Archives par mot-clé : Volonté Divine

« Est-ce que Dieu pouvait abandonner son Fils ? »

Nous sommes arrivés à la Semaine la plus importante pour l’Eglise, et pour cela nous l’appelons du nom de Semaine Sainte.

Le dimanche qui l’ouvre a reçu au cours de l’histoire, le nom « Dimanche de Rameaux », d’après le rite de la bénédiction et de la procession de Rameaux dont nous avons commencé la messe. Ce dimanche est aussi appelé Dimanche de la Passion, tout d’abord parce que l’Eglise nous fait écouter les évangiles de Passion de Notre Seigneur (cette année d’après saint Marc), mais aussi parce que les lectures et les autres textes de la messe nous aident à revivre, à participer d’une façon plus intime à la souffrance de notre Seigneur, comme le dit saint Paul, en contemplant le mystère de la croix « que toute langue proclame : ‘ Jésus Christ est Seigneur’ ».

Lorsque nous contemplons la Passion, nous sommes conscients que c’est pour nous que le Seigneur marche à sa Passion, plus précisément pour nos péchés. Dieu l’avait déjà révélé depuis l’origine de l’histoire humaine : le Messie devait souffrir pour nos péchés.

De manière admirable le prophète Isaïe entrevoyait cela entre les images voilées du mystère qu’il contemplait, plus de sept siècles avant la naissance de Jésus : « c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous » Isaïe 53, 5-6.

Saint Paul exposera cette vérité, déjà accomplie pour lui et pour les chrétiens à travers une belle image : Le Christ a effacé le billet de la dette qui nous accablait en raison des prescriptions légales pesant sur nous : il l’a annulé en le clouant à la croix.

Mais, nous pouvons nous poser une première question aujourd’hui : Si le Dieu le Père pouvait épargner de la Passion à son Fils, pour quoi ne l’a-t’ Il pas fait ? Nous avons entendu le cri de notre Seigneur avant sa mort qui Le montrait dans une grande angoisse : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Est-ce que Dieu pouvait abandonner son Fils ?

D’abord, nous devons dire que Notre Seigneur n’a jamais cessé d’être Dieu durant sa Passion, parce qu’Il est la Deuxième Personne de la Trinité, le Fils, Dieu qui ne peut pas être écarté de Dieu. Mais cette personne Divine a pris la nature humaine, de façon à ce que Celui qui subissait la mort sur la croix fût Dieu et homme au même temps.

Alors, le Christ qui a voulu souffrir toutes les conséquences du péché a souffert aussi cette solitude amère que souffre toute âme lorsqu’elle s’éloigne de Dieu, Dieu m’a laissé parce que j’ai voulu Le laisser d’abord.

Dans sa Passion, la Divinité était pourtant toujours présente dans le Corps et l’Ame de Jésus, mais cachée, laissant sa nature humaine souffrir comme seule, sans la consolation de savoir que Dieu était Présent en elle.

Mais nous pouvons dire que ce cri est le début d’une prière, c’est le psaume que nous avons chanté avant la deuxième lecture et l’évangile, le ps. 21 :   « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Une prophétie, qui commence avec la souffrance mais si nous le relisons on voit qu’il chante à la fin ce triomphe : « Tu m’as répondu ! Et je proclame ton nom devant mes frères, je te loue en pleine assemblée ». « Tu m’as répondu ! » Le Christ pensait à sa Résurrection, ce psaume devenait un chant de consolation plutôt que de douleur pour Lui.

Malgré ce que nous venons de dire, nous avons encore une vérité à assumer, car selon ce que saint Paul a écrit (Rm 8, 32) :  » Dieu n’a pas épargné son Fils unique, mais il l’a livré pour nous tous « .

Est-ce donc le Père qui a livré le Christ à la Passion ?

Saint Thomas d’Aquin répond : « Il est impie et cruel de livrer un homme innocent à la passion et à la mort contre sa volonté. » Mais ce n’est pas ainsi que le Père a livré le Christ, mais en lui inspirant la volonté de souffrir pour nous. Par là on constate tout d’abord la sévérité de Dieu qui n’a pas voulu remettre le péché sans châtiment, ce que souligne l’Apôtre (Rm 8, 32) :  » Il n’a pas épargné son propre Fils  » ; et aussi sa bonté en ce que l’homme ne pouvant satisfaire en souffrant n’importe quel châtiment, il lui a donné Quelqu’un (son Fils) qui le satisferait pour lui, ce que l’Apôtre a souligné ainsi :  » Il l’a livré pour nous tous.  » Et il dit (Rm 3, 25) :  » Lui dont Dieu a fait notre propitiation par son sang. « 

Il y a donc trois façons par lesquelles Dieu le Père a livré le Christ à la passion:

Selon Sa volonté éternelle, Il a ordonné par avance la passion du Christ pour la libération du genre humain, selon cette prophétie d’Isaïe (53, 6) :  » Le Seigneur a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.  » Et il ajoute :  » Le Seigneur a voulu le broyer par la souffrance. « 

