Archives par mot-clé : Baptême

« La paix sur la terre ? Non, mais bien plutôt la division »

Homélie pour le Dimanche XX, année C. Évangile de saint Luc 12, 49-53

Au centre de l’évangile de ce dimanche il y a une expression du Seigneur qui peut nous étonner et qu’il faut bien comprendre. « Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, mais bien plutôt la division ».

Nous devons nous rappeler avant tout, que Jésus est toujours en chemin spirituel vers Jérusalem, vers sa Pâque, vers la croix. Le Seigneur est donc encore plus clair avec les exigences qu’implique le fait de Le suivre, le fait d’être ses disciples. En même temps, Il est conscient que son heure s’approche, c’est-à-dire le moment de sa Passion.

Mais avant de commencer avec la méditation sur l’évangile de ce dimanche, nous allons tout d’abord revenir sur la première lecture.

Il s’agit d’un moment très difficile de la vie du prophète Jérémie, la lecture dit « pendant le siège de Jérusalem »  (Jr 38, 4-6.8-10) . En vérité, toute la vie de ce prophète n’était pas facile. Il a été envoyé par Dieu pour prêcher contre sa propre volonté le malheur que subira son peuple à cause de son infidélité à Dieu. La charge de sa mission sera tellement grande que Jérémie arrivera à détester le fait d’avoir été conçu : « Malheur à moi, ô ma mère ! Pourquoi m’avoir enfanté, moi qui suis un élément de contestation et de dispute pour tout le pays ? Je ne suis le créancier ni le débiteur de personne, et pourtant tout le monde me maudit ! ».   

Dans la lecture d’aujourd’hui, Jérémie est enfermé dans une citerne pleine de boue à cause du fait de ne pas vouloir prophétiser en faveur de son roi (ce qui impliquait le fait de dire un mensonge) et d’annoncer par contre, la ruine de sa ville (ce qui se passera vraiment).

Dieu avait permis le siège de Jérusalem à cause des péchés d’idolâtrie de son peuple. Et c’est le prophète qui exhorte le peuple à se rendre à l’envahisseur et à partir en exil. Cela est compris par ses compatriotes comme un acte de trahison de la part de Jérémie ; mais c’est Dieu qui ordonne de faire cela dans sa Providence pour éviter un mal plus grand, ce qui arrivera effectivement car ils n’écouteront pas Jérémie. Le prophète annonce donc que la ville sera saccagée et beaucoup de ses habitants mourront par l’épée à cause de ne pas avoir écouté la Parole de Dieu.

Il est finalement et à cause de ses prophéties, condamné à la mort, bien qu’un officier éthiopien demandera au roi de lui sauver la vie.

Alors, en plus d’être prophète, Jérémie est aussi image de Notre Seigneur Jésus-Christ. Sa personne prophétise ce que le Seigneur viendra accomplir dans ce monde. Mais Jérémie n’est pas seulement l’image du Messie, il est aussi image de chaque chrétien. Dans quel sens ?

Dans le sens que le chrétien doit aussi rencontrer des hostilités dans ce monde, il est la plupart du temps à contre-courant, dire la vérité et surtout vivre la vérité, ce qui es la même chose que dire vivre en plénitude l’évangile, implique souvent prêcher comme « du malheur pour ce monde », ne pas être d’accord avec le péché et l’exprimer implique toujours une persécution ; comme Jérémie qui se fait persécuter à cause de prêcher ce qui allait arriver à une ville qui pensait s’en sortir sans Dieu  tout en continuant à vivre dans le péché. En plus, l’attitude du roi est très semblable à celle de Pilate au moment de la condamnation de Notre Seigneur : « Il est entre vos mains », dit à ceux qui accusent le prophète, « le roi ne peut rien contre vous ! ». Pensons combien de chrétiens ont été condamnés et sont encore condamnés sans que la justice humaine qui devrait toujours défendre l’innocent, ne fasse rien et se montre impuissante devant le pouvoir du mal.

