Archives par mot-clé : Nazareth

Chrétien, reconnais ta dignité!

Homélie du IV dimanche du temps de l’Avent (Lc 1, 26-38)

Nous sommes à la veille de la fête de la Nativité, cette quatrième semaine du temps de l’Avent n’est composée que d’un seul jour, le dimanche. La liturgie nous aide, comme elle le fait toujours, à nous préparer pour la Naissance du Seigneur, ce que nous appelons Nativité, ou bien Noël. Ce dernier mot, dont nous sommes déjà habitués pour designer cette fête, tire son origine du mot latin Natalis ; en effet, dans les premiers siècles, les chrétiens appelait le jour de la Nativité « Natalis dies » (jour de la naissance), le mot « dies » est disparu et avec l’évolution de la langue, « Natalis » est devenu Noël.

L’évangile parle ce dimanche de la Conception virginale de Jésus au moment de l’Annonciation de l’Ange. Il nous décrit avant la conception de Jésus comment la Vierge Marie a donné son consentement, sa pleine disponibilité pour que le plan de Dieu s’accomplissent en elle, nous apercevons cela dans ses paroles : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole ».  Et A partir de ce moment, le Fils de Dieu a pris chair, le Verbe de Dieu se fait chair : dans l’unique Personne du Fils de Dieu se sont unies les deux natures, la nature divine et la nature humaine.

Neuf mois plus tard, le Fils de Dieu va se manifester aux hommes. Mais, à partir de l’Annonciation, Il est déjà dans ce monde, caché, silencieux. De façon poétique, un saint disait que le fait de descendre du Ciel à ce monde aurait été tellement dur pour le Fils de Dieu, qu’Il a préféré d’abord, habiter neuf mois dans un petit Ciel, qui est le sein pur et saint de sa très sainte Mère.

Nazareth était un petit village, juste un hameau dont les habitants avaient l’habitude de faire leurs maisons une partie creusées dans la montagne et l’autre partie, à l’extérieur. La région était appelée «  Galilée des Nations ou bien des Gentils », qui était d’ailleurs, une façon péjorative de la nommer, cela voulait signifier que cette région était la partie du peuple juifs exposée au contact avec les païens, c’est un nom donné par les juifs de la Judée, la partie sud, dont Jérusalem était le comme le centre.

C’est là, en Galilée, à Nazareth que commence la nouvelle histoire de salut, la nouvelle alliance est inaugurée et elle sera scellée par le Sang du Seigneur sur la croix.

Nous le voyons déjà dans l’annonce faite par l’Ange, dans sa salutation, il utilise le mot « Xhaire », que nous traduisions avec ce « je te salue », en réalité l’Ange s’adresse à Marie avec les paroles « Réjouis-toi », salutation qui n’était pas habituelle chez les juifs de ce temps ; plutôt, ils se saluaient entre eux avec le mot « Paix » ;  mais l’Esprit Saint par cette salutation de l’Ange veut indiquer à Marie et veut nous indiquer à nous aussi que les temps messianiques sont finalement arrivés, si nous lissons le livre du prophète Isaïe, nous pouvons voir combien de fois il utilise cette salutation de consolation pour Israël, pour Jérusalem, la Vierge Marie est donc la nouvelle Jérusalem.

Pour quoi Dieu a voulu s’incarner, naître et grandir comme le font tous les hommes ? N’aurait-il pas trouvé une autre façon de sauver les hommes ?

Dieu étant tout-puissant comme Il l’est, il aurait pu trouver bien d’autres manières pour faire la Rédemption du genre humain, cela nous est évident. Mais s’Il a préféré que son Fils prenne la nature humaine, que son Verbe se fasse chair, c’est parce que celle-là était la meilleure façon pour nous sauver.

Alors, Il est impossible pour nous de connaître toutes les raisons, et les raisons les plus profondes que Dieu a choisies pour s’incarner, parce que personne ne peut pénétrer sa pensée nous serions Dieu !

Mais nous pouvons nous aider par notre intelligence illuminée par la foi pour arriver à découvrir quelques raisons que Dieu en avait pour s’incarner. Elles font référence à nous, à notre vie comme chrétiens. En d’autres mots, qu’est-ce que Jésus-Christ veut nous apprendre lorsqu’Il choisit ce moyen, cette façon, s’incarner dans le sein de Marie et naître comme un enfant pour venir dans ce monde ?

Tout d’abord, le Seigneur veut par là nous faire progresser dans le bien, avancer dans le bien ; et pour cette raison, la première vertu qui vient à être édifiée lorsque nous contemplons ce mystère de Dieu fait homme, c’est notre foi. En effet, c’est Dieu Lui-même qui est venu nous parler. Selon S. Augustin :  » Pour que l’homme marche avec plus de confiance vers la vérité, la Vérité en personne, le Fils de Dieu, assumant l’humanité, a constitué et fondé la foi. « 

Notre espérance est aussi édifiée ; parce que la seule pensée de que Dieu a pris la nature humaine, qu’Il s’est abaissé pour nous sauver, nous montre que nous avons une grande valeur pour Lui, nous découvre combien Il nous aime. En plus, cela est un grand signe car si Dieu a déjà fait ce grand geste pour nous, désormais Il ne nous abandonnera jamais.

Par ce mystère de la Nativité, la vertu de la charité est comme réveillée en nous et au maximum. Et c’est S. Augustin de nouveau qui nous expose cela et à travers une question :  » Il y a un motif plus grand de la venue du Seigneur que celui de nous montrer son amour pour nous ?  » Il ajoute plus loin : «  Si nous avons tardé à l’aimer, maintenant au moins ne tardons pas à lui rendre amour pour amour. »

Par son Incarnation Jésus est devenu en plus, le Modèle par excellence de chaque chrétien. Et avec une grande rhétorique c’est toujours le grand docteur africain, Saint Augustin qui nous le dit : « l’homme, que nous pouvions voir, il ne fallait pas le suivre (car sa nature était corrompue par le péché originel); il fallait suivre Dieu, mais, à Lui nous ne pouvions pas Le voir. C’est donc pour donner à l’homme un modèle visible à l’homme et que l’homme pouvait suivre, que Dieu s’est fait homme. »

Et la dernière raison pour nous attirer vers le bien c’est parce que l’homme devait entrer en contact avec Dieu ; le lien détruit par le péché, il fallait rétablir l’amitié avec Dieu et la participation à la vie divine, chose que l’on fait pleinement dans le Ciel, mais qui est déjà commencé dans cette vie par la grâce, car nous sommes unis à Dieu par la grâce. Alors cela est une grâce aussi de la ‘Incarnation du Fils de Dieu ; en prenant notre nature, Il a fait comme un pont entre Dieu et nous.

L’Incarnation est aussi utile pour nous éloigner du mal : soit nous éloigner de son auteur, le démon, un ange déchu, parce que son orgueil est vaincu lorsque Dieu a pris une nature inférieure à celle des anges. Par ce mystère nous découvrons aussi toute la dignité de la nature humaine, et qu’il ne faut pas la souiller par le péché.

Saint Léon nous le dit avec ces belles paroles : « Chrétien, reconnais ta dignité et, après avoir été uni à la nature divine, ne va pas, par une conduite honteuse, retourner à ton ancienne bassesse. «  (pensons à cela lorsque nous sommes tenté de faire un péché).

 Finalement, penser et méditer sur la venue de Jésus-Christ dans ce monde nous sert pour combattre notre présomption (Dieu se fait homme sans aucun mérite de notre part). Notre orgueil qui est le plus grand obstacle à l’union avec Dieu, peut être réfuté et guéri par cette grande humilité de Dieu.

Comme conclusion, écoutons encore le pape Saint Léon qui nous résume tout ce que nous avons dit avec quelques mots: « Si le Christ n’avait pas été vrai Dieu, Il n’aurait pas pu apporter le remède, et s’il n’avait pas été vrai homme, Il ne nous aurait pas offert un modèle en Lui. « 

Que la Vierge Marie nous donne la grâce d’entrer dans ce mystère de Noël avec notre cœur et de nous remplir de joie par sa contemplation.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

 

Dieu s’est fait l’un de nous, pour nous apprendre à aimer !

Fête de la Sainte Famille de Nazareth

L’exemple de Nazareth.

Nazareth est l’école où l’on commence à comprendre la vie de Jésus : l’école de l’Évangile. Ici, on apprend à regarder, à écouter, à méditer et à pénétrer la signification, si profonde et si mystérieuse, de cette très simple, très humble et très belle manifestation du Fils de Dieu. Peut-être apprend-on même insensiblement à imiter. Ici, on apprend la méthode qui nous permettra de comprendre qui est le Christ. Ici, on découvre le besoin d’observer le cadre de son séjour parmi nous : les lieux, les temps, les coutumes, le langage, les pratiques religieuses, tout ce dont s’est servi Jésus pour se révéler au monde. Ici, tout parle, tout a un sens. Ici, à cette école, on comprend la nécessité d’avoir une discipline spirituelle, si l’on veut suivre l’enseignement de l’Évangile et devenir disciple du Christ. Oh, comme nous voudrions redevenir enfant et nous remettre à cette humble et sublime école de Nazareth, comme nous voudrions près de Marie recommencer à acquérir la vraie science de la vie et la sagesse supérieure des vérités divines !

Mais nous ne faisons que passer. Il nous faut laisser ce désir de poursuivre ici l’éducation, jamais achevée, à l’intelligence de l’Évangile. Nous ne partirons pas cependant sans avoir recueilli à la hâte, et comme à la dérobée, quelques brèves leçons de Nazareth.

Une leçon de silence d’abord. Que renaisse en nous l’estime du silence, cette admirable et indispensable condition de l’esprit, en nous qui sommes assaillis par tant de clameurs, de fracas et de cris dans notre vie moderne, bruyante et hyper sensibilisée. O silence de Nazareth, enseigne-nous le recueillement, l’intériorité, la disposition à écouter les bonnes inspirations et les paroles des vrais maîtres ; enseigne-nous le besoin et la valeur des préparations, de l’étude, de la méditation, de la vie personnelle et intérieure, de la prière que Dieu seul voit dans le secret.

Une leçon de vie familiale. Que Nazareth nous enseigne ce qu’est la famille, sa communion d’amour, son austère et simple beauté, son caractère sacré et inviolable ; apprenons de Nazareth comment la formation qu’on y reçoit est douce et irremplaçable ; apprenons quel est son rôle primordial sur le plan social.

Une leçon de travail. Nazareth, maison du fils du charpentier, c’est ici que nous voudrions comprendre et célébrer la loi sévère et rédemptrice du labeur humain ; ici, rétablir la conscience de la noblesse du travail ; ici, rappeler que le travail ne peut pas avoir une fin en lui-même, mais que sa liberté et sa noblesse lui viennent, en plus de sa valeur économique, des valeurs qui le finalisent ; comme nous voudrions enfin saluer ici tous les travailleurs du monde entier et leur montrer leur grand modèle, leur frère divin, le prophète de toutes leurs justes causes, le Christ notre Seigneur.

Bx. Paul VI

Le Fils du Dieu vivant a voulu naître dans une famille humaine ; adorons-le, supplions-le :

Verbe éternel du Père, tu t’es soumis à Marie et à Joseph,
— enseigne-nous l’humilité.

Maître et Seigneur, ta mère conservait en son cœur tes paroles et tes gestes,
— apprends-nous à garder ta parole, à la mettre en pratique.

Créateur de l’univers, tu as été appelé fils du charpentier,
— donne-nous ton courage et ton amour du travail.

Toi qui as grandi en âge et en grâce dans ta famille à Nazareth,
— rends-nous plus semblables à toi, notre chef et notre frère.

Tu as voulu, Seigneur, que la Sainte Famille nous soit donnée en exemple ; accorde-nous la grâce de pratiquer, comme elle, les vertus familiales et d’être unis par les liens de ton amour, avant de nous retrouver pour l’éternité dans la joie de ta maison. Amen.
Source: AELF. Liturgie des heures