Archives par mot-clé : Volonté de Dieu

« Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne »

Le Christ dirige ces mots d’abord aux autorités du peuple juif, en effet le texte évangelique (Mt. 21, 28-32)  que nous avons entendu dit: Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple :

Mais cette parabole parle de la façon dont nous devons faire la volonté de Dieu et pour cette raison elle nous est également adressée.

La volonté de Dieu est un sujet très complexe, nous évoquerons simplement trois distinctions que nous pouvons faire et qui sont très utiles pour la vie spirituelle.

  1. La volonté que Dieu nous révèle et notre attitude spirituelle.

2 La volonté de Dieu que nous connaissons par les grâces actuelles.

  1. La volonté que Dieu n’a nous pas encore révélée et notre attitude spirituelle : le saint abandon.

Nous ouvrons ici une parenthèse avant de continuer pour préciser que la volonté de Dieu est simple, mais nous faisons des distinctions par notre façon de connaître. Par exemple, la distinction que nous venons de faire de la volonté de Dieu révélée ou non révélée ne modifie absolument rien en Dieu, mais elle change par rapport à nous par le simple fait que l’une (la volonté révélée) est connue et que l’autre (celle qui n’est pas encore révélée) nous est inconnue.

  1. La volonté que Dieu nous révèle et notre attitude spirituelle.

Cette volonté est celle qu’il a lui-même révélée par certains signes, les préceptes, les interdictions, les conseils évangéliques. La volonté de Dieu a été manifestée « dans toute la vie et la prédication du Christ, et dans la catéchèse morale des Apôtres. Le Discours sur la Montagne en est la principale expression. »[1]

Aussi cette volonté est celle que Dieu manifeste par sa providence, tous les événements qui ne dépendent pas de la volonté de l’homme, par exemple celle qui se présente en des événements doux et joyeux, mais en d’autres qui sont amers et tristes.

La volonté signifiée permet aussi le mal causé par notre prochain : le ridicule, le mépris, les calomnies, les diffamations, les injustices … mais toujours ordonné à un bien surnaturel, notre sainteté

Les saints nous ont donné l’exemple de comment nous devons faire la volonté de Dieu, mais ils ont suivi l’exemple du Christ, Saint Paul nous dit ce que nous avons écouté dans la 2ème lecture (Ph 2, 1-5) : « Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus : Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu…   il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. »

C’est la grâce que nous demandons dans la prière de Notre Père : « que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel »

2 La volonté de Dieu que nous connaissons par les grâces actuelles.

La grâce actuelle est une action de Dieu surnaturelle et passagère sur les forces de l’âme humaine, dans le but de pousser l’homme à faire un acte de salut.[2]

La grâce actuelle illumine l’intelligence pour nous faire voir la volonté de Dieu et fortifie notre volonté pour nous faire agir surnaturellement.

Les Actes des Apôtres nous parlent de cette illumination en disant : « Lydie, une négociante en étoffes de pourpre, originaire de la ville de Thyatire, et qui adorait le Dieu unique, écoutait. Le Seigneur lui ouvrit l’esprit pour la rendre attentive à ce que disait Paul » (Actes 16, 14)

Les grâces actuelles peuvent nous pousser, pour ainsi dire à prier, à nous confesser, à une vocation particulière, à être plus généreux, etc.…

Pour cela nous devons être attentifs :

  • Parce que parfois nous sommes trop charnels : L’homme(le texte latin dit charnel) par ses seules capacités, n’accueille pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu (1 cor 2, 14)
  • Parce que nous pouvons avoir des attachements : que c’est le sentiment qui unit une personne aux personnes ou aux choses auxquelles elle est liée.[3]
  • Il faut donc faire un bon discernement : parce que parfois, les lumières que nous recevons par les grâces actuelles ne sont pas des vérités de foi qui appartiennent aux vérités révélées. Plusieurs fois, nous devrions demander au confesseur ou au guide spirituel de nous conseiller, afin que nous puissions voir plus clairement ce que Dieu demande.
  • Et avoir de la docilité : Nous ne devons pas laisser que le Saint-Esprit nous attende, au moment où Il nous appelle, nous devons le suivre.

Un exemple qui peut nous illuminer : Lorsque nous nous attendons une personne que nous aimons beaucoup, au moment où il vient et frappe la porte, nous ouvrons immédiatement. Aimons- nous vraiment Dieu ?

 « Je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. « ( Ap 3,20 )

  1. La volonté que Dieu ne nous a pas encore révélée et notre attitude spirituelle : le saint abandon.

Notre avenir, notre futur, notre santé, notre paix, notre consolation, notre désolation ou notre aridité, notre vie courte ou longue.

Il y a beaucoup de difficultés auxquelles nous devrons faire face pour arriver au paradis ; parmi elles, les difficultés liées à la famille, au travail, à la santé et à la vie de nos enfants, à ma persévérance, à la persévérance de mon épouse … Si nous sommes consacrés, les difficultés dans la communauté, les difficultés de la mission ; et pour tous la persécution. Toutes ces difficultés nous ne pouvons pas les connaître, mais nous savons que Dieu nous aime et que nous aimons Dieu et que nous voulons grandir dans la charité, ainsi Saint Paul nous rappelle : « Nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien » (Rm 8, 28)

Notre attitude doit être celle du saint abandon : si Dieu nous aime, nous devons être prêts à tout ce qu’il nous demande.

Le père Hurtado (Saint Alberto Hurtado) disait en relation au saint abandon : « il est comme si on signe un chèque en blanc et on le donne à Dieu, qu’il écrive ce que lui veut. Tout ce que Dieu va écrire, est et sera pour notre bien.

Le Bx. Charles de Foucauld priait ainsi :

Mon Père, mon Père, je m’abandonne à toi 
Fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoi que tu fasses, je te remercie.
Je suis prêt à tout, j’accepte tout.

Car tu es mon Père, je m’abandonne à toi. Car tu es mon Père.

P. Andrés Nowakowski V. E.

Monastère « Bx. Charles de Foucauld »

[1]Compendium 421.

[2]Ott. Théologie Dogmatique. Pag 320

[3]Grand Robert.

Que ta Volonté soit faite!

Lire l’évangile du deuxième dimanche du temps ordinaire (Jn 1, 29-34)

« Me voici Seigneur, je viens faire ta Volonté« , nous avons chanté ce verset au moment du psaume, le psaume 39 ; dans le nouveau testament, l’auteur de la lettre aux hébreux nous dit que ce psaume est chanté par Notre Seigneur au moment de sa conception : en entrant dans le monde, le Christ dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché ; alors, j’ai dit : Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté (Hébreux 10, 5-7).
Si nous considérons les lectures de ce dimanche, il se produit une sorte de dialogue établi entre la première lecture (c’est le Seigneur qui parle) et le psaume (la réponse donnée par le Messie) ; la prophétie d’Isaïe est une invitation mystique à accomplir une mission dans ce monde, le psaume devient la réponse : Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse. Mon Dieu, voilà ce que j’aime : ta loi me tient aux entrailles.
Alors ces deux prophéties se concrétisent en Jésus-Christ, l’Agneau de Dieu annoncé par Jean Baptiste et qui vient pour enlever le péché des hommes. Et elles se prolongent aussi dans les disciples du Seigneur, chacun de nous est appelé à répondre à la Volonté de Dieu dans nos vies, comme nous le voyons dans la deuxième lecture : Paul, appelé par la volonté de Dieu pour être apôtre du Christ Jésus.
Nous sommes habitués à dire « c’est la Volonté de Dieu », nous prions pour que la Volonté de Dieu se fasse chaque fois à la prière du Notre Père.
Mais il est vrai que parfois il nous est difficile d’accepter la volonté de Dieu, et c’est encore plus difficile de se conformer à elle. La sagesse de Dieu nous dépasse largement, saint Paul dit que les décisions de Dieu sont insondables, ses chemins sont impénétrables ! (Ro. 11,33)
Lorsque nous parlons de la conformité à la volonté divine nous devons savoir de quoi il s’agit. Alors, la conformité avec la volonté de Dieu est une soumission amoureuse, totale et profonde de notre volonté en accord avec celle de Dieu, en tout ce qu’Il dispose ou permet pour nous. La façon plus parfaite de se conformer à cette volonté c’est ce que les saints ont décrit comme le Saint Abandon, duquel on parlera un peu plus tard.
Mais avant de continuer, il est nécessaire de répondre à une question. Est-il possible de connaître quelle est la volonté de Dieu ? Ou bien, la volonté divine est-elle toujours inaccessible à nous ?
Pour répondre à cela, nous devons faire tout d’abord une distinction en ce qui concerne notre connaissance des desseins de Dieu. Parce qu’il a y une volonté divine qui est évidente pour nous, et qui selon la théologie s’appelle volonté signifiée ( de signe) ; car Dieu nous a donné des signes concrets, comme c’est le cas des actions concrètes qui se produisent dans notre monde, certaines sont voulues par Dieu même, d’autres sont permises par Lui, la volonté de signe se montre aussi en ce que Dieu veut que les hommes accomplissent : les commandements, les préceptes et les conseils évangéliques ; d’autre part, nous connaissons aussi ce que Dieu ne veut pas que l’on fasse, les actes condamnés par Dieu.
Il existe aussi une autre volonté appelée « beneplaciti » (en français est traduite comme bon plaisir, mais qu’il faut plutôt traduire « de celui qui se plait dans le bien »), c’est une volonté divine qui n’est pas manifestée aux hommes. Elle comprend entre autres choses, le futur toujours incertain pour nous : les évènements, les joies et tristesses, les épreuves, l’heure et les circonstances de notre mort.
Une fois que nous avons fait cette division logique dans la Volonté de Dieu, nous pouvons nous appliquer à donner des moyens pour mieux accomplir et nous conformer à ce que le Seigneur dispose dans notre vie.
Il faut savoir avant tout que nous devons accomplir et accueillir premièrement cette volonté qui nous est signifiée.
D’abord, de ce que Dieu fait dans nos vies, saint Catherine de Sienne disait dans ses Dialogues : « la volonté de Dieu ne veut rien d’autre que notre bien, et qui dans tout ce qu’elle permet, dans tout ce qu’elle nous donne, n’a d’autre dessein que de nous conduire à la fin pour laquelle Dieu nous a créés ». Et saint Augustin nous dit aussi que le Seigneur connaît mieux que l’homme ce qui lui convient à chaque moment, ce qu’Il doit lui donner, ajouter, augmenter, enlever et diminuer et Il connaît aussi le moment pour le faire (Epître 138).
Par fois ces évènements produisent la joie, mais d’autres nous amènent à la tristesse (la mort d’une personne aimée, une maladie, les accidents naturels), et nous savons que le Seigneur a disposé tout cela pour nous faire revenir à Lui, ou pour grandir dans son amour, ce sont les moments où l’on regarde vers le Ciel au milieu de larmes, vers la patrie sans souffrance vers laquelle nous marchons, tous.
Dieu ne veut pas le mal (Il est l’Amour essentiel), mais on dit qu’Il le permet parfois, parce que c’est à Lui aussi de transformer ce mal en bien. Dieu permet le péché de l’homme et ses conséquences, comme Il a permis le pire de tous les maux de l’histoire, c’est-à-dire la mort de son Fils par la haine et l’injustice des hommes. Et pourtant, Dieu a su l’ordonner pour le bien le plus grand de l’humanité, comme c’est celui de la Rédemption de l’homme. Devant l’injustice des hommes, devant le péché des autres qui nous fait mal, loin de tout esprit de vengeance ou rancune, nous devons demander la grâce de voir que Dieu permet toute cette souffrance accomplie par les autres sur moi pour punir mes propres péchés et les expier par sa Miséricorde.
Nous avons dit que la Volonté de Dieu est également évidente dans ce qu’Il veut que nous accomplissions, ses commandements et les différents préceptes. La volonté de Dieu est très claire en tout cela, et nous avons une triple obligation : de connaître ces lois, de les aimer et de les accomplir. De là vient aussi le fait de détester les choses que sa Volonté déteste, et c’est le péché et tout ce qui conduit au péché. Saint Hilaire disait que le chemin au ciel c’est l’obéissance à ses volontés et non pas le seul fait de répéter son nom.
Et finalement la Volonté de Dieu se manifeste dans ses conseils donnés, ceux qui émergent de sa Parole, le Seigneur donne ces grands conseils dans l’évangile, que certains sont appelés à vivre en radicalité mais que tous les chrétiens doivent vivre en esprit, les conseils de pauvreté, de chasteté (le cœur pur) et d’obéissance. Nous en ajoutons aussi, toutes les inspirations que le Seigneur nous donne pour vivre dans la sainteté, et qui demande de nous la docilité et la promptitude de cœur.
Et devant la Volonté de Dieu qui n’est pas encore révélée pour nous, celle que Lui seul connaît dans son éternité. Comment je dois agir, quelle doit être mon attitude ?
Evidement que ce n’est pas le désespoir ni l’angoisse qui guideront mes pensées ou ma conduite. Sans savoir ce qu’Il prévoit pour nous dans le futur ; nous savons, par contre et en toute certitude ces trois choses de Dieu :
1. Que rien n’arrive sans que depuis toute l’éternité, Il ne l’ait prévu et voulu, au moins permis.
2. Que tout ce qui arrive c’est une manifestation de sa bonté et amène à la Gloire de son Fils, Jésus-Christ.
3. Et troisièmement, laissant la parole à saint Paul (Romains 8,28) : Nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour. Et y persévèrent aussi.
Conscients de tout cela nous devons faire don de notre volonté avec une soumission amoureuse, comme nous avons dit, et au même temps filial, et pleine de confiance. C’est le saint Abandon que notre patron, le Bx. Charles de Foucauld a très bien exprimé dans cette très belle prière, qui est devenu un chant, unissant aussi la prière de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.
Notre réponse donc à la volonté de Dieu sera donc un esprit de confiance et d’obéissance à tout ce qu’Il nous montrera dans nos vies, et le pour le reste, pour ce qui n’est pas encore révélé, la plus parfaite disponibilité pour l’accepter et l’accomplir dès qu’elle nous sera manifestée.
Le principe qui agit au plus profond de toute action humaine est celui que nous donne saint Paul, dans sa lettre à Timothée (2 Tim 2,4) : « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité », et si nous cherchons vraiment à accomplir ce que le Seigneur veut pour nous dans ce monde, nous sommes convaincus que cela emporte notre salut et notre béatitude éternelle. »
Mais dans cette vie nous pouvons recevoir déjà quelques fruits de cette conformité aux desseins de Dieu , et parmi d’autres, l’intimité avec Dieu (comme un enfant entre les bras de sa mère, nous dit le psaume 131), la simplicité d’esprit et liberté, la constance et la sérénité, la paix et la joie et finalement, elle nous prépare à une sainte mort, avec un cœur qui a vécu cherchant à accomplir ce que Dieu lui a commandé.
Mais surtout, c’est la parfaite imitation de Jésus-Christ qui a dit que sa nourriture et sa boisson étaient le fait d’accomplir la Volonté de son Père.
Cette grâce nous la demandons à celle qui a suivi de plus près son Fils et qui désirait que la Volonté de Dieu se fasse en elle comme sa plus fidèle servante, la très sainte Vierge Marie.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné