Archives par mot-clé : Liberté

Pouvons-nous être des bons chrétiens sans le baptême?

Homélie pour Fête du Baptême du Seigneur. Année B

L’Eglise nous invite à contempler le mystère du Baptême du Seigneur, et avec cette fête, elle conclut le temps de Noël et ouvre le temps ordinaire, le temps où nous méditons les actes de Jésus (ses miracles, ses rencontres) et ses paroles (les discours et les paraboles).

Par rapport à son baptême, il est un premier sens, une finalité que le Seigneur avait lorsqu’Il reçoit le baptême de Jean : faire preuve de solidarité avec l’homme pécheur.

Sa solidarité se révèle lorsque le Seigneur charge sur lui-même la condamnation et le châtiment que l’homme méritait pour le péché. C’est pourquoi saint Paul écrit :  » Il a effacé le billet de la dette qui nous accablait en raison des prescriptions légales pesant sur nous : il l’a annulé en le clouant à la croix. » (Col 2, 14). Et aussi dans la deuxième lettre aux Corinthiens :  » Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché, afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu. » (2Cor 5,21).

Pour cette raison, par cette solidarité du Christ envers nous afin d’enlever le péché, c’est que le Baptême du Christ est étroitement lié à sa passion et à sa mort sur la croix. Le baptême d’eau du Christ dans le Jourdain est symbole de son baptême du sang sur le mont Calvaire. En fait, le Seigneur dira, déjà dans sa vie publique, c’est-à-dire quelque temps après son baptême d’eau :  » Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! » (Lc 12,50).

Notre baptême, alors, parce qu’il a toute la force de la mort et de la résurrection du Christ, efface vraiment le péché originel, nous pardonne vraiment tous les péchés et nous infuse vraiment la grâce.

Saint Grégoire de Nazianze a écrit que le baptême est « un Don, parce qu’il est conféré à ceux qui n’apportent rien ; une grâce, parce qu’elle est donnée même aux coupables; il est baptême (immersion), parce que le péché est enseveli dans l’eau; une onction, parce qu’il est sacré et royal (car les prophètes et les rois sont ceux qui reçoivent l’onction); une illumination, car c’est une lumière resplendissante; un habit, parce qu’il couvre notre honte; un bain, car il lave; un sceau, car il nous protège et est le signe de la souveraineté de Dieu sur nous ».

Dans notre époque, où plusieurs valeurs sont méprisées et beaucoup de vérités mises en question, simplement parce que la vérité « dérange » certains esprits et qu’il faut donc malheureusement la nier, il n’est pas étrange de trouver des chrétiens catholiques qui méprisent la valeur de la foi, et méprisent aussi l’importance des signes de la foi, comme par exemple le baptême. Ces gens-là considèrent le baptême comme un évènement social à l’Eglise sans importance, pensant par exemple qu’on peut être un bon chrétien sans recevoir les sacrements, ou bien partagent l’ opinion assez répandue de ne pas imposer le baptême aux autres, par exemple aux enfants (lorsqu’il s’agit des parents catholiques, bien entendu).

Nous allons essayer d’expliquer pourquoi le baptême n’est pas « une attaque à la liberté », mais plutôt un grand bien que nous pouvons offrir à toute personne qui veut s’approcher du Christ.

Il faut tout d’abord dire que nous voulons tous, en tant qu’êtres humains, aimer et être aimés. Et être chrétien est essentiellement pratiquer le commandement de l’amour. L’amour authentique n’a jamais été une mauvaise chose pour personne.

Qu’un enfant jouisse de l’amour de ses parents dès sa conception n’est pas une condition négative à la liberté et à la volonté de l’enfant. De plus, c’est la plus belle chose qu’un enfant puisse posséder : l’amour et l’affection de ses parents.

Se réjouir de l’amour de Dieu est le plus grand don que l’on peut demander, et nous n’avons pas le droit de priver autrui du don d’être aimé.

Parlant précisément du sacrement, on peut dire que les objections contre le baptême des enfants proviennent d’une triple ignorance : l’ignorance des biens du baptême, de la Parole de Dieu et de la pratique de l’Église.

Par rapport au premier aspect : Le baptême est une grâce inestimable. Le baptême fait de nous des enfants de Dieu (Galates 4, 5-7). Il est la source d’une nouvelle vie en Christ (Catéchisme de l’Église catholique 1253). Tout en effaçant de nous tout péché (Actes 2:38), le baptême nous incorpore au Christ (Romains 8, 29. CEC 1272) et à la communauté du salut, l’Eglise, où nous trouvons tous les moyens nécessaires pour aller au Ciel (CEC 1273). Le baptême nous donne le « sceau du Seigneur » avec lequel le Saint-Esprit nous a marqués pour le jour de la rédemption (Éphésiens 4,30). Les parents catholiques (s’ils sont conscients de ce qu’implique la foi chrétienne) priveraient l’enfant de la grâce inestimable d’être un enfant de Dieu s’ils n’administraient pas le baptême.

Qu’est-ce que l’Église nous enseigne ?  L’avertissement du Christ dans l’Évangile:  » personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » (Jn 3,5), doit être compris comme l’invitation d’un amour universel et infini; un appel à ses enfants souhaitant pour eux le plus grand bien. Cet appel irrévocable et urgent du Seigneur ne peut laisser l’homme dans une attitude indifférente ou neutre, puisque son acceptation est pour lui la condition de l’accomplissement de sa destinée. (Instruction sur le baptême des enfants # 10)

La foi n’est pas seulement un acte personnel, mais surtout une vertu surnaturelle. Les enfants ne sont pas capables de réaliser par eux-mêmes un acte de foi personnel, mais ils peuvent avoir la foi comme une vertu surnaturelle. De la même manière que « l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné », ainsi c’est par grâce et non par nos propres efforts, que le Saint-Esprit donne aussi la foi à ceux qui reçoivent le baptême.

Il est bien de rappeler que comme l’Eglise l’enseigne: « Le baptême est le sacrement de la foi ». (CEC 1253). « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé » (Marc 16,16). Pour cette raison « … Le baptême n’a jamais été administré sans la foi et pour les enfants, c’est la foi de l’Église ». (Instruction sur le baptême des enfants n ° 18).

C’est-à-dire que pour faire partie du peuple de Dieu et entrer au Ciel, le baptême est nécessaire (moyen ordinaire). Ainsi, par exemple, si entrer au cinéma sans billet est une fraude, mais que quelqu’un d’autre paie mon billet, j’aurai autant le droit d’entrer que si je l’avais payé.

Dans l’évangile, le Seigneur a toujours exigé la foi pour guérir les malades, mais dans le cas des enfants, la foi de leur père ou de leur mère sera suffisante, comme dans le cas de la fille de Jaïre, Marc 5, 36 et de la fille du syro-phénicien, Matthieu 15, 28. Personne ne peut se donner la foi. L’enfant reçoit la vie de ses parents et la foi de l’Église. C’est une foi initiale, en semence, qui doit ensuite grandir et devenir adulte, mais il suffit de recevoir le baptême.

On peut encore objecter que les enfants n’ont pas besoin du baptême parce qu’ils sont innocents et n’ont aucun péché.

Il faut dire à cela que celui qui ne distingue pas, confond. Les enfants n’ont pas de péchés personnels, mais ils portent le péché originel.

Saint Paul oppose l’universalité du péché, à l’universalité du salut en Christ: « Par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort et ainsi la mort a atteint tous les hommes, car tous ont péché … « Romains 5, 12.  Si tout le monde subit la défaite du péché, alors tout le monde a besoin du bain qui nous lave du péché: le baptême.

Que nous soyons tous pécheurs (depuis la naissance) est une vérité présente dans l’Ancien Testament, le roi David dit dans le psaume 50:  » je suis né dans la faute, j’étais pécheur dès le sein de ma mère »

On dira encore contre le baptême des enfants qu’il n’est pas bon de leur imposer une foi qu’ils n’ont pas choisie.

La foi n’est ni «choisie» ni «imposée» mais elle est le don et la grâce de Dieu. Si le baptême confère aux enfants le bien sublime de la grâce divine, seuls les parents ignorants ou non croyants peuvent refuser ce don à leurs enfants.

Encore une objection qui apparaît parfois chez les catholiques : Jésus-Christ a été baptisé quand il avait 30 ans et il a été baptisé dans le Jourdain.

Cette objection révèle une grande ignorance de la parole de Dieu. Parce que le Christ a reçu le baptême de Jean, qui était un baptême de pénitence et nous avons plutôt reçu le baptême du Christ, dans le feu et dans l’Esprit. C’est pourquoi nous sommes « chrétiens » et non « baptistes ». Et c’est pourquoi nous, catholiques, ne baptisons pas comme Jean Baptiste l’a fait, mais comme le Christ l’a commandé: «au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit» cf. Matthieu 28, 19.

Et qu’en est-il des enfants qui meurent sans baptême?

Ces enfants, « L’Église les confie à la miséricorde de Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés » (1 Timothée 2, 4) et à la tendresse de Jésus envers les enfants, qui lui a fait dire : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas » (Marc 10:14). Cela nous permet d’avoir la confiance qu’il existe une voie de salut pour les enfants qui meurent sans baptême. Pour cette raison, l’appel de l’Église à ne pas empêcher les enfants de venir au Christ par le don du baptême est encore plus pressant. (CEC n. 1261).

Aujourd’hui, où l’Eglise nous invite à contempler le mystère du Baptême, pensons donc un moment à la valeur de ce grand don accordé par Dieu et demandons la grâce de le faire fructifier avec une vie sainte.

« Tout ce qui s’est passé en Christ nous enseigne qu’après le bain d’eau, le Saint-Esprit descend sur nous du haut des cieux et que, adoptés par la Voix du Père, nous devenons enfants de Dieu. » Saint Hilaire de Poitiers

P. Luis Martinez IVE.

«Servir Dieu, c’est régner»

Homélie pour le Dimanche VI, année A (Mt 5, 17-37)

Nous allons commencer cette homélie par relire la prière introductoire : « Dieu qui veut habiter les cœurs droits et sincères, donne-nous de vivre selon ta grâce ; alors tu pourras venir en nous pour y faire ta demeure. » Dieu habite dans les cœurs droits et sincères, les cœurs qui ne cherchent pas à faire le mal, à commettre des péchés. Donne-nous de vivre selon ta grâce, car vivre selon la grâce, persévérer sans commettre une faute est une œuvre de Dieu que nous devons demander, mais dans laquelle nous devons aussi travailler ; lorsque nous accueillons donc sa grâce Dieu peut venir en nous et demeurer dans nos cœurs.

Cette prière est donc une bonne introduction pour l’évangile de ce dimanche. Car, comme nous avons entendu, il parle de la loi de l’évangile qui est une loi des cœurs, des cœurs qui vivent la vérité, ils sont donc sincères et droits.

Le Seigneur dit précisément qu’Il est venu dans ce monde pour accomplir entièrement la loi. Celui-ci affirme qu’il n’est pas venu abolir l’ancienne loi, mais la compléter. En envoyant l’Esprit Saint, il écrira la loi dans le cœur des croyants. Voilà le «plus» qui fera que la loi ne sera pas acceptée comme un commandement extérieur, mais bien comme un choix intérieur. La loi promulguée par le Christ est donc une loi de «sainteté» (cf. Mt 5, 18), elle est la loi suprême de l’amour (cf. Jn 15, 9-12).

Le passage tiré du livre du Siracide que nous venons d’entendre (la première lecture, Si 15, 15-20) fait lui aussi référence à cette responsabilité personnelle, qui a son siège dans le cœur de l’homme. Il souligne la liberté de la personne face au bien et au mal : Dieu «devant toi mis le feu et l’eau, selon ton désir étends la main» (Si 15, 16). C’est ainsi que nous est indiquée la voie pour trouver le bonheur véritable, qui est l’écoute docile et l’application fidèle de la Loi du Seigneur (Saint Jean Paul II).

Pour le chrétien, la loi du Seigneur est décrite dans les Saintes Écritures, pour le peuple d’Israël la loi se résumait dans les 10 commandements ; avec sa venue dans ce monde Notre Seigneur amène cette loi au sommet de la perfection avec la prédication de l’évangile et la confirmation de tout ce qu’Il a enseigné en donnant la vie dans un amour extrême pour tous les hommes.

Mais la loi de l’évangile va au-delà de la matérialité des choses, elle est dirigée vers le cœurs de la personne, l’intérieur où Dieu seulement peut voir. C’est là où la grâce travaille, où l’homme agit en toute vérité, car il peut cacher ses pensées à tous les hommes mais jamais à Dieu, car Dieu scrute les cœurs nous dit saint Paul (Rom. 8,27).

Accomplir les commandements serait une mission très difficile si nous n’avions pas le secours de la grâce de Dieu, comme on a dit avant.  Parce que la grâce reçue dans les cœurs nous incline par amour à ce que la loi de Dieu ordonne. C’est pour cela que Jésus dit : Mon joug est facile à porter et ma charge légère (Mt 11,30).

Une autre chose à savoir c’est que les 10 commandements doivent être observés dans l’ensemble, on ne peut pas vivre une partie de la loi, les commandements qui font référence à Dieu et oublier l’amour au prochain, comme dit saint Jean dans sa première lettre ( 1 Jn. 4,20) : « Si quelqu’un dit : « J’aime Dieu », alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas ».  C’est pareil à dire, par exemple j’aime Dieu mais je ne vis pas la pureté de cœur ou la vérité. 

Alors, quelqu’un peut nous poser cette question : « pour quoi nous avons besoin de respecter les commandements ? Si je dois aimer Dieu et l’amour est libre, pour quoi donc m’indiquer avec des normes négatives (‘ne pas tuer’ ‘ne pas voler’) comment je dois faire pour aimer ? »

D’abord nous devons dire que les commandements protègent l’amour, l’amour protège la loi et la loi protège l’amour (c’est réciproque). La loi de Dieu nous aide à aimer, car elle nous indique le chemin à suivre pour éviter le danger, c’est comme les parents lorsqu’ils indiquent à l’enfant les dangers de faire telle ou telle action lorsqu’ils sont petits.

Deuxième lieu, les commandements nous amènent à l’amour en concret, nous amènent à la réalité. « Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ». (Jn. 14,21)

Troisièmement, les commandements de Dieu révèlent les deux caractéristiques essentielles de l’amour, l’humilité et l’obéissance. Car à travers eux, je désir e aimer Dieu, non pas comme je veux le faire, mais comme Il veut être aimé, de la façon dont Il veut que nous l’aimions.

Dieu est l’unique bon, et il connaît parfaitement ce qui est bon pour l’homme, en vertu de son amour pour nous, Il le lui propose à travers ses commandements, disait saint Jean Paul II.

Il y une vieille anecdote. Dans le rite d’Initiation des enfants juifs dans la vie de la Synagogue, au début de 1600, dans la cérémonie il y avait ce dialogue : le rabbin, mettant la pointe du rouleau de la Loi dans la poitrine de l’enfant demanda:

 – Que ressentez-vous? –Et le garçon disait :

 – Je sens un cœur qui bat. –Ensuite, le rabbin répondait :

 – C’est le Cœur de Dieu! Écoutez sa Parole. Accomplissez sa loi!

La loi de Dieu est le cœur vivant de Dieu. Celui qui tente de nous arracher cette loi ne veut rien d’autre que de tuer notre cœur.

Tout ce qui porte le nom de liberté n’est pas vraiment liberté, ainsi comme toute dépendance n’est pas un esclavage. Si vous êtes enfermé dans une cage et que vous vous en échappez, le fait de vous échapper mérite bien d’être appelé libération et votre prix peut être appeler liberté. Si vous êtes dominé par la drogue ou l’alcool et que vous parvenez à vous débarrasser de leurs liens, vous pourriez bien appeler cela « libération » et vous serez vraiment une personne libre. Si vous avez été enfermé dans un ascenseur, c’est la libération de le quitter et c’est liberté ce que vous ressentez lorsque vous respirez à nouveau l’air frais dans la rue. Si vous êtes accablé par les douleurs et les maladies, vous vous libérerez lorsque vous guérirez et serez libre de retrouver votre santé. Mais si lorsque vous faites l’escalade une montagne, vous glissez sur la glace et que vous vous accrochez dans le vide soutenu uniquement par la corde de sécurité, vous n’appellerez pas « libération » le geste de couper la corde, et vous ne pouvez pas considérer « liberté »  la tache rouge sur le blanc glaciaire que vous attendez des centaines de mètres plus bas. Si vous vous arrachez les tubes d’oxygène avec lesquels vous plongez à 80 mètres de profondeur, vous n’appellerez pas une telle imbécillité « libération », et vous ne vous jugerez pas libre lorsque vous flotterez noyé dans l’eau salée.

Il y a donc des libertés qui sont des esclavages ; et des servitudes qui sont indépendances et liberté, comme le dit la Bible quand elle nous rappelle cette belle phrase : « servir Dieu, c’est régner » (P. Miguel Angel Fuentes).

Demandons la grâce de vivre notre liberté accomplissant dans nos vies la Loi de Dieu.

P. Luis Martinez IVE.