Il lui a inspiré la volonté de souffrir pour nous, en infusant en lui la charité, l’amour. Aussi Isaïe ajoute-t-il  » Il (le prophète parle de Jésus) s’est livré en sacrifice parce qu’il l’a voulu. « 

Le Père ne l’a pas mis à l’abri de la passion, mais il l’a abandonné à ses persécuteurs. C’est pourquoi il est écrit (Mt 27, 46) que, sur la croix, le Christ disait :  » Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?  » Parce que, remarque S. Augustin « Dieu a abandonné le Christ à ses persécuteurs. »

Mais bien que le Père ait voulu livrer le Fils, l’amour n’y est jamais obligé, l’amour est libre. C’était aussi la volonté de Son Fils de vouloir souffrir pour nous : (Jn 10, 18) :  » Personne ne me prend ma vie, c’est moi qui la donne. « 

De quelle façon a t’Il accompli cela dans Sa Passion ? Au moment où Il n’a pas évité les souffrances, mais où Il les a acceptées pour nous. « Le Christ n’a pas écarté de son propre corps les coups qui lui étaient portés, mais a voulu que sa nature corporelle succombe sous ces coups, on peut dire donc que le Christ a donné sa vie ou qu’il est mort volontairement ».

Et pour montrer que la passion qu’il subissait par violence ne lui arrachait pas son âme, le Christ a gardé sa nature corporelle dans toute sa force ; ainsi, en ses derniers instants, Jésus a poussé un grand cri ; c’est là un des miracles de sa mort. D’où la parole de Marc(15, 39):  « Le centurion qui se tenait en face, voyant qu’il avait expiré en criant ainsi, déclara : « Vraiment cet homme était le Fils de Dieu ! » »

Il y a eu encore ceci d’admirable dans la mort du Christ, qu’il mourut plus rapidement que les autres hommes soumis au même supplice. Selon la Passion selon S. Jean (19, 32) on  » brisa les jambes  » de ceux qui étaient crucifiés avec le Christ  » pour hâter leur mort  » : mais  » lorsqu’ils vinrent à Jésus, ils virent qu’il était déjà mort et ils ne lui rompirent pas les jambes « . D’après S. Marc (15, 44),  » Pilate s’étonna qu’il fût déjà mort « . De même que, par sa volonté, sa nature corporelle avait été gardée dans toute sa vigueur jusqu’à la fin, de même c’est lorsqu’il le voulut qu’il céda aux coups qu’on lui avait porté.

Dans ce jour où nous commençons cette Semaine Sainte, demandons à la Sainte Vierge qu’elle nous accompagne dans la méditation et la contemplation de la Passion de son Fils pour vivre avec Lui la joie de la Résurrection.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

Il a voulu faire ce qu’il a demandé à tous de faire

Fête du Baptême de Notre Seigneur

Avec la fête du Baptême de Notre Seigneur l’Eglise conclut le temps de Noël, et ouvre au même moment un temps liturgique, le temps durant l’année, temps ordinaire. Ce temps comprend quelques dimanches  jusqu’au Carême et les autres qui se trouvent après la Pentecôte jusqu’à la fête du Christ Roi, en novembre.

Ce mystère que nous contemplons est au début de ces trois années de vie publique du Christ, c’est-à-dire de la prédication de la Bonne Nouvelle.

Nous avons écouté le récit de Saint Marc, qui le raconte avec toute simplicité.

Nous pouvons nous demander pourquoi le Seigneur a voulu se faire baptiser, si en fait ce baptême était pour les pécheurs, c’était un signe de pénitence ; et notre Seigneur n’avait pas de péché ? On peut donner à cette question trois réponses.

La première réponse nous la trouvons dans un commentaire de Saint Ambroise,  » le Seigneur fut baptisé non pour être purifié mais pour purifier les eaux, afin que, purifiées par la chair du Christ, qui n’a pas connu le péché, elles aient le pouvoir de baptiser « .

Mais, il y a une deuxième raison et c’est que le Seigneur, vrai homme qu’il est, voulait purifier la nature humaine à travers ce baptême, selon Saint Jean Chrysostome,  » bien qu’il n’a pas été pécheur lui-même, il a pris une nature pécheresse et une chair semblable à la chair du péché. C’est pourquoi, bien qu’il n’ai pas eu besoin du baptême pour lui, la nature charnelle des autres en avait besoin « . Et, dit aussi S. Grégoire de Nazianze  » le Christ fut baptisé afin d’engloutir dans l’eau le vieil Adam tout entier « .

Et la troisième raison nous la recevons de Saint Augustin qui disait : Il a voulu être baptisé parce qu’il a voulu faire ce qu’il a demandé à tous de faire « . Comme déclare aussi Saint Ambroise la justice, c’est que l’on fasse le premier ce que l’on veut que les autres fassent, et qu’on les entraîne par son exemple.  » Jusque-là ce sont ce qu’on appelle les raisons de convenance théologique.

