Archives par mot-clé : Fin du Monde

« Je crois à la vie éternelle »

Homélie pour le Dimanche XXXIII, année C (Lc 21, 5-19)

Aujourd’hui c’est l’avant dernier dimanche du temps ordinaire, qui se clôt avec la solennité du Christ Roi, la semaine prochaine. Et le texte de l’évangile que nous venons d’entendre nous fait méditer sur une grande réalité, le temps passe dans ce monde, ce monde passe et il doit passer ; en même temps Notre Seigneur nous apprend à lire les signes du temps, pour savoir nous préparer pour son retour.

Comme l’évangile nous le fait comprendre, le Seigneur et ses disciples se trouvaient près du temple de Jérusalem, qui était le symbole de la religion et la fierté pour les juifs. Imaginons cet immense édifice qui mesurait 13 mètres de hauteur, dont les grandes portes étaient revêtues d’ or, tout comme était aussi en or une grande vigne qui représentait le peuple d’Israël, chaque grappe que possédait cette vigne avait la taille d’une personne. Les colonnes du portique et de l’intérieur de la cour étaient un seul bloc en marbre blanc de 12 mètres de hauteur.

« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »  Les questions posées ensuite par ses disciples sont donc des questions d’angoisse, car ils ne pouvaient pas croire que ce temple serait réduit à rien. Cette prophétie du Seigneur s’est pourtant accomplie 40 ans après, et jusqu’aujourd’hui, du temple de Jérusalem il ne reste que les pierres de fondation.

Mais le Seigneur ouvre aussi sa prophétie à toute l’histoire de son Eglise. Beaucoup viendront sous son nom ou bien annonçant sans raison que la fin est proche : « Ne marchez pas derrière eux ! » discernez s’ils viennent vraiment de la part de Dieu.

Il y aura des guerres, des phénomènes extraordinaires de la nature, des famines et des épidémies mais cela ne signifiera pas la fin de l’histoire, « il faut que cela arrive d’abord (comme plusieurs de ces choses-là sont déjà arrivées), mais ce ne sera pas aussitôt la fin ».

La vie de ses disciples dans toute l’histoire de l’humanité ne sera pas facile non plus, car Jésus prophétise les persécutions : « Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom », il nous commande pourtant de ne pas abandonner notre foi, nous avons l’assurance que Dieu est avec nous pour nous soutenir dans notre foi, de nous dépend seulement le fait de ne pas abandonner la foi, avec l’aide de Dieu :  « c’est par votre persévérance que vous garderez votre âme », que vous sauverez votre âme.

C’est le grand enseignement de ce dimanche, la vie de ce monde doit passer et nous devons nous préparer par notre persévérance dans la foi et dans l’amour à la vie éternelle, la vie qui ne finit jamais.

Lorsque nous faisons notre profession de foi, c’est en effet le dernier article à confesser :  « Je crois à la vie éternelle », et c’est parce que la vie éternelle est la fin et doit être le terme de tous nos désirs.

Suivant saint Thomas d’Aquin, réfléchissons aujourd’hui sur la vie éternelle à laquelle nous sommes tous appelés. Comment est cette vie éternelle ?  Quel genre de vie est la vie éternelle ? (cf. Commentaire au Symbole de la Foi)

  • Nous devons savoir, qu’elle consiste, en premier lieu, dans l’union de l’homme avec Dieu. Dieu lui-même, en effet, est la récompense et la fin de tous nos labeurs, comme il le dit un jour à Abraham, (Gen. 15, 1): « Moi le Seigneur, je suis ton protecteur, et ta récompense infini­ment grande. »

Cette union de l’homme à Dieu consiste dans une parfaite vision. L’Apôtre écrit en effet aux Corinthiens (1° ép. 13, 12): « Nous ne voyons main­tenant que comme en un miroir, et en énigme; mais alors nous verrons Dieu face à face. »

Cette union consiste également dans la louange la plus grande que l’homme puisse adresser à Dieu. Saint Augustin écrit au livre 22 de la Cité de Dieu que nous verrons, aimerons et louerons Dieu; et Isaïe écrit au sujet de Sion ces paroles (51, 3), que l’on peut appliquer à la vie des élus au ciel: « On y trouvera la joie et l’allégresse, les actions de grâces et des chants de louange. »

  • La vie éternelle consiste, en second lieu, dans le parfait rassasiement des désirs de l’homme. Chacun des bienheureux, en effet, pos­sédera au ciel bien au-delà de ce qu’il aura désiré et espéré ici-bas.

La raison en est, que personne ne peut, en cette vie, satisfaire pleinement ses désirs ; jamais aucune chose créée ne les comble. Dieu seul en effet peut les rassasier totalement et même il les surpasse infiniment. C’est pourquoi l’homme ne trouve de repos qu’en Dieu conformément à ces paroles de saint Augustin (Conf. liv. 1): « Vous nous avez fait pour vous, Seigneur, et notre coeur est inquiet jusqu’à ce qu’il se repose en vous ». Les saints dans la patrie possèderont Dieu parfaitement, aussi leurs désirs seront-ils entièrement rassasiés et leur gloire même sur­passera toutes leurs aspirations. Le Seigneur dit (Mt 25, 21): « Serviteur bon et fidèle, entre dans la joie de ton maître. » Et saint Augustin explique ainsi cette parole du Seigneur: « Toute la joie du Seigneur n’entrera pas dans ceux qui se réjoui­ront, mais eux entreront tout entiers dans la joie ». Ce qui fait dire au Psalmiste (Ps. 16, 15): Je serai rassasié, lorsque apparaîtra votre gloire.

  •  En troisième lieu, la vie éternelle consiste dans une sécurité parfaite. Dans ce monde, en effet, il n’y a pas de par­faite sécurité, car plus on possède de richesses et plus on est élevé en dignité, plus on a de sujets de crainte, plus aussi on éprouve de besoins.

Mais, dans la vie éternelle, il n’y aura ni tris­tesse, ni labeur, ni crainte. Ce que les Prover­bes, en effet, (1, 33) disent de celui qui écoute la Sagesse : « Celui qui m’écoute demeure en sécurité, à l’abri, sans malheur à redouter ».

  •  En quatrième lieu, la vie éternelle consiste dans la société pleine de charmes de tous les bienheureux. Il n’y a pas d’égoïsme, ni de jalousie, ni d’envie.

Les délices du Ciel seront extrêmes. Chaque élu, en effet, possédera, avec les autres bienheureux, tous les biens ; car il aimera cha­cun des bienheureux comme lui-même ; c’est pourquoi il se réjouira du bien des autres comme de son bien propre. Aussi l’allégresse et la joie de tous les élus s’augmenteront-elles de la joie et de l’allégresse de chacun d’entre eux. « O Sion, c’est une grande joie pour tous d’habiter en toi » (Ps. 86, 7).

Comme disait un saint chilien, saint Alberto Hurtado : « Pour le chrétien, la fin de la vie n’est pas une défaite une victoire. Ce sera le moment de voir Dieu, pour le trouver et l’éternité pour le posséder. La fin de la vie terrestre n’est pas une crainte pour le chrétien, mais au contraire, quelque chose à espérer ».

Que Marie nous donne la grâce de recevoir la vie éternelle en héritage.

P. Luis Martinez IVE.

« Je meurs content, parce que je meurs sous l’étendard de notre Dieu »

Lire l’évangile du dimanche XXXIII (Lc 21, 5-19)

jugement_dernier_institut_du_verbe_incarneNous arrivons bientôt à la fin de l’année liturgique et dans ce dimanche qui précède la fête du Christ Roi la Parole de Dieu résonne avec un ton eschatologique. Les lectures nous préparent pour les derniers temps de l’histoire, elles nous font penser à la fin de l’histoire de ce monde.

Dans la première lecture, le prophète Malachie décrit un tableau avec un réalisme un peu dur pour notre imagination : Voici que vient le jour du Seigneur, brûlant comme la fournaise. Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l’impiété, seront de la paille. Le jour qui vient les consumera.

