Archives par mot-clé : tentations

« Il resta quarante jours, tenté par Satan » – Comment combattre les tentations?

Lire l’évangile du premier dimanche de Carême (Mc. 1,12-15)

Nous sommes déjà dans le temps de Carême, imitant Notre Seigneur qui, comme le dit aujourd’hui l’évangile, resta quarante jours dans le désert en jeûne (symbole pour nous de la pénitence).

L’évangéliste saint Marc ne décrit pas les trois tentations comme le font saint Matthieu et saint Luc, mais on découvre dans la description qu’il fait de ce mystère, un grand enseignement pour nous: l’évangile nous dit qu’après son baptême, l’Esprit Saint « pousse » le Seigneur vers le désert, vers la pénitence et aussi vers les tentations. C’est-à-dire que dans le dessein divin, Dieu veut ce temps de pénitence pour son Fils et permet les épreuves que le démon lui infligera.

On peut donc appliquer les paroles de saint Pierre dans sa lettre (1 Pierre 2, 21) : C’est pour vous que le Christ, lui aussi, a souffert ; il vous a laissé un modèle afin que vous suiviez ses traces.

La vie de tout homme et de tout chrétien est soumise à des tentations et des épreuves. Nous suivons ses traces : si Notre Seigneur est passé par là, nous aussi. Le chrétien, étant le bon soldat du Christ, doit livrer le bon combat. Saint Augustin enseignait : « la vie des saints consista dans cette lutte constante et dans cette guerre tu devras lutter, toi aussi jusqu’à la mort »

Nous allons parler de comment donc résister  aux tentations et comment réagir dans les épreuves. Et vous avez peut-être remarqué qu’on utilise deux mots : tentation et épreuve.

En effet, dans la langue grecque, il y a un unique mot « peirazein » qui veut dire tout d’abord éprouver, et dans un sens plus élargi tenter, c’est le mot qu’utilise l’évangéliste ici.

D’abord, à plusieurs reprises dans le langage de la bible Dieu éprouve l’homme. Cela nous pouvons le constater dans nos vies, Dieu nous envoie des épreuves, ou plutôt, le permet. Elles consisteront par exemple dans des maladies, pauvretés, soucis, déceptions, Dieu les permet mais Il donne sa grâce pour que cette difficulté soit l’occasion de grandir spirituellement, car tout contribue pour le bien de ceux qui aiment Dieu (Rm. 8,28). De cette manière, dans une épreuve par exemple une maladie la personne grandit en patience et dans la vertu de l’espérance, avec la grâce de Dieu, beaucoup plus qu’elle ne le ferait en dix années de bonne santé.  L’apôtre saint Jaques nous enseigne (Jacques 1, 2-3) : « Considérez comme une joie extrême, mes frères, de buter sur toute sorte d’épreuves. Vous le savez, une telle vérification de votre foi produit l’endurance ».

Mais, Dieu éprouve vers le bien, jamais vers le mal (Jacques 1,13): « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : « Ma tentation vient de Dieu. » Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne ».

Nous avons d’autre part, « les tentations ». Les tentations proprement dites sont des suggestions qui nous poussent vers le mal, elles sont aussi permises par Dieu mais elles procèdent du Démon, du monde et de la propre chair (chair dans le sens biblique, désigne la nature humaine affectée par le péché et penchée vers le mal).

Nous pouvons donner donc quelques conseils pour découvrir et vaincre les tentations.

D’abord l’attitude du chrétien fasse aux tentations, la façon de se conduire. Avant tout, c’est la confiance dans la grâce de Dieu : « Je peux tout en celui qui me donne la force » (Philip. 4,13). Et dans le psaume du bon berger (22,4) l’on dit : « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi ».

Saint Augustin nous apprend dans son commentaire aux psaumes : « Le diable est enchaîné pour qu’il ne fasse pas tout le mal qu’il pourrait, tout ce qu’il désire faire. Dieu lui permet de tenter seulement dans la mesure où cela soit profitable pour nous (In Psalmos 63,1) ».

Nous avons besoin aussi de l’humilité, car Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce (Jacques 4,6). D’abord pour ne pas nous fier à nos propres forces : celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber (1 Corinth. 10,12). Nous avons parfois la tentation de penser que le fait de vaincre c’est le résultat exclusif de notre travail, on oublie facilement que c’est Dieu qui donne la grâce. L’humilité manque aussi lorsque nous nous exposons à des occasions de péché et finissons par tomber en lui, la bible dit aussi que celui qui aime le danger finira par y tomber.

Quelles sont les principales armes du chrétien pour vaincre les tentations ?

Ce sont celles que le Seigneur a utilisées et enseignées : la prière et le jeûne Mc 9,29 (c’est-à-dire les sacrifices), la Parole de Dieu (Mt 4,1-11). Il a dit aussi de veiller et prier pour ne pas tomber dans la tentation, cela nous conduit à faire régulièrement un examen de conscience, pour découvrir nos points faibles dans la vie spirituelle, pour voir par quel côté le diable tente de nous faire tomber : « Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. » (Mt 26,41).

Nous avons aussi certaines tactiques pour vaincre les assauts du démon :

  • Il nous faut combattre la tentation depuis le premier moment où nous avons détecté sa présence, éteindre l’étincelle avant que le feu ne se propage, ne pas faire comme Eve qui est entrée en dialogue avec le démon au paradis.
  • Etre disposé à vaincre même en payant un grand prix et même si cela nous cause une douleur sensible, parce que parfois pour vaincre il nous faut des mesures radicales : couper avec la personne qui nous conduit au péché, changer de domicile, de travail, renoncer à certains poste ; « aux grands maux les grands remèdes ».
  • Ne pas se plaindre pour ce à quoi nous avons renoncé : « Et ces bagatelles de bagatelles, ces vanités de vanités, mes anciennes maîtresses, me tiraient par ma robe de chair, et me disaient tout bas : Est-ce que tu nous renvoies ? Quoi ! dès ce moment, nous ne serons plus avec toi, pour jamais ? Et, dès ce moment, ceci, cela, ne te sera plus permis, et pour jamais ?» (Confessions VIII, 11,26). 
  • Se laisser guider par quelqu’un qui puisse nous aider (les conseils d’un prêtre ou de notre directeur spirituel).
  • Ne pas céder dans la volonté par des tels arguments : « tout le monde le fait », « je ne peux pas vaincre ce genre de tentation ». Ni dans notre intelligence, par exemple déguisant les péchés en quelque chose de bon : « Malheureux, ces gens qui déclarent bien ce qui est mal, et mal ce qui est bien, qui font des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres, qui rendent amer ce qui est doux et doux ce qui est amer ! » (Is. 5,20).

Quels biens pouvons-nous obtenir de tentations ?

  • Avant tout, elles nous aident à nous connaître, à connaître notre point faible dans notre vie spirituelle : par quel côté le diable essaie-t’il de nous attaquer ?
  • Elles nous aident aussi à avoir la lassitude des choses de ce monde.
  • Les souffrances qu’elles infligent nous aident à expier nos péchés, car toute souffrance vient pour expier les péchés de la vie passée.
  • Elles font grandir nos mérites.
  • Les tentations nous apprennent à être humbles.
  • Elles nous enseignent aussi à être vigilants, car la tentation ne nous avertit pas toujours de quand elle arrive ni de la force avec laquelle elle va nous attaquer.
  • Etre tentés dans nos vies nous aide à être plus miséricordieux et compatissants avec ceux qui sont aussi tentés.

Un docteur de l’Eglise, saint Jean d’Avila, écrivait une fois une lettre à une dirigée spirituelle, en proie des grandes tentations, et le saint utilisait cette belle image, avec laquelle nous allons conclure aujourd’hui :

 « Si vous avez vu, ma sœur, un potier mettre le feu à son four, et avez pris garde de l’épaisse fumée qui en sort et de l’ardeur du feu qui est au-dedans, qui est une image de l’enfer, auriez-vous pu croire que les vases que l’on y avait mis ne seraient mis en cendre, ou au moins noirci comme la poix ? Toutefois après que la furie de cet embrasement est passée et qu’on les en retire, ils sont durs comme des pierres, blancs comme la neige et dignes d’être servis sur la table d’un prince. Or, saint Paul nous compare à des vases de terre et avec raison puisque nous sommes si délicats que nous en voulons rien souffrir. Il faut que vous passiez par le feu de la tribulation pour acquérir la fermeté dont vous avez besoin. Souffrez donc avec patience et confiance [vous qui êtes dans le four de la tribulation]. Prenez donc bien garde que votre vase ne se trouve pas cassé au sortir de ce feu. Ceux qui se cassent dans ce four ce sont ceux qui perdent la patience. Ne désistez pas, même si c’est le démon qui remue le feu, en totale confiance en Dieu ».

Que la Vierge Marie nous rende forts dans la lutte contre le démon.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

 

Le Seigneur tenait de toi la tentation, pour te donner la victoire!»

Lire l’évangile du premier dimanche du temps de Carême( Mt 4, 1-11)

Chaque année, dans ce premier dimanche de carême, la liturgie nous invite à contempler le mystère des tentations du Seigneur au désert. Alors que le deuxième dimanche est toujours consacré à méditer le moment de la transfiguration du Seigneur. Cette année nous le faisons d’après l’évangile de saint Luc. Pour quoi l’Eglise nous invite-t’elle à réfléchir sur ces deux mystères au début de ce temps ? C’est parce qu’elle veut que nous suivions les traces de notre Sauveur, notre Guide, et il est donc nécessaire de nous purifier du mal et des concupiscences (convoitises des choses qui nous éloignent de Dieu) : à cela nous aide le moment des tentations dans la vie du Seigneur afin de sortir à la rencontre du Christ Glorifié, dans la fête de Pâque et – cela nous prépare donc au mystère de la Transfiguration (le deuxième dimanche de carême).

Comme on peut aussi le voir, les trois lectures gardent un fil conducteur, le mystère de la tentation diabolique, qui fait succomber nos premiers parents dans la Genèse, mais qui ne peut pas faire de même avec notre Seigneur, au contraire, nouvel Adam, Il remporte la victoire sur le diable. Et nous trouvons donc le magistère de Saint Paul dans la deuxième lecture : de même que par la désobéissance d’un seul être humain (Adam) la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul (Notre Seigneur) la multitude sera-t-elle rendue juste.

Les tentations

« En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable ». Le récit de saint Matthieu commence avec ces paroles. C’est l’Esprit Saint qui le conduit, on peut dire que c’est par la Volonté de Dieu (que Jésus accomplie toujours) que notre Seigneur se rend au désert. Et l’évangéliste nous en révèle aussi la finalité, pour être tenté.

D’abord, pour quoi le Christ accepte-t-il de souffrir les tentations, étant donné qu’Il est le plus parfait de tous les hommes, et que sa nature humaine est unie à la nature divine ? D’abord on peut dire que le Seigneur veut nous montrer précisément qu’Il est vraiment humain comme nous (et que tous les hommes peuvent être tentés). Saint Thomas d’Aquin (suivant les pères de l’Eglise) nous donne plusieurs raisons, nous en prendrons quelques-unes :

Il l’a fait pour notre sauvegarde, afin que personne, si saint qu’il soit, ne se juge en sécurité et à l’abri de toute tentation. Plus, il a voulu être tenté après le baptême, parce que comme dit S. Hilaire.  » les tentations du diable s’acharnent surtout contre les sanctifiés, car c’est sur les saints que le diable désire le plus remporter la victoire « . D’où la parole de l’Ecclésiastique (2, 1).  » Mon fils, si tu entreprends de servir Dieu, demeure dans la justice et la crainte, et prépare ton âme à la tentation. »

Saint Jean Chrysostome est aussi très clair sur cette aspect : « Qui que vous soyez, ne vous troublez point si après le baptême vous vous trouvez exposés à de plus fortes tentations. Ce n’est pas pour rester oisif, mais pour combattre que Dieu nous a revêtus d’une armure divine. Il ne défend pas – la tentation d’approcher de vous, pour vous apprendre :  premièrement que vous êtes devenu beaucoup plus fort ; deuxièmement – que la grandeur des grâces que vous avez reçues n’est pas pour vous un principe d’orgueil ; troisièmement de faire connaître par expérience au démon que vous avez rompu entièrement avec lui ; quatrièmement à augmenter la force dont vous êtes revêtu ; cinquièmement à vous donner une juste idée du trésor qui vous est confié (cf. 2 Co 4, 7), car le démon ne viendrait pas pour vous tenter, s’il ne vous voyait élevé à une plus grande dignité. »

Nous devons savoir en plus, que la tentation n’implique pas nécessairement une imperfection morale (une faiblesse) de la part de la personne qui est tentée ; dans le cas contraire, le Seigneur n’aurait pas pu être tenté. En effet, la tentation peut avoir deux origines, la première, à cause de la perversion de nos appétits naturels (elle est interne à l’homme), mais il y a aussi une tentation qui vient du dehors, elle se fait par la suggestion de quelqu’un d’autre. Cette dernière est celle que le Christ a souffert, une suggestion qui cherchait essentiellement à lui faire abandonner sa mission divine et son œuvre messianique. Alors, cette tentation qui vient du dehors ne nous affaiblit pas nécessairement le caractère, au contraire, lorsque cette tentation est vaincue, elle nous procure une opportunité de grandir dans notre sainteté.

Par rapport aux tentations du Seigneur, il faut tout d’abord considérer trois points pour pouvoir comprendre la façon dont le démon fait son travail de tentateur :

  • Le diable ne savait pas avec exactitude que Jésus était le Fils de Dieu, parce c’est évident que si le démon le savait, jamais il n’aurait tenté le Christ.
  • Le Seigneur se laisse tenter comme homme, non comme Dieu. Et il va vaincre les tentations comme homme et non avec le pouvoir et l’autorité divine.
  • Le diable tente le Christ en tant qu’un homme spirituel, un homme avancé dans la vie spirituelle, parce que le démon voit en lui une perfection très élevé. Satan avait vu quelqu’un qui venait de finir un jeûne de quarante jours et qui brûlait d’amour dans ses dialogues de prières avec Dieu le Père. Le diable tente selon la hauteur spirituelle de cet homme religieux, et les trois suggestions seront surtout par rapport à l’orgueil et à la superbe.

Chaque tentation, nous pouvons le dire, se répète chez les disciples de Jésus et les trois reviennent d’une façon ou autre dans l’Eglise, pour bien comprendre, chez les membres de l’Eglise.

Mais, arrêtons-nous pour saisir le sens théologique de chaque tentation.

 La première des trois tentations a été celle de transformer les pierres en pain. Et qu’est-ce que le démon est en train d’y chercher ? Il cherche à faire de Jésus juste un réformateur social plutôt qu’un Rédempteur, un boulanger plutôt que le Sauveur de l’humanité. Combien de fois, nous avons vu et on voit encore des gens qui pensent que l’Eglise doit améliorer la situation sociale de l’homme mais sans parler de la régénération spirituelle par le baptême et la vie de la grâce, c’est-à-dire la conversion. Satan voulait convaincre le Seigneur d’abandonner la croix et de devenir un chef social du peuple, capable de remplir les ventres au lieu d’alimenter les âmes. Faire une religion qui supprime les souffrances mais qui laisse les hommes dans le péché, une religion facile sans sacrifice, sans renoncement, une religion adaptée à ce que le monde proclame dans ce dogme, une religion des sens, mais pas d’esprit. Et c’est – cela la réponse de notre Seigneur. C’est aussi la tentation (très répandue dans certains milieux) de se procurer des choses matérielles à travers la religion (ceux qui font du sacerdoce une carrière, les prêtres guérisseurs pour l’argent).

Avec  la deuxième tentation le diable cherche à faire de Jésus un phénomène de spectacle. « Les gens sont toujours en train de chercher les nouveautés, ils détestent la monotonie des choses. Il faut -dit le diable- leur donner ce qui peut les entretenir (une messe show, une messe avec la musique-rock pour attirer les jeunes), mais il ne faut pas parler à leur conscience, qu’ils restent dans le péché c’est mieux pour moi ». Comme ces prêtres qui pensent parfois que faire des exorcismes et des guérisons est plus important que célébrer la messe et confesser les péchés. « Jette-toi en bas » dit Satan, mais le Seigneur nous dit de monter, monter sur la croix. Pendant que le diable nous propose la distraction mondaine, Dieu nous commande le sacrifice, l’abnégation. Observons  que pendant la Passion, le Seigneur ne fait aucun miracle pour se sauver.

Par rapport à la dernière tentation, le diable essaie d’éloigner le Seigneur de la croix tout en proposant la coexistence entre le bien et le mal. Il offre à notre Seigneur le monde avec une condition : l’adorer. Mais l’adoration implique évidemment un service : le service de faire que le monde soit toujours sous le règne du péché. Le royaume que le Seigneur venait établir ne serait qu’une continuation de l’ancien, où le diable commandait. En définitif, le diable propose à Jésus de dominer le monde avec la condition de ne pas le changer, de dominer les hommes sans qu’ils ne changent jamais ni se convertissent. Mais là, le Seigneur est plus fort dans sa réponse, parce que ce n’est pas Lui qui est le objet de la tentation, c’est la Gloire de son Père qui mérite que le diable soit définitivement chassé.

Pour finir, écoutons l’enseignement du grand saint Augustin qui prêchait ainsi à ses fidèles :

« Dans le Christ, c’est toi qui étais tenté, parce que le Christ tenait de toi sa chair, pour te donner le salut ; il tenait de toi la tentation, pour te donner la victoire. » (Sermon sur le ps. 60)

Si le Seigneur est le modèle, Il devait nous apprendre donc la façon d’arriver à la sainteté tout en triomphant de la tentation. Parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve (Heb 2,18).

« Heureux l’homme (nous dit saint Jacques) qui supporte l’épreuve avec persévérance, car, sa valeur une fois vérifiée, il recevra la couronne de la vie promise à ceux qui aiment Dieu » (Jaques 1, 12).

Demandons la grâce à la très sainte Vierge Marie, de toujours vaincre la tentation avec l’aide de son Fils.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné