Archives par mot-clé : Benoît XVI

« Je ne vous laisserai pas orphelins »

Solennité de l’Ascension du Seigneur

Nous célébrons aujourd’hui le mystère de l’Ascension. Comme on l’a écouté dans la première lecture d’après les Actes des Apôtres, quarante jours après la Résurrection, le Seigneur et ses disciples se rendent au mont des Oliviers, c’est là qu’Il monte au Ciel. Saint Ignace de Loyola, lorsqu’il est allé en pèlerinage à Terre Sainte, a pu vénérer parmi les « reliques » la pierre où le Seigneur avait laissé les marques de ses pieds avant de monter au Ciel. Malheureusement, une partie de cette pierre a été enlevée  de ce lieu saint.

En effet, la tradition du mont des Oliviers comme lieu de l’Ascension remonte à très tôt dans le Christianisme , sainte Hélène a fait bâtir sur la colline une basilique laissant son centre ouvert au Ciel pour bien montrer le chemin du Seigneur et pour aider à la médiation de ce grand mystère, selon ce que saint Jérôme nous transmet . Détruite par les perses, la basilique a été rebâtie par Saint Modeste (c’est le septième siècle). Les récits des pèlerins racontent que la nuit de l’ Ascension toute cette colline se remplissait de lumière, parce que les chrétiens venaient nombreux pour célébrer cette fête ; en fait, la colline a pris le nom de « Viri Galilée », ce sont les premier mots adressés par les anges aux disciples quand ils restent les yeux fixés au Ciel. Avec l’invasion des musulmans (Onzième siècle), la basilique de l’Ascension sera encore détruite et à sa place sera construite une mosquée.

Nous avons fait un peu d’histoire, surtout pour voir la dévotion des chrétiens au long des siècles, non seulement pour ce lieu physique, mais aussi et surtout pour le mystère qu’il commémore. L’Ascension est une des plus grandes fêtes de l’Eglise.

Non loin de cette basilique, il y aussi une autre Eglise, celle de Betphagé, elle rappelle le lieu où le Seigneur monte sur l’âne pour descendre vers Jérusalem, ce que nous avons célébré le dimanche de Rameaux ; on peut donc dire que c’est dans cette colline que le Seigneur a commencé sa Passion et sa Pâque, son passage de ce monde au Père, passage qu’Il finit avec son départ glorieux vers le Père.

Le livre des actes des apôtres nous transmet aussi les paroles des anges (les hommes vêtus en blanc), lorsque les disciples voyaient leur maître s’éloigner d’eux : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? ».

Nous pouvons nous adresser à nous-mêmes cette question, bien qu’elle soit dirigée directement à ceux qui se trouvaient à ce moment-là. Elle n’est pas du tout un reproche, mais elle nous invite plutôt à la réflexion. En fait, cette question se réfère à deux attitudes liées aux deux réalités dans lesquelles est inscrite la vie de l’homme: la réalité terrestre et la réalité céleste.

La première : pourquoi restez-vous là ?, en d’autres mots, qu’est-ce que vous faites là ?   C’est parce que Dieu nous a créés, nous a mis comme le couronnement de son œuvre, Il nous a créés à son image et ressemblance et nous a tout donné, principalement le don d’être ses enfants et de la vie pour toujours. Infidèles à son dessein de salut par le péché, nous nous sommes éloignés de Lui, mais Il est entré dans notre histoire nous donnant son Fils en réconciliation.

« Nous sommes sur terre », c’est dans ce monde que l’homme progresse et fait du bien mais aussi qu’il fait le mal. Comme l’écrit le pape Benoît : Nous faisons ici l’expérience de la fatigue des voyageurs affrontant les hésitations, les tensions, les incertitudes, mais également avec la profonde conscience que, tôt ou tard, ce chemin arrivera à son terme.  Et c’est alors que naît la réflexion :   tout est là ? La terre sur laquelle « nous nous trouvons » est-elle notre destin définitif ?

C’est à ce moment que nous devons nous poser la deuxième partie de la question : pourquoi nous continuons à regarder vers le ciel ? ». Nous ne savons pas si les disciples se rendirent compte à ce moment du fait que, précisément devant eux, était en train de s’ouvrir un horizon magnifique, infini, le point d’arrivée définitif du pèlerinage terrestre de l’homme. Peut-être, ils ne le comprirent que le jour de la Pentecôte, illuminés par l’Esprit Saint.

Pour nous, cependant, cet événement est plus facile à saisir. Nous sommes appelés, tout en restant sur terre, à fixer le ciel, à tourner notre attention, notre pensée, notre cœur vers l’ineffable mystère de Dieu. Nous sommes appelés à regarder dans la direction de la réalité divine, vers laquelle l’homme est orienté dès sa création. C’est là qu’est contenu le sens définitif de notre vie.

Le mystère de l’Ascension nous enseigne que l’homme est appelé au Ciel, à vivre avec Dieu. A travers ce mystère, le Christ nous a montré le chemin et Il s’est fait le pont placé par Dieu entre Lui et nous, Jésus est pontife pour intercéder pour nous : Le Christ, nous dit la lettre aux hébreux (9,11-13), est venu comme grand pontife des biens à venir. Il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant, non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux, mais son propre sang. De cette manière, il a obtenu une libération définitive. Le Seigneur est désormais notre intercesseur au Ciel, c’est là qu’Il est entré aussi avec ses plaies de la Passion, pour montrer constamment à son Père nous dit saint Thomas – en suppliant pour nous, quel genre de mort il avait subi pour l’humanité.

L’Ascension nous dit encore (une autre belle application du pape Benoît XVI) qu’en Jésus Christ, notre humanité est portée à la hauteur de Dieu ; ainsi, chaque fois que nous prions, la terre rejoint le Ciel. Et de même qu’en brûlant, la fumée de l’encens s’élève vers le Ciel, ainsi, lorsque que nous élevons avec confiance notre prière en Jésus Christ, celle-ci traverse les cieux et arrive à Dieu lui-même et est écoutée et exaucée par Lui. Dans ce grand ouvrage de saint Jean de la Croix appelé La montée du Carmel, nous lisons que « le meilleur moyen de voir se réaliser les désirs de notre cœur, est de mettre toute la force de notre prière en ce qui plaît le plus à Dieu. Lui, alors, ne nous donnera pas seulement ce que nous lui demandons, c’est-à-dire le salut, mais aussi ce qui, selon Lui, nous convient et qu’il juge bon pour nous, même si nous ne lui demandons pas » (Livre III, chap. 44, 2, Rome 1991, 335).

Le Seigneur ne s’évade pas de notre condition humaine ; au contraire comme Il nous l’a promis dans l’évangile, Jésus sera là tous les jours, tous les jours avec nous.

Cette promesse est le fondement de notre consolation sur la terre, de notre espérance du Ciel, de notre force dans les combats de l’Eglise. Pour quoi le Christ reste-il ? Il reste pour nous consoler de son absence. Il ne nous abandonne pas : Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi (Jn. 14,18-19). Il demeure pour nous donner la force en la mission commandée : conquérir tout le monde pour Lui, tout en sachant que cela implique les persécutions, la croix et la mort. Il reste avec nous pour que nous agissions dans notre vie avec la conscience du regard vigilant du Seigneur, notre mission n’est pas à nous, mais plutôt à Lui, nous sommes ses instruments. Mais nous ne ferions rien sans son soutien, sans la force qu’Il nous donne.

Dans la vie de sainte Catherine de Sienne, on raconte qu’après avoir affronté de grandes tribulations dans sa vie, elle reçoit une visite du Seigneur, à qui la sainte dirige le doux reproche de l’avoir laissée seule au moment des difficultés, comme réponse le Seigneur lui dit : « j’étais plus près de toi que je ne le suis maintenant ».

