La famille, un premier Séminaire

Une belle pensée de saint Jean Paul II sur la famille comme un « premier séminaire » pour les vocations à la vie sacerdotale. On peut aussi appliquer ces paroles à toute vocation consacrée.

1. La fête d’aujourd’hui nous invite à contempler la Sainte Famille de Joseph, Marie et Jésus, et à admirer leur entourage harmonieux et leur amour parfait. À la lumière de ce modèle, nous pouvons mieux comprendre la valeur de l’institution familiale et l’importance de sa sereine convivialité.

Famille Rossi. Huit enfants consacrés.

Par le récit biblique de la création, nous savons que la famille a été voulue par Dieu, quand Il a créé l’homme et la femme et, les bénissant, Il leur a dit « Soyez féconds et multipliez-vous » (Gn. 1, 28).

De plus, la grâce du Christ, transmise par le sacrement du mariage, rend les familles capables de réaliser l’union à laquelle elles ont été appelées. Surtout les familles chrétiennes se sont engagées à reproduire l’idéal énoncé par Jésus dans la prière sacerdotale :  » comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi, qu’ils soient un en nous  » (Jn 17, 21). Celui qui a fait cette prière a obtenu avec son sacrifice un don spécial d’unité pour toutes les familles.

2. Le Fils de Dieu est devenu prêtre dans l’Incarnation, mais précisément à cause de ce ministère, il avait besoin d’une éducation familiale. Jésus a obéi à Marie et à Joseph : «Il a vécu soumis à eux», dit l’Évangile (Luc 2:51). Cette soumission a contribué à l’union de l’Enfant avec ses parents et au climat de parfaite entente qui régnait dans la maison de Nazareth.

L’éducation reçue en famille a en effet préparé Jésus à la mission qu’il devait accomplir sur terre, selon la révélation de l’ange au moment de l’Annonciation. C’était donc une formation pour l’accomplissement de son ministère sacerdotal, plus particulièrement en vue de l’offrande du sacrifice de lui-même au Père.

Ainsi, le rôle de la famille chrétienne dans le développement des vocations sacerdotales est mis en lumière.

3. La vocation est un appel qui vient du pouvoir souverain et gratuit de Dieu. Mais un tel appel doit s’ouvrir un chemin dans le cœur ; il doit entrer dans les profondeurs de la pensée, du sentiment, de la volonté du sujet, afin d’influencer le comportement moral. Le jeune homme a besoin d’un tel environnement familial pour l’aider à prendre conscience de l’appel et développer toutes ses virtualités.

En priant aujourd’hui pour toutes les familles du monde, nous demanderons en particulier à Marie, Mère de Dieu et à notre Mère, de favoriser le développement des vocations sacerdotales et de bénir les familles disponibles, en donnant un de leurs enfants à l’Église.

Saint Jean Paul II

Angélus (31-12-1989)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.