divine Miséricorde » (Journal, p. 132).

Demandons en ce dimanche à Dieu qui est Plein de Miséricorde la grâce de la Paix pour notre monde aujourd’hui.

Alors, depuis très tôt dans l’histoire l’Eglise a lu dans ce dimanche qui suit celui de la Résurrection, l’évangile de l’apparition à Saint Thomas, apôtre. Comme nous l’avons entendu, l’évangile est divisé en deux moments, le dimanche même de la Résurrection (lorsque Jésus donne le pouvoir de pardonner les péchés, Il crée à ce moment-là le sacrement de la Miséricorde, le sacrement du Pardon, la confession) mais Thomas n’était pas là.

Huit jours plus tard, nous dit l’évangile (c’est-à-dire aujourd’hui), le Seigneur Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux (avec ces paroles, saint Jean veut dire que Notre Seigneur est apparu subitement au milieu d’eux. Il revient pour confirmer sa résurrection à Thomas, observons que l’apôtre avait dit lorsqu’il est revenu à la maison (peut-être, le même dimanche ou quelques jours plus tard) « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » ; Notre Seigneur utilisera presque les mêmes paroles « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. ». Cela montre que Jésus était présent spirituellement, évidemment, au moment où Thomas avait dit ces paroles.

Et à ce moment nous avons l’admirable profession de foi de l’apôtre Thomas, qui répondit et dit au Christ : Mon Seigneur et mon Dieu. Ecoutons le commentaire très beau que fait Saint Augustin sur cette scène de l’évangile : « Thomas ne voyait et ne touchait que l’homme, et il confessait le Dieu qu’il ne pouvait ni voir ni toucher ; mais ce qu’il voyait et ce qu’il touchait le conduisait à croire d’une foi certaine ce dont il avait douté jusqu’alors»

L’apôtre croit désormais à ce que l’Eglise (les apôtres réunis au Cénacle) lui avait annoncé : le Christ est ressuscité, il croit et confesse que Jésus est Dieu. L’incrédulité s’efface de son esprit et il devient croyant par la grâce de Dieu et la Miséricorde de Jésus qui a voulu accomplir sa demande.

Le doute de foi de saint Thomas nous aide dans notre foi, le manque de foi de Thomas vient pour affermir notre foi. Et pour cela nous allons parler aujourd’hui de moyens pour protéger notre foi et des tentations déguisées en doutes qui viennent parfois – troubler notre esprit.

Tout d’abord nous avons dit que la foi est une grâce, ou bien théologiquement parlant, la foi est une vertu théologale (avec la charité et l’espérance) infusée par Dieu dans notre intelligence à travers laquelle nous donnons notre ferme assentiment aux vérités divines révélées par l’autorité ou le témoignage du même Dieu.

Lorsque Dieu nous accorde en son amour le don de la foi, Il nous révèle sa vie intime et les grands mystères de la grâce et de la gloire, et nous fait voir les choses pour ainsi dire, d’un point de vue divin, comme Lui-même les voit.

Alors, comment protéger ce don que nous avons reçu ? Et tout en le protégeant, comment grandir dans notre foi ?

Saint Paul dit dans la lettre aux éphésiens (2,8): C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Et c’est une première vérité dont nous devons être conscients, notre foi nous a été donnée gratuitement, elle est un cadeau et pour cela nous devons constamment demander au Seigneur de l’augmenter comme cette belle prière que nous trouvons dans les évangiles, c’est le père d’un enfant possédé qui s’adressait au Seigneur (Marc 9,23): « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! »

Deuxième moyen pour protéger notre foi c’est de refuser toute attaque contre elle. Et cela peut avoir trois causes :

  • La première peut venir d’une suggestion diabolique, qui vient souvent troubler notre esprit par des tentations parfois très subtiles, pour ne pas tomber dans son jeu la meilleure solution c’est ne pas entrer en dialogue avec lui.
  • Mais les attaques peuvent aussi venir du monde avec ses critères antichrétiens ou qui vont contre Dieu même, et cela peut arriver à travers les médias et les lectures qui viennent pour souiller le trésor de notre foi ; contre cela nous devons être toujours bien attentifs, ne pas donner du crédit à n’importe quelle nouvelle, savoir discerner et fuir de ce qui tache l’image de Dieu et de son Eglise.
  • Et le troisième ennemi de la foi c’est l’orgueil intellectuel qui se traduit malheureusement dans la « divinisation » de notre propre opinion, de notre point de vue. Des gens qui disent par exemple : « l’Eglise commande ceci, cela, mais je crois qu’elle devrait plutôt changer, s’adapter, se moderniser ». saint Pierre dit dans sa première lettre (5,5) que Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce.