Avec l’Ascension le Seigneur a accompli sa grande mission et Il nous invite à Le suivre, même si la vie sur cette terre nous est parfois dure, elle passe et nous devons penser que dans le Ciel rien ne fera sombrer la joie de contempler Dieu : par un travail facile Il nous donne une joie immense ; par un combat rapide, une couronne éternelle, par une brève marche un repos infini. Des siècles sans fin dépendent de ces moments de nos vies, il faut donc travailler pour suivre le Christ au Ciel !

Que la Vierge Marie nous donne cette grâce.

P. Luis Martinez V. E.

Institut du Verbe Incarné

 

« Et nous avons vu sa gloire! »

La liturgie propose à notre méditation une partie de l’Évangile de saint Jean, le Prologue de son évangile.

L’Église nous invite à contempler le mystère du Noël, du Christ, pour saisir encore d’avantage la signification profonde de ce mystère et son importance pour notre vie.

Mais, la liturgie utilise un texte vraiment admirable, qui offre une synthèse vertigineuse de toute la foi chrétienne. Il part d’en-haut, arrive à l’incarnation, qui a comme finalité la salut de tous les hommes, le texte dit plus précisément «il a nous donné de pouvoir devenir enfants de Dieu »

  1. Il part d’en-haut : « Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu » (Jn1, 1) ;
  2. La phase «Au commencement était le Verbe» nous parle de L’éternité, du verbe du Logos :

« Au commencement » cette phase nous parle du principe du temps, mais le Logos était déjà.

Dans cette phrase « au commencement » nous contemplons aussi  un lien, une relation au livre de la genèse, que nous allons reprendre plus tard.

Le verbe « être » que Saint Jean utilise, est à l’imparfait. Le temps imparfait soit en la langue grecque, soit dans d’autres langues, comme le français, l’espagnol, etc. nous parle des actions qui ne finissent pas. C’est-à-dire que le verbe être à l’ imparfait nous parle aussi de l’éternité.

  1. Le texte tout à coup nous dit : « le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu » En faisant référence à la Trinité : « le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu »

Et le Verbe (Le Logos) était auprès de Dieu (Dieu le Père)
nous voyons ici la distinction de personne entre le père et le Fils, et en même temps l’affirmation de la divinité du Verbe, c’est-à-dire du Fils.

« Et le Verbe (Le Logos) était Dieu ».

  1. Le verbe est créateur, il n’est pas créature : « C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. »

Créateur : Celui qui donne l’être.

Il y a aussi une remarque qui perfectionne notre notion de création, en relation à l’agir de Dieu. Dieu, comme cause première, parfaite et intelligente, agit par son intelligence, c’est-à-dire par son verbe. Comme un architecte, lorsqu’il démarre son projet, il l’élabore tout d’abord par son intelligence, et après agit par la volonté et par sa puissance. De la même manière, mais d’une façon infiniment plus parfaite, Dieu Créateur agit par son Verbe, par sa sagesse infinie, par son Fils, et après agit par sa volonté par son amour, « L’esprit d’amour »

  1. Le texte donne d’autres caractéristiques du Verbe de Dieu. Mais en remarquant que chaque caractéristique s’identifie avec le verbe, et qu’il donne ces caractéristiques aux créatures.

Le texte dit : « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. » « En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. »

Le Verbe est lumière, lumière qui est plus force que toutes les ténèbres que l’on pourrait imaginer.

  1. Et voilà la nouveauté étonnante et qui est humainement inconcevable : « Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous » (Jn1, 14a).

Il ne s’agit pas d’une figure de rhétorique, mais d’une expérience vécue ! Saint Jean est le témoin oculaire, qui rapporte cette nouveauté : « Nous avons vu sa gloire, dit-il, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité » (Jn 1, 14b).

Nous nous arrêtons sur le mot « chair ». Ici, la parole « chair », selon l’usage juif, indique l’homme dans son intégralité, tout l’homme, mais précisément sous l’aspect de sa caducité et de sa temporalité, de sa pauvreté et de sa contingence.[1]

De ce mot naît un autre, « Incarnation », Incarnation dérive du latin « incarnatio» Saint Ignace d’Antioche — à la fin du premier siècle — et, surtout, saint Irénée, ont utilisé ce terme en réfléchissant sur le Prologue de l’Évangile de saint Jean, en particulier sur l’expression que nous sommes en train de considérer: « Et le Verbe s’est fait chair » (Jn 1, 14).

Cette expression nous parle de comment la rédemption du Christ touche tous les hommes : Le Pape Benoit XVI disait « le salut apporté par Dieu qui s’est fait chair en Jésus de Nazareth touche l’homme dans sa réalité concrète et dans toutes les situations où il se trouve.[2] »

Cette expression nous parle du pouvoir de l’amour de Dieu : « Le Verbe s’est fait chair » est l’une de ces vérités à laquelle nous sommes tant habitués, et parfois nous ne le remarquons pas. En effet, au cours de cette période de Noël, cette expression revient souvent dans la liturgie. « Et c’est quelque chose d’absolument impensable, que seul Dieu pouvait opérer et que nous ne pouvons pénétrer que par la foi ». Le Logos, qui est auprès de Dieu, le Logos qui est Dieu, le Créateur du monde (cf. Jn 1, 1), pour lequel furent créées toutes les choses (cf. 1, 3), qui a accompagné et accompagne les hommes dans leur histoire avec sa lumière (cf. 1, 4-5 ; 1, 9), devient un parmi les autres, prend demeure parmi nous, devient l’un de nous (cf. 1, 14)

  1. Et pour finir nous considérons : Le verbe, « Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu » (Jn 1, 11)

D’une certaine façon le Verbe, révèle aux hommes la hauteur de sa vocation. Le concile Vatican II dit: je cite« … Le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné… Nouvel Adam, le Christ, dans la révélation même du mystère du Père et de son amour, manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation » (Const. Gaudium et spes, n. 22)

Maintenant nous allons répondre au principe du texte : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. »

L’évangéliste, comme nous avons dit, fait clairement allusion au récit de la création qui se trouve dans les premiers chapitres du Livre de la Genèse et l’évangéliste nous invite à relire le texte de la genèse à la lumière du Christ. Il s’agit d’un critère fondamental dans la lecture chrétienne de la Bible : l’Ancien et le Nouveau Testament doivent toujours être lus ensemble et, à partir de la lumière du Christ.[3] Mais aussi Un critère fondamental dans la lecture chrétienne de la Bible, un critère pour lire les événements, les événements de notre vie, et chaque moment de notre vie. « Le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné »

Et pour cela nous devons grandir dans la connaissance de ce grand Mystère : « Le Verbe, le logos qui se fait homme »

« Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde… Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. »

Saint Jean attiré par Jésus de Nazareth, pendant les trois années de vie commune avec Lui et avec les autres apôtres, a connu (fit l’expérience de son) l’amour – au point de s’auto définir « le disciple que Jésus aimait » [4]

Nous sommes appelés à vivre dans la lumière, à vivre l’amour que le Verbe de Dieu nous a révélé. A vivre comme le Christ. « Il a assumé notre humanité pour nous donner sa divinité. » «  Il s’est rendu visible à nos yeux pour nous entraîner à aimer ce qui demeure invisible. »[5]

P. Andrés Nowakowski V. E.

Monastère « Bx. Charles de Foucauld »

[1] Benoit XVI Audience 9 janvier 2013

[2] Benoit XVI Audience 9 janvier 2013.

[3] Benoit XVI. Audience 9 Janvier 2013.

[4] Benoit XVI. Audience 9 janvier 2013.

[5] I Préface de la Nativité