A travers ces images nous devons découvrir une grande vérité : apparemment et par fois dans cette vie le mal semblerait triompher, et cela constitue ce qu’on appelle le « scandale » des bons. Ce problème est aussi présenté par le juste Job dans le livre de l’Ancien Testament, qui après une grande réflexion, nous laisse cet enseignement : Dieu est l’infini rémunérateur de ceux qui Le servent avec fidélité, malgré les épreuves et la souffrance. Et parallèlement à l’existence du mal dans ce monde, il y a cette autre vérité aussi importante : la fin du monde arrivera et avec elle, le jugement de Dieu ; c’est ce moment où Dieu mettra chaque chose à sa place selon sa justice.

Les terribles paroles de Malachie que nous venons d’entendre ne sont pas agréables à la façon de penser moderne, mais il est tout à fait vrai que la Justice divine manifestée dans ces paroles du prophète ne contredit pas la bonté de Dieu, sa Miséricorde, Dieu ne laisse pas d’être Père.

Alors, le Seigneur nous met aussi en garde sur les temps derniers dans son discours eschatologique (mot qui vient du grec, « schatos » : dernier, « logos » : traité, discours) ; Il commence en parlant de la destruction du temple de Jérusalem jugement_dernier_institut_du_verbe_incarne(ce temple magnifique qui mesurait 13 m. de hauteur et ses portes, de 10 m.de hauteur étaient toutes revêtues d’or). Jésus annonce cela lorsque les apôtres regardaient toute la majesté de ce temple, c’était pour montrer aussi que toute chose créée dans ce monde passera, le matériel finit et passe avec le temps. Surtout le Seigneur avertit ses disciples sur les possibles tromperies des faux christs auxquelles nous sommes exposés : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : ‘C’est moi’, ou encore : ‘Le moment est tout proche.’ Ne marchez pas derrière eux !

Nous savons, et nous le confessons dans la foi, que ce temps finira, qu’il aura un dernier jour et que le Seigneur viendra après, pour cela nous devons être préparés. Le jour nous ne le connaissons pas et pourtant les signes donnés par le Seigneur s’accomplissent aujourd’hui, mais il faut reconnaître qu’au long de l’histoire ces signes se sont aussi accomplis de façon telle que par exemple saint Augustin pensait que Jésus viendrait à son époque, et même son maître, saint Ambroise de Milan s’écriait devant ses fidèles : « Qui peut mieux attester la vérité de ces paroles divines que nous-mêmes, qui devons être les témoins de la fin du monde ? Quelles guerres avons-nous apprises, et quels bruits de combats avons-nous entendus ! » (Catena Aurea).

Par contre, nous sommes certains d’une chose, nous sommes plus proches encore que saint Augustin et saint Ambroise de la fin des temps, et cela loin de nous enorgueillir doit nous rendre plus attentifs par rapport à notre vie spirituelle.

Le Martyre

martyre_institut_du_verbe_incarneLe Seigneur parle aussi dans l’évangile de la persécution que subiront ses disciples pour confesser son Nom, « cela vous amènera à rendre témoignage », le mot en grec c’est « martyre », nous donnerons notre « martyre ». « Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu », Il les console aussitôt après l’annonce de la persécution par l’espérance des joies de la résurrection, dit saint Grégoire, le grand. « C’est par votre persévérance que vous sauverez votre âme (comme dit l’original grec, plutôt que l’expression « votre vie ») ».

Il nous est bon de parler aujourd’hui de l’acte du martyre. Ce mot et sa signification peuvent être un peu corrompus aujourd’hui. Pour une autre religion, le martyre consiste à mourir dans un combat, et même consiste à mourir en de faisant mourir aussi ceux qui n’appartiennent pas à son idéologie sociale ou religieuse (même si ces personnes sont des innocents).

Dans un sens encore large, certains appellent aussi « martyr », celui qui donne sa vie pour une cause de ce monde, comme par exemple la patrie.

martyrs_dernier_institut_du_verbe_incarnePar contre, pour nous les chrétiens, l’unique signification du martyre c’est le fait de donner la vie pour la foi en Jésus-Christ.

Selon la théologie, le martyre est une grâce, un don de Dieu et il est un acte de la vertu de force ( Somme Théologique II-II, Q 124, a2), la raison de martyre consiste à ce que l’on tienne ferme dans la vérité et la justice contre les assauts des persécuteurs. Je préfère perdre ma vie à la place de nier soit par mes paroles soit par mes actes toutes les vérités que Jésus, mon Dieu m’a apprises Lui-même ou par son Eglise.

Et nous devons être prêts aussi pour le martyre, comme nous l’apprend aussi le Concile Vatican II : le martyre dans lequel le disciple est rendu semblable à son Maître dans l’effusion de son sang, est considéré par l’Église comme une grâce éminente et la preuve suprême de la charité. Que si cela n’est donné qu’à un petit nombre, tous cependant doivent être prêts à confesser le Christ devant les hommes et à le suivre sur le chemin de la croix, à travers les persécutions qui ne manquent jamais à l’Église. (Lumen Gentium 42)

martyr_jose_sanchez_del_rio_institut_du_verbe_incarneAu cours du mois d’octobre, notre pape François a canonisé un jeune homme, un garçon de 13 ans, martyr de la grande persécution au Mexique, dans l’année 1928. José Sánchez del Río luttait pour que son pays reste fidèle à la foi chrétienne, et il a été emprisonné. Depuis la prison, il écrit à sa mère quelques jours avant de mourir : « je crois que je vais bientôt mourir, mais cela m’est égal. Résigne- toi à la volonté de Dieu, je meurs content, parce que je meurs du côté (sous l’étendard) de notre Dieu.

martyr_jose_sanchez_del_rio_institut_du_verbe_incarneEt le jour même de son martyre, il finissait sa dernière lettre avec ces paroles : Le Christ vit, le Christ règne et Sainte Marie de Guadalupe. Et il signait : José Sánchez del Río qui est mort en défense de la foi.

Comment vivre cet esprit de martyre dans ce temps qui est le nôtre ?

La réponse a été donnée par le grand saint de notre époque qui est Saint Jean Paul II (discours à la veillée de prière avec les jeunes, Tor Vergata, samedi 19 août 2000) :

« Aujourd’hui encore, croire en Jésus, suivre Jésus sur les pas de Pierre, de Thomas, des premiers Apôtres et témoins, exige de prendre position pour lui, et il n’est pas rare que ce soit comme un nouveau martyre : le martyre de celui qui, aujourd’hui comme hier, est appelé à aller à contre-courant pour suivre le divin Maître.

Il ne vous sera peut-être pas demandé de verser votre sang, mais de garder la fidélité au Christ, oui certainement ! Une fidélité à vivre dans les situations quotidiennes : je pense aux fiancés et à leur difficulté de vivre dans la pureté, au sein du monde actuel, en attendant de se marier. Je pense aux jeunes couples et aux épreuves auxquelles est exposé leur engagement de fidélité réciproque.

Je pense aussi à ceux qui ont entrepris un chemin de consécration particulière et aux efforts qu’ils doivent souvent affronter pour persévérer dans le don de soi à Dieu et à leurs frères.

Je pense encore à ceux qui œuvrent pour la paix et qui voient naître et se développer, dans différentes parties du monde, de nouveaux foyers de guerre; je pense à ceux qui œuvrent pour la liberté de l’homme et qui le voient encore esclave de lui-même et des autres; je pense à ceux qui luttent pour faire aimer et respecter la vie humaine et qui doivent assister aux nombreuses atteintes portées contre elle et contre le respect qu’on lui doit.

Chers jeunes, dans un tel monde, est-il difficile de croire ? En l’an 2000, est-il difficile de croire ? Oui, c’est difficile ! On ne peut pas le nier. C’est difficile, mais avec l’aide de la grâce c’est possible, comme Jésus l’expliqua à Pierre : «Ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux » (Mt 16, 17). »

Que la très sainte Vierge Marie nous donne la grâce de vivre cet esprit de martyre.

P. Luis Martinez. V. E.

Monastère « Bx . Charles de Foucauld »