Maintenant revenons au texte de l’évangile. Chaque phrase mérite son commentaire, et pour cela nous devons relire ce que les pères de l’Eglise ont médité et on comprit par l’aide de l’Esprit Saint dans ces paroles du Christ.

Nous avons écouté que Notre Seigneur parle d’un feu et d’un baptême, d’un feu qu’il a lui-même porté et qu’Il désire qu’il soit déjà allumé ; c’est le feu du véritable amour de Dieu, cet amour qui est authentique. Selon un père de l’église : « c’est le feu salutaire et utile qui embrase d’ardeur, pour la vie de la piété, les habitants de la terre qui sont froids, et comme éteints sous les glaces du péché ». « Cette terre dont parle le Sauveur, dit saint Jean Chrysostome, n’est pas celle que nous foulons aux pieds, mais celle que Dieu a formée de ses mains, c’est-à-dire l’homme à qui Dieu inspire un feu tout divin pour détruire ses péchés et renouveler son âme. » En définitive, Jésus est venu apporter le feu de la conversion totale, l’image qui nous est très probablement le feu de la Pentecôte et c’est précisément ce Feu de Dieu qui vient rappeler tout ce que Jésus a dit et qui vient pousser les disciples du Christ à la proclamation de l’Evangile sachant qu’ils seront persécutés à cause de cela.

Ce feu viendra, mais il faut que le Seigneur reçoit d’abord « un baptême » comme dit le texte. De quel baptême parle-t-il ? Il avait déjà reçu au début de son ministère le baptême de saint Jean Baptiste. 

En effet, ce que le texte grec dit littéralement c’est : « je dois être baptisé d’un baptême ». Le verbe « baptizein » veut dire immerger et pour cela avant surtout, le sacrement du baptême était par immersion. Mais le verbe peut être utilisé aussi de façon métaphorique. Il s’agit ici plutôt de celui qui est immergé dans une situation difficile, Jésus parle évidement de sa passion, il doit entrer dans la Passion, ou plutôt, vivre sa Pâque.

« Quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! » cette expression du Seigneur a besoin d’être bien comprise, car Il ne parle pas d’une angoisse de tristesse, comme si affronter la mort lui causait de la tristesse, c’est plutôt une tension, un désir d’arriver à ce moment, qu’il soit déjà là pour le faire. Comme lorsque nous devons accomplir une mission et que nous voudrions déjà la réaliser. Pour le Seigneur, il s’agit de donner sa vie en rançon pour une multitude, bien que cela implique pour Lui sa passion et sa mort. « ‘Je dois être baptisé d’un baptême’, c’est-à-dire ‘je dois être d’abord comme inondé de mon propre sang avant d’embraser les cœurs des fidèles du feu de l’Esprit Saint’ explique un autre père de l’Eglise, saint Bède.

Et nous arrivons ainsi à la phrase centrale du texte. « Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non »

Nous pouvons penser que Celui qui s’exprime avec ces paroles est Celui qui a été salué à sa naissance avec les paroles « Paix sur la terre aux hommes » et qu’Il est le Prince de la paix selon le prophète Isaïe. 

« Toute personne connaissant un minimum l’Évangile du Christ sait qu’il s’agit d’un message de paix par excellence ; Jésus lui-même, comme écrit saint Paul, « est notre paix » (Ep 2, 14), mort et ressuscité pour abattre le mur de l’inimitié et inaugurer le Royaume de Dieu qui est amour, joie et paix.

Comment expliquer alors ces paroles ? À quoi le Seigneur se réfère-t-il lorsqu’il dit être venu apporter – selon le récit de saint Luc – la « division », ou – selon celui de saint Matthieu – « l’épée » (Mt 10, 34) ?

Cette expression du Christ signifie que la paix qu’Il est venu apporter n’est pas synonyme d’une simple absence de conflits. Au contraire, la paix de Jésus est le fruit d’un combat permanent contre le mal. La lutte que Jésus mène avec détermination n’est pas une lutte contre des hommes ou des puissances humaines, mais contre l’ennemi de Dieu et de l’homme, Satan. Celui qui veut résister à cet ennemi en restant fidèle à Dieu et au bien, doit nécessairement faire face à des incompréhensions et parfois à de véritables persécutions. Par conséquent, ceux qui entendent suivre Jésus et s’engager pour la vérité sans faire de compromis, doivent savoir qu’ils rencontreront des oppositions et deviendront, malgré eux, signe de division entre les personnes, y compris au sein de leurs propres familles. L’amour pour les parents est bien un commandement sacré mais on ne doit jamais le placer avant l’amour de Dieu et du Christ si l’on veut le vivre de manière authentique. »

Il s’agit donc de voir quelles sont la paix et l’unité que Jésus est venu apporter dans ce monde et quelles sont la paix et l’unité qu’Il est venu abolir. Il est venu apporter la paix et l’unité qui conduisent à la vie éternelle et enlever cette paix et cette unité fausses et apparentes qui ne font qu’assoupir les consciences et amener l’humanité vers sa ruine. Un « chrétien » qui soit d’accord avec une société et un système politique qui approuve les lois contre la vie, des lois qui proclament licites les désordres de la nature, en accord avec une société gouvernée par le relativisme, qui dise que toute croyance ou religion est authentique et vraie, qui mette tout finalement dans le même rang, ne peut pas être considéré comme un vrai disciple du Christ.   

La paix du Christ n’est pas une paix inconsistante et apparente, mais réelle, poursuivie avec courage et persévérance dans l’engagement quotidien à vaincre le mal par le bien (cf. Rm 12, 21) et en payant personnellement le prix que cela comporte.

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix », nous répétons toujours cela à la messe, mais le Seigneur en ajoute « ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne » (Jn. 14,27). 

Nous devons savoir finalement que l’essentiel de l’Evangile c’est la fidélité au Christ, et que cela est au-dessus de toutes les autres priorités de ce monde. Si le Seigneur a dit qu’Il est venu apporter une séparation cela commence dans le cœur de chacun de nous, nous séparer de ce qui ne peut pas m’unir à notre Seigneur.

Alors, comme dit la deuxième lecture de ce dimanche « Débarrassés de tout ce qui nous alourdit – en particulier du péché qui nous entrave si bien –, courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi. » Demandons cette grâce à la très Sainte Vierge Marie.

P. Luis Martinez IVE.

Le don du BAPTÊME et ma LIBERTÉ

Fête du Baptême du Seigneur

Avec la fête liturgique du Baptême du Seigneur, s’achève le temps de Noël.

Il y a un grand lien entre avec le mystère de Noël, surtout avec celui de l’Epiphanie, que nous avons célébrée la semaine dernière, et son Baptême, et pour cette raison nous en faisons mémoire ce dimanche. Car dans le mystère de l’Epiphanie, l’Enfant Jésus est révélé à tous les peuples, dans la personne des mages ; dans le mystère du Baptême Jésus est révélé à son peuple. Il est aussi manifesté, maintenant par la voix du Père et par la vision de l’Esprit Saint sous la forme d’une colombe.

Ecoutons ensemble les belles paroles du Pape Benoît sur ce mystère que nous célébrons aujourd’hui (homélie, 10 janvier 2010): 

« Sur les rives du Jourdain, Jésus se présente avec une extraordinaire humilité, qui rappelle la pauvreté et la simplicité de l’Enfant déposé dans la crèche, et anticipe les sentiments avec lesquels, au terme de ses jours terrestres, il arrivera à laver les pieds des disciples et subira l’humiliation terrible de la croix.

Tandis que, recueilli en prière, après le baptême, il sort de l’eau, les cieux s’ouvrent. C’est le moment attendu par la foule des prophètes. « Ah! si tu déchirais les cieux et descendais », avait invoqué Isaïe (63, 19). A ce moment, semble suggérer saint Luc, cette prière est exaucée. En effet, « le ciel s’ouvrit et l’Esprit Saint descendit sur lui » (3, 21-22); on entendit des paroles jamais entendues auparavant: « Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute ma faveur » (cf. v. 22). Jésus, en remontant des eaux, comme l’affirme saint Grégoire de Nazianze, « voit se déchirer et s’ouvrir les cieux, ces cieux qu’Adam avait fermés pour lui et pour toute sa descendance » (Discours 39 pour le Baptême du Seigneur, pg 36).»