Mais dans le fait du baptême du Seigneur, il y a un aspect qui n’est pas souvent médite par les chrétiens ; il est vrai que cet épisode de l’évangile marque le début de sa vie publique, mais il indique aussi, il signale à travers quelques signes symboliques quelle est la mission du Rédempteur, évidement c’est le fait de racheter les hommes par son sacrifice sur la croix.

Prenant l’idée de Saint Jean Chrysostome énoncée plus haut, nous pouvons dire que le Seigneur s’avance avec la foule des pécheurs qui venaient se faire baptiser, parce qu’Il avait pris l’humanité, l’humanité affectée par le péché ; Il est devenu l’un de nous, semblable à nous en toute chose sauf dans le péché. Mais Il en avait pris toute la charge et Saint Paul dira pour cela que le Christ s’est fait péché, dans le sens d’assumer librement, tout en étant innocent, notre faute, notre condamnation.

Les évangélistes rapportent avec quelques variations les paroles prononcées par le Père, cette voix venue du Ciel « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve toute ma complaisance. ».

Elles sont pour ainsi dire une combinaison de deux prophéties de l’Ancien Testament (comme il arrive souvent dans les évangiles, et évidement ce n’est pas par hasard), la première partie c’est le Psaume 2, un psaume messianique : « L’Eternel m’a dit : Tu es mon fils! Je t’ai engendré aujourd’hui ». L’autre partie de cette phrase c’est le début d’un chant biblique du prophète Isaïe, c’est le chant au Serviteur qui vient libérer le peuple de l’oppression, « Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ; aux nations, il proclamera le droit. » Alors, quel est le distinctif de ce serviteur dont parle le Prophète ? Cela signifie qu’Il doit réaliser la volonté du Père, réaliser le dessein de Dieu, et pour cela la mission de ce serviteur sera une mission de souffrance.

Un deuxième signe c’est le fait voir les cieux se déchirer comme dit Saint Marc, c’est aussi une prophétie d’Isaïe, cela montre que le Seigneur Dieu vient en aide de son peuple. Et finalement, la descente sur Lui de l’Esprit Saint sous la forme d’une colombe ; la colombe était depuis les origines symbole de la présence divine, ce n’était pas un signe méconnu pour le peuple. Mais il y avait encore une autre signification, plus profonde et qui faisait relation au sacrifice qu’on devait offrir dans le temple pour racheter les enfants ainés, comme nous le voyons dans l’enfance du Seigneur : pour les grands riches le sacrifice était un taureau, pour ceux qui pouvaient un agneau, mais pour les pauvres on leur exigeait seulement le sacrifice d’une colombe (c’était le cas de Marie et Joseph). Chaque fois qu’un juif voyait soit un agneau soit une colombe, cela le faisait penser de façon immédiate au sacrifice du temple pour le rachat des enfants.

Alors, beaucoup ont dit, et dissent encore que Notre Seigneur ignorait quelle était sa mission au début de sa vie, qu’Il l’a compris après ; avec le temps et comme résultat de ce que les gens disaient de Lui, Il s’est rendu compte de sa vocation et de sa mission. Cette opinion est évidement fausse.

Le Seigneur connaissait comme homme quelle était sa mission depuis sa conception, comme dit la lettre aux Hébreux : en entrant dans le monde, le Christ dit : Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre.

Quelqu’un a écrit une fois : « tout homme spirituellement sain porte en soi même une nécessité essentielle d’être ici dans ce monde pour quelque chose, pour quelqu’un. Dans ce monde il y a eu beaucoup de vies sans un véritable but, vide de tout esprit, Jésus-Christ sait que sa vie a un sens, une direction, en fin Il est conscient de sa « vocation », son « appel ». Sa mission est toujours devant ses yeux pour ainsi dire, c’est d’elle qu’Il prend des forces pour affronter les adversités, la fatigue, les souffrances, la persécution.

Il est sûr de sa vocation, n’a pas de doute ; déjà dans les premières années Il le proclame convaincu dans le temple, lorsqu’Il dit à la Vierge et à Saint Joseph : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » (Lc. 2,49). Cette idée va l’accompagner toute sa vie, Il dira après sa Résurrection : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. ». Et avant de remettre son Esprit au Père, Jésus prononce ces paroles définitives : « Tout est accomplis »  (Jn. 19,30).

Evidement qu’Il a toujours compris aussi en quoi consistait sa mission, Il vient dans ce monde pour le racheter, pour sauver, Il sait qu’il est le Messie venu pour servir : (Mt. 20,28) le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. Mais ce royaume spirituel qu’il doit fonder ne se fera qu’avec le sacrifice de sa Vie.

Dans la prière collecte, la prière d’ouverture que nous avons prié tout à l’heure fait une étroite relation entre la mission du Seigneur et la nôtre, nous avons demandé comme fils adoptifs de Dieu que nous sommes par notre Baptême la grâce de nous garder dans la sainte Volonté du Père. A la très sainte Vierge Marie nous demandons cette grâce.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné