« C’est ce qui a fait de ma vie un ciel anticipé… »

Dimanche de la Sainte Trinité

Nous célébrons aujourd’hui cette fête de la Trinité. Il est évident que chaque jour nous devons célébrer la Sainte Trinité mais si la liturgie a établi ce dimanche (qui vient après tout le cycle pascal) c’est pour que nous nous souvenions un peu plus de ce mystère, afin de le contempler spécialement et surtout de nous réjouir de son existence.

Le mystère de la Trinité est toujours présent dans notre vie, il est présent tout au début de notre vie chrétienne, le baptême, on se souvient de lui dans le signe de la Croix et dans la liturgie des tous les sacrements.

Mais qu’ implique la foi dans la Trinité pour chacun nous ? Ou bien comment se traduit-elle dans notre existence, dans notre famille, dans notre travail?

D’abord, il faut dire que sans la foi l’homme ne serait pas capable d’imaginer un Dieu unique qui existe en trois personnes. C’est Dieu qui nous a révélé ce mystère de son amour par l’envoi de son Fils et du Saint-Esprit. Jésus nous a révélé que Dieu est « Père ». Jésus est un seul Dieu avec le Père. Jésus promet aussi à ses apôtres le don de l’Esprit Saint qu’Il enverra d’auprès du Père, et par là Notre Seigneur montre que Lui-même et l’Esprit Saint vivent, habitent avec le Père. L’Esprit Saint sera avec les apôtres et en eux pour les instruire et les conduire « vers la vérité tout entière » (Jean 16, 13). Ainsi, Jésus nous fait connaître l’Esprit comme une autre Personne Divine.

Nous croyons et nous reconnaissons l’existence de la Trinité, bien que notre intelligence et nos paroles soient toujours limitées. Saint Augustin tout en acceptant la limitation de son intelligence et de la nôtre, nos aide à découvrir cette vie intime de Dieu, mais ce sont toujours des étincelles d’une lumière qui est infinie. Dans son livre sur la Trinité, le même saint donne une très belle image disant que l’Amour (Dieu est essentiellement amour) implique au même instant la présence de l’amant, de l’aimé et de l’amour. Comme on peut dire aussi du don ; il faut qu’il y ait quelqu’un qui donne, quelqu’un qui reçoive et il faut aussi le don en lui-même.

En définitive, Dieu qui habite une lumière inaccessible comme le dit saint Paul dans sa lettre à Timothée (1 Tim. 6, 16) a voulu se faire connaître, se révéler par sa Parole : « Dieu au plus profond de son intimité est une communion des Personnes Divines par l’Amour. Dieu n’est pas solitude mais communion parfaite, » enseignait le pape Benoît.

Il manquerait alors quelque chose à la méditation de ce mystère, ce mystère serait un mystère froid et lointain si le Seigneur ne nous avait fait une autre grande révélation par rapport à la sainte Trinité, celle que Dieu vient habiter en Trinité dans notre Ame, « Celui qui aime Dieu, nous ferons en lui notre demeure » dit Jésus dans l’évangile de saint Jean.

Cela nous fait voir la Trinité d’une autre façon, Dieu est vivant et mystérieux mais Il est toujours si près de moi, comme nous le chantons. Et cette présence nous pousse à aimer Dieu d’une autre manière, Dieu n’est pas un être de qui nous devons avoir peur, à qui nous devons nous soumettre comme des esclaves et accomplir extérieurement toutes ses prescriptions de peur qu’Il ne se fâche et nous punisse de ne pas les avoir accomplies.

 Au contraire, Dieu nous donne la grâce d’aimer et d’accomplir sa Loi parce que de notre intérieur, Il est en train de nous aider comme un Ami, comme un Père.

Ecoutons un petit épisode de la vie de Ste Thérèse de Lisieux raconté par sa sœur Céline : « Un jour j’entrai dans la cellule de notre chère petite Sœur [Thérèse] et je fus saisis par son expression de grand recueillement. Elle cousait avec activité et cependant semblait perdue dans une contemplation profonde : « A quoi pensez-vous, lui demandai-je ? – Je médite le Notre Père, me répondit-elle. C’est si doux d’appeler le bon Dieu notre Père !… » Et des larmes brillèrent dans ses yeux. […] « Oh ! oui, il est bien mon Papa et que cela m’est doux de lui donner ce nom » » (Conseils et Souvenirs).

Cette présence nous aide à accomplir nos devoirs sachant que l’on fait tout avec Dieu et pour Lui. Elle nous aide à regarder les choses de ce monde d’un autre regard. Sainte Élisabeth de la Trinité avait livré ces paroles comme testament à une amie : « À la lumière de l’éternité, l’âme voit les choses au vrai point. Oh ! Comme tout ce qui n’a pas été fait pour Dieu et avec Dieu est vide. Je vous en prie, marquez tout du sceau de l’amour. Il n’y a que cela qui demeure. »

Un autre saint, Saint Josemaria Escriva de Balaguer, disait : « si je pouvais comprendre la grandeur de Dieu, si Dieu pouvait entrer dans ma pauvre tête (intelligence), mon Dieu serait trop petit… et pourtant, il veut entrer et prendre place dans mon cœur, parce qu’Il rentre dans la profondeur immense de mon âme, qui est immortelle ».

Nous devons dire que cette grandeur de Dieu et en même temps sa proximité furent les délices de saints et de saintes. Ils étaient tellement conscients de cela qu’ils s’émerveillaient et l’amour s’exprimait en de beaux dialogues avec Dieu présent dans leur cœur :

« Ô, éternelle Trinité, tu es comme un océan profond : plus j’y cherche et plus je te trouve ; plus je trouve et plus je te cherche. Tu rassasies insatiablement notre âme car, dans ton abîme, tu rassasies l’âme de telle sorte qu’elle demeure indigente et affamée, parce qu’elle continue à souhaiter et à désirer te voir dans ta lumière, ô lumière, éternelle Trinité.

Abîme ! Éternelle Trinité ! Divinité ! Océan profond ! Et que pourrais-tu me donner de plus grand que toi-même ? Tu es le feu qui brûle toujours et ne s’éteint jamais ; tu consumes par ton ardeur tout amour égoïste de l’âme. Tu es le feu qui dissipe toute froideur, et tu éclaires les esprits de ta lumière, cette lumière par laquelle tu m’as fait connaître ta vérité.

Tu es le vêtement qui couvre ma nudité, tu nourris les affamés de ta douceur, car tu es douce, sans nulle amertume, ô éternelle Trinité. »

Il est vrai, ce que l’homme possède de plus merveilleux et sacré c’est l’amour, c’est aussi le plus divin. Pour cela, Dieu nous pouvons Le rencontrer dans le plus intime de notre être, Saint Augustin disait : « tu étais plus intime que l’intime de moi-même ». Dieu habite dans le cœur qui garde sa loi et qui l’aime vraiment. C’est la promesse de son Fils : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. (Jn 14, 23).

Saint Paul nous le rappelle aussi : « vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ». Vivre ce mystère signifie arriver à réaliser en nous les paroles « notre vie est cachée avec le Christ en Dieu »

Peu de temps avant sa mort, Élisabeth de la Trinité écrivait : « C’est ce qui a fait de ma vie, je vous le confie, un ciel anticipé : croire qu’un Être, qui s’appelle l’Amour, habite en nous à tout instant du jour et de la nuit et qu’Il nous demande de vivre en société avec Lui. »

A Marie, celle qui a vécu pleine habitée par la Trinité nous donne la grâce d’avoir cette nostalgie de Dieu, cette soif de sa Présence.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

 

Une réflexion sur « « C’est ce qui a fait de ma vie un ciel anticipé… » »

  1. Magnifique , merci ..il faut plus que l’intelligence pour approcher ces immenses et saintes Vérités , il faut la grandeur de l’amour et la grâce que Dieu nous en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.