Archives par mot-clé : Semaine Sainte

VENDREDI SAINT

Vivons la Semaine Sainte

LA PASSION DU SEIGNEUR

Le Vendredi saint est, pour les chrétiens du monde entier, un jour de jeûne: c’est le jeûne pascal qui commémore la passion du Seigneur et que l’Église nous conseille de poursuivre jusqu’à la Nuit Sainte, où nous le romprons dans la joie. Mais le Vendredi saint comporte aussi, dans l’après-midi ou là soirée, la célébration de la Passion du Seigneur.

– L’office commence par une Liturgie de la Parole, dont la lecture principale est le récit de la Passion selon saint Jean;

la prière universelle est faite, après l’homélie, avec une solennité exceptionnelle, dans un souci de n’oublier personne, car le salut opéré par le Sang rédempteur doit atteindre les extrémités de la terre.

la sainte Croix est ensuite proposée à la vénération de l’assemblée.

– enfin, prêtre et fidèles communient au corps du Christ.

Plus que les humiliations de la Passion, c’est la gloire de la Croix qui éclate dans cette célébration, car l’Église ne commémore pas la mort du Seigneur sans faire mémoire, en même temps, de sa résurrection. Aussi les chants abondent-ils en acclamations au Christ vainqueur:

 «O Dieu saint, O Dieu fort, O Dieu immortel, prends pitié de nous»  (Impropères); «Ta croix, Seigneur, nous la vénérons, et ta sainte résurrection, nous la chantons; c’est par le bois de la croix que la joie est venue sur le monde» (Antienne).

Le Vendredi et le Samedi saints ce sont les jours de toute l’année où il n’y a pas de messe.

Les Impropères du Vendredi Saint

Hagios o Theos, Hagios Ischyros, Hagios Athanatos, eleison imas.

Sanctus Deus, Sanctus fortis, Sanctus immortalis, miserere nobis.

O Dieu saint, O Dieu fort, O Dieu immortel, prends pitié de nous.

Ô mon peuple, que t’ai-je fait ?
En quoi t’ai-je contristé ? Réponds-moi (Mi 6,3).

Peuple égaré par l’amertume,
peuple au cœur fermé, souviens-toi !
Le Maître t’a libéré.
Tant d’amour serait-il sans réponse,
tant d’amour d’un Dieu crucifié ?

Moi, depuis l’aurore des mondes,
j’ai préparé ton aujourd’hui ;
toi, tu rejettes la vraie Vie
qui peut donner la joie sans ombre :
ô mon peuple, réponds-moi !

Moi, j’ai brisé tes liens d’esclave,
j’ai fait sombrer tes ennemis ;
toi, tu me livres à l’ennemi,
tu me prépares une autre Pâque :
ô mon peuple, réponds-moi.

Moi, j’ai pris part à ton exode,
par la nuée je t’ai conduit ;
toi, tu m’enfermes dans ta nuit,
tu ne sais plus où va ma gloire :
ô mon peuple, réponds-moi.

Moi, j’ai envoyé mes prophètes,
ils ont crié dans ton exil ;
toi, tu ne veux pas revenir,
tu deviens sourd quand je t’appelle :
ô mon peuple, réponds-moi.

Liturgie de la Parole

Chaque année l’évangile de saint Jean nous met devant les yeux certains traits de la passion de Jésus, qu’il est seul à avoir retenus la déclaration à Pilate: «Tu l’as dit, je suis roi», la présence de Marie au pied de la croix et le côté ouvert d’où jaillissent l’eau et le sang.  Les deux premières lectures nous permettent de saisir comment le Christ en croix réalise l’espérance d’Israël, qui se confond avec celle de l’humanité: Jésus est le Serviteur souffrant, qui «a fait de sa vie un sacrifice d’expiation» (1ère lecture); il est le grand prêtre qui, s’offrant lui-même comme victime, «est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel» (2ème lecture).

MESSE DU SOIR EN MÉMOIRE DE LA CÈNE DU SEIGNEUR

Vivons la Semaine Sainte!

Le Seigneur Jésus Christ est entré dans sa passion en prenant part avec les siens au repas pascal, dans lequel le peuple juif célébrait sa libération de l’oppresseur et son alliance avec Dieu. Mais le Christ a voulu faire de ce repas celui de l’alliance nouvelle conclue dans son sang. C’est pourquoi Il a institué, sous les signes du pain rompu et de la coupe partagée, changés en son corps et en son sang, le mémorial du sacrifice qu’il offrirait le lendemain sur la croix.

Dans chaque Messe nous renouvelons le repas du Seigneur en mémoire de Lui, dans le souvenir de sa passion, l’attente de son retour et la joie de sa présence. Mais, le Jeudi saint, l’évocation atteint au maximum d’intensité. C’est une Messe du soir, qui rassemble le peuple après une journée de travail; une Messe concélébrée par tous les prêtres de la paroisse, afin de manifester l’unité du sacerdoce. Après l’homélie, celui qui préside refait le geste qu’accomplit le Seigneur, en lavant les pieds de douze fidèles. Dans ce cadre, à cette heure, l’agenouillement du prêtre devant son frère dit mieux qu’un long discours que le sacerdoce est un service.

La Messe achevée, chacun peut se pénétrer, dans l’adoration silencieuse du Saint-Sacrement, des ultimes confidences que le Seigneur fit aux siens avant d’entrer dans le jardin de Gethsémani, et surtout de son commandement suprême: «Aimez -vous les uns les autres, comme je vous ai aimés».

Liturgie de la Parole

La première lecture nous fait le récit de la manducation de l’agneau par les Juifs au seuil de la nuit de leur libération. C’est là l’événement que commémorait le repas pascal pris par Jésus avec ses disciples. Mais le Seigneur devait lui donner une signification nouvelle, ainsi que le montre saint Paul dans le plus ancien récit qui nous soit parvenu de l’institution de l’Eucharistie (2ème lecture). Saint Jean évoque ensuite, dans l’évangile, la grande leçon d’humilité et de service que Jésus a voulu lier à son mémorial.

LA VEILLÉE D’ADORATION DU JEUDI SAINT

Procession au reposoir 

A la fin de la célébration, le Saint-Sacrement est retiré de l’église jusqu’a la veillée pascale. L’eucharistie est transportée solennellement en un lieu que l’on nomme « reposoir » et qui traditionnellement est décoré de palmes, de fleurs et de luminaires, mais actuellement souvent plus dépouillé. L’Eucharistie est conservée pour la communion du Vendredi saint. Pendant la procession vers le reposoir les fidèles habituellement chantent le Pange Lingua:

Chante, ô ma langue, le mystère
De ce corps très glorieux
Et de ce sang si précieux
Que le Roi de nations
Issu d’une noble lignée
Versa pour le prix de ce monde Fils d’une mère toujours vierge

Né pour nous, à nous donné,
Et dans ce monde ayant vécu,
Verbe en semence semé,
Il conclut son temps d’ici-bas
Par une action incomparable :

La nuit de la dernière Cène,
A table avec ses amis,
Ayant pleinement observé
La Pâque selon la loi,
De ses propres mains il s’offrit
En nourriture aux douze Apôtres.

Le Verbe fait chair, par son verbe,
Fait de sa chair le vrai pain;
Le sang du Christ devient boisson;
Nos sens étant limités,
C’est la foi seule qui suffit
pour affermir les coeurs sincères.

Il est si grand, ce sacrement !
Adorons-le, prosternés.
Que s’effacent les anciens rites
Devant le culte nouveau !
Que la foi vienne suppléer
Aux faiblesses de nos sens !

Au Père et au Fils qu’il engendre
Louange et joie débordante,
Salut, honneur, toute-puissance
Et toujours bénédiction !
A l’Esprit qui des deux procède
soit rendue même louange. Amen.

Dépouillement de l’église 

On procède au dépouillement des autels, nappes et ornements et on voile les croix et les statues de l’église. On éteint les cierges. Ce dépouillement évoque la situation de Jésus, qui dans sa passion et sa mort est dépouillé de tout.

Silence des cloches

Depuis le Gloria de la Messe du Jeudi saint, pendant le quel on fait sonner les cloches, jusqu’au Gloria de la Messe de la Vigile pascale, c’est le silence des cloches qui évoque la mort de Jésus. Le silence des cloches a une grande portée symbolique. Elles carillonneront joyeusement pour annoncer la résurrection.

Veillée d’adoration devant le reposoir 

On est invité à  se recueillir et à adorer le Saint Sacrement qui est exposé au reposoir en méditant en silence l’agonie de Jésus dans la solitude du jardin des oliviers à Gethsémani. On répond à son appel « Veillez et priez« . Ce temps d’adoration permet de veiller avec le Christ Jésus dans la nuit du Jeudi saint. Il y a aussi une tradition qui invite à lire à haute voix le dernier entretien de Jésus avec ses disciples (Jean 13,31 – 17,26). On veille à ce qu’il y ait toujours un nombre convenable d’adorateurs en présence, du moins jusqu’à minuit.