Pour quoi le Seigneur a voulu se faire baptiser ? Il est évident qu’Il n’avait pas besoin de se convertir, il n’y avait pas de péché dans son âme très pure. Saint Thomas d’Aquin donne pourtant trois raisons pour pouvoir comprendre un peu ce mystère, nous résumons les deux premières : d’abord, parce que le Seigneur a purifié à travers son baptême toutes les eaux du monde, Il les laisse sanctifiées pour ceux qui seraient baptisés dans la suite. La deuxième c’est parce que le Seigneur a pris une nature pécheresse et une chair semblable à la chair du péché. C’est pourquoi, bien qu’il n’eût pas besoin du baptême pour lui, la nature charnelle des autres en avait besoin.

Alors la troisième raison est aussi intéressante, ici, Saint Thomas prenant une citation de saint Augustin affirme que Jésus se fait baptiser  » parce qu’il a voulu faire ce qu’il a demandé à tous de faire ». Et complète après cet argument avec celui de saint Ambroise : « la justice, c’est que l’on fasse le premier ce que l’on veut que les autres fassent, et qu’on les entraîne par son exemple. »

En effet, Jésus dit à ses disciples avant son ascension (Mt. 28, 19-20) : « De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé ».

Alors, voyons bien que le Seigneur dit que pour être son disciple il faut le baptême au nom de la Trinité, c’est-à-dire le baptême qu’on doit recevoir pour être chrétien. Comme nous le savons aussi, le baptême efface de nos âmes le péché originel et tous les autres péchés commis volontairement et nous ouvre les portes du Ciel, en nous faisant dans cette vie d’authentiques membres de l’Eglise et héritiers de la vie éternelle. Le mot baptême vient du verbe baptiser (en grec baptizein) et signifie  » plonger « ,  » immerger « , c’est le rite central qui réalise, qui produit ce sacrement ; la  » plongée  » dans l’eau symbolise l’ensevelissement du catéchumène dans la mort du Christ d’où il sort par la résurrection avec lui (cf. Rm 6, 3-4 ; Col 2, 12), comme  » nouvelle créature  » (2 Co 5, 17 ; Ga 6, 15). Le baptême signifie le lavement de l’âme et pour cela depuis des siècles, au lieu d’immerger totalement  la personne, l’Eglise indique qu’on lui verse le plus souvent  de l’eau, principalement sur la tête, en récitant la formule trinitaire.

Alors, dans notre époque où la foi est en crise, il est aussi malheureux de voir comment les personnes nées dans un contexte chrétien (soit grâce à la famille, soit grâce au pays) ne veulent pas  accorder le sacrement du baptême ou pire encore, ne donnent pas ce sacrement aux enfants, surtout aux nouveaux nés ; on parle évidement des personnes nées dans un milieu chrétien.

Même s’il ne s’agit pas là d’un acte d’apostasie, c’est-à-dire d’un renoncement volontaire à la foi chrétienne, ce problème existe aussi et c’est aussi un grand problème de notre époque, surtout dans les pays d’ancienne tradition chrétienne.

On parle ici de cet esprit d’indifférence chez les adultes, qui considèrent que le baptême est un simple acte social, où la personne commence à faire partie de la société visible de l’Eglise ; cela se trouve aussi chez les personnes qui pensent qu’il est plus important le fait de croire au Christ que de recevoir un rite matériel. Par rapport au baptême des enfants, l’argument le plus connu c’est le respect de la liberté de l’enfant, de ne pas lui imposer quoi que ce soit, de laisser le temps pour qu’il choisisse lorsqu’il aura l’âge de pouvoir discerner.

D’abord, parce que le baptême n’est pas simplement un acte externe symbole de notre conversion, mais qu’il est surtout nécessaire pour notre salut éternel.

Parce que c’est notre Seigneur qui l’a dit et si j’ai la foi en Lui je dois considérer comme une vérité cette phrase : « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé » Mc 16,15 ; ici on voit que n’est pas suffisant le fait de croire, il faut aussi se faire baptiser. Le Seigneur dit aussi (Jn 3,5) : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu ». Nous voyons dans cette affirmation du Seigneur qu’il est important renaitre et de l’eau et de l’Esprit, Il ne dit pas seulement de l’Esprit, Il dit aussi de l’eau qui signifie le baptême.

Tout chrétien sait que Jésus-Christ est l’unique Sauveur. Cela est essentiel, mais il est un important de savoir aussi comment le Christ sauve, quel est le moyen qu’Il utilise.

Imaginons que je soie malade et que je connaisse parfaitement le médicament que je dois prendre, ce médicament est le seul à me rendre la santé : il ne me sert à rien de le connaître si je ne le prends pas ; je pourrais me sauver peut être sans prendre ce médicament, mais de façon extraordinaire. Pour quoi choisir un moyen extraordinaire lorsque Dieu me montre un chemin ordinaire et facile à suivre ? Parce que, en vérité, les choses extraordinaires ne se produisent que rarement.  

Dans la bible, Dieu sauve Noé et sa famille du déluge, mais Il les sauve en les faisant monter dans un bateau qu’Il leur a fait construire ; une chose matérielle, une arche, mais que Dieu a choisie comme le moyen de salut.

Dans la parabole des dix vierges (Mt. 25, 1) toutes connaissent l’Epoux, mais ce sont celles qui ont fait ce qu’il fallait faire qui peuvent entrer dans les noces, aux autres le Seigneur leur dit « je ne vous connais pas ».

Par rapport au baptême des petits enfants, la pratique de les baptiser est une tradition immémoriale de l’Église. Elle est attestée explicitement depuis le deuxième siècle. Il est cependant bien possible que, dès le début de la prédication apostolique, lorsque des  » maisons  » entières ont reçu le Baptême (cf. Ac 16, 15. 33 ; 18, 8 ; 1 Co 1, 16), on ait aussi baptisé les enfants.

L’Eglise réalise le baptême des enfants sachant que le fait d’être chrétien est un don gratuit de Dieu. Il nous a aimé le premier, avant que nous ne fassions quelque chose pour Lui. Penser que Dieu se communique seulement à travers une foi consciente ou bien penser que Dieu doit toujours avoir notre accord pour agir, serait limiter son pouvoir. Dieu n’exige rien de notre part pour révéler son amour.

Pensons que dans l’ordre naturel, chaque enfant naît et grandit dans une ambiance qu’il n’a pas choisie. La famille lui communique les grandes valeurs de la vie (l’amour, le respect) sans qu’il le lui demande. Attendre qu’il grandisse pour qu’il puisse choisir par lui-même les valeurs essentielles serait un crime contre sa personne. Les enfants ne peuvent pas choisir par exemple la famille, la langue, la culture. Mais ce n’est pas une limitation, c’est une chose naturelle. La fausseté de pas imposer quoi que ce soit à un enfant est une mauvaise idéologie. Dans une vie normale, ce sont tout d’abord les parents ceux qui prennent au nom de l’enfant les options fondamentales pour toute sa vie.

Ainsi, les bons parents désirent toujours communiquer aux enfants les meilleures valeurs de la vie. La foi chrétienne est le don le plus divin et il serait normal que les parents aient le désir de que leurs enfants participent de ce grand don. Pour quoi les priver de ce bien ineffable de devenir fils de Dieu et héritiers du Ciel?   

Il est vrai d’autre part que Dieu peut faire parvenir la grâce de son Fils par des moyens extraordinaires, mais ils restent comme on l’a dit, des moyens extraordinaires.

Mais Dieu nous montre un chemin plus sûr, plus directe, plus facile au Ciel. Ne refusons pas ce don de Dieu.

Demandons aujourd’hui la grâce à la très Sainte Vierge Marie, de rester fidèles aux promesses du baptême. 

P. Luis Martinez

Institut du Verbe Incarné