Troisième grand moyen pour grandir dans la foi c’est évidemment la formation doctrinale que nous devons toujours approfondir en ce qui concerne les vérités de notre foi. Notre religion ne se limite pas seulement aux actes de dévotion (qui sont très bon) ou à la messe du dimanche ; nous avons la grande responsabilité d’enrichir notre foi dans ses vérités, de connaître un peu plus de la vie de l’Eglise, de la vie des saints qui ont vécu l’amitié de Dieu, de l’histoire de notre Eglise et de la culture religieuse (tout ce que les hommes ont fait au long de l’histoire pour Dieu et pour Jésus-Christ), comment la foi chrétienne a été l’origine du développement des nations, etc.

Un autre moyen spirituel est de nous habituer à faire des actes de foi dans notre vie quotidienne, comme nous le faisons chaque dimanche dans le credo, nous devons répéter souvent dans notre cœur les grandes vérités : « je crois en Dieu, créateur », « je crois en Jésus-Christ Fils de Dieu », je crois en l’Eglise » ; ou faire nôtre la prière des apôtres (Lc. 17,5) : « Augmente en nous la foi ! ».

Nous savons que le juste, le saint vit de la foi (Rom. 1,17) et cela touche à des âmes qui avancent dans la vie de grâce, ces âmes plus avancées que Dieu invite à Le voir et Le découvrir .Présent à chaque instant de leur vie, dans les bons moments et aussi les difficiles, savoir découvrir Sa Présence est un acte de foi, comme aussi de voir tous les évènement et toutes les situations de la vie avec les yeux de Dieu, cela signifie avoir un regard de foi en tout et partout, voir tout en relation à la vie éternelle, en rapport à l’éternité.

Et par rapport aux doutes de la foi ? Comment savoir les distinguer ? Comment les combattre ?

Nous en avons déjà parlé, mais rappelons ce que nous apprend le Catéchisme de l’Eglise Catholique, il évoque sur ce sujet le commentaire du premier commandement : Notre devoir à l’égard de Dieu est de croire en Lui et de Lui rendre témoignage. Le premier commandement nous demande de nourrir et de garder avec prudence et vigilance notre foi et de rejeter tout ce qui s’oppose à elle. Il y a diverses manières de pécher contre la foi (parmi elles nous avons) :

Le doute volontaire portant sur la foi néglige ou refuse de tenir pour vrai ce que Dieu a révélé et ce que l’Église propose de croire. Mais il existe aussi le doute involontaire qui désigne l’hésitation à croire, la difficulté de surmonter les objections liées à la foi ou encore l’anxiété suscitée par l’obscurité de celle-ci. S’il est délibérément cultivé, le doute peut conduire à l’aveuglement de l’esprit.

Un prêtre expliquait un peu comment se conduire envers le doute : si il a son origine dans l’ignorance, il est obligatoire pour nous de nous former, d’approfondir. Lorsqu’il s’agit de ces doutes qui apparaissent comme claires tentations du diable, le plus recommandé est  de plus nous appliquer à la prière, de faire pénitence et de demander avec insistance la protection de Dieu et de mener une vie conforme à la foi catholique.

Il faut savoir distinguer ces gens qui parfois utilisent les doutes pour justifier leur conduite devant Dieu, ce sont des gens qui vivent loin de ce que Dieu demande, et comme un moyen de faire taire la conscience, ils passent le temps à reprocher et  à créer des objections contre la foi chrétienne, c’est une fausse défense de leur mauvaise conduite, dont l’unique remède est de se convertir, d’abandonner le péché et de marcher par le droit chemin de Dieu.

Pour conclure, le Seigneur nous annonce aussi dans ce passage évangélique ce qui serait la dernière des béatitudes : « Bienheureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru » et laissons saint Grégoire nous instruire avec son commentaire :

« Les paroles qui suivent : « Bienheureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru, » répandent une grande joie dans notre âme, car c’est nous que Notre-Seigneur a eus particulièrement en vue, nous qui croyons dans notre esprit en celui que nous n’avons pas vu de nos yeux, si toutefois nos œuvres sont conformes à notre foi. Car la vraie foi est celle qui se traduit et se prouve par les œuvres. »

Que la Vierge Marie nous donne la grâce de toujours grandir dans la foi.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné