« Il expulsa beaucoup de démons » – Comment vaincre le diable?

Site de Capharnaüm en Galilée. L’église octogonale est appelée la Maison de saint Pierre.

Lire l’évangile du cinquième dimanche du temps ordinaire (Mc. 1,29-39)

Nous poursuivons ce dimanche avec les premiers moments du ministère public de Notre Seigneur, nous y lisons que Notre Seigneur n’a pas de repos, « le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se pressait à la porte. » Mais, malgré toute cette activité, Jésus se réserve du temps pour le dialogue intime avec son Père du Ciel : « bien avant l’aube Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait ».

Nous pouvons voir aussi la disponibilité du Seigneur, car Il est conscient évidement de sa Mission dans ce monde, l’annonce de l’Evangile et l’appel à la conversion, mission qui sera scellée avec sa Mort et sa Résurrection.

Ainsi, tout au long de la vie de Notre Seigneur, nous constatons le pouvoir qu’Il exerce sur le mal dans ce monde, guérissant les malades, ressuscitant aussi les morts. Il exerce au même temps ce pouvoir lorsqu’Il pardonne les péchés et, comme le montrent l’Evangile de ce dimanche et celui de la semaine dernière, lorsqu’Il expulse les démons.

Les évangiles nous décrivent comment à plusieurs reprises le Seigneur fait des exorcismes. Mais dans tous les cas, on observe que le Seigneur exerce un grand pouvoir sur eux, ils Lui obéissent. Il les empêche de parler, comme lorsque dans l’évangile de la semaine dernière le démon même dit par le possédé : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? »

Saint Marc nous écrit que le Seigneur empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était ; dans d’autres passages le même évangéliste note que Jésus fait taire le diable au moment où il déclare que Jésus est Fils de Dieu. On peut se demander : pourquoi le Christ fait-il taire le diable si ce dernier confessait cette grande vérité ? Et la réponse nous est donnée par un père de l’Eglise : « le Seigneur ne permettait point aux démons de parler, pour nous apprendre à ne pas les croire, même lorsqu’ils disent la vérité. Car lorsqu’ils rencontrèrent des esprits disposés à les croire, ils mêlent toujours le mensonge à la vérité ».

Alors, la lecture attentive des évangiles nous conduit à une réflexion : la présence maléfique des démons est forte au moment où le Christ vient dans ce monde ; le diable régnait dans le monde, mais le Seigneur est venu pour lui arracher le pouvoir de ce monde par sa présence, avec sa parole et par le sacrifice de la Croix. Pour cela, la seule présence de Jésus fait fuir le démon, pensons à l’importance pour une ville ou village d’avoir un tabernacle (présence eucharistique de Jésus) ; et dans nos vie, de lire la Parole de Dieu et d’avoir le signe de la croix.

Si bien le Christ a vaincu la puissance du démon et nous a assuré que nous les disciples pouvons vaincre les œuvres du mauvais avec la force de la grâce divine, Dieu a permis

pourtant que le démon continue à exercer certaines actions dans ce monde, actions qui sont toujours limitées et permises par Dieu, le diable ne peut rien faire sans que Dieu le lui permette.

C’est l’enseignement du Catéchisme de l’Eglise : « La puissance de Satan n’est pas infinie. Il n’est qu’une créature, puissante du fait qu’il est pur esprit, mais toujours une créature : il ne peut empêcher l’édification du Règne de Dieu. Quoique Satan fasse dans le monde par haine contre Dieu et son Royaume en Jésus-Christ, et quels que soient les graves dommages que cause son action – de nature spirituelle et indirectement même de nature physique – pour chaque homme et pour la société, cette action est permise par la divine Providence qui avec force et douceur dirige l’histoire de l’homme et du monde. La permission divine de l’activité diabolique est un grand mystère, mais  » nous savons que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui l’aiment  » (Rm 8, 28). (CEC, 395).

Comme on l’a dit dans la première lecture : la vie de l’homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre( il se prépare toujours pour le combat). Alors, Dieu consent au diable de nous éprouve, mais jamais au-delà de nos forces. Le Seigneur obtient de cela un bien, parce qu’avec sa grâce, une fois la preuve surmontée, notre cœur surgit purifié et notre foi devient plus solide et forte. Mais nous devons être sûr que le démon n’a jamais pouvoir sur notre vie, il ne peut pas nous causer la mort ; car cela appartient seulement à Dieu.

Les démons agissent généralement et surtout à travers le mensonge et la tentation, le Seigneur l’appellera le « père du mensonge » (Jn 8, 44), le diable peut tromper, conduire vers l’erreur, créer des illusions. Le fameux Baudelaire, poète français, écrivit que « l’astuce la plus parfaite du diable c’est de nous convaincre qu’il n’existe pas. »

Il possède un grand pouvoir de séduction pour conduire au péché, comme nous le montre la Genèse, avec Adam et Eve. Il vient pour tenter le Christ directement lors des tentations, mais aussi indirectement à travers Pierre, ce qui fait dire au Seigneur, « va-t’en Satan, tes pensées ne sont pas celles de Dieu » (cfr. Mt 16,23).

Nous connaissons peut être ce fameux dicton: le diable est une bête enchainée, il ne peut faire vraiment du mal qu’à celui qui s’approche de lui (sauf quelques exemples de saints et saintes, qui ont subi dans leur vie des grandes attaques du démon, mais parce qu’ils étaient de véritable saints devant Dieu). Celui qui s’approche du diable ou du mal, se dispose à être puni dans son imprudence, « a force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ».

Voici donc quelques conseils pour éviter de nous faire faire du mal :

  • Ne pas rechercher les choses sensationnelles, ne pas rechercher ni se prêter à croire n’importe quel évènement étrange comme venu du diable. Eviter en tout la suggestion.
  • Etre attentifs à ce que transmettent les médias comme phénomènes extraordinaire, parfois avec l’unique finalité de ramasser de l’argent.
  • Ne jamais recourir à séances de magies, visionnaires, guérisseurs, marabouts, même s’ils se présentent comme « bons » ou venus de la part de Dieu. Au contraire, seule l’Eglise en a le pouvoir, tout d’abord avec les moyens qu’elle donne à tous, comme les sacrements, l’Eucharistie et la confession : la vie de la grâce est le meilleur moyen de lutter et nous préserver des œuvres du mal. Dans les cas exceptionnels, où vraiment nous aurions besoin du rite d’exorcisme, c’est donc l’autorité de l’Eglise qui confie la mission, pas à n’importe quel ministre, mais seulement aux ministres qu’elle choisit pour cette mission.
  • Toujours nous rappeler que la superstition, la magie et évidement le satanisme sont contraires à la dignité de l’être humain et à la foi en Dieu et en Notre Seigneur.

Alors, comment vaincre toujours le diable dans nos vies ?

  • Tout d’abord, avec une vie de foi, confiante en tout en Dieu et sa Providence, en obéissant à sa sainte Volonté et pour cela accomplir les commandements. En tout imiter Notre Seigneur Jésus-Christ, voilà la protection la plus effective contre le diable.
  • Etre vigilants (1 Pe 5, 8) : Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer.
  • Lutter contre les tentations et fuir du péché.
  • Discerner le bien du mal, pour choisir ce qui est bien et meilleur pour notre âme.
  • Et avoir une vie de prière, comme nous le disons chaque fois dans le Notre Père : délivre-nous du mal. La lecture de la bible, la dévotion à la très Sainte Vierge Marie, la prière du chapelet, les autres dévotions, les jeunes et les sacrifices.

Quelqu’un disait : il ne suffit pas de savoir que les démons existent, il faut aussi savoir comme ne pas tomber dans leurs pièges.

Saint Paul donnait ce réconfort aux romains : « Sans délai, le Dieu de la paix écrasera Satan sous vos pieds. » Rom. 16,20.

En tout nous avons l’exemple de Notre Seigneur (Hébreux 2,18): « Il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve ». Que la Vierge Marie nous protège dans ce monde et nous conduise au Ciel.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

Une réflexion sur « « Il expulsa beaucoup de démons » – Comment vaincre le diable? »

  1. Un beau texte , fort et inspiré qui nous appelle à la vigilance..Que Jesus et.le Divin Archange Michel nous protègent à jamais des œuvres du